Nanc-lès-Saint-Amour

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Amour.

Nanc-lès-Saint-Amour
Nanc-lès-Saint-Amour
Chef-lieu de la commune vu de Saint-Jean-d'Étreux.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Jura
Arrondissement Lons-le-Saunier
Canton Saint-Amour
Intercommunalité Communauté de communes du pays de Saint-Amour
Commune Les Trois Châteaux
Statut Commune déléguée
Maire délégué Philippe Chavanne
2016-2020
Code postal 39160
Code commune 39378
Démographie
Population 315 hab. (2014)
Densité 60 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 25′ 25″ nord, 5° 21′ 34″ est
Altitude Min. 209 m
Max. 596 m
Superficie 5,29 km2
Historique
Date de fusion
Commune(s) d’intégration Les Trois Châteaux
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
Nanc-lès-Saint-Amour

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
Nanc-lès-Saint-Amour

Nanc-lès-Saint-Amour est une ancienne commune française située dans le département du Jura en région Bourgogne-Franche-Comté.

Elle est, depuis le , une commune déléguée au sein de la commune nouvelle de Les Trois Châteaux avec les communes de Chazelles et de L'Aubépin. Elle a été désignée chef-lieu de la commune nouvelle[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Nanc-lès-Saint-Amour fait partie du Revermont. Le village est situé immédiatement au pied du premier plateau du Jura, qui le domine de 200 mètres.

Géologie[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Villages, hameaux, lieux-dits, écarts[modifier | modifier le code]

(liste non exhaustive)

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Saint-Amour L'Aubépin (Les Trois Châteaux) Rose des vents
Domsure (Ain) N Thoissia
O    Nanc-lès-Saint-Amour    E
S
Chazelles (Les Trois Châteaux) Saint-Jean-d'Étreux Nantey (Val-d'Épy)

Toponymie[modifier | modifier le code]

Panneau d'entrée dans le village.

Nanc-lès-Saint-Amour signifie « Nanc près de Saint-Amour ». Nanc provient probablement du gaulois nanto signifiant vallée[2],[3] Ce nom est souvent associé à des localités situées dans des vallées encaissées, ou au pied d'une falaise, d'un versant de pente abrupte ou d'un relief de côte, comme Nancy ou Nant (Aveyron). C'est bien le cas ici du village situé au pied du plateau du Revermont. Le nom de la commune voisine de Nantey provient également de nanto, comme celui de Nance, Nancuise, les Nans, toutes dans le Jura[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Mairie.

Maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2014 31 mars 2016 Philippe Chavanne PS Maire et vice président à la culture du Pays de Saint-Amour
mars 2001 2014 Maurice Richemond[5]    

Maires délégués[modifier | modifier le code]

Liste des maires délégués successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1er avril 2016 En cours Philippe Chavanne PS Vice-président à la culture du Pays de Saint-Amour

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[7],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 315 habitants, en augmentation de 11,31 % par rapport à 2009 (Jura : -0,23 %, France hors Mayotte : 2,49 %).

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
361374383369397394393381399
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
391395390392428425434393388
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
374395382337321340331333286
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2014
257233224227246261276285315
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[9].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Martin.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Sources[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jacques Castana, « Recueil des actes administratifs du Jura n°011 : Arrêté 39-2016-03-18-005 créant la commune nouvelle Les Trois Châteaux » [PDF], sur jura.gouv.fr, (consulté le 30 mars 2016), p. 103-105.
  2. Xavier Delamarre, Dictionnaire de la langue gauloise, éditions Errance, , 440 p. (ISBN 978-2-87772-237-7), p. 230.
  3. Voir aussi toponymie de Nancy.
  4. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Librairie Guénégaud, Paris, 1989, page 488.
  5. Préfecture du Jura, Liste des maires élus en 2008, consultée le 2 mai 2010
  6. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .