Saffloz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Saffloz
Saffloz
Saffloz : le quartier de l'église
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Jura
Arrondissement Lons-le-Saunier
Intercommunalité Communauté de communes Champagnole Nozeroy Jura
Maire
Mandat
Patrick Vuittenez
2020-2026
Code postal 39130
Code commune 39473
Démographie
Population
municipale
96 hab. (2018 en diminution de 8,57 % par rapport à 2013)
Densité 11 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 40′ 12″ nord, 5° 50′ 56″ est
Altitude Min. 619 m
Max. 815 m
Superficie 8,65 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Champagnole
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Saint-Laurent-en-Grandvaux
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Bourgogne-Franche-Comté
Voir sur la carte administrative de Bourgogne-Franche-Comté
City locator 14.svg
Saffloz
Géolocalisation sur la carte : Jura
Voir sur la carte topographique du Jura
City locator 14.svg
Saffloz
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saffloz
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saffloz

Saffloz est une commune française située dans le département du Jura en région Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situé dans le canton de Clairvaux-les-Lacs, à environ 15 km de Champagnole et 30 km de Lons-le-Saunier, le village de Saffloz est au cœur de la région des lacs.

Ce petit village du second plateau du massif jurassien jouit de la proximité de nombreux lacs parmi lesquels le lac de Chalain, le lac du Vernois, le lac de Narlay, les lacs de Maclu et le lac d'Ilay. La commune est remarquable également par la diversité de ses forêts et la proximité des cascades du Hérisson.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Saffloz est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Champagnole, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 43 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[4],[5].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (52,7 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (52,7 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (52,7 %), prairies (31,7 %), zones agricoles hétérogènes (12,8 %), zones urbanisées (2,9 %)[6].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[7].

Histoire[modifier | modifier le code]

Généralement, on considère que le nom du village signifie "champs défrichés". Ce nom résulte de la contraction des mots "Essarts (Terres gagnées sur la forêt)" et de "Flots (Marécages)", "Essarts-Flots" signifie donc littéralement "les terres gagnées sur les marécages". Ce défrichage des terres est quant à lui attribué aux moines cisterciens de l'abbaye de Balerne fondée dans la première décennie du XIIe siècle. Le territoire de Saffloz dépendait de la seigneurie de Châtelneuf propriété indivise entre les religieux de Balerne et les Princes de la Maison de Chalon.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
avant 1981 ? Jean Verjus    
mars 2001 mars 2014 René Bernard[8]    
mars 2014 En cours Patrick Vuittenez   Retraité

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[10].

En 2018, la commune comptait 96 habitants[Note 3], en diminution de 8,57 % par rapport à 2013 (Jura : −0,29 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
344315310334372341296285292
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
279283282231223208179147158
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
175173174131135156167126121
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
125987575858783105106
2018 - - - - - - - -
96--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[12].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Pas de monument notable dans cette petite commune à part une résidence de campagne dépendant de l'abbaye de Balerne, plusieurs fois remaniée par un usage agricole, actuellement en cours de réfection, ou plus près de nous, la fruitière du XIXe siècle, très largement remaniée elle-aussi, mais toujours en activité.

L'église du village, placée sous le vocable de saint Philippe et saint Jacques, date de la fin du XVIIIe siècle [13] et le clocher du début du XIXe, à la Restauration (date sur le porche : 1824). Elle a servi d'église paroissiale pour les villages de Saffloz, Chevrotaine et Fontenu jusque dans les années soixante.

Le village contient quelques fontaines récemment restaurées, ainsi que l'école, désaffectée aujourd'hui, qui accueillait les enfants de Chevrotaine en plus de ceux de Saffloz.

On trouve également sur la commune une grotte dite « grotte aux Sarrazins » : la référence locale à l'invasion arabe au VIIIe siècle étant purement poétique (bien qu'ils aient atteint Luxeuil...).

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Sources[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 28 mars 2021).
  2. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 28 mars 2021).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 28 mars 2021).
  4. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le 28 mars 2021).
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 28 mars 2021).
  6. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 14 mai 2021)
  7. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 14 mai 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  8. Préfecture du Jura, Liste des maires élus en 2008, consultée le 2 mai 2010
  9. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  10. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  13. Le trésorier de l'église de Saffloz est mentionné dans un Bulletin des lois de la République française sur Google Books