Droits LGBT en Pologne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Droits LGBT en Pologne
Image illustrative de l'article Droits LGBT en Pologne
Parada Równości à Varsovie en 2018.
Dépénalisation de l’homosexualité Oui Oui
Identité de genre Oui Oui
Service militaire Oui Oui
Protection contre les discriminations dans le code du travail pour l'orientation sexuelle depuis 2003 dans le code du travail pour l'orientation sexuelle depuis 2003
Mariage Non Non
Partenariat Non Non
Adoption Non Non

Les personnes lesbiennes, gays, bisexuelles et transgenres (LGBT) en Pologne peuvent faire face à des difficultés légales que ne connaissent pas les résidents non-LGBT.

Cadre juridique[modifier | modifier le code]

Reconnaissance légale[modifier | modifier le code]

Couple posant pour une campagne contre l'homophobie en 2003.

Il n'y a pas de reconnaissance légale des couples homosexuels. L'article 18 de la Constitution de la république de Pologne (1997) définit le mariage comme l'union d'un homme et d'une femme et la place sous la protection de la république de Pologne[1].

Droit d'asile[modifier | modifier le code]

En août 2013, un Ougandais a obtenu par décision administrative le droit d'asile en Pologne sur la base de son orientation sexuelle. C'est la 1re fois que l'asile est accordé sur la base de l'orientation sexuelle en Pologne[2].

Militantisme[modifier | modifier le code]

Le militantisme s'est exprimé depuis les années 1980 par la création d'associations, comme le Mouvement homosexuel de Varsovie (1988), Lambda Warszawa (1997), ou Campagne contre l'homophobie. Une émission de télévision, Homofonia (2006-2008), était entièrement consacrée aux LGBT.

Marche des fiertés[modifier | modifier le code]

Parada Równości à Varsovie en 2006.
Article détaillé : Marche pour l´Égalité.

Le , la Pologne a été condamnée par la Cour européenne des droits de l'homme pour avoir interdit à des militants homosexuels, sous des prétextes qualifiés de « fallacieux » par la Cour, d'organiser un défilé et plusieurs rassemblements à Varsovie en juin 2005 (voir Bączkowski et autres c. Pologne)[3]. Depuis, la marche des fiertés (Parada Równości) a lieu tous les ans dans la capitale.

Du 7 au , la Pologne a reçu la 17e Europride à Varsovie, manifestation européenne de la marche des fiertés, ce fut la première fois que cet événement européen se réunissait dans un ancien pays communiste[4]. Cette marche a été un succès avec environ 10 000 à 15 000 participants[5]. De même, les manifestations annexes et stands présentés ont attiré des milliers de personnes[6].

Le , la marche des fiertés de Gdańsk attire son nombre record de participation, avec 2 000 participants[7]. Le 3 juin 2017, près de 10 000 personnes participent à la 17e parade de l’égalité de Varsovie dans un contexte où, depuis l'élection en octobre 2015 d'un gouvernement ultraconservateur mené par le parti Droit et justice (PiS), la parole homophobe est libérée[8]. Si paradoxalement 29 % des Polonais se prononcent pour le mariage homosexuel, et que plus de la moitié de la population est d’accord pour une forme de régulation juridique des unions du même sexe, cette évolution est peu relayée au niveau politique[8].

Selon l'étude annuelle Rainbow map mené par l’organisation européenne LGBT ILGA-Europe, la Pologne est en 2017 l’un des pays européens qui assure la plus faible protection juridique en la matière. Le code pénal polonais ne reconnaît pas les crimes ou délits à motivation homophobe[8].

Création d'un Refuge[modifier | modifier le code]

En février 2015, sur le modèle de l'association française Le Refuge, est créée à Varsovie une auberge (en polonais, Ruszył hostel) dont la vocation est d’offrir un hébergement temporaire et de soutenir les jeunes homosexuels majeurs victimes d'homophobie et de transphobie, notamment dans le cadre de leur propre cellule familiale[9]. Pour ses débuts, l'auberge peut recueillir un maximum de douze personnes[10].

Arc-en-ciel[modifier | modifier le code]

L'Arc-en-ciel de Varsovie.

Le est installé l'Arc-en-ciel, monument érigé à Varsovie en soutien à l'amour et à la paix, mais aussi en soutien à la cause LGBT.

Politique[modifier | modifier le code]

Robert Biedroń, premier maire gay de Pologne.

La représentativité des hommes et femmes politique LGBT est récente en Pologne.

Le , Krystian Legierski (Les Verts) devient le premier homme politique ouvertement homosexuel à être élu conseiller municipal de Varsovie grâce à une alliance avec l'Alliance de la gauche démocratique[11].

Les élections législatives du 9 octobre 2011 marquent un tournant historique avec l'élection de personnes ouvertement LGBT. En effet, la percée du parti anticlérical Ruch Palikota permet l'élection de Robert Biedroń et Anna Grodzka, respectivement premier député ouvertement gay et première députée transgenre de Pologne[12].

Le , Robert Biedroń est le premier maire gay élu en Pologne dans la ville de Słupsk (95 000 habitants), l'emportant avec 57 % des suffrages au second tour contre le maire sortant[13].

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]