Paula Forteza

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Forteza.

Paula Forteza
Illustration.
Paula Forteza en 2017.
Fonctions
Députée française
En fonction depuis le
(2 ans, 4 mois et 21 jours)
Élection 17 juin 2017
Circonscription 2e des Français établis hors de France
Législature XVe (Cinquième République)
Prédécesseur Sergio Coronado
Biographie
Date de naissance (33 ans)
Lieu de naissance Paris (France)
Nationalité Française
Parti politique La République en marche
Diplômé de Université Torcuato di Tella à Buenos Aires, Sciences Po Paris
Site web forteza2017.fr forteza.fr

Paula Forteza, née le à Paris, est une femme politique française.

Membre de La République en marche, elle est députée depuis juin 2017, élue dans la deuxième circonscription des Français de l'étranger (Amérique latine et Caraïbes).

Famille, études et parcours professionnel[modifier | modifier le code]

Née à Paris de parents argentins le 8 août 1986[1], elle y vit jusqu'à ses sept ans avant de retourner en Argentine. Elle a fait ses études au lycée franco-argentin Jean-Mermoz et est diplômée de l'université Torcuato di Tella à Buenos Aires et de Sciences Po Paris[2].

Elle a travaillé en 2014 pour Etalab, un programme du Premier ministre chargé de la politique de données ouvertes et de gouvernement ouvert, en particulier la publication des dépenses de l’administration[3].

Députée de la XVe législature[modifier | modifier le code]

Élection et fonctions à l'Assemblée nationale[modifier | modifier le code]

En mai 2017, elle est choisie comme candidate pour représenter La République en marche dans la 2e circonscription des Français établis hors de France. Elle est élue face à Sergio Coronado le 17 juin 2017.

En juillet 2019, à l'occasion de la remise en jeu des postes au sein de la majorité, elle se porte candidate à la questure de l'Assemblée[4].

Relations avec le gouvernement Édouard Philippe[modifier | modifier le code]

Au printemps 2019, elle est pressentie pour le poste de secrétaire d'État au numérique, finalement dévolu à Cédric O : selon Le Figaro, elle aurait été « plus centrée sur l’utilisation du numérique pour revivifier la démocratie ou encore protéger les données personnelles »[5].

En avril 2019, elle est mandatée par le Premier ministre pour une mission de quatre mois sur les technologies quantiques[6][source insuffisante].

Activité législative[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (octobre 2019)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Paula Forteza a été responsable du texte[Quoi ?] sur les lois pour la confiance dans la vie politique. Le but de ce texte était de redonner confiance aux citoyens en la vie politique, trop souvent considérée comme un milieu de corruption et de petits arrangements. La loi, qui a été votée à l'été 2017, prévoit plusieurs points : la déclaration du patrimoine et d'activités, l'impossibilité pour un élu d'engager des membres de leur famille directe (conjoint, parents, enfants, beaux-parents et beaux-enfants), la transparence des frais de mandats, la suppression de la réserve parlementaire et de la réserve ministérielle, etc.

Paula Forteza a été nommée rapporteure du projet de loi sur le Règlement général sur la protection des données[7] qui a été étudié en Commission des Lois les 23 et 24 janvier 2018, et vise à introduire dans le droit français (Loi « Informatique et Libertés ») deux textes européens : le règlement général sur la protection des données (RGPD) et la Directive relative à la protection des personnes physiques à l’égard du traitement des données à caractère personnel (n°2016/680). Ce projet de loi apportera dès le 25 mai (date d'entrée en vigueur au niveau européen) de nouveaux droits aux utilisateurs d'Internet : le consentement obligatoire, le droit à la portabilité, le droit à l'oubli et de nouvelles protections pour les mineurs (mise en place d'une majorité numérique, à 15 ans). Ce texte va dans le sens de l'établissement d'un marché unique européen, qui passe par l'harmonisation des réglementations de chaque pays.

Le 31 octobre 2019, Paula Forteza est nommée rapporteure, pour la Commission des Lois, d'une mission parlementaire sur l'identité numérique auprès de Christine Hennion de la Commission des Affaires économiques. La mission est présidée par Marietta Karamanli[8],[9].

Avec Matthieu Orphelin, elle est l'instigatrice d'un site permettant de poser des questions dont certaines seront reprises pour être posées au gouvernement[10],[11],[12].

Prises de position[modifier | modifier le code]

Le 7 février 2018, elle est cosignataire d'une tribune dans Le Monde, dans laquelle elle explique que « ne regarder les données qu’au simple prisme économique, c’est oublier qu’elles sont d’abord le fruit de nos interactions avec des services, avec des objets connectés et de nos sociabilités liées à nos échanges sur les médias sociaux »[13].

Le 15 mars 2018, elle publie une tribune co-signée par plus de 100 députés sur la participation citoyenne dans Le Monde. Dans le cadre de la révision constitutionnelle prévue par le gouvernement et qui devrait être étudiée à l'été 2018, elle appelle à faire de la participation citoyenne une priorité[14].

Le 4 novembre 2018, elle publie une tribune dans le Journal du Dimanche, co-signée par 109 collègues députés de La République en Marche, qui réagit à l’élection de Jair Bolsonaro au Brésil, et appelle à « convaincre par l’exemple qu’une alternative progressiste, rassembleuse et contemporaine est possible »[15].

Le 6 avril 2019, elle publie une tribune dans le Journal du Dimanche, dans laquelle elle répond aux idées proposées par le PDG de Facebook, Mark Zuckerberg, dans une tribune publiée le 30 mars 2019, sur la manière dont il faudrait réguler Internet.[16],[17]

En 2019, elle participe, avec Jean-Pierre Mignard et Aurélien Taché, au lancement du mouvement « Hypérion » qui vise, selon les termes de ce dernier, à « incarner la sensibilité de la gauche démocrate » au sein de la majorité[18],[19]. Elle soutient Cédric Villani pour les élections municipales de 2020 à Paris[20].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Paula Forteza sur le Projet Arcadie
  2. Sao Paulo, « LEGISLATIVES 2017 - Interview de Paula Forteza du Parti La République En Marche », Le Petit Journal,‎ (lire en ligne, consulté le 19 juin 2017)
  3. (en-US) « Entretien avec Paula Forteza, candidate francophone et francophile de “La République En Marche !” », Centre de la Francophonie de Floride et des Caraïbes,‎ (lire en ligne)
  4. Clément Pétreault, « L'Assemblée nationale et le bal des ambitieux », sur lepoint.fr, (consulté le 13 juillet 2019).
  5. Elisa Braun, « Qui est Cédric O, le nouveau secrétaire d’État au numérique? », sur lefigaro.fr, (consulté le 29 juin 2019).
  6. Legifrance, « Décret du 5 avril 2019 chargeant une députée d'une mission temporaire », sur https://www.legifrance.gouv.fr (consulté le 11 novembre 2019)
  7. « Protection des données personnelles », sur http://www.assemblee-nationale.fr (consulté le 11 novembre 2019)
  8. Assemblée nationale, « Mission d'information commune Identité numérique », sur http://www2.assemblee-nationale.fr (consulté le 11 novembre 2019)
  9. Emile Marzolf, « L’Assemblée nationale lance une mission sur l’identité numérique pour faire entendre sa voix », Web,‎ (lire en ligne)
  10. « Vous avez une question pour le gouvernement ? Deux députés la poseront pour vous », sur https://www.nouvelobs.com
  11. « Deux députés LREM lancent une initiative de "questions citoyennes" au gouvernement », sur http://www.lcp.fr
  12. « Plateforme de questions citoyennes au gouvernement : progrès ou «gadget» ? », sur http://www.lefigaro.fr
  13. « « Les internautes réclament un usage moins opaque et une maîtrise de leurs données personnelles » », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 11 août 2018)
  14. « « La participation citoyenne doit devenir une mission parlementaire de valeur constitutionnelle » », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 11 août 2018)
  15. Redaction JDD, « 110 députés En marche tirent les leçons de l'élection de Bolsonaro au Brésil », sur https://www.lejdd.fr/, (consulté le 11 novembre 2019)
  16. Paula Forteza, « Paula Forteza, députée LREM : "Mes réponses à Mark Zuckerberg" », sur https://www.lejdd.fr/, (consulté le 11 novembre 2019)
  17. Mark Zuckerberg, « EXCLUSIF. Mark Zuckerberg : "Quatre idées pour réguler Internet" », sur https://www.lejdd.fr/, (consulté le 11 novembre 2019)
  18. Sarah Paillou, « INFO JDD. Voici le manifeste "d'Hypérion", nouveau club de l'aile gauche de la Macronie », sur lejdd.fr, (consulté le 30 octobre 2019).
  19. « Aurélien Taché et Jean-Pierre Mignard : « La République en marche doit savoir assumer le débat » », sur lemonde.fr, (consulté le 30 octobre 2019).
  20. Manuel Jardinaud, « A Paris comme ailleurs, LREM se fracture en vue des municipales », sur Mediapart, (consulté le 8 septembre 2019).

Liens externes[modifier | modifier le code]