Aketegi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Aketegi
Aketegui près des sommets voisins dans le massif d'Aizkorri
Aketegui près des sommets voisins dans le massif d'Aizkorri
Géographie
Altitude 1 548 m
Massif Massif d'Aizkorri (Montagnes basques)
Coordonnées 42° 57′ 33″ nord, 2° 19′ 40″ ouest
Administration
Pays Drapeau de l'Espagne Espagne
Communauté autonome Pays basque
Province Guipuscoa

Géolocalisation sur la carte : Pays basque

(Voir situation sur carte : Pays basque)
Aketegi

Géolocalisation sur la carte : Montagnes basques

(Voir situation sur carte : Montagnes basques)
Aketegi

Géolocalisation sur la carte : Espagne

(Voir situation sur carte : Espagne)
Aketegi
Plaque signalant le sommet géodésique

L'Aketegi est une montagne de 1 548,2 mètres d'altitude dans les montagnes basques. Elle est située dans la province du Guipuscoa, au Pays basque (Espagne). C'est aussi un lieu de la mythologie basque.

Situé dans le massif d'Aizkorri, Aketegi est considéré jusqu'au milieu des années 1980 comme étant le point culminant du massif. Mais des mesures effectuées à cette époque révèlent que son voisin, le mont Aitxuri, dépasse le mont Aketegi de quelques mètres avec 1 551 m.

Géographie[modifier | modifier le code]

Comme le reste du massif, Aketegi est formé de roches calcaires qui ressurgissent fortement. Au pied du mont, se trouvent les champs d'Urbia et le sanctuaire d'Arantzazu. Sur le versant nord, se trouve le mont Goierri. Depuis le sommet d'Aketegi, on aperçoit le village de Zegama en premier lieu ainsi que les voies du chemin de fer Irun-Madrid.

La ligne de crête entre l'Aloña et l'Aitzkorri est nommée le pas de Biozkornia, qui est aussi connu sous le nom de Hamabi Apostoluak (« les Douze Apôtres » en basque).

À l'est du mont, se trouve le corridor de Kanal Aundi (« grand canal » en basque) qui le sépare du reste des autres sommets. Ce corridor est aussi le chemin qui permet de l'atteindre. Au nord se trouve la demeure de Mari. Au sommet, on peut apercevoir Anboto à l'ouest. Il y a aussi un point de repère géodésique de premier ordre[1].

Mythologie basque[modifier | modifier le code]

Les demeures attribuées à Mari sont diverses, toutes situées dans les cavernes des hautes montagnes, dont Anboto, Aketegi, Txindoki (dans le massif d'Aralar), etc.[2]

La grotte qui se trouve dans sa face nord constituerait une demeure de Mari. Selon les dires, la déesse a une habitation à Aiztkorri et plus précisément à Aketegi. La légende de Zegama raconte que Mari vient dans cette maison tous les 6 ans et y reste durant trois années. On raconte que dans cette grotte, Mari, a des lits d'or pur et il y a généralement une odeur enivrante de pain récemment cuit qui recouvre toute la zone.

On prétend que si quelqu'un l'appelle en disant trois fois "Aketigiko Dama !" (Dame d'Aketigi en basque), elle vient se placer au-dessus de sa tête. On dit également qu'à Aketegi, Mari fait la lessive les mercredis et cuit le pain les vendredis. Quand elle est occupée à ses tâches, un petit nuage blanc fait son apparition au-dessus de la grotte[3].

Ascensions[modifier | modifier le code]

Itinéraires[modifier | modifier le code]

Les itinéraires sont nombreux pour l'ascension de cette montagne, et presque les mêmes que pour monter sur le mont d'Aizkorri.

Depuis le col de Otzaurte[modifier | modifier le code]

Depuis le col d'Otzaurte à 671 m d'altitude, il faut prendre une piste qui se dirige vers la crête de Beunda où se trouve une bergerie et une aire de loisir. En traversant la pente sud de l'Añabasolo, par la droite, on arrive à Aldaola (832 m). Sur les crêtes d'Añabaso, en direction du mont d'Aitzkorri, nous atteignons à 1 008 m le passage de San Adrián. Ce passage est en fait un tunnel naturel avec dans son sein un petit ermitage nommé lui aussi San Adrián. Nous suivons vers la source de Lizarrate mais avant d'arriver, nous dévions vers la droite pour commencer l'ascension du sommet d'Aitzkorri, tout en passant à côté du petit tumulus de San Adrián. L'ascension se fait dans une forêt de hêtres avant une forte pente. Ce parcours est appelé le « calvaire », bien que son nom original soit mandobide (« chemin du mulet » en basque).

Il y a une variante qui part de l'ermitage du Sancti Spiritus, à 969 m d'altitude. Elle se trouve avant d'arriver au tunnel de San Adrián. Nous suivons la ligne de crête, vers l'ouest, jusqu'à passer Kanal Aundi, puis on monte jusqu'au sommet d'Aketegi et ensuite d'Aitxuri.

Depuis Arantzazu[modifier | modifier le code]

Une fois que nous nous trouvons au sanctuaire d'Arantzazu (731 m), on monte à Urbia par large chemin. L'entrée aux terrains d'Urbia s'effectue par le col d'Elorrola (1 161 m). On y trouve les peñas de Zabalaitz (1 262 m) à droite et d'Enaitz (1 301 m) à gauche. On suit le sentier, puis on arrive à l'ermitage, situé avant l'auberge de repos touristique. La ligne de crête est ouverte sur des terres pastorales. On peut monter par son côté ouest, en direction du dolmen d'Aizkorritxo.

Depuis Zegama[modifier | modifier le code]

En partant de Zegama (296 m), nous montons à la gare de chemin de fer et de là nous prenons le chemin vers le col d'Intzuzaeta. Par la gauche, en suivant la route d'Andreaitz, nous accédons à la crête. Quand nous arriverons au pas d'Andreaitz (1 324 m), nous allons vers les champs d'Urbia et tournons à gauche, en faisant le tour du sommet d'Andreaitz (1 434 m). Nous arrivons au col de Lugaitze, d'où nous commençons le parcours par la ligne de crête jusqu'au sommet de l'Aitxuri.

Depuis Araia[modifier | modifier le code]

Pour monter depuis Araia, on suit la route de l'Aratz pour ensuite dévier vers le passage de San Adrián. De là, il faut monter vers l'Aitzgorri. Pour cela nous nous dirigeons vers ce qui reste de l'ancienne fonderie Ajuria et prenons un chemin à gauche (la colline des wagonnets). Elle monte jusqu'aux carrières du rocher de San Miguel et depuis là, en faisant le tour des carrières, nous montons à la source d'Iturriotz (1 050 m) pour gagner la clairière où on trouve la cabane d'Azkosaroi. Nous laissons ici le sentier qui va à l'Aratz pour nous diriger vers le tunnel de San Adrián et l'Aitzgorri. En suivant la ligne de crête, après avoir passé Kanal Aundi. nous arrivons à l'Aketegi.

Temps d'accès[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Un repère géodésique est un signal qui indique une position précise et qui fait partie d'un réseau de triangles avec d'autres sommets géodésiques. En Espagne, ils sont généralement formés par un cylindre de 120 centimètres de hauteur et de 30 centimètres de diamètre soutenu dans une base cubique de béton, tout cela peint de blanc. Ils sont normalement dans des hauts emplacements et dégagés pour pouvoir voir d'autres points, c'est pour cela qu'il y a généralement quelques bonnes vues panoramiques. Depuis 1975, ils sont protégés par la Loi sur les Signaux Géodésiques et Géophysiques.
  2. Mythes et légendes. C'est de là que Mari émerge à la surface de la terre. Mari est une dame élégante, c'est la maîtresse des profondeurs, de la terre et des météores. Tous les sept ans elle déménage d'un logis à l'autre, à travers les airs, entourée d'un halo de lumière. Mari se coiffe avec un peigne en or et personne ne peut s'en approcher.
  3. La Dame d'Aketegi sur Abarka.free.fr

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]