Mazangé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Mazangé
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre
Département Loir-et-Cher
Arrondissement Vendôme
Canton Vendôme-1
Intercommunalité Communauté de communes du Vendômois Rural
Maire
Mandat
Évelyne Viros
2008 - 2014
Code postal 41100
Code commune 41131
Démographie
Gentilé Mazangéens
Population
municipale
914 hab. (2011)
Densité 38 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 49′ 29″ N 0° 56′ 47″ E / 47.8247222222, 0.946388888889 ()47° 49′ 29″ Nord 0° 56′ 47″ Est / 47.8247222222, 0.946388888889 ()  
Altitude Min. 71 m – Max. 156 m
Superficie 24,26 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Loir-et-Cher

Voir sur la carte administrative du Loir-et-Cher
City locator 14.svg
Mazangé

Géolocalisation sur la carte : Loir-et-Cher

Voir sur la carte topographique du Loir-et-Cher
City locator 14.svg
Mazangé

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Mazangé

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Mazangé

Mazangé est une commune française, située dans le département de Loir-et-Cher en région Centre. Ses habitants s'appellent les Mazangéennes et les Mazangéens.

Géographie[modifier | modifier le code]

Mazangé est située à 11 km à l'ouest de Vendôme près de la RD 5 qui relie Vendôme à Savigny-sur-Braye et la RD 24 qui relie Vendôme à Montoire-sur-le-Loir.

Le long de la RD 5, entre la commune de Villiers-sur-Loir et le lieudit "Le Gué du Loir" (commune de Mazangé) on peut observer encore de l'habitat troglodyte au village de Saint-André. Au lieudit "Le Gué du Loir" on peut encore distinguer les restes du "Fort", espèce de cavité naturelle, située en hauteur, et qui servait de poste d'observation pour les guetteurs du château de Vendôme. En ce lieu, la rivière le Boulon se jette dans le Loir après avoir parcouru environ 30 kilomètres dont 5 sous terre. Non loin de là, la rivière de Mazangé, alimentée par une source naturelle de 100m³/h, se jette dans le Boulon. Tout près se dresse le manoir "La bonaventure", dont les douves étaient jadis alimentées par cette rivière. Deux moulins étaient établis sur ce cours d'eau dont un existe encore, le moulin d'Echoiseau, transformé en gîte.

Histoire[modifier | modifier le code]

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2008 mars 2014 Évelyne Viros - Maire
mars 2001 mars 2008 Évelyne Viros - Maire
Les données manquantes sont à compléter.

Blasonnement[modifier | modifier le code]

Blason ville fr mazangé (loir-et-cher).svg

Les armoiries de Mazangé se blasonnent ainsi :

D'azur à l'épervier d'or chaperonné, longé et perché du même, accosté en chef de deux fers de moulin d'argent.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 914 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
810 1 207 818 963 1 020 981 1 052 1 092 1 059
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 003 1 044 1 034 1 015 1 092 1 101 1 121 1 141 1 102
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 056 1 064 1 055 952 945 903 831 841 777
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
771 715 624 695 758 838 910 920 914
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2])
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (20,7 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (26,3 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (51,8 % contre 48,4 % au niveau national et 48,6 % au niveau départemental).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 51,8 % d’hommes (0 à 14 ans = 23,1 %, 15 à 29 ans = 13,2 %, 30 à 44 ans = 19,5 %, 45 à 59 ans = 25,6 %, plus de 60 ans = 18,6 %) ;
  • 48,2 % de femmes (0 à 14 ans = 20,3 %, 15 à 29 ans = 11,5 %, 30 à 44 ans = 23,5 %, 45 à 59 ans = 21,9 %, plus de 60 ans = 22,8 %).
Pyramide des âges à Mazangé en 2007 en pourcentage[3]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90  ans ou +
0,5 
7,5 
75 à 89 ans
10,6 
10,9 
60 à 74 ans
11,7 
25,6 
45 à 59 ans
21,9 
19,5 
30 à 44 ans
23,5 
13,2 
15 à 29 ans
11,5 
23,1 
0 à 14 ans
20,3 
Pyramide des âges du département du Loir-et-Cher en 2007 en pourcentage[4]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,6 
90  ans ou +
1,6 
8,3 
75 à 89 ans
11,5 
14,8 
60 à 74 ans
15,7 
21,4 
45 à 59 ans
20,6 
20,3 
30 à 44 ans
19,2 
16,2 
15 à 29 ans
14,7 
18,5 
0 à 14 ans
16,7 

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L’église Saint-Lubin[modifier | modifier le code]

Au cœur du village s'élève l'église Saint-Lubin. On dénombre quatre périodes de construction :

– au XIe siècle, un chœur et une nef de style roman ;
– fin XIIe siècle, ajout d'une tour de clocher ;
XVe et XVIe siècle, nef allongée de 9,50 m côté ouest, élargie de 2,50 m côté sud et surbaissée de 2 m. Construction de cinq contreforts et l'allongement du chœur de 5 m.
XVIe et XVIIe siècle, construction de la flèche en pierre.
À l'intérieur de la nef, on distingue encore des peintures murales. La voûte est en lambris en tiers-point peint et porte la date de 1563. La charpente à entraits et poinçons date du début XVIe siècle est ornée de médaillons et d'écussons. L’église a été classée en 1948.

Pendant plusieurs siècles l'église Saint-Lubin faisait partie du chapitre de Chartres.

Le lavoir[modifier | modifier le code]

Le lavoir principal de Mazangé se situe à 350 mètres du centre du bourg. Il est alimenté par une source dont le débit est de 100 m³/heure. Long de 42,50 m, il est le plus grand lavoir connu dans le département de Loir-et-Cher. À ciel ouvert, il fut couvert en 1938-1939. Jusqu'à vingt-trois lavandières œuvraient en même temps. Aujourd'hui encore quelques personnes viennent y laver les draps.

La tombe du capitaine Henry Viot[modifier | modifier le code]

Lors de la guerre de 1870/71, un détachement d'artillerie lourde de l'armée française était posté au lieu dit "La Hacherie". Élément clé de la défense française, ce détachement fut harcelé par les Prussiens qui réussirent après une longue journée de bataille. Le capitaine Viot, un des officiers fut mortellement touché à l'abdomen par un éclat d'obus. Soigné par un médecin Prussien, il demeura sur place dans la maison d'un des habitants de Mazangé. Il mourût dans d'atroces souffrances trois jours plus tard. Il fut enseveli à l'endroit où il tomba. Ses proches, Nantais (44), se sont rendus de nuit en calèche sur place, l'ont déterré et l'ont inhumé à Nantes, ville où il est né. Pour la mémoire de cet homme, sa famille a offert ce monument que l'on peut toujours visiter. Dans le cimetière communal sont inhumés encore 17 autres soldats français, tombés au cours de cette bataille.

Le polissoir[modifier | modifier le code]

Espèce d'énorme caillou, de la famille des silex, au fond d'un ruisseau et dont la légende dit que Gargantua, étant invité à un festin dans la région, s'est arrêté un instant au bord du ruisseau pour ôter une petite pierre de sa botte. Une fois reparti, les habitants ont constaté la présence de ce caillou dans leur ruisseau. Au cours des siècles, tout le monde venait y affûter les couteaux et autre lames de faux et faucilles avant la moisson des blés. Ce lieu est inscrit au répertoire des sites classés.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • En 1947, une plaque commémorative fut posée sur un mur du clocher de l'église Saint-Lubin en mémoire de Mme Berthe Durfort, résistante. Elle fut dénoncée et périt en camp de concentration pour avoir caché durant un certain temps des aviateurs anglais. La place de l'église porte son nom.
  • Le poète et écrivain Alfred de Musset a séjourné très souvent au lieu-dit « Le Gué du Loir » où ses parents possédaient un manoir. Ce manoir, « La Bonaventure », a, selon la légende, des origines remontant au temps des Templiers. Il fut ensuite propriété du chirurgien personnel de Louis XIV. Musset y composa de nombreuses œuvres. Dans l'enceinte du manoir on joue de temps en temps une pièce de l'auteur. C'est dans ce château qu'était né Louis Alexandre Marie de Musset, parent de son père et lui-même écrivain.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]