Varaire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Varaire (homonymie).
Varaire
Château de Couanac
Château de Couanac
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Lot
Arrondissement Cahors
Canton Marches du Sud-Quercy
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Lalbenque
Maire
Mandat
Marcel Aymard
2014-2020
Code postal 46260
Code commune 46328
Démographie
Population
municipale
310 hab. (2014)
Densité 12 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 21′ 31″ nord, 1° 43′ 29″ est
Altitude Min. 220 m – Max. 404 m
Superficie 25,52 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Varaire

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Varaire

Varaire est une commune française, située dans le département du Lot en région Occitanie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune située dans le Quercy, sur le causse de Limogne.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom Varaire provient de Varatia Villa qui fait référence à la villa de l'homme nommé Varatius[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

La limite sud de la commune fut formée par un très vieux chemin appelé le « Cami Gasco ». C’était la voie romaine qui reliait Caylus à Cahors, lorsque les deux villes commerçaient entre elles.

Dès le XIIIe siècle, un hôpital avec une église, connu sous le nom de Saint-Jacques-de-Peyronèse (ou de Peyrounasse) accueillait les pèlerins ; encore aujourd'hui au bord de la voie romaine, on trouve une croix sur un petit muret qui en marque l'emplacement et que les villageois appellent la croix de Pétronille.

En 1561, existaient encore deux auberges où pouvaient s'arrêter les voyageurs.

De la même époque, demeure dans le village une tour, vestige du château, et le lavoir communal aux dimensions vraiment seigneuriales car il en fut le vivier.

Communes limitrophes ou proches[modifier | modifier le code]

Rose des vents Concots
Cahors
Saint-Cirq-Lapopie
Crégols
Lugagnac
Figeac
Rose des vents
Bach
Escamps
Vaylats
N Limogne-en-Quercy
Villefranche de Rouergue
O    Varaire    E
S
Lalbenque Saillac
Caylus
Beauregard (Lot)

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1977 1989 Jean Aymard SE Agriculteur
1989 2001 André Courpet SE Agriculteur
2001 en cours Marcel Aymard[2] SE Agriculteur
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[4],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 310 habitants, en augmentation de 2,31 % par rapport à 2009 (Lot : 0,05 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
916 946 903 908 1 011 867 888 856 998
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 066 1 046 905 975 957 905 870 788 724
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
701 654 648 541 519 426 426 346 337
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2014
307 282 236 258 278 268 292 306 310
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Manifestations et associations[modifier | modifier le code]

Le pèlerinage de Compostelle[modifier | modifier le code]

Sur la via Podiensis du pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle.

On vient de Cajarc, via Limogne-en-Quercy la prochaine commune est Bach direction Cahors, et sa cathédrale Saint-Étienne et le pont Valentré.

Peu après les jacquets étaient rejoints par ceux qui avaient emprunté la vallée du Célé.

Le chemin de Compostelle traverse Varaire.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Dolmen du Mas de Coti (appelé aussi du Mas-de-Gobi) : c'est l'un des dolmens les plus imposants du département avec une table de près de 5 mètres de long (poids estimé de 11 tonnes) et des orthostates latéraux de respectivement 4,40 et 4,90 mètres pour 1,50 mètre de haut. 44° 21′ 32″ N, 1° 43′ 56″ E
  • Château de Couanac.
  • L'abreuvoir.


Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Gaston Bazalgues, « Les noms des communes du Parc », Les cahiers scientifiques du Parc naturel régional des Causses du Quercy, vol. 1,‎ , p. 116 (lire en ligne)
  2. Liste des membres du conseil municipal (2008-2014) sur le site de la communauté des communes du pays de Lalbenque
  3. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  7. Comité des fêtes

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :