Mondarrain

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Mondarrain
Vue depuis le village d'Espelette
Vue depuis le village d'Espelette
Géographie
Altitude 749 m
Massif Pyrénées
Coordonnées 43° 18′ 10″ nord, 1° 25′ 56″ ouest
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Pyrénées-Atlantiques
Ascension
Voie la plus facile Itxassou

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Atlantiques

(Voir situation sur carte : Pyrénées-Atlantiques)
Mondarrain

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées

(Voir situation sur carte : Pyrénées)
Mondarrain
Vue sur le Mondarrain (750 m) et l'Artzamendi (906 m), depuis Ahetze

Le Mondarrain (Arranomendi en basque) est un mont du Pays basque français, au sud d'Espelette et au sud-ouest d'Itxassou, dans la province du Labourd, culminant à 749 m d'altitude.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Selon Bernard Elissèche, Mondarrain viendrait de Arrain (contraction de arri-gain qui signifie « haut rocheux » en basque)[1]. Son nom était autrefois Montferrand et des activités métallurgiques s'y déroulaient durant l'époque romaine[2].

Arranomendi signifie « montagne de l'aigle » (Arrano signifie « aigle » et mendi « montagne »).

Géographie[modifier | modifier le code]

Topographie[modifier | modifier le code]

Le Mondarrain, culminant à 750 m, est un sommet dominant la vallée du Laxia face à l'Artzamendi dans un massif qui sépare les bassins de la Nivelle et de la Nive sur le versant atlantique des Pyrénées. Il est situe au nord d'une ligne de crête articulée sur le Gorramendi, en passant par les crêtes de Bizkailuze et le Gorospil.

Il se caractérise par une silhouette symétrique, couronné d'une falaise, et des vestiges de fortification. Le front rocheux du Mondarrain constitué d'une roche gréseuse lui vaut une bonne réputation auprès des varappeurs de la région.

Géologie[modifier | modifier le code]

Climat[modifier | modifier le code]

Milieux naturels[modifier | modifier le code]

Les landes à fougères et ajoncs constituent la végétation naturelle dominante du massif du Mondarrain avec quelques boisements de chênes et de hêtres. Des tourbières forment de petites taches disséminées sur le flanc de la montagne. Ces zones humides très particulières accueillent de nombreuses espèces rares, souvent spécifiques de ces milieux humides et acides, comme les droséras et les pinguiculas (plantes carnivores), le Lys des marais et le Lézard vivipare.

Histoire[modifier | modifier le code]

Voies d'accès[modifier | modifier le code]

On y accède depuis Haranea, un léger col sur la route reliant Espelette et Itxassou, d'où il est possible de rejoindre en voiture (direction Basaburu) le parking du col de Légarré (349 m), au pied de l'Atharri (370 m). Un chemin qui longe un bois conduit au col d'Amezketa (476 m). De là, il est possible d'atteindre directement le Mondarrain, par un chemin escarpé, mais il est plus aisé de le contourner par son flanc ouest et d'accéder au sommet par la crête sud.

C'est une promenade facile. Compter un peu plus de 2 heures de marche pour l'aller-retour du parking.

On trouve au sommet de nombreux blocs de rocher qui se prêtent bien à la pratique de l'escalade de bloc.

Protection environnementale[modifier | modifier le code]

Afin de protéger ce patrimoine exceptionnel, le conservatoire d'espaces naturels d'Aquitaine en partenariat avec les communes d'Espelette et d'Itxassou mène depuis 1996 des actions de gestion et de suivi écologique. Des clôtures préservent les zones les plus fragiles du piétinement par le bétail et du passage des véhicules tout terrain.

Le massif du Mondarrain et de l'Artzamendi est inscrit au réseau Natura 2000 (Code INPN : FR7200759). Il a fait l'objet d'un document d'objectifs rédigé par le CEN Aquitaine en partenariat avec l'EHLG (Euskal Herriko Laborantza Ganbara) et validé en avril 2013.

Mythologie[modifier | modifier le code]

Selon la légende, des laminak vivaient au plus haut de la montagne. Tous les matins, avant le lever du soleil, Basanderea ou la Dame Sauvage allait sur la crête du Mondarrain se peigner avec un peigne en or. Visible par les bergers, un jour, l'un d'eux déroba le peigne d'or de Basanderea et prit la fuite. S'étant mise à la poursuite de ce dernier, elle dut abandonner la course-poursuite dès que les premiers rayons du soleil apparurent. Elle rentra aussitôt dans son antre et le berger demeura en possession du peigne d'or[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Les Basques d'après leur langue, l'Eskuara. Bernard Elissèche « La pénétration de la langue française est encore très faible, ce qui est significatif. Elle se manifeste, comme celle du vascon dans la désignation de montagnes typiques. Je n’en connais que trois, Mondarrain pour la montagne qui domine Espelette et dont le nom Arrain (contraction de arri-gain) s’explique par les énormes blocs qui la surmontent. Le Pic des Escaliers dont très peu de Basques savent qu’il se nomme Harsudurra. Le Pic des Vautours dont j’ignore le nom. »
  2. Jean-Baptiste Orpustan, Nouvelle toponymie basque : noms des pays, vallées, communes et hameaux, Centre d'études linguistiques et littéraires basques, Presses Universitaires de Bordeaux, , 246 p. (ISBN 2867813964 et 9782867813962)
  3. Pierre Bidart, Récits & contes populaires du pays basque, Volume 1, « Les Laminak du Mondarrain », Gallimard, 1978

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]