Villiers-sur-Loir

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir villiers-sur-loir et Villiers.

Villiers-sur-Loir
Villiers-sur-Loir
Vue générale,
photo prise en 1989.
Blason de Villiers-sur-Loir
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Loir-et-Cher
Arrondissement Vendôme
Canton Vendôme
Intercommunalité Communauté d'agglomération Territoires Vendômois
Maire
Mandat
Jean-Yves Ménard
2014-2020
Code postal 41100
Code commune 41294
Démographie
Gentilé Villiersois
Population
municipale
1 132 hab. (2015 en diminution de 5,03 % par rapport à 2010)
Densité 113 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 48′ 27″ nord, 0° 59′ 41″ est
Altitude Min. 70 m
Max. 141 m
Superficie 10,00 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Centre-Val de Loire

Voir sur la carte administrative du Centre
City locator 14.svg
Villiers-sur-Loir

Géolocalisation sur la carte : Loir-et-Cher

Voir sur la carte topographique de Loir-et-Cher
City locator 14.svg
Villiers-sur-Loir

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Villiers-sur-Loir

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Villiers-sur-Loir
Liens
Site web villiers-sur-loir.com

Villiers-sur-Loir est une commune française située dans le département de Loir-et-Cher en région Centre-Val de Loire.

Le gentilé est Villiersois(e).

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

À vol d'oiseau, la commune est située à 5,4 km au nord-ouest de Vendôme[1], à 2,8 km de Naveil[2], à 3,2 km de Thoré-la-Rochette[3], à 4,3 km de Mazangé[4] et à 5,0 km d'Azé[5].

À l'intérieur de la métropole, la commune la plus éloignée de Villiers-sur-Loir est Bonifacio, à 960,8 km (distance à vol d'oiseau)[6].

Villiers est le nom ou partie de nom de 51 communes françaises.

Le territoire de la commune est limitrophe de ceux de cinq autres communes :

Communes limitrophes de Villiers-sur-Loir
Mazangé Azé Vendôme
Thoré-la-Rochette Villiers-sur-Loir Vendôme
Thoré-la-Rochette Naveil Naveil

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La superficie de la commune est de 1 000 hectares ; son altitude varie de 70 à 141 mètres[7].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le Loir forme la limite naturelle (2,8 km) entre Villiers-sur-Loir et Thoré-la-Rochette. Cette rivière peut être traversée au pont de Chantereine : en bois jusqu'en 1904, le pont fut remplacé par un pont métallique puis par le pont actuel, en béton, inauguré en 1984.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Le territoire communal est desservi par les routes départementales 5, 67 et 957.

La commune est traversée par la ligne LGV Atlantique (branche Aquitaine) et abrite la gare TGV de Vendôme-Villiers-sur-Loir.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Villiers a pris le nom de Villiers-sur-Loir en 1918.

En 1190, il est fait mention de l'église de Villeriis. Entre le XIe et le XVIIe siècle (carte de Cassini), le nom évolue également en Villariis, Villlers, Villius[8].

Voies[modifier | modifier le code]

À Villiers, c'est en 1972 qu'on dénomma les rues.

50 odonymes recensés à Villiers-sur-Loir
au 30 mars 2014
Allée Ave. Bld Carr. Chemin Cité Clos Imp. Pass. Place Pont Rampe Route Rue Ruelle Square Tertre Autres Total
1[N 1] 5[N 2] 0 0 0 0 0 1[N 3] 0 1[N 4] 0 0 0 39[N 5] 1[N 6] 0 0 2[N 7] 50
Notes « N »
  1. Allée de la Closerie.
  2. Avenue des Rondaizes, Avenue du 11 novembre, Avenue du Petit Thouars, Avenue Pierre Armand Colin et Avenue Ronsard.
  3. Impasse de la Butte.
  4. Place Fortier.
  5. Dont Rue du 8-Mai.
  6. Ruelle Bûcheron.
  7. Autres voies non identifiées en relation avec des écarts, lieux-dits, hameaux, zones industrielles, lotissements, résidences, quartiers, parcs, etc.
Sources : rue-ville.info & annuaire-mairie.fr & perche-gouet.net & OpenStreetMap

Histoire[modifier | modifier le code]

L'histoire la plus ancienne du village et des familles nobles ayant eu Villiers parmi leurs possessions est retracée dans le remarquable ouvrage de Raoul de Saint-Venant (1845-1927): le Dictionnaire du Vendômois, publié de 1912 à 1917 sous les auspices de la société archéologique dont il était encore président. Pour Villiers, tome 4 pages 291 et suivantes (vue en ligne 147 et suivantes).1

Villiers-sur-Loir a fait partie des peu nombreuses communes restées attachées aux valeurs républicaines dès le coup d'État de décembre 1851 de Louis-Napoléon Bonaparte et des plébiscites du même mois qui débouchent sur l'instauration du second empire et l'abolition de la République. À l'origine de cette forte implantation locale du courant républicain, se trouvaient, dès 1851, des hommes comme le docteur Silly (1808-1892), et d'autres comme l'instituteur de Villiers, Jean-Baptiste Michel Launay (1817-1897) révoqué pour ses idées et activités politiques (il resta à Villiers où il exerça la profession d'arpenteur) ou bien encore René-Claude Noulin[9] (1809-1893), cabaretier à Naveil et qui fut déporté en Algérie pour les mêmes raisons[10]. Leur influence fera que la commune de Villiers-sur-Loir sera la seule, du canton à voter "non" à 64 % lors du plébiscite de 1870.

La commune de Villiers-sur-Loir, comme beaucoup d'autres de la région, a durement souffert de la guerre de 1870-1871. Cette triste période, les souffrances de la population et les batailles livrées dans les alentours immédiats, ont été rapportées et décrites par Henri Mésange, ancien maire et membre de la Société archéologique, scientifique et littéraire du Vendômois dans un article paru en 1978 dans la revue de ladite société (pages 47 à 64)[11].

37 Villiersois sont morts pour la France au cours de la guerre 1914-1918 et 4 au cours de la guerre 1939-1945[12].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le nombre d'habitants au dernier recensement étant compris entre 500 et 1 499, le nombre de membres du conseil municipal est de 15[13].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Mairie, vue de la place.
Mairie, nouvelle entrée depuis avril 2010.
Liste des s successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1792 1792 Jouin   Officier public
1792 1793 Louis Bonnet    
1793 an VIII Philippe Bonnet   Adjoint faisant fonctions
an VIII an XIII G. Brillard    
an XIII 1830 Charles-Paul Blondel    
1830 1843 Charles-Aimé Marganne    
1843 1852 Pierre-Jean Chaillou    
1852 1858 de Waresquiel    
1858 1865 Vincent Gaillard    
1865 1873 Ernest Fortier    
1874 1876 Henri Malangeau    
1876 1882 Ernest Fortier   Conseiller général de Selommes
1882 1890 Ernest Fillon    
1890 1892 Alphonse Rivière   Conseiller général, député
1892 1912 Auguste Noël    
1912 1919 Louis Chaillou    
1919 1925 Pierre Renard    
1925 1935 Léonard Vergeot    
1935 1937 Marius Mory    
1937 1942 Louis Besnard-Ferron   Conseiller général, député
1942 1959 Gaston Rivière    
1959 1971 Louis Gatien    
1971 1977 André Valleroy    
1977 1989 Henri Mésange    
1989 1995 Gaston Pezière    
1995 2008 Paul Ladevie    
2008 2014 Henri Burgos    
mars 2014 en cours
(au 15 janvier 2016[14])
Jean-Yves Ménard    

Depuis le 1er janvier 2017, la commune de Villiers sur Loir est rattachée à l'intercommunalité dénommée « Territoires vendômois » qui regroupe 66 communes et plus de 55 000 habitants[15].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[16]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[17].

En 2015, la commune comptait 1 132 habitants[Note 1], en diminution de 5,03 % par rapport à 2010 (Loir-et-Cher : +0,9 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 1731 2431 2431 2881 3081 3421 4091 4271 386
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 3551 3501 3581 3461 3111 2731 2721 1381 097
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 0281 038955873827806802798844
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
7567668249979761 1901 2091 1951 140
2015 - - - - - - - -
1 132--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[18] puis Insee à partir de 2006[19].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (25 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) tout en étant toutefois inférieur au taux départemental (26,3 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (50,5 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 49,5 % d'hommes (0 à 14 ans = 20,1 %, 15 à 29 ans = 15,2 %, 30 à 44 ans = 18,4 %, 45 à 59 ans = 22 %, plus de 60 ans = 24,1 %) ;
  • 50,5 % de femmes (0 à 14 ans = 20,4 %, 15 à 29 ans = 10,9 %, 30 à 44 ans = 20,5 %, 45 à 59 ans = 22,4 %, plus de 60 ans = 25,8 %).
Pyramide des âges à Villiers-sur-Loir en 2007 en pourcentage[20]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90  ans ou +
1,0 
7,4 
75 à 89 ans
9,4 
16,2 
60 à 74 ans
15,4 
22,0 
45 à 59 ans
22,4 
18,4 
30 à 44 ans
20,5 
15,2 
15 à 29 ans
10,9 
20,1 
0 à 14 ans
20,4 
Pyramide des âges du département de Loir-et-Cher en 2007 en pourcentage[21]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,6 
90  ans ou +
1,6 
8,3 
75 à 89 ans
11,5 
14,8 
60 à 74 ans
15,7 
21,4 
45 à 59 ans
20,6 
20,3 
30 à 44 ans
19,2 
16,2 
15 à 29 ans
14,7 
18,5 
0 à 14 ans
16,7 

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune de Villiers-sur-Loir dépend de l'académie d'Orléans-Tours et de l'Inspection académique de Loir-et-Cher. Elle administre une école maternelle et une école élémentaire communales[22].

Ernest Fortier, riche notable, achète en 1854 une closerie qu'il agrandit en 1855, mais ruiné, il quitte la commune en 1885. La commune achète la closerie en 1889 et la transforme en école qui est inaugurée les 6 et 7 septembre 1891. En 1968, l'école est agrandie durant la mandature de Louis Gatien dont le nom sera donné à l'école. En 2001, elle est encore agrandie (cantine et garderie) et la bibliothèque municipale prend place dans ce nouveau bâtiment.

Santé[modifier | modifier le code]

Hôpital et clinique à Vendôme.

Médecins généralistes à Vendôme et bourgs environnants. Pharmacie à Mazangé et Vendôme.

Économie[modifier | modifier le code]

Viticulure :[23] 2 appellations sont autorisées sur le territoire de Villiers-sur-Loir :

- le Coteaux du Vendômois est un label français AOC (Appellation d'Origine Contrôlée) et un label européen AOP (appellation d'origine protégée). C'est un vin tranquille et sec, produit en blanc (cépage Chenin), gris (cépage pineau d'Aunis) et rouge (cépages pineau d'Aunis pour au moins 50 %, pinot noir, cabernet ou gamay). Une petite partie du blanc est récoltée en vendanges tardives pour produire un blanc moelleux ;
- le Val de Loire est un label européen IGP (Indication Géographique Protégée). À noter que le label IGP remplace le label VDP (Vin De Pays) depuis 2009. Il possède également la mention « régional ». La mention « Régional » signifie que l’IGP possède l'aire légale de production du vin la plus vaste possible, celle de « Val de Loire » regroupant 14 départements. Ce vin est produit en blanc, rosé et rouge (vins secs et tranquilles).

Une étude sur l'économie du Vendômois au XVIIIe siècle[24] indique que si la viticulture a été présente dès le moyen-âge dans la région et a longtemps pris une place très importante dans la région de Vendôme, son importance a ensuite diminué au cours du XVIIIe siècle et que « à Villiers, paroisse la plus viticole de l’arrondissement, l'enquête de l'an X (1802) ne mentionne que 260 arpents de vigne (soit 215 ha) contre 550 septrées de terres labourables (341 ha) et 48 quartiers de pré (10 ha). Le premier cadastre, établi pendant l’Empire, indique de même que les vignes n’occupent que 30 % du terroir, contre 53 % pour les terres labourables ».

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Monuments historiques[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Hilaire est classée depuis le [25]

Cette église paroissiale dédiée à saint Hilaire, présente de remarquables peintures murales du XVIe siècle. La nef contient une monumentale statue de saint Christophe et une représentation murale du Dit des trois morts et des trois vifs : trois jeunes gentilshommes sont interpellés dans un cimetière par trois morts, qui leur rappellent la brièveté de la vie et l'importance du salut de leur âme. La peinture a été découverte puis dégagée dans les années 1920 par le peintre Eugène Canivet chargé de refaire l'intérieur de l'église. Elle est aussi placée sous le vocable de saint Gilles. Elle a été construite au XIIe siècle et remaniée au XVIe siècle. Les deux chapelles latérales : chapelle de la Vierge au nord, chapelle Saint-Jacques au sud datent du XVIe siècle. Les vitraux se trouvant dans ces deux chapelles furent offerts par la famille Du Petit Thouars à la fin du XIXe siècle et début XXe siècle. Deux cimetières se trouvaient près de l'église : le « vieux » cimetière au nord et le cimetière Saint-Jacques au sud. Le cimetière actuel date de 1810. Le monument aux morts y fut élevé en 1923.

À l'intérieur de cette église, de nombreux objets sont « classés »[26] :

  • statue : Saint André
  • bâton de procession de confrérie : Saint Vincent
  • ornement : étole, manipule, voile de calice
  • autel, deux gradins d'autel, tabernacle, retable, tableau : Jésus rappelant à ses parents, la Vierge et saint Joseph, sa mission divine, quatre statues (maître-autel)
  • banc d’œuvre
  • statue : Christ en croix
  • statue : saint Jacques
  • retable de la chapelle Saint-Jacques
  • stalles (jouées de)
  • clôture de chœur (table de communion)
  • lutrin (aigle-lutrin)
  • peintures monumentales de la nef : dit des trois morts et des trois vifs (le), saint Christophe, scène de la vie de saint Éloi
  • console
  • devant d'autel
  • stalles
  • cabinet
  • deux sièges de célébrant (siège d'officiant)
  • vantail de la porte de la sacristie
  • chasuble, deux dalmatiques : l'Arbre de Jessé, scènes de la vie du Christ et de la Vierge.

Autres lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La mairie, construite sur les plans de l'architecte E. Marganne, est inaugurée le . Sa construction fut financée par Ernest Fortier (de son vrai nom Chrictot) (1822-1890) qui sera maire de 1865 à 1882. La place devant la mairie porte son nom. Un campanile fut ajouté en 1904. Une horloge monumentale de 2 mètres de diamètre y fut installée. Elle remplaça celle qui était au pignon de l'église.[réf. nécessaire]

L'actuelle place Fortier, précédemment nommée place Saint-Jacques, était occupée jusqu'en 1815 par un cimetière.[réf. nécessaire]

Le jacquemart a été réalisé en 1992 par Alain Henry, dinandier de Villiers, aidé par Bernard Delagrange, dinandier de Bourges. Il évoque la légende du « Trou du serpent » et n'est plus animé en 2016.[réf. nécessaire]

Jusqu'à la fin du XIXe siècle, l'accès au château de la Vallée se faisait par une longue allée d'honneur créée en 1871 par la propriétaire du domaine. À la fin du XXe siècle, la commune achète une partie de cette allée qu'elle transforme en lieu de promenade.[réf. nécessaire]

Le château de la Vallée a été le lieu de résidence de plusieurs familles nobles du XVIIe au XXe siècle. Il est acquis en 1947 par la commune de Stains (93) pour y loger une colonie de vacances, qui porte le nom de l'écrivain, journaliste et homme politique Paul Vaillant-Couturier.[réf. nécessaire]

Le coteau Saint-André, orienté plein sud, abrité des vents du nord et à proximité de la rivière, a été creusé par l'homme, au cours des siècles, pour en faire un refuge, des habitations, des caves et un lieu d'extraction de pierres de construction. Ces caves étant à température constante (15°), elles ont servi et servent encore d'habitations et de lieu idéal pour la conservation du vin. Ces nombreuses carrières ont fourni des pierres de tuffeau de différentes qualités. L'extraction de ces pierres cessa vers 1910. Certaines caves devinrent des champignonnières. En 1976, l'une d'elles reste ouverte au public.[réf. nécessaire]

Patrimoine lié à l'eau[modifier | modifier le code]

Le Dictionnaire du Vendômois publié entre 1912 et 1917 par Raoul de Saint-Venant et la Société archéologique, scientifique et littéraire du Vendômois (voir tome 4 pages 147 et ss)[27] donne de nombreuses indications sur ce type de patrimoine :

Le territoire de la commune comprend une trentaine de puits à manivelle d'une profondeur variant de 8 à 40 mètres. Un premier puits artésien a été creusé en 1868 (143 mètres) sur la propriété d'Ernest Fortier, alors maire. Un deuxième a été creusé vers 1875 sur le domaine de la Vallée. Un troisième, communal, a été creusé en 1888 (140 mètres), suivi d'un quatrième également communal.

La commune comptait trois lavoirs, un sur le Loir et deux alimentés par des puits artésiens. Le premier a disparu et les deux autres ne sont plus en fonction.

Un château d'eau avec puits artésien fut construit par M. Ernest Fortier sur sa propriété en 1868 pour son usage personnel. Il alimentait également le lavoir de « la muraille blanche ». Le surplus d'eau s'évacuait sur un fossé menant au Loir. Un château d'eau communal a été construit en 1936-1937. Il était alimenté par le puits artésien foré en 1888 et a permis la mise en service du réseau de distribution d'eau potable. Il a été remplacé par l'actuel, construit en 1968.

La commune dispose de deux plans d'eau :

  • l'étang de Riotte intercommunal Naveil - Villiers, espace de 12 hectares dédié essentiellement à la pêche et à l'observation de la nature ;
  • le plan d'eau du Vendômois intercommunal, aménagé suite à la suite des travaux de la ligne TGV Atlantique. Inauguré en 1990, d'une superficie de 16 ha sur une emprise de 23 ha, il offre diverses activités : voile, baignade, pêche…. Il bénéficie depuis 2010 du classement national Pavillon Bleu d'Europe qui est un label de qualité, relatif aux eaux de baignade.

Légende du trou du Serpent[modifier | modifier le code]

Cette légende, très populaire, ainsi que d'autres relatives à des dragons en pays vendômois, a été relatée notamment par l'abbé Simon dans son Histoire de Vendôme et de ses environs parue en 1835 [1](pages 73 à 76). Au temps du roi mérovingien Childebert Ier qui résidait dans la région, un dragon terrorisait la population. Son repère était une grotte creusée dans le rocher, vers Saint-André. Le roi ordonna à Brayanus, un de ses prisonniers, de tuer ce monstre en échange de sa liberté. Celui-ci, à bord d'un char aux roues équipées de longues lames d'acier bien aiguisées, lança son attelage à bride abattue alors que le monstre buvait à la rivière. Il le coupa en trois morceaux. C'est cette légende qui est représentée par un jacquemart installé dans le centre du village.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Anne Demerson (1786-1872), morte au château de la Berthelotière où s'était retirée.
  • François, Charles, Léon SILLY (1808-1892) médecin, républicain et opposant au second empire[28]. Il est le fils du général Pierre Louis François Silly
  • Abel Bergasse Dupetit-Thouars (1832-1890), officier de marine, héros du Pérou, inhumé au cimetière de Villiers, commune où se trouve la résidence familiale.
  • Meven Mordiern (1878-1949), écrivain de langue bretonne, y passa son enfance.
  • Yves Dartois (1901-1974), pseudonyme de Henri Jean Yves Ruelle, auteur de roman policier, de littérature d'enfance et de jeunesse et de littérature populaire. Il disposait d'une résidence secondaire à Villiers-sur-Loir.
  • Irène Frain (1950), femme de lettres, romancière, journaliste et historienne, possède avec son mari une demeure familiale[29].
  • Henri Mésange, décédé en 2003, maire de 1977 à 1989, membre de la Société archéologique, scientifique et littéraire du Vendômois, ce passionné d'histoire a publié des articles ainsi que 2 livres (Villiers, un village au fil des siècles en 1995 et Troglos et Perreyeux en 2002) relatifs à l'histoire locale. Il avait été fait chevalier des arts et lettres.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason ville fr villiers sur loir (loir-et-cher).svg

Les armoiries de Villiers-sur-Loir se blasonnent ainsi :

Parti d'azur et de gueules, aux deux chevrons jumelés renversés d'or brochant, accompagnés en chef d'une molette d'éperon d'argent brochant également, et en pointe de deux cimeterres aussi d'argent, garnis d'or, appointés en chevron renversé.

Création J.P. Fernon (1995).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Villiers, un village au fil des siècles d'Henri Mésange, paru en décembre 1995 (ISBN 2-904 736 06-9)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Orthodromie entre "Villiers-sur-Loir" et "Vendôme" », sur le site lion1906 de Lionel Delvarre (consulté le 6 mai 2016).
  2. « Orthodromie entre "Villiers-sur-Loir" et "Naveil" », sur le site lion1906 de Lionel Delvarre (consulté le 6 mai 2016).
  3. « Orthodromie entre "Villiers-sur-Loir" et "Thoré-la-Rochette" », sur le site lion1906 de Lionel Delvarre (consulté le 6 mai 2016).
  4. « Orthodromie entre "Villiers-sur-Loir" et "Mazangé" », sur le site lion1906 de Lionel Delvarre (consulté le 6 mai 2016).
  5. « Orthodromie entre "Villiers-sur-Loir" et "Azé" », sur le site lion1906 de Lionel Delvarre (consulté le 6 mai 2016).
  6. « Informations diverses sur la commune de Villiers-sur-Loir », sur le site lion1906 de Lionel Delvarre (consulté le 6 mai 2016).
  7. Répertoire géographique des communes, publié par l'Institut national de l'information géographique et forestière, [lire en ligne].
  8. « Dictionnaire du Vendômois », sur www.vendomois.fr (consulté le 12 mai 2018)
  9. Etienne Minier, R Info - La Girafe, eminier@lagirafe.fr, « CO-LIBRIS.NET », sur www.co-libris.net (consulté le 9 février 2017)
  10. « Le docteur Silly, le bon médecin de Villiers – Association 1851 », sur 1851.fr (consulté le 6 novembre 2016)
  11. scientifique et littéraire du Vendômois Société archéologique, « Bulletin de la Société archéologique, scientifique et littéraire du Vendômois », sur Gallica, (consulté le 28 octobre 2016)
  12. (en) Eric Blanchais, « MémorialGenWeb Relevé », sur www.memorialgenweb.org (consulté le 28 février 2017)
  13. art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales.
  14. « Compte rendu de la réunion du conseil municipal du 15 janvier 2016 », sur le site de la mairie (consulté le 6 mai 2016).
  15. Communauté du Pays de Vendome, « Communauté du Pays de Vendôme - Une nouvelle communauté de 66 communes. », sur www.vendome.eu (consulté le 28 février 2017)
  16. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  17. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  18. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  19. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  20. « Évolution et structure de la population à Villiers-sur-Loir en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 11 octobre 2010)
  21. « Résultats du recensement de la population du Loir-et-Cher en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 11 octobre 2010)
  22. « Loir-et-Cher (41) > Villiers-sur-Loir > École », sur le site du ministère de l'Éducation nationale (consulté le 6 mai 2016).
  23. « Village de Villiers-sur-Loir (41100) : Informations viticoles et générales », sur www.vin-vigne.com (consulté le 19 novembre 2017)
  24. Jean Vassort, Une société provinciale face à son devenir : le Vendômois aux xviiie et xixe siècles, Éditions de la Sorbonne, coll. « Histoire moderne », (ISBN 9782859448479, lire en ligne), p. 49–96
  25. « Église Saint-Hilaire », notice no PA00132572, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  26. « Liste des objets historiques de la commune de Villiers-sur-Loir », base Palissy, ministère français de la Culture.
  27. « Dictionnaire du Vendômois », sur www.vendomois.fr (consulté le 12 mai 2018)
  28. « Le docteur Silly, le bon médecin de Villiers – Association 1851 », sur 1851.fr (consulté le 28 octobre 2016)
  29. http://www.irenefrain.com/biographie.php