Ilazki

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Ilazki est le mot basque désignant la lune dans la mythologie basque. Ce mot pour désigner la lune fait partie d'une suite de nom donné à cet astre par les Basques comme Ilargi (le plus courant), Idargi, Irargi, Iretargi, Iguetargi, Iratargi, Argizagi, Argizari, Argizi et Goikua (littéralement : « celui d'en haut » concernant le dernier).

On pense que la lune et le soleil sont de sexe féminin. Dans les formules et prières on l'appelle Ilargi amandre (lune-dame mère) équivalent à « lune-grand-mère ». Lorsqu'elle monte à l'orient, on lui dit :

« Ilargi amandrea, zeruan ze berri ? »
« Lune grand-mère, quoi de neuf dans le ciel ? »

La terre est la mère de la lune. Dans certains endroits on apprend aux enfants que la lune est le visage de Dieu. Dans d'autres, on récite un Salve quand on la voit paraitre.

À Zerain on salue la lune en lui disant:

« Ilargi amandre santue, Jainko ok bedeinkautzala; nere begi ederrak gaitzik ez deiola; ikusten duen guziik ala esan deiola ».
« Lune Sainte grand-mère, que Dieu la bénisse, que l'intensité de mon regard ne lui fasse aucun mal; chaque fois mon regard s'adresse à elle de la même façon ».

L'un des symbole de la lune est Marigorri (Mari la rouge), la coccinelle (Coccinella septempunctata), on s'adresse à elle par des formules dans lesquelles on la qualifie de grand-mère lune. Un jour de la semaine, le vendredi, lui est dédié ou consacré. Son nom est Ostiral. Il possède un élément commun avec Irargi (lune), et forme un couple avec le jeudi Ostegun (jour du ciel).

D'après une croyance qui est toujours en vigueur, le nom Ilargi signifie lumière des morts. Cette croyance s'inscrit bien dans cette autre, selon laquelle Ilazki éclaire les âmes des défunts. De même on croit que la cire, dont l'un des noms est argizagi se confond avec l'un de ces noms donnés à la lune, lorsqu'elle est allumée sur la tombe, éclaire les ancêtres dont la sépulture abrite les corps.

Le fait que le sort des âmes des défunts puisse avoir quelque rapport avec Ilargi, semble découler de la croyance suivante : si l'on meurt à la lune montante, c'est de bon augure pour la vie future de l'âme.

On croit que les personnes et les animaux conçus lors de la lune montante sont de sexe mâle ; ceux conçus à la lune descendante sont de sexe femelle.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Ilargi signifie « lune » en basque. Littéralement lumière des morts, de il (« mort ») et argi (« lumière »). Le suffixe a désigne l'article : ilargia se traduit donc par « la lune ». On peut trouver les terminaisons en gui mais il s'agit d'une mauvaise orthographe car, en basque, cela donnerait : ilarguoui au lieu de « ilargui » (prononcé à la française).

Note[modifier | modifier le code]

Il n'existe pas de genre (masculin, féminin) dans la langue basque et toutes les lettres se prononcent. Il n'y a donc pas d'association comme pour le français où qu se prononce k.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • José Miguel Barandiarán, Dictionnaire Illustré de Mythologie Basque, traduit et annoté par Michel Duvert, Donostia, éditions Elkar, 1994. (ISBN 2-913156-36-3)
  • Wentworth Webster Légendes basques, traduction Nicolas Burguete, éditions Aubéron, 2005. (ISBN 2-84498-080-5)
  • Cerquand, Jean-François, Légendes et récits populaires du Pays Basque, Pau, L. Ribaut,‎ 1875-1882, 181 p. (lire en ligne) (Réédition éditions Aubéron, 2006, ISBN 2-84498-093-7)