Olentzero

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Olentzero à Hendaye (64)

Olentzero, ou Olentzaro, Orentzaro, Omentzaro, Orantzaro est un personnage dans la culture et la tradition basque, charbonnier de profession. Ce terme désignait au XVIIe siècle la nuit de Noël, ou l'époque de l'année correspondante. Le charbon est signe d'une vie latente et il symbolise le soleil qui va recommencer à chauffer la terre en ce solstice d'hiver.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Olentzero : de nombreuses hypothèses ont été émises sur l'origine de ce nom (métathèse du français Noël > Olen, impossible car la forme primitive est Onen- , traduction de Nochebuena, etc.). Selon Jean-Baptiste Orpustan et Michel Morvan, à partir de on "bon", antz "vers" et aro "période de temps, époque". Le terme basque est antérieur au Noël chrétien[réf. nécessaire] et correspondrait aux fêtes païennes du solstice d'hiver. C'est à partir de cette époque que l'on se dirige vers le printemps et le renouveau de la nature, vers le bon temps.

Olentzero est une invention complète de l'écrivain basque Pio Baroja dans le volume intermedios paru à Madrid aux éditions Espasa-Calpe paru en 1932. Il y décrit un dieu local de type solaire . Toutes les légendes folkloriques modernes du XX-eme siècle se sont basées dessus par nostalgie régionaliste et reconstruction artificielle d une identité[1]. Ce dieu imaginaire fut construit à partir d' un mélange et d une déformation de mythes chrétiens , européens et américains.

Le recueil de légendes "Les légendes des Pyrénées" de Karl des Monts 3e édition 1876 ne donne aucune mention de Olentzero[2]. Le recueil "Légendes et récits populaires du Pays basque" écrit par M.Cerquand en 1875 ne donne aucune motion de Olentzero . Ce qui prouve que les légendes furent forgées postérieurement[3].

Le personnage[modifier | modifier le code]

Dans certains villages on présente ce même Olentzaro sous les traits d'un personnage un peu grotesque[4] qui fait son apparition la nuit de Noël. Il est généralement présenté comme un charbonnier, sale, grossier, il a autant d'yeux que l'année a de jours plus un, il apparaît avec un bouquet d'ajoncs, une faucille à la main. On dit qu'il est glouton, qu'il entre la dans la maison la nuit de Noël par la cheminée (ce qui justifiait de nettoyer le conduit à l'avance), qu'il vient dans la cuisine quand la famille s'est retirée au lit. Il se chauffe aux flammes d'Olentzero enbor (le tronc d'Olentzero) ou gabonzuzi qui se consume cette nuit-là dans la cheminée. Parfois, comme à Berastegi, il met le feu à sa botte d'ajoncs et c'est ainsi qu'il se chauffe.

Lors des fêtes villageoises traditionnelles, Olentzero est représenté sous la forme d'un mannequin fait de paille et de chiffons, que l'on promène sur des brancards, de maison en maison, en faisant la quête de la nuit de Noël. Les enfants le font de jour, les adultes, de nuit. Cette tradition semblait se perdre ou, du moins, réduite à quelques villages mais elle revient en force de nos jours, y compris dans la partie nord (Iparralde) du Pays basque.

Cependant, la principale raison de voir ce charbonnier descendre dans les villages basques vient d'une légende qui dit que ce personnage vient annoncer la naissance de Kixmi, Jésus, qui provoqua la disparition subite des Jentil. Voici ce que chantent les jeunes d'Oiartzun:

Chanson d'Olentzero
Texte basque Texte français
Olentzero joan zaigu
mendira lanera
intentziuarekin
ikatz egitera
adittu duenian
Jesus jaio dela
lasterka etorri da
berri ona ematera.
Olentzero nous a quitté
vers la montagne pour travailler
désirant
faire du charbon
quand il a entendu
que Jésus était né
il est venu en courant
donner la bonne nouvelle.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Les Nouvelles littéraires, artistiques et scientifiques : hebdomadaire d'information, de critique et de bibliographie », sur Gallica,‎ (consulté le 20 décembre 2015)
  2. Karl des monts, Légendes des pyrénées ( 3ème édition ), 275 p. (lire en ligne)
  3. M Cerquand, Légendes et récits populaires du pays basque, Léon Ribaut à Pau ( libraire de la société des sciences , des lettres et des arts ),‎ 1875 ( édition 1886), 172 p. (ISBN 2-84498-093-7, lire en ligne)
  4. olentzero, charbonnier de carnaval

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Olentzero.net, est le site officiel des Olentzeros de Bayonne, Pampelune et Lesaka, parmi beaucoup d'autres endroits.