Aller au contenu

Jean II de Brienne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Jean II de Brienne
Titres de noblesse
Comte d'Eu
Biographie
Naissance
V. 1250
Décès
Époque
XIIIe siècle
Période d'activité
Famille
Père
Mère
Fratrie
Isabelle de Brienne
Marguerite de Brienne
Blanche de Brienne
Conjoint
Béatrix de Saint-Pol
Enfants
Jean III de Brienne
Jeanne de Brienne
Mathilde de Brienne
Autres informations
Grands-Parents
Héritier
Armoiries de Jean II de Brienne

Jean II de Brienne[1] né vers 1250 et décédé le à Clermont, Oise, est un noble d'une branche cadette de la Maison de Brienne. Il devient comte d'Eu par sa mère Marie.

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille[modifier | modifier le code]

Jean est fils aîné d'Alphonse de Brienne (v. 1227-1270), grand chambrier de France (1260-1270) et de Marie d'Exoudun (v. 1232-1260) , de la Maison de Lusignan, comtesse d'Eu (1246-1260)[2],[3]. Mineur au décès de sa mère, Jean est sous tutelle de son père et hérite du comté d'Eu à sa mort en 1270. Sa sœur Blanche (av. 1260-13 juillet 1309) est abbesse de Maubuisson[4] de 1276 à sa mort ; elle y est inhumée.

Homonyme[modifier | modifier le code]

Il est souvent confondu avec son oncle, un autre Jean de Brienne (en) dit Jean d'Acre (mort en 1296), garde des foires de Champagne, bouteiller de France[2],[5].

Anthroponyme[modifier | modifier le code]

Jean porte le prénom de son grand-père paternel : Jean de Brienne (v 1170-1237), personnalité importante de l'orient chrétien, roi de Jérusalem (1210-1225), empereur latin de Constantinople (1229-1237)[6].

Mariage et descendance[modifier | modifier le code]

Jean II de Brienne épouse Béatrix de Châtillon-Saint-Pol (ap. 1254-1304)[7], fille de Guy III de Châtillon (ap. 1226-1289), comte de Saint-Pol (1248-1289), et de Mathilde de Brabant (1224-1288). Le couple a[4] :

Ascendance[modifier | modifier le code]

Armoiries[modifier | modifier le code]

Armoiries [1286][modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
Écu d’azur semé de billettes d’or au lion rampant du même brochant sur le tout
Commentaires : Blason de Jean II de Brienne, comte d'Eu, d'après l'empreinte d'un sceau de 1286 dessinée par Dom Fonteneau au XVIIIe siècle.
Blason Blasonnement :
Écu burelé d'argent et d'azur de treize pièces brisé d'un lambel de cinq pendants de gueules
Commentaires : Blason de Jean II de Brienne, comte d'Eu, d'après l'empreinte d'un contre-sceau de 1286 dessinée par Dom Fonteneau au XVIIIe siècle.

Références[8],[9]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Nommé Jean Ier de Brienne dans certaines généalogies.
  2. a et b Marie-Adélaïde Nielen, « Du comté de Champagne aux royaumes d’Orient : sceaux et armoiries des comtes de Brienne », dans Damien Coulon, Catherine Otten-Froux, Paule Pagès et Dominique Valérian, Chemins d'outre-mer : Études d'histoire sur la Méditerranée médiévale offertes à Michel Balard, Paris, Publications de la Sorbonne, coll. « Byzantina Sorbonensia » (no 20), (lire en ligne), Aux origines d'un grand lignage / Tableau généalogique des comtes de Brienne, § 5
  3. Clément de Vasselot de Régné, Le "Parentat" Lusignan (Xe – XIVe siècles) : structures, parenté vécue, solidarités et pouvoir d’un lignage arborescent, vol. 4 : Annexes 7 à 10 - Bibliographie (Thèse de doctorat en histoire médiévale, sous la direction de John Tolan et de Martin Aurell), Université de Nantes, , Annexe 10 : Tableaux de filiation et schémas, chap. 11 (« Le sous-lignage d'Eu »), p. 170
  4. a et b (en) Guy Perry, The Briennes : The Rise and Fall of a Champenois Dynasty in the Age of the Crusades, c. 950-1356, Padstow, Cambridge University Press, (lire en ligne [PDF]), « Genealogies / 3 : The later Briennes, c. 1267–1356 », p. XXIII
  5. SIGILLA : base numérique des sceaux conservés en France, « Jean de Brienne », sur sigilla.org, Université de Poitiers.
  6. (en) Guy Perry, John of Brienne. King of Jerusalem, Emperor of Constantinople, c. 1175-1237, Cambridge, Cambridge University Press, (lire en ligne [PDF]), « Introduction / Genealogy 1 : The main branches of the Brienne family in the late twelfth and early thirteenth centuries », p. 16
  7. Clément de Vasselot de Régné, Le "Parentat" Lusignan (Xe – XIVe siècles) : structures, parenté vécue, solidarités et pouvoir d’un lignage arborescent, vol. 4 : Annexes 7 à 10 - Bibliographie (Thèse de doctorat en histoire médiévale, sous la direction de John Tolan et de Martin Aurell), Université de Nantes, , Annexe 10 : Tableaux de filiation et schémas, chap. 41 (« Le réseau de parenté de Marie d'Exoudun d'après les armoiries figurant sur son monument funéraire (années 1270) »), p. 200
  8. Dom Fonteneau, « Recueil de sceaux. Inventaire des sceaux dessinés », dans Collection de sceaux, vol. 1, t. LXXXII : Généalogies. A-B / Dom Fonteneau (manuscrit latin, manuscrit français), Poitiers, Médiathèque François Mitterrand, coll. « Dom Fonteneau / VIe série » (no 538-1), (lire en ligne), n°57 : 1286, p. 18
  9. Dom Fonteneau, Collection de sceaux, vol. 1, t. LXXXII : VIème série : Généalogies. A-B / Dom Fonteneau (manuscrit français), Poitiers, BM, coll. « Dom Fonteneau / VIème série » (no 538-1), (lire en ligne), n°57 : 1286, p. 88

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

Sources diplomatiques[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Marie-Adélaïde Nielen, « Du comté de Champagne aux royaumes d’Orient : sceaux et armoiries des comtes de Brienne », dans Damien Coulon, Catherine Otten-Froux, Paule Pagès et Dominique Valérian, Chemins d'outre-mer : Études d'histoire sur la Méditerranée médiévale offertes à Michel Balard, Paris, Publications de la Sorbonne, 2004, p. 589-606. [lire en ligne]
  • Guy Perry, The Briennes : The Rise and Fall of a Champenois Dynasty in the Age of the Crusades, c. 950-1356, Padstow, Cambridge University Press, 2018. [lire en ligne]
  • Clément de Vasselot de Régné, Le "Parentat" Lusignan (XeXIVe siècle) : structures, parenté vécue, solidarités et pouvoir d’un lignage arborescent, Thèse de doctorat en histoire médiévale, sous la direction de John Tolan et de Martin Aurell, Université de Nantes, 4 vol., 2 797 p., décembre 2018. [lire en ligne]

Articles connexes[modifier | modifier le code]