Liste des comtes de Namur

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Pendant plus de 5 siècles (de av. 907 à 1421) le comté de Namur était une possession territoriale héréditaire quasi autonome, mais relevant en droit du Saint-Empire romain germanique. Au cours de l'histoire, quatre maisons[1],[2] l'ont gouverné. Chronologiquement, la maison de Namur (946-1196), la maison de Hainaut (1190-1212), la maison de Courtenay (1212-1263) et la maison de Flandre (1263-1429). Après la vente en viager du comté à Philippe le Bon par Jean III en 1421, le titre de "comte de Namur" se maintiendra jusqu'à la révolution française mais il ne sera plus porté, en plus de très nombreux autres titres, que par les descendants des ducs de Bourgogne.

Durant la seconde moitié IXe siècle, soit à la fin de l'ère carolingienne et au début de la féodalité, le pagus lomacensis (l'ancêtre du comté de Namur) était une des quatre grandes subdivisions administratives du diocèse de Liège[3] avec les pagus qui correspondraient actuellement à la Hesbaye, au Condroz et à l'Ardenne. Il s'étendait sur toute la vallée de la Meuse de Revin à l'aval de Namur et comprenait ce qui pourrait s'apparenter de nos jours à l'entre Sambre et Meuse, la Thudinie, la Botte du Hainaut, la Thierache et la région de Gembloux - Nivelles. Malheureusement des pans entiers du pagus lomacensis étaient la propriété de grandes institutions (Église de Liège, abbayes, ...) ou de puissantes familles extérieures au pagus. Progressivement au cours principalement des IXe et Xe siècles, les comtes de Namur vont être totalement dépossédés de ces biens (p.ex. abbaye de Nivelle, abbaye de Lobbe, ville de Dinant, ... )[4]. Leur territoire ne se réduira plus, grosso-modo, qu'à l'actuelle Province de Namur

Comtes carolingiens du comté de Lomme[modifier | modifier le code]

  • Gislebert de Maasgau, né vers 825 dans le Hainaut (Hennegau), comte de Maasgau en 841, comte du Lommegau en 866. En 846, il enlève et épouse Ermengarde, fille de l'empereur Lothaire Ier († 855), le mariage est reconnu en 849. Il meurt en 892.
    Son existence est incontestable et son lien avec le pagus lomacensis semble avéré dans la littérature depuis au moins Jean-Baptiste de Marne (1699/1756) cité lui-même par Adolphe Borgnet (1804/1875) dans son Histoire du Comté de Namur[5]. S'appuyant sur les travaux de Léon Vanderkindere et de Robert Parisot, Félix Rousseau affirme que : "En 863, sous le règne de Lothaire II, le comté est administré par un très haut personnage, Giselbert, qui en 846 avait enlevé une des filles de Lothaire Ier ..."[6]. Sa descendance aura une influence notable dans quasi toutes les dynasties territoriales de l'actuelle Belgique, qu'il s'agisse des comtés de Flandre, de Hainaut ou encore de Louvain et ducs de Brabant.
  • av.907 - ap.937[Lien incohérent] : Bérenger, comte du Lommegau, comte de Maifeld.
    Selon la quasi totalité des auteurs modernes, Bérenger est le premier comte de Namur au sens "politique, et administratif" du terme, ses prédécesseurs étant soit non identifiés, soit encore itinérants, soit géraient un territoire beaucoup plus vaste dans lequel le pagus lomacensis n'était qu'une simple subdivision. Bérenger est identifié, entre autres, dans une charte de 907 citée et reproduite par Bénédicte Thiry : "In pago Lominse in comitatu Berrengarii"[7]. Ces mêmes auteurs modernes sont par contre beaucoup plus hésitant à voir en lui le réel fondateur de la Maison de Namur. Pour des historiens plus anciens, tel que par exemple Félix Rousseau, les liens de parenté entre Bérenger et Robert 1er existent mais ils ne sont pas identifiés : "Le comte Bérenger peut donc être considéré comme l'ancêtre des comtes de Namur mais il ne s'ensuit pas nécessairement que ceux-ci descendaient de lui en ligne masculine"[8]. Bérenger épouse une une fille de Régnier Ier au long col († 915), comte de Hainaut et meurt entre 937 (date du dernier document le mentionnant) et 946 (date de la première mention de Robert 1er).

Généalogie ascendante de Bérenger selon Félix Rousseau et Henri Pirenne[modifier | modifier le code]

 
 
 
 
 
 
 
Charlemagne
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Comte Unroch
 
 
 
 
Louis le Pieux
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Evrard, marquis du Frioul
 
Gisèle
 
 
 
Lothaire
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Ermingarde
 
Giselbert
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
fille non identifiée
 
?
 
 
 
Régnier au Long-Col
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Béranger
 
 
fille non identifiée
 
 
 
Régnier II
 
 

Maison de Namur[modifier | modifier le code]

  • av.946 - ap.974 : Robert Ier, parent du précédent.
    "... c'est le comte Robert Ier (946-974) qui est considéré comme le réel fondateur de la maison de Namur."[9] S’il est acquit que Robert Ier a eu au moins 3 fils dont Albert Ier son successeur, il semble qu’il n’y ai par contre aucune information directe sur l’identité de son épouse. Par conjecture, Félix Rousseau pense qu'il pourrait s'agir de d'Ermengarde, fille d'Otton, duc de Lotharingie († 1944). Toujours selon Félix Rousseau, Robert Ier eu une fille, Lutgarde qui épousa Otton, comte de Looz et serait la mère de Balderic II, Evêque de Liège de 1008 à 1018.
marié à Adélaide/Ermengarde (975 † ap.1012), fille de Charles de Basse-Lotharingie, duc de Basse-Lotharingie
marié à Regelinde (1012 † ap.1067), fille de Gothelon Ier de Verdun, duc de Basse-Lotharingie et Haute-Lotharingie
marié à Ida de Saxe (1035 † 1102), veuve de Frédéric de Luxembourg, duc de Basse-Lotharingie
marié en premières noces en 1087 à Sibylle, fille de Roger, comte de Porcien
marié en secondes noces en 1109 à Ermesinde de Luxembourg (1075 † 1143), fille de Conrad, comte de Luxembourg et de Clémence d'Aquitaine
marié en premières noces en 1157 à Laurette d'Alsace († 1175), fille de Thierry d'Alsace, comte de Flandre et de Marguerite de Clermont
marié en secondes noces en 1171 à Agnès de Gueldre, fille d'Henri, comte de Gueldre, et d'Agnès d'Arnstein

Sans enfant, il vendit imprudemment ses terres en viager à son beau-frère Baudouin IV de Hainaut, puis son neveu Baudouin V. Une fille lui naquit et il voulut revenir sur cette vente. Baudouin V l'attaqua et le vainquit en 1190.

Généalogie simplifiée de la maison de Namur[modifier | modifier le code]

 
 
 
 
Robert I
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Albert I
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Robert II
 
 
 
Albert II
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Albert III
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Godefroid
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Henri l'Aveugle
 
 
 
Alice
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Ermesinde
 
 
 
 
 
 
 
 

Maison de Hainaut[modifier | modifier le code]

marié en 1169 à Marguerite Ire d'Alsace (1145 † 1194), comtesse de Flandre, fille de Thierry d'Alsace, comte d'Alsace, et de Sibylle d'Anjou.

En 1190 à la diète de Schwäbisch Hall, le comté de Namur est érigé en marche avec les comtés de Hainaut, La Roche et Durbuy, mais l'unité de ces quatre comtés ne dure pas au-delà de 1195.

Armoiries de Philippe le Noble, brisure des armes de Flandre, qui deviennent ensuite les armes de Namur.
marié en 1206 à Marie de France, fille de Philippe II Auguste et d'Agnès de Méranie

Maison capétienne de Courtenay[modifier | modifier le code]

mariée en secondes noces en 1217 à Henri († 1252), comte de Vianden
  • 1237 - 1256 : Baudouin II (1217 † 1273), empereur latin de Constantinople, frère de Marguerite
marié en 1229 à Marie de Brienne (1225 † ap.1275)

En 1256, Henri V de Luxembourg prend par surprise le marquisat de Namur.

Maison de Luxembourg[modifier | modifier le code]

  • 1256-1264 : Henri III de Namur [Henri V de Luxembourg] (1216 † 1281), comte de Luxembourg et de Namur, petit-fils de Henri Ier l'Aveugle.
marié en 1240 à Marguerite de Bar (1220 † 1275).

En 1263, Baudouin II voulant financer la défense de Constantinople vend ses droits sur le comté à Gui de Dampierre, fils de Guillaume II de Dampierre. Gui de Dampierre attaque immédiatement Henri V de Luxembourg pour conquérir Namur. Finalement un traité de paix réconcilie les deux ennemis en 1264, et Henri cède ses droits sur Namur à sa fille Isabelle, qui épouse Gui de Dampierre.

Maison de Dampierre[modifier | modifier le code]

marié en premières noces à Mathilde de Béthune († 1264). De ce mariage sont issus les comtes de Flandre, puis les ducs de Valois-Bourgogne, dont le premier fut Jean sans Peur
marié en secondes noces à Isabelle de Luxembourg (1247 † 1298), fille d'Henri III de Luxembourg et de Marguerite de Bar. En 1298, Gui de Dampierre associe son fils Jean Ier au gouvernement du comté de Namur.
  • 1298 - 1330 : Jean Ier (1267 † 1330), fils du précédent et d'Isabelle de Luxembourg.
marié en premières noces en 1307 à Marguerite de Clermont (1289 † 1309), fille de Robert de France, comte de Clermont, et de Béatrice, dame de Bourbon
marié en secondes noces en 1310 à Marie d'Artois (1291 † 1365), fille de Philippe d'Artois seigneur de Conches, et de Blanche de Bretagne
  • 1330 - 1335 : Jean II (1311 † 1335), fils aîné de Jean Ier et de Marie d'Artois.
  • 1335 - 1336 : Gui II (1312 † 1336), deuxième fils de Jean Ier et de Marie d'Artois.
  • 1336 - 1337 : Philippe III (1319 † 1337), quatrième fils de Jean Ier et de Marie d'Artois.
  • 1337 - 1391 : Guillaume Ier (1324 † 1391), cinquième fils de Jean Ier et de Marie d'Artois.
marié en premières noces avec Jeanne de Hainaut (1323 † 1350), comtesse de Soissons, fille de Jean de Hainaut, seigneur de Beaumont, et de Marguerite, comtesse de Soissons.
marié en secondes noces en 1352 à Catherine de Savoie († 1388), fille de Louis II de Savoie, baron de Vaud, et d'Isabelle de Châlon
marié en premières noces en 1384 avec Marie de Bar, fille de Robert Ier, duc de Bar et de Marie de France
marié en secondes noces en 1393 avec Jeanne d'Harcourt (1372 † 1456), fille de Jean VI, comte d'Harcourt, et de Catherine de Bourbon
  • 1418 - 1429 : Jean III († 1429), fils de Guillaume Ier et de Catherine de Savoie.

En 1421, il vend le marquisat de Namur en viager à Philippe le bon, duc de Bourgogne

Maison de Valois-Bourgogne[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Adolphe Borgnet, Histoire du comté de Namur, Bruxelles, A. Jamar,‎ , 2e éd. (1re éd. 1846), 183 p.
  • V. Bruch, Ph. Bragard et J. Chainiaux, Namur, une histoire de la ville : Capitale d'un comté éponyme (Xe siècle - 1429), Namur, Les Amis de la Citadelle de Namur,‎ , 142 p. (ISBN 978-2-87551-009-9).
  • Henri Pirenne, Histoire de Belgique des origines à nos jours, t. 1, Bruxelles, La Renaissance du Livre,‎ , 426 p.
  • Joseph Roland, Le Comté et la Province de Namur, Namur, Wesmael-Charlier,‎ , 187 p..
  • Félix Rousseau, Actes des comtes de Namur de la première race 946 - 1196, Bruxelles, Académie royale de Belgique,‎ , 144 p..
  • Bénédicte Thiry, La vie de château, Les comtes de Namur au Moyen Age, Namur, Ville de Namur,‎ , 40 p..

Référence[modifier | modifier le code]

  1. Bruch, Bragard et Chainiaux 2011, p. 17-27.
  2. Thiry 2002, p. 2.
  3. Rousseau 1936, p. 15.
  4. Rousseau 1936, p. 15-20.
  5. Borgnet 1847, p. 15.
  6. Rousseau 1936, p. 18.
  7. Thiry 2002, p. 9.
  8. Rousseau 1936, p. 29.
  9. Bruch, Bragard et Chainiaux 2011, p. 17.