Venizy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Venizy
Image illustrative de l'article Venizy
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne
Département Yonne
Arrondissement Auxerre
Canton Brienon-sur-Armançon
Intercommunalité CC de Seignelay - Brienon
Maire
Mandat
Sylvain Quoirin
2014-2020
Code postal 89210
Code commune 89436
Démographie
Population
municipale
918 hab. (2012)
Densité 21 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 02′ 10″ N 3° 42′ 34″ E / 48.0361, 3.709448° 02′ 10″ Nord 3° 42′ 34″ Est / 48.0361, 3.7094  
Altitude Min. 106 m – Max. 289 m
Superficie 43,68 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Venizy

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Venizy

Venizy est une commune française située dans le département de l'Yonne en région Bourgogne.

Venizy se situe dans le Pays d'Othe, petite région boisée s'étalant entre l'Yonne et l'Aube. La bourgade la plus proche est Saint-Florentin.

Géographie[modifier | modifier le code]

Une rivière souterraine coule sous la commune, accessible - en approche spéléo - sur plus de 200 m[1].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Arces-Dilo Fournaudin Bœurs-en-Othe Rose des vents
Champlost N Chailley
O    Venizy    E
S
Saint-Florentin Turny

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1730, Henry d'Argence, écuyer, seigneur de Vinezy, sert comme lieutenant au Régiment du Vexin comme lieutenant (sources AD 55-Montmédy).

Économie[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
         
avant 2011   Daniel Dubois[2]    

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune comptait 918 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 435 1 441 1 411 1 479 1 573 1 672 1 777 1 782 1 769
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 581 1 515 1 531 1 349 1 404 1 334 1 320 1 190 1 086
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 050 985 929 833 774 743 785 777 724
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2012
680 599 693 739 743 821 866 878 918
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Un lieu-dit de Venizy, les Pommerats, est célèbre pour son moulin reconverti en hôtel et chambres d'hôtes. Il ne reste de trace de l'activité du moulin que le bras détourné et l'ingénieux mécanisme de retenue d'eau alimenté par le Créanton, affluent de l'Armançon et qui donne son nom à l'unique rue traversant le hameau. Par le passé, le Moulin des Pommerats accueillait régulièrement Françoise Sagan qui appréciait s'y reposer.

Venizy dans la littérature[modifier | modifier le code]

Venizy est citée dans le poème d’Aragon, Le Conscrit des cent villages, écrit comme acte de Résistance intellectuelle de manière clandestine au printemps 1943, pendant la Seconde Guerre mondiale[5].

Environnement[modifier | modifier le code]

La commune inclut une ZNIEFF :

  • La ZNIEFF de la forêt d'Othe et ses abords[6], qui englobe 29 398 ha répartis sur 21 communes[7]. Le milieu déterminant est la forêt ; on y trouve aussi eaux douces stagnantes, landes, fruticées, pelouses et prairies.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Rivière souterraine des Fourneaux, fiche du spéléo-club de Chablis.
  2. Conseil général de l’Yonne, Ma Commune, consulté le 3 janvier 2014.
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2012.
  5. Louis Aragon, « Le Conscrit des cent villages », publié initialement dans La Diane française, consulté dans Pierre Seghers, La Résistance et ses poètes : France, 1940-1945, Paris : Seghers, 2004 (2e édition). (ISBN 2-232-12242-5), p. 373-375
  6. ZNIEFF 260014923 - Forêt d'Othe et ses abords sur le site de l’INPN et sa carte sur le site de la DIREN..
  7. Liste des 21 communes de la ZNIEFF de la forêt d'Othe et ses abords