Venizy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Venizy
Venizy
L'église en haut de la mairie.
Blason de Venizy
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Yonne
Arrondissement Auxerre
Intercommunalité Communauté de communes Serein et Armance
Maire
Mandat
Sylvain Quoirin (SE)
2020-2026
Code postal 89210
Code commune 89436
Démographie
Gentilé Venizien(ne)
Population
municipale
879 hab. (2018 en diminution de 5,89 % par rapport à 2013)
Densité 20 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 02′ 10″ nord, 3° 42′ 34″ est
Altitude Min. 106 m
Max. 289 m
Superficie 43,68 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Saint-Florentin
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Brienon-sur-Armançon
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Bourgogne-Franche-Comté
Voir sur la carte administrative de Bourgogne-Franche-Comté
City locator 14.svg
Venizy
Géolocalisation sur la carte : Yonne
Voir sur la carte topographique de l'Yonne
City locator 14.svg
Venizy
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Venizy
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Venizy

Venizy est une commune française située dans le département de l'Yonne en région Bourgogne-Franche-Comté.

Venizy se situe dans le Pays d'Othe, petite région boisée, à cheval sur les anciennes régions administratives de Bourgogne et de Champagne-Ardenne, s'étalant entre les départements de l'Yonne et de l'Aube. La bourgade la plus proche est Saint-Florentin.

Géographie[modifier | modifier le code]

Une rivière souterraine coule sous la commune, accessible - en approche spéléo - sur plus de 200 m[1].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Venizy est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[2],[3],[4].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Saint-Florentin, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 19 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[5],[6].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (56,2 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (57 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (48,7 %), forêts (39,8 %), zones agricoles hétérogènes (7,5 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (3,3 %), zones urbanisées (0,7 %)[7].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[8].

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1730, Henry d'Argence, écuyer, seigneur de Venizy, sert comme lieutenant au Régiment du Vexin comme lieutenant (sources AD 55-Montmédy).

Économie[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2004 2014 Daniel Dubois[9]    
2014 En cours Sylvain Quoirin[10] DVG  

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[11]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[12].

En 2018, la commune comptait 879 habitants[Note 3], en diminution de 5,89 % par rapport à 2013 (Yonne : −1,17 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 4351 4411 4111 4791 5731 6721 7771 7821 769
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 5811 5151 5311 3491 4041 3341 3201 1901 086
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 050985929833774743785777724
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
680599693739743821866872878
2013 2018 - - - - - - -
934879-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[13] puis Insee à partir de 2006[14].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Un lieu-dit de Venizy, les Pommerats, est célèbre pour son moulin reconverti en hôtel et chambres d'hôtes. Il ne reste de trace de l'activité du moulin que le bras détourné et l'ingénieux mécanisme de retenue d'eau alimenté par le Créanton, affluent de l'Armançon et qui donne son nom à l'unique rue traversant le hameau. Par le passé, le Moulin des Pommerats accueillait régulièrement Françoise Sagan qui appréciait s'y reposer.

Stèle des Fourneaux : Une stèle célébrant la mémoire du Maquis Horteur (en hommage aux deux frères Horteur du maquis de Mont Saint Sulpice fusillés le ) est érigée dans le bois des Fourneaux. Le maquis Horteur devait constituer un puissant maquis de combat pour la "Libération-Nord de l’Yonne.". Mais il fut attaqué le . Une trentaine de maquisards et résistants furent fusillés, torturés par les troupes allemandes d'occupation dans la forêt de Vaudevanne, près de Chailley. Le maquis dut se déplacer en direction du sud du département, dans la région de Quarré-les-Tombes, pour y constituer l’ossature du gros maquis des Iles Ménéfrier. Emile Laureillard (« capitaine Edgar ») participa activement, en juin et , au regroupement des forces de Libération-Nord et à l’organisation de ce maquis. Il fut exécuté sommairement par les Allemands le à Merry-sur-Yonne. (Yonne)

Venizy dans la littérature[modifier | modifier le code]

Venizy est citée dans le poème d’Aragon, Le Conscrit des cent villages, écrit comme acte de Résistance intellectuelle de manière clandestine au printemps 1943, pendant la Seconde Guerre mondiale[15].

Environnement[modifier | modifier le code]

La commune inclut une ZNIEFF :

  • La ZNIEFF de la forêt d'Othe et ses abords[16], qui englobe 29 398 ha répartis sur 21 communes[17]. Le milieu déterminant est la forêt ; on y trouve aussi eaux douces stagnantes, landes, fruticées, pelouses et prairies.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Venizy Blason
Burelé d'azur et d'argent de vingt pièces ; au lion de gueules, armé et lampassé d'or, brochant.
Détails
Adopté par la municipalité.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Rivière souterraine des Fourneaux, fiche du spéléo-club de Chablis.
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  3. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Saint-Florentin », sur insee.fr (consulté le ).
  6. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  7. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  8. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  9. Serge Lambert, « Derniers vœux d’élu pour Daniel Dubois », (consulté le ).
  10. Conseil général de l’Yonne, Ma Commune, consulté le 3 janvier 2014.
  11. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  12. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  13. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  14. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  15. Louis Aragon, « Le Conscrit des cent villages », publié initialement dans La Diane française, consulté dans Pierre Seghers, La Résistance et ses poètes : France, 1940-1945, Paris : Seghers, 2004 (2e édition). (ISBN 2-232-12242-5), p. 373-375
  16. ZNIEFF 260014923 - Forêt d'Othe et ses abords sur le site de l’INPN et sa carte sur le site de la DIREN..
  17. Liste des 21 communes de la ZNIEFF de la forêt d'Othe et ses abords