Aller au contenu

Ney (Jura)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Ney
Ney (Jura)
Le village de Ney à proximité de Champagnole.
Blason de Ney
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Jura
Arrondissement Lons-le-Saunier
Intercommunalité Communauté de communes Champagnole Nozeroy Jura
Maire
Mandat
Gilles Grandvuinet
2020-2026
Code postal 39300
Code commune 39389
Démographie
Gentilé Calins, Calines
Population
municipale
601 hab. (2021 en augmentation de 6,75 % par rapport à 2015)
Densité 83 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 44′ 11″ nord, 5° 53′ 14″ est
Altitude Min. 489 m
Max. 719 m
Superficie 7,26 km2
Type Commune rurale à habitat dispersé
Unité urbaine Champagnole
(banlieue)
Aire d'attraction Champagnole
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Champagnole
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
Ney
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Ney
Géolocalisation sur la carte : Jura
Voir sur la carte topographique du Jura
Ney
Géolocalisation sur la carte : Bourgogne-Franche-Comté
Voir sur la carte administrative de Bourgogne-Franche-Comté
Ney

Ney est une commune française située dans le département du Jura, la région culturelle et historique de Franche-Comté et la région administrative Bourgogne-Franche-Comté.

Elle fait partie de la communauté de communes Champagnole Nozeroy Jura. Les habitants du village se nomment les Calins[1].

Géographie

[modifier | modifier le code]

Commune proche de Champagnole, à quelque 35 kilomètres de la frontière suisse.

Représentations cartographiques de la commune
Carte
Mairie
Carte OpenStreetMap
Carte OpenStreetMap
Carte topographique
Carte topographique
Avec les communes environnantes
Avec les communes environnantes
1 : carte dynamique ; 2. carte OpenStreetMap ; 3 : carte topographique ; 4 : avec les communes environnantes

Communes limitrophes

[modifier | modifier le code]

Cadre géologique

[modifier | modifier le code]

Le village s'inscrit dans la grande région naturelle du Jura externe, où il s'est implanté au pied du plateau de Champagnole, dans la dépression de la combe d'Ain dominée par la côte de l'Heute qui sépare ce plateau de celui de Lons-le-Saunier[Note 1]. La carte géologique de Champagnole présente un sous-sol composé de terrains alluvionnaires glaciaires et des moraines[Note 2]. Implantée au débouché de la reculée de vers Cul, la commune est dominée au sud par un petit bombement nommé Bénédegand, correspondant à une butte-témoin isolée du plateau de Champagnole[2].

En 2010, le climat de la commune est de type climat de montagne, selon une étude du Centre national de la recherche scientifique s'appuyant sur une série de données couvrant la période 1971-2000[3]. En 2020, Météo-France publie une typologie des climats de la France métropolitaine dans laquelle la commune est dans une zone de transition entre le climat semi-continental et le climat de montagne et est dans la région climatique Jura, caractérisée par une forte pluviométrie en toutes saisons (1 000 à 1 500 mm/an), des hivers rigoureux et un ensoleillement médiocre[4].

Pour la période 1971-2000, la température annuelle moyenne est de 9,2 °C, avec une amplitude thermique annuelle de 16,9 °C. Le cumul annuel moyen de précipitations est de 1 605 mm, avec 13,2 jours de précipitations en janvier et 10,3 jours en juillet[3]. Pour la période 1991-2020, la température moyenne annuelle observée sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Champagnole », sur la commune de Champagnole à 2 km à vol d'oiseau[5], est de 9,4 °C et le cumul annuel moyen de précipitations est de 1 573,2 mm. La température maximale relevée sur cette station est de 37,5 °C, atteinte le ; la température minimale est de −23,5 °C, atteinte le [Note 3],[6],[7].

Les paramètres climatiques de la commune ont été estimés pour le milieu du siècle (2041-2070) selon différents scénarios d'émission de gaz à effet de serre à partir des nouvelles projections climatiques de référence DRIAS-2020[8]. Ils sont consultables sur un site dédié publié par Météo-France en novembre 2022[9].

Au , Ney est catégorisée commune rurale à habitat dispersé, selon la nouvelle grille communale de densité à sept niveaux définie par l'Insee en 2022[10]. Elle appartient à l'unité urbaine de Champagnole[Note 4], une agglomération intra-départementale regroupant quatre communes, dont elle est une commune de la banlieue[Note 5],[11],[12]. Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Champagnole, dont elle est une commune de la couronne[Note 6],[12]. Cette aire, qui regroupe 43 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[13],[14].

Occupation des sols

[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (60,1 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (62,4 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : prairies (47,9 %), forêts (31,3 %), zones urbanisées (8,6 %), zones agricoles hétérogènes (7,9 %), terres arables (4,3 %)[15]. L'évolution de l’occupation des sols de la commune et de ses infrastructures peut être observée sur les différentes représentations cartographiques du territoire : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et les cartes ou photos aériennes de l'IGN pour la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

D'après d'anciens documents, l'orthographe de la commune était "Nez".

Au Moyen-Âge, l'ancien bourg était situé sur l'actuel cimetière et avait pour nom "Cognosch", pouvant être traduit par "coin connu"[16].

Héraldique

[modifier | modifier le code]
Blason de Ney Blason
D'argent au cavalier gaulois au naturel, accompagné de trois fleurs de daphné de pourpre, boutonnées du champ, celles de la pointe plus grande; au comble du champ chargé de l'inscription « NEY » de sable[Note 7].
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration

[modifier | modifier le code]
Mairie.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 2014 Claude Bourgeois    
mars 2014 En cours Gilles Grandvuinet SE Agent technique

Démographie

[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[17]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[18].

En 2021, la commune comptait 601 habitants[Note 8], en augmentation de 6,75 % par rapport à 2015 (Jura : −0,78 %, France hors Mayotte : +1,84 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
340351344288363405396428413
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
345340358337300300267252245
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
251242250258298307306313324
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
356459580541541577589595571
2014 2019 2021 - - - - - -
568589601------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[19] puis Insee à partir de 2006[20].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments

[modifier | modifier le code]
  • L'église Saint-Martin : construite en 1779, elle possède un clocher comtois et un vitrail rare qui représente le visage de chaque villageois décédé lors de la première guerre mondiale (il existe très peu de réalisations similaires en France).
  • La reculée de vers Cul originale par sa forme très symétrique et sa grande largeur de 1400 mètres.
  • Le belvédère du Bénédegand qui embrasse un large paysage : forêt de la Joux, ville de Champagnole et le mont Rivel, les villages de Cize et de Ney, la reculée de Vers Cul.

Personnalités liées à la commune

[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes

[modifier | modifier le code]

Liens externes

[modifier | modifier le code]

Notes et références

[modifier | modifier le code]
  1. Bloc diagramme Combe d’Ain, extrait de Vincent Bichet et Michel Campy, Montagnes du Jura, géologie et paysages, Néo Éditions, 2008
  2. Terrains notés FG (alluvions fluvio-glaciaires), GL (alluvions glacio-lacustres) et Gm (alluvions glaciaires morainiques) sur la carte
  3. Les records sont établis sur la période du au .
  4. Une unité urbaine est, en France, une commune ou un ensemble de communes présentant une zone de bâti continu (pas de coupure de plus de 200 mètres entre deux constructions) et comptant au moins 2 000 habitants. Une commune doit avoir plus de la moitié de sa population dans cette zone bâtie.
  5. Dans une agglomération multicommunale, une commune est dite de banlieue lorsqu'elle n'est pas ville-centre, à savoir que sa population est inférieure à 50 % de la population de l’agglomération ou de la commune la plus peuplée. Dans le cas de l'unité urbaine de Champagnole, il y a une ville-centre et trois communes de banlieue.
  6. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  7. Commentaires sur ce blason
  8. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2024, millésimée 2021, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2023, date de référence statistique : 1er janvier 2021.
  1. IGN, « Évolution comparée de l'occupation des sols de la commune sur cartes anciennes », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ).

Références

[modifier | modifier le code]
  1. « Les plus marrants : ces gentilés qui font sourire », Le Progrès,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  2. Vincent Bichet et Michel Campy, Montagnes du Jura : Géologie et paysages, Néo Éditions, , p. 64.
  3. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI 10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  4. « Zonages climatiques en France métropolitaine. », sur pluiesextremes.meteo.fr (consulté le ).
  5. « Orthodromie entre Ney et Champagnole », sur fr.distance.to (consulté le ).
  6. « Station Météo-France « Champagnole », sur la commune de Champagnole - fiche climatologique - période 1991-2020. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  7. « Station Météo-France « Champagnole », sur la commune de Champagnole - fiche de métadonnées. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  8. « Les nouvelles projections climatiques de référence DRIAS-2020. », sur drias-climat.fr (consulté le )
  9. « Climadiag Commune : diagnostiquez les enjeux climatiques de votre collectivité. », sur meteofrance.com, (consulté le )
  10. « La grille communale de densité », sur insee,fr, (consulté le ).
  11. « Unité urbaine 2020 de Champagnole », sur insee.fr (consulté le ).
  12. a et b Insee, « Métadonnées de la commune de Ney ».
  13. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Champagnole », sur insee.fr (consulté le ).
  14. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  15. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le ).
  16. « Ney. Mais pourquoi les habitants de Ney sont-ils les Calins ? », sur leprogres.fr (consulté le ).
  17. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  18. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  19. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  20. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020 et 2021.