Manthes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Manthes
Manthes
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Drôme
Arrondissement Valence
Intercommunalité Communauté de communes Porte de Dromardèche
Maire
Mandat
Nathalie Durand
2020-2026
Code postal 26210
Code commune 26172
Démographie
Gentilé Manthenois, Manthenoises
Population
municipale
664 hab. (2018 en diminution de 1,48 % par rapport à 2013)
Densité 97 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 18′ 13″ nord, 5° 00′ 29″ est
Altitude Min. 222 m
Max. 320 m
Superficie 6,83 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Drôme des collines
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative de Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Manthes
Géolocalisation sur la carte : Drôme
Voir sur la carte topographique de la Drôme
City locator 14.svg
Manthes
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Manthes
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Manthes

Manthes est une commune française située dans le département de la Drôme en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Manthes est situé au nord d'Hauterives (au nord du département).

Relief et géologie[modifier | modifier le code]

Sites particuliers :

Géologie[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune esr arrosée par les cours d'eau suivants :

  • la Veuze qui prend sa source dans le bourg[1],[2] ;
  • le Dolure[1] ;
  • l'Oron[1] ;
  • Torrent de Combet[1] ;
  • Torrent de Frémuzet[1].

Climat[modifier | modifier le code]

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Manthes est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[3],[4],[5].

La commune est en outre hors attraction des villes[6],[7].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (89,8 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (92,4 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (73,3 %), zones agricoles hétérogènes (13,7 %), zones urbanisées (6,3 %), forêts (3,8 %), cultures permanentes (2,8 %)[8].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[9].

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Quartiers, hameaux et lieux-dits[modifier | modifier le code]

Site Géoportail (carte IGN)[1] :

  • Combet
  • la Gare de Manthes
  • la Grange Berton
  • la Grange Neuve
  • la Paillanche
  • le Moulin d'Oron
  • le Prieuré
  • les Avenières
  • les Bressonnières
  • les Pignarées
  • l'Île
  • Port de Jonc

Logement[modifier | modifier le code]

Projets d'aménagement[modifier | modifier le code]

Risques naturels et technologiques[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Attestations[modifier | modifier le code]

Dictionnaire topographique du département de la Drôme[10] :

  • 1333 : Mantol (choix de documents, 40).
  • XIVe siècle : mention du prieuré : prioratus de Mantula Cluniaci (pouillé de Vienne).
  • 1408 : Mantula (archives de la Drôme, E 2296).
  • XVe siècle : mention du prieuré : prioratus de Manthula (cartulaire de Cluny, 2104, note).
  • 1521 : mention du prieuré : prioratus Mantulae (pouillé de Vienne).
  • XVIe siècle : mention du prieuré : prioratus Sancti Petri de Menthula et Mentheul (pouillé gén., 73).
  • 1614 : Mantols (archives de la Drôme, E 2276).
  • 1650 : Menton (archives de la Drôme, B 1640).
  • 1778 : Mantoz (alman. du Dauphiné).
  • 1790 : Mantes (état du clergé).
  • 1891 : Manthes, commune du canton du Grand-Serre.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Du Moyen Âge à la Révolution[modifier | modifier le code]

Manthes fit partie du comté d'Albon et des possessions des dauphins[2].

La seigneurie : au point de vue féodal, Manthes faisait partie de la terre et mandement de Moras, mais le prieur y jouissait de quelques droits seigneuriaux[10].

Avant 1790, Manthes était une paroisse du diocèse de Vienne et de la communauté de Moras dont l'église, dédiée à saint Pierre, était celle d'un prieuré de l'ordre de Saint-Benoit (filiation de Cluny) qui avait dans sa dépendance les obédiences ou prieurés de Peaugres, de Montchastain et de Charrières, et dont le titulaire était décimateur et seigneur temporel du lieu[10].

Le prieuré[modifier | modifier le code]

Le prieuré de Manthes est un prieuré fondé au XIe siècle par les bénédictins de l'ordre de Cluny.

De la Révolution à nos jours[modifier | modifier le code]

En 1790, Manthes devient une section de la commune de Moras. Elle a été érigée en commune distincte du canton du Grand-Serre le 16 avril 1884[10].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendance politique et résultats[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter. : depuis 1884
1884 1888 ?    
1888 1892 ?    
1892 1896 ?    
1896 1900 ?    
1900 1904 ?    
1904 1908 ?    
1908 1912 ?    
1912 1919 ?    
1919 1925 ?    
1925 1929 ?    
1929 1935 ?    
1935 1945 ?    
1945 1947 ?    
1947 1953 ?    
1953 1959 ?    
1959 1965 ?    
1965 1971 ?    
1971 1977 ?    
1977 1983 ?    
1983 1989 ?    
1989 1995 ?    
1995 2001 ?    
2001 2008 Adrien Bataillon    
2008 2014 Alain Delmas    
2014 2020 Nathalie Durand   employée
2020 En cours
(au 26 novembre 2020)
Nathalie Durand[11][source insuffisante]   maire sortante

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Finances locales[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1886. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[12]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[13].

En 2018, la commune comptait 664 habitants[Note 2], en diminution de 1,48 % par rapport à 2013 (Drôme : +4,05 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1886 1891 1896 1901 1906 1911 1921 1926 1931
473463463470480525436449475
1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982 1990 1999
442419457498572488502564570
2006 2007 2012 2017 2018 - - - -
617623666670664----
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[14] puis Insee à partir de 2006[15].)
Histogramme de l'évolution démographique

Services et équipements[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

  • Fête : dimanche suivant le 30 juin[2].
  • Chaque année, une exposition d'art contemporain (gratuite) est organisée dans l'ancien prieuré[réf. nécessaire].

Loisirs[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Médias[modifier | modifier le code]

Cultes[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

En 1992 : bois, céréales (maïs), élevage, pisciculture[2].

  • Foire : le 18 septembre[2].

La pisciculture des Sources est située dans le cadre du château avec des bassins naturels[16].

Tourisme[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église romane : clocher et chevet (MH), vitraux (XIVe siècle), Christ (XVIIe siècle)[2].
  • Prieuré de Manthes datant du XIe siècle : il appartient à l'évêché de la Drôme et a été restauré en 2006. Il a été fondé par les bénédictins de l'ordre de Cluny. Il est à l'origine de la constitution du village de Manthes. La bâtisse, construite en galets, est située au sommet d'une colline dominant le village. Elle est composée d'une église, d'un clocher et d'un ensemble de salles remarquables (dont des oubliettes). Un beau vitrail double orne l'abside centrale de l'église[réf. nécessaire].
Vestiges du prieuré (XVIe siècle) : cheminées[2].
  • Château du XVIIe siècle[réf. nécessaire].
  • Le parc du lac de Manthes possède un lavoir et une ancienne usine textile dont les ruines ne révèlent qu'une vieille roue à aube immobilisée par le temps[réf. nécessaire].
Vieux moulin (en activité en 1992)[2].

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

  • Le lac de Manthes auquel de récents travaux ont adjoint un parc. Ce lac dispose malgré sa petite taille d'une faune diversifiée[réf. nécessaire].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique, logotype et devise[modifier | modifier le code]

Escutcheon to draw-fr.svg

Manthes possède des armoiries dont l'origine et le blasonnement exact ne sont pas disponibles.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e et f https://www.geoportail.gouv.fr/
  2. a b c d e f g h et i Michel de la Torre, Drôme, le guide complet de ses 371 communes, Paris, Deslogis-Lacoste, (ISBN 2-7399-5026-8), p. Manthes.
  3. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 26 mars 2021).
  4. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 26 mars 2021).
  5. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 26 mars 2021).
  6. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 26 mars 2021).
  7. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 26 mars 2021).
  8. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 26 avril 2021)
  9. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 26 avril 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  10. a b c et d J. Brun-Durand, Dictionnaire topographique du département de la Drôme, Paris, Imprimerie nationale, (lire en ligne), page 204 (Manthes).
  11. Association des maires de la Drôme, « Renouvellement électoral », sur mairesdeladrome.fr.
  12. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  13. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  14. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  15. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  16. « La Pisciculture des Sources – Alexandre Faure (Manthes) », sur lesgourmandsdisent.org, (consulté le 11 juin 2018).