Les modifications de cette page sont filtrées avec le filtre 29

Crotenay

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Crotenay
Crotenay
Monument aux morts et église de Crotenay.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Jura
Arrondissement Lons-le-Saunier
Canton Champagnole
Intercommunalité Communauté de communes Champagnole Porte du Haut-Jura
Maire
Mandat
Bernard Plantard
2014-2020
Code postal 39300
Code commune 39183
Démographie
Gentilé Crotenaisiens, crotenaisiennes
Population
municipale
670 hab. (2015 en diminution de 1,03 % par rapport à 2010)
Densité 58 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 45′ 10″ nord, 5° 48′ 52″ est
Altitude Min. 469 m
Max. 642 m
Superficie 11,61 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Franche-Comté

Voir sur la carte administrative de Franche-Comté
City locator 14.svg
Crotenay

Géolocalisation sur la carte : Jura

Voir sur la carte topographique du Département du Jura
City locator 14.svg
Crotenay

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Crotenay

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Crotenay

Crotenay est une commune française située dans le département du Jura, en région Bourgogne-Franche-Comté. Elle fait partie de la Communauté de communes Champagnole Porte du Haut-Jura (3e commune du canton)[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Crotenay est situé au pied du massif jurassien.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Montrond Rose des vents
Besain
Picarreau
Bonnefontaine
N Champagnole
O    Crotenay    E
S
Pont-du-Navoy

Économie et loisirs[modifier | modifier le code]

Ressources et productions[1][modifier | modifier le code]

  • Exploitations forestières (3 entreprises).
  • Carrières de sable et gravier.
  • Pâturages, polyculture. Bovins, apiculture : 2 producteurs laitiers, 3 agriculteurs.

Services et Tourisme[modifier | modifier le code]

  • Le village profite de l'attractivité touristique de la région à travers la location de gîtes et la propositions de services axés autour des sports de natures[2]. La proximité de la rivière de l'Ain est réputée par les pêcheurs. Il y a aussi deux étangs pour le plaisir des pêcheurs.
  • L'école primaire accueille tous les enfants du village jusqu'au CM2.
  • La présence de l'EREA[3] (Établissement Régional d'Enseignement Adapté) est sur le lieu d'ancienne colonies de vacances et des camps des ex-chantiers de jeunesses.
  • L'aéroclub de Champagnole se trouvant sur la commune de Crotenay.
  • Le club d'Aéromodélisme se situe juste derrière l'aéroclub[4].
  • L'Union Sportive de Crotenay Combe d'Ain, club de football[5], le Cirque Va et Vient[6], école de cirque, et le Golf des Quatre Saisons[7], golf naturel, sont trois associations sportives du village.
  • Dépôt de pain au bureau de poste.

Histoire[modifier | modifier le code]

Situé en territoire séquane, le village s'est développé autour d'une voie romaine allant des Salins vers l'Est par les cols de Morbier et de Saint Cergue. Situé au bas de la montagne de l'Heute au milieu d'une immense plaine où serpente l'Ain, mais suffisamment large et étendue pour y accueillir un aérodrome, le village est entouré, au sortir de la montagne de l'Heute à l'Ouest par le plateau de Chatelneuf au Sud-Est, par la petite colline de Montsogeon à l'Est, par la colline plus haute du Mont-Rivel au Nord Est. L'Ain serpente dans la plaine de Crotenay venant d'un site très touristique dénommé « Perte de l'Ain » et après avoir parcouru un défilé très étroit en aval de Champagnole. Les traces d'une route protohistorique sont visibles au travers de la montagne de l'Heute, prouvant le passage très ancien de voyageurs et de charrois transportant notamment le sel des salines de Lons le Saulnier, Poligny et Salins vers le territoire des Helvètes et le lac Léman, par les cols de Morbier et de Saint Cergue[8].

André Berthier a proposé dans les années 1960 d'y situer le combat de cavalerie préliminaire au siège d'Alésia dans le cadre de son hypothèse de localisation d'Alésia à Chaux-des-Crotenay[9]. Aucune recherche archéologique à Crotenay n'a permis jusqu'à ce jour de valider cette théorie, qui en l'absence de preuves solides n'est pas retenue par la communauté scientifique.

La présence germanique y est attestée par le cimetière mérovingien de Crotenay, l’une des plus vastes nécropoles de Franche-Comté, fouillé de 1967 à 1973 ; il comprend des tombes du Ve au IXe siècles[réf. nécessaire]. Le château de Crotenay fut démantelé par Louis XI et [[Louis XIV de France|Louis XIV[réf. nécessaire]]].

Crotenay est chef-lieu de canton de 1790 à 1801[10].

Salle des fêtes
Salle des fêtes de Crotenay.
Croix
Croix.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1994 2001 Frédéric Zygmunt    
mars 2001 en cours Bernard Plantard DVG Retraité de l'enseignement

Élections[modifier | modifier le code]

Les élections montrent une réalité de la politique du village, voici les derniers résultats :

Répartition des votes exprimés par grandes catégories
FN-Extrême droite UMP-DVD Centre PS-DVG EE-Les Verts FdG-Extrême gauche
Élections régionales de 2010[11] 8,94 %+4,88 % 21,14 % 4,88 % 39,84 % 12,60 % 3,25 %+2,03 %
Élections européennes de 2009[12] 5,10 % 21,43 %+5,10 % 9,69 % 19,39 % 17,35 % 7,14 %+5,61 %
Élection présidentielle de 2007[13] 12,91 %+2,82 % 29,81 % - 2d tour : 54,74 % 17,61 % 2d tour : 25,82 % - 2d tour : 45,26 % 2,11 %+2,11 % 1,64 %+3,99 %

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[14]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[15].

En 2015, la commune comptait 670 habitants[Note 1], en diminution de 1,03 % par rapport à 2010 (Jura : -0,36 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
409401404428436434409412441
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
481427430398364353375388404
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
352342306284293351346364384
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
350373496582579598632635639
2013 2015 - - - - - - -
667670-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2006[16].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Voies[modifier | modifier le code]

35 odonymes recensés à Crotenay
au 10 novembre 2013
Allée Avenue Boulevard Chemin Impasse Montée Passage Place Route Rue Ruelle Autres Total
0 0 0 6 5 1 1 1 1 18 1 1[N 1] 35
Note de tableau « N »
  1. Un « barrage » (route passant sur un barrage)
Sources : rue-ville.info & annuaire-mairie.fr

Édifices[modifier | modifier le code]

  • Vestiges du château (XIVe-XVIIe s), sur le Montsaugeon
  • Église Saint-Pierre (XIXe s)
  • Mairie (XIXe s)

Sites[modifier | modifier le code]

Aérodrome de Champagnole Crotenay LFGX
Aérodrome de Champagnole Crotenay LFGX.
  • L'aérodrome de Champagnole - Crotenay (code OACI : LFGX) (XXe s), se trouve sur la commune. Ses pistes sont : 01 et 19. Il est à usage restreint, en particulier en raison de sa courte piste donnant vers une forêt en montée (vers le Nord) ;
  • Centrale hydroélectrique (XXe s), inscrite à l'IGPC depuis 1997[17];
  • Combe de l'Ain ;
  • Forêt et côte de l'Heute ;
  • Étangs ;
  • Sablières ;
  • Golf naturel.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Sources[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

A. Rousset "Dictionnaire géographique, historique et statistique des communes de Franche-Comté", Département du Jura, 1855.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b http://www.annuaire-mairie.fr/mairie-crotenay.html
  2. http://www.gitedelapraz.com/activites_1892495.html Exemple du Gîte de la Praz
  3. http://missiontice.ac-besancon.fr/erea_lea_la_moraine/
  4. http://rmcc.e-monsite.com/
  5. http://www.uscca-foot.fr/
  6. http://www.cirquevaetvient.fr/
  7. http://www.golfdes4saisons.fr
  8. Pierre AYMARD, "Alesia... La vérité cachée dans les textes", Dicolor Groupe, Ahuy (21 - France) septembre 2010
  9. A. Berthier, "Le portrait-robot dans la recherche d'Alésia", Communication au 109e Congrès National des Sociétés Savantes, Archéologie et d'Histoire de l'Art. La Bourgogne - études archéologiques - Dijon 1984, p. 298, pl.X
  10. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. http://www.annuaire-mairie.fr/elections-regionales-2010-crotenay.html
  12. http://www.annuaire-mairie.fr/elections-europeennes-2009-crotenay.html
  13. http://www.annuaire-mairie.fr/elections-presidentielles-2007-crotenay.html
  14. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  15. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  16. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  17. « Centrale », notice no IA39000157, base Mérimée, ministère français de la Culture