Saint-Just (Ille-et-Vilaine)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Just.
Saint-Just
Mairie de Saint-Just.
Mairie de Saint-Just.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Ille-et-Vilaine
Arrondissement Redon
Canton Redon
Intercommunalité communauté de communes du pays de Redon
Maire
Mandat
Daniel Mahé
2014-2020
Code postal 35550
Code commune 35285
Démographie
Gentilé Saint-Justins, Saint-Justines
Population
municipale
1 082 hab. (2012)
Densité 39 hab./km2
Population
aire urbaine
12 899 hab.
Géographie
Coordonnées 47° 45′ 59″ N 1° 57′ 36″ O / 47.7663888889, -1.9647° 45′ 59″ Nord 1° 57′ 36″ Ouest / 47.7663888889, -1.96
Altitude 75 m (min. : 8 m) (max. : 94 m)
Superficie 28,05 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Ille-et-Vilaine

Voir sur la carte administrative d'Ille-et-Vilaine
City locator 14.svg
Saint-Just

Géolocalisation sur la carte : Ille-et-Vilaine

Voir sur la carte topographique d'Ille-et-Vilaine
City locator 14.svg
Saint-Just

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Just

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Just
Liens
Site web Site de la mairie de Saint-Just

Saint-Just est une commune française située dans le département d'Ille-et-Vilaine en région Bretagne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

L’alignement de menhirs de Saint-Just.

Saint-Just vient de saint Just, né à Auxerre et martyrisé dans le Beauvaisis. La région de Saint-Just a été occupée depuis très longtemps comme en témoigne le très important site mégalithique qui s'y trouve avec ses menhirs et tumulus.

Saint-Just est un démembrement de la paroisse primitive de Renac. En 1101, Alarac ou Allérac est le centre paroissial de Saint-Just. Il est situé près du village du Châtaignier. Alarac a été, semble-t-il, détaché au XIe siècle de la paroisse de Sixt et/ou Renac (Histoire de Bretagne par A. de la Borderie, II, p. 178).

Quand l'église d'Alarac tombe en ruines, le centre de la paroisse de Saint-Just est transféré au Vieux-Bourg, dans la chapelle d'un prieuré de l'abbaye Saint-Sauveur de Redon, puis à l'endroit où est construite l'église actuelle entre 1848 et 1851. C'est à l'époque de la construction de cette église qu'on commence à évoquer le terme de "plateau". En effet, de nombreux ouvriers en sabot, venant des alentours, œuvrant pour sa construction se regroupèrent pour déjeuner sur les hauteurs pour constater l'évolution des travaux. Les ouvriers ont fini par parler de Saint-Just comme de la commune du plateau. L'église du Vieux-Bourg prend alors le nom de Saint-Just à cause des reliques de ce saint qu'elle conserve. Le bourg de Saint-Just renfermait les ceps et collier des seigneurs de Renac. La paroisse de Saint-Just dépendait jadis de l'ancien évêché de Vannes.

Le château de La Vieille-Cour aurait été une des résidences de la duchesse Anne.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1912 1917 Yves de Poulpiquet du Halgouët - Propriétaire exploitant
- - - - -
1936 1971 Roger de Poulpiquet du Halgouët UNR Propriétaire exploitant - sénateur d'Ille-et-Vilaine
1971 1995 Gaël de Poulpiquet du Halgouët DVD Exploitant agricole - conseiller général
1995 2008 Marie-Claire Nevoux SE  
2008 en cours Daniel Mahé SE Responsable ASSEDIC
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune comptait 1 082 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 172 1 288 1 242 1 181 1 240 1 202 1 200 1 223 1 266
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 326 1 360 1 454 1 443 1 437 1 465 1 544 1 629 1 698
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 723 1 734 1 723 1 567 1 540 1 545 1 494 1 373 1 276
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2012
1 171 1 120 1 121 1 024 997 929 1 009 1 076 1 082
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Just.

Saint-Just contient sept monuments historiques et 368 bâtiments inventoriés[3].

  • Site mégalithique : Saint-Just a sur son territoire l'un des quinze plus grands centres mégalithiques d'Europe par la diversité historique et paysagère. Il a été érigé du Néolithique à l'âge du bronze.
  • Château du Val : château néo-gothique du XIXe siècle édifié à l'emplacement d'un ancien manoir, propriété successive des familles Peschart seigneurs de la Durantaye (au XVIIe siècle), Saoullaye (en 1734 et en 1789), Poulpiquet du Halgouet (descendant de Philippe le Beau, fils de l'empereur germanique Maximilien Ier) et maintenant la famille Saini. Le château était jadis entouré de douves. Le château et son parc sont privés et non ouverts au public.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Pierre-Roland Giot, J. L'Helgouach, Le tertre tumulaire de la Croix-Saint-Pierre en Saint-Just, Annales de Bretagne, n° 62, 2, 1955, pp 282–292.
  • Jacques Briard, Les mégalithes de Saint-Just, Edition Gisserot 1993.
  • Jacques Briard, M. Gautier, G. Leroux, Les mégalithes et les tumulus de Saint-Just, Les éditions du CTHS, 1995, 175 p.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]