Les Nans

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Les Nans
Les Nans - site général
Les Nans - site général
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Jura
Arrondissement Lons-le-Saunier
Canton Champagnole
Intercommunalité Communauté de communes Champagnole Porte du Haut-Jura
Maire
Mandat
Gilles Cicolini
2014-2020
Code postal 39300
Code commune 39381
Démographie
Gentilé Les Ours
Population
municipale
87 hab. (2014)
Densité 11 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 47′ 30″ nord, 5° 58′ 31″ est
Altitude Min. 635 m – Max. 904 m
Superficie 8,05 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Les Nans

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Les Nans

Les Nans est une commune française située dans le département du Jura en région Bourgogne-Franche-Comté. Elle fait partie de la Communauté de communes Champagnole Porte du Haut-Jura. Les habitants de ce petit village agricole et forestier, situé à 10 kilomètres au nord de Champagnole, sont surnommés Les Ours.

Toponymie[modifier | modifier le code]

La combe des Nans

Le nom de la commune des Nans vient du gaulois « nanto » qui désigne une vallée (souvent encaissée), une rivière, ou un torrent[1].

Orthographié nan/nans/nant ou nanc- ce mot est très présent dans la toponymie des régions de langue francoprovençale : Savoie (souvent avec le sens de « torrent ») ou Dauphiné (avec le sens de « combe ») et bien sûr Franche-Comté (cf. Nans-sous-Sainte-Anne par exemple, dans le Doubs)[2]. Dans le Jura, il est souvent associé aux dépressions plus ou moins étroites et profondes creusées dans le calcaire, comme c'est le cas des Nans, installé dans la combe creusée par l'Angillon (voir aussi Nanc-lès-Saint-Amour, Nance, Nancuise, Nantey, toutes communes du Jura[3]).

On rencontre cette racine celte dans beaucoup d'autres régions comme pour Nantua dans l'Ain ou Nancy en Meurthe-et-Moselle (voir Nancy#Toponymie pour d'autres précisions sur cette racine). La même racine est aussi à la base de noms de famille comme Nantet ou Nantel.

Géographie[modifier | modifier le code]

La petite rivière de l'Angillon aux Nans près de sa source

Les Nans, à 10 kilomètres au nord de Champagnole, constitue une petite commune jurassienne regroupant Nans le grand, le Petit Nans et Nans sous Garde-Bois. Ces petites implantations (91 habitants au total) occupent le fond d'une combe assez étroite dont l'altitude la plus basse est 635 mètres alors que les reliefs qui la bordent dépassent 800 mètres (point culminant 904 m) : c'est sur le flanc de l'escarpement de l'est qui sépare Les Nans de Charbonny et Onglières, et où commence la forêt de la Joux, que prend sa source le ruisseau de l'Angillon, petit affluent de l'Ain de 26,7 km qui coule au centre de la dépression. On accède à la source par plusieurs grottes que les spéléologues ont explorées : il s'agit en particulier de la Grotte de la Doye, appelée aussi Grotte aux ours, qui comporte plusieurs ramifications (A,B,C)[4]. Le flanc ouest, qui atteint 800 m par endroits, est occupé par la forêt domaniale de la Fresse qui sépare la combe des Nans de la plaine de Saint-Germain-en-Montagne et que traverse la Route des sapins avant de pénétrer an nord dans la forêt de la Joux et celle de Levier.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Le Larderet Chapois Onglières Rose des vents
Le Latet
Moutoux
Saint-Germain-en-Montagne
N
O    Les Nans    E
S
Équevillon Mournans-Charbonny

Économie[modifier | modifier le code]

Les activités économiques de la commune sont liées à l'agriculture, tournée vers l'élevage des vaches laitières, qui exploite les terres de la combe, mais surtout à l'exploitation forestière : les sapinières représentant la plus grande part du territoire de la commune, souvent considérée comme riche comme en témoignent les aménagements publics. Une ébénisterie est ainsi installée sur la commune. Celle-ci fabrique des meubles de styles et contemporain de haut de gamme pour les magasins ainsi que pour les particuliers.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1914 1925 Joseph Mouraux Ind.  
1925 1943 Arthur Mouraux Ind.  
1943 1974 Léon Mouraux Ind.  
1974 1989 Gaston Tissot Ind.  
1989 2008 Hubert Mouraux Ind.  
mars 2008 en cours Gilles Cicolini[5] DVD[6] Dentiste

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[7]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[8],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 87 habitants, en diminution de -2,25 % par rapport à 2009 (Jura : -0,23 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
326 315 348 343 345 352 351 350 361
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
306 285 253 247 244 222 225 217 190
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
189 171 156 127 142 117 112 121 128
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014
109 104 89 116 100 83 90 90 87
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006[10].)
Histogramme de l'évolution démographique

La population des Nans semble diminuer et vieillir depuis une trentaine d'années (quoiqu'une récente augmentation), marquée par la disparition dans les années 1970 par la fermeture de la fromagerie et du départ du curé dans les années 1990. La commune est riche en résidences secondaire.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Les Nans (39) : la grotte, ses deux ours nés en 2000 et 2006

Les revenus du bois et la présence de l'eau ont permis la construction dans le village central et dans les écarts de plusieurs fontaines-abreuvoirs ornées de statues ainsi que d'une fontaine-lavoir en pierre. Le village malgré sa petite taille comporte également une église au clocher à bulbe de type franc-comtois, rénové récemment, recouvert de zinc et un imposant presbytère.

Les grottes et la fermeture de la combe des Nans ont marqué les traditions locales qui parlent d'ours (c'est devenu le nom des habitants) et de Dame verte, fée associée à la Fontaine Noire qu'elle hantait jadis[11]. Deux sculptures récentes représentant des ours ont d'ailleurs été placées à l'entrée de la grotte de la Doye.

Des sentiers de randonnées pédestres et VTT ont aussi été aménagés pour permettre la découverte de ces paysages jurassiens caractéristiques qui font également le bonheur des spéléologues et des naturalistes.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Sources[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Xavier Delamarre, Dictionnaire de la langue gauloise, éditions Errance, , 440 p. (ISBN 978-2-87772-237-7), p. 230.
  2. Xavier Delamarre, Noms de lieux celtiques de l'Europe ancienne, éditions Errance, , 383 p. (ISBN 978-2-87772-483-8), page 203.
  3. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Librairie Guénégaud, Paris, 1989, page 488.
  4. Grotte de la Doye
  5. Préfecture du Jura, Liste des maires élus en 2008, consultée le 2 mai 2010
  6. http://www.lemonde.fr/bourgogne-franche-comte/jura,39/nans-%28les%29,39381/
  7. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  8. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  11. La Fontaine Noire