Sirod

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une commune du département du Jura
Cet article est une ébauche concernant une commune du département du Jura.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Sirod
Vue du village.
Vue du village.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Jura
Arrondissement Lons-le-Saunier
Canton Champagnole
Intercommunalité Communauté de communes Champagnole Porte du Haut-Jura
Maire
Mandat
Luc Dodane
2014-2020
Code postal 39300
Code commune 39517
Démographie
Population
municipale
566 hab. (2014)
Densité 35 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 44′ 02″ nord, 5° 59′ 04″ est
Altitude Min. 560 m – Max. 890 m
Superficie 16,1 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Sirod

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Sirod

Sirod est une commune française située dans le département du Jura en région Bourgogne-Franche-Comté. Elle fait partie de la Communauté de communes Champagnole Porte du Haut-Jura.

Fête patronale (1er dimanche qui suit le 2 août) : fête foraine, bal et pétanque.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Lent Charency Rose des vents
Bourg-de-Sirod N Conte
Gillois
O    Sirod    E
S
Syam Crans, Les Chalesmes


Pour arriver dans le Val de Sirod : le tunnel de La Percée (vue sur le clocher du village).

Village traversé par l'Ain.

Sirod-Champagnole : 8km

Sirod-Lons : 45km

Sirod-Besançon : 90km

Sirod-Genève (CH) : 95km

Sirod-Lausanne (CH) : 110km

Sirod-Annecy : 140km

Sirod-Lyon : 215km

Sirod-Paris : 440km

Économie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

La commune voisine de Lent est réunie à Sirod de 1823 à 1842[1].

Le 15 août 1924, les tronçons Sirod–Foncine-le-Bas et Sirod–Nozeroy de la ligne Sirod-Boujailles des chemins de fer vicinaux du Jura ouvrent. La ligne Sirod-Boujailles ferme le 1er mai 1949.

Treffay est rattaché à Sirod en 1972[1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
  2001 Claude Cornier[2]    
mars 2001 2014 Gilbert Morel[3] UMP  
mars 2014 en cours Luc Dodane SE Retraité

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du milieu des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[5],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 566 habitants, en augmentation de 0 % par rapport à 2009 (Jura : -0,23 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
788 792 822 822 1 152 1 169 1 080 834 833
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
843 775 779 774 786 740 730 602 541
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
529 563 511 499 490 472 489 502 484
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014
496 452 518 574 539 528 550 578 566
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Sites et monuments[modifier | modifier le code]

  • La "Papeterie" source de l'Ain (sortir de Sirod direction : Nozeroy- Conte)
Pique-nique géant le 14 juillet.
  • La Commère : roche (la seule restante sur les trois qui ont existé)
  • Église du XIIe siècle (avec des trésors) et la chapelle du pont.
  • Château de Sirod, dit aussi de Montrichard, situé derrière l'Eglise, du XIVe siècle, rénové au XVI° en style renaissance. Inscrit à l'Inventaire Supplémentaire des Monuments Historiques : 1997. Propriétaires successifs : familles de Sirod, de Montrichard, de Watteville, Monnier, Parnet, Gaiffe Jacques et Florentin (actuels propriétaires).
  • Vestiges du Château Villain qui surplombe le village. (accès par Bourg-de-Sirod ou par la route : à droite du tunnel)

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

  • Football : ES Sirod foot. Composée de trois équipes seniors dont la première évoluant en première division de district après sa relégation de promotion de ligue à la suite de l'exercice 2007-2008[7].
  • Le club connait une descente aux enfers depuis cette période et se trouve aujourd'hui en Division 3 de district. Il reste ainsi deux équipes séniors. Remarquons que c'est une situation que rencontrent beaucoup de communes et de clubs au niveau du canton Champagnolais. C'est un bassin qui perd de la population[8], donc il est difficile de rassembler des effectifs assez importants.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Préfecture du Jura, [1]
  3. Préfecture du Jura, Liste des maires élus en 2008, consultée le 2 mai 2010
  4. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  7. Ligue de Franche-Comté
  8. [2]