Florensac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Florensac
Florensac
Église Saint-Jean-Baptiste.
Blason de Florensac
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Hérault
Arrondissement Béziers
Intercommunalité Communauté d'agglomération Hérault Méditerranée
Maire
Mandat
Vincent Gaudy
2020-2026
Code postal 34510
Code commune 34101
Démographie
Gentilé Florensacois
Population
municipale
5 051 hab. (2018 en augmentation de 1,65 % par rapport à 2013)
Densité 137 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 23′ 01″ nord, 3° 27′ 56″ est
Altitude m
Min. 1 m
Max. 90[1] m
Superficie 36,9 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Florensac
(ville isolée)
Aire d'attraction Agde
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Pézenas
Législatives Septième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : région Occitanie
Voir sur la carte administrative de la région Occitanie
City locator 14.svg
Florensac
Géolocalisation sur la carte : Hérault
Voir sur la carte topographique de l'Hérault
City locator 14.svg
Florensac
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Florensac
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Florensac

Florensac, ou Florençac en occitan, est une commune française située dans le département de l'Hérault en région Occitanie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte.

Commune située à 15 km au nord d'Agde sur l'autoroute A9 et l'Hérault faisant la limite sud-ouest avec la commune voisine de Bessan.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Climat[modifier | modifier le code]

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000

  • Moyenne annuelle de température : 14,9 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 1,1 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 9 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 1] : 16 °C
  • Cumuls annuels de précipitation : 627 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 5,8 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 2,4 j

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat méditerranéen franc », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[2]. En 2020, la commune ressort du type « climat méditerranéen » dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Pour ce type de climat, les hivers sont doux et les étés chauds, avec un ensoleillement important et des vents violents fréquents[3].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent aux données mensuelles sur la normale 1971-2000[4]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-contre[2].

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[5] complétée par des études régionales[6] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Marseillan-Inra », sur la commune de Marseillan, mise en service en 1986[7]et qui se trouve à 6 km à vol d'oiseau[8],[Note 2], où la température moyenne annuelle est de 15,1 °C et la hauteur de précipitations de 555,2 mm pour la période 1981-2010[9]. Sur la station météorologique historique la plus proche, « Sete », sur la commune de Sète, mise en service en 1949 et à 19 km[10], la température moyenne annuelle évolue de 15 °C pour la période 1971-2000[11], à 15,4 °C pour 1981-2010[12], puis à 15,8 °C pour 1991-2020[13].

Milieux naturels et biodiversité[modifier | modifier le code]

Réseau Natura 2000[modifier | modifier le code]

Le réseau Natura 2000 est un réseau écologique européen de sites naturels d'intérêt écologique élaboré à partir des directives habitats et oiseaux, constitué de zones spéciales de conservation (ZSC) et de zones de protection spéciale (ZPS)[Note 3]. Un site Natura 2000 a été défini sur la commune au titre de la directive habitats : le « cours inférieur de l'Hérault »[15], d'une superficie de 162 ha, qui accueille une espèce de poisson migrateur vulnérable, en forte régression depuis la prolifération des ouvrages sur les cours d'eau : l'Alose feinte mais aussi le Toxostome, un autre poisson à fort enjeu patrimonial[16].

Zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique[modifier | modifier le code]

L’inventaire des zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) a pour objectif de réaliser une couverture des zones les plus intéressantes sur le plan écologique, essentiellement dans la perspective d’améliorer la connaissance du patrimoine naturel national et de fournir aux différents décideurs un outil d’aide à la prise en compte de l’environnement dans l’aménagement du territoire. Une ZNIEFF de type 1[Note 4] est recensée sur la commune[17] : la « rivière de l'Hérault à Bessan » (24 ha), couvrant 2 communes du département[18] et deux ZNIEFF de type 2[Note 5],[17] :

  • les « collines marneuses de Castelnau-de-Guers » (3 207 ha), couvrant 5 communes du département[19] ;
  • le « cours aval de l'Hérault » (236 ha), couvrant 4 communes du département[20].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Florensac est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 6],[21],[22],[23]. Elle appartient à l'unité urbaine de Florensac, une unité urbaine monocommunale[24] de 5 014 habitants en 2017, constituant une ville isolée[25],[26].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction d'Agde, dont elle est une commune de la couronne[Note 7]. Cette aire, qui regroupe 6 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[27],[28].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (89,1 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (90 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : cultures permanentes (82 %), terres arables (6,1 %), zones urbanisées (5,7 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (5,2 %), zones agricoles hétérogènes (1 %)[29].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

La commune a été connue sous les variantes : villa Florenciago, in Florentiago (954-982), villa Florenciaco (954-986), de Florenciago (966), mansus de Florenciaco (978), etc.

Le nom dérive avec le suffixe -acum d'origine celtique du surnom latin Florencius, porté par Sainte Florence qui a été martyrisée sous Dioclétien à Cessero (Saint-Thibéry) ou Agde[30].

Histoire[modifier | modifier le code]

Plan de la ville de Florensac (1816).

Guillaume II, vicomte de Béziers, d'Agde, seigneur de Florensac, dans son testament de 990, cite une tour située dans le village[31]. Florensac passe ensuite dans le domaine de la maison Trencavel au Moyen Âge. Après l'intervention de la Croisade contre les Albigeois, Simon de Montfort a donné en 1219 les biens des Trencavel à Gui de Lévis (1180-1233). En 1452, Jeanne de Lévis, fille de Philippe III de Lévis-Florensac, a épousé Louis Bastet de Crussol (vers 1425-1473) Grand panetier de France. La famille de Crussol a gardé la seigneurie de Florensac jusqu'à la Révolution.

Le village était entouré d'une enceinte entourée de fossés et percée de quatre portes : la porte Sainte-Suzanne (proche de l'église Sainte-Suzanne, aujourd"hui disparue), la porte de Saint-Thibéry, le Portail Neuf et la porte d'Agde. Le chemin de Saint-Thibéry devait traverser l'Hérault grâce à un bac. Le premier pont a été construit au XIXe siècle.

Pendant les guerres de Religion, les soldats du Duc de Joyeuse ont pillé en 1562 le village dont une partie des habitants s'était convertie au protestantisme. Les huguenots ont en partie détruit l'église Saint-Jean-Baptiste à plusieurs reprises et en particulier en 1573. L'église devenue inutilisable, les catholiques ont célébré les offices dans la chapelle des Pénitents Noirs. De l'ancien temple ne subsiste plus que la porte[32]. En 1685, le culte protestant n'a plus été autorisé.

La période révolutionnaire est l’occasion d’une activité politique intense à Florensac, qui conduit à des affrontements entre factions ennemies. La commune comptait déjà une société aristocratique avant la Révolution, la société Maureilhan, formée de maçons[33]. En mars 1791, une société populaire est créée sous le nom de « société des amis de la constitution », avec l’aide de la société de Pézenas[34] en opposition à la société Maureilhan, contre-révolutionnaire[33]. Après la chute de la monarchie, elle se rebaptise « société régénérée des sans-culottes » puis « société républicaine » et compte jusqu’à 219 membres en l’an II[34]. À ce moment de la Révolution, les affrontements entre les membres des deux sociétés sont si violents, que le directoire du département de l’Hérault fait déclarer l’état de siège à Florensac et y fait cantonner le bataillon de l’Ardèche[35]. La société de Florensac était affiliée à celle de Marseillan[36].

Clocher de l'église Saint-Jean-Baptiste.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1977 mars 2001 Michel Gaudy PS Conseiller général, troisième vice-président du conseil général de l'Hérault, conseiller régional de 1998 à 2010, président du SDIS de l'Hérault
mars 2001 mars 2008 Francis Gelly PS  
mars 2008 En cours Vincent Gaudy PS Cadre - Conseiller départemental depuis 2015

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Au dernier recensement, la commune comptait 5051 habitants.

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 5862 6593 1583 3733 5123 5253 4543 5753 677
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
3 7573 7563 8653 8643 9523 6983 6533 7523 548
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
3 6773 5293 5143 6203 4973 4403 1722 7412 802
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
2 8442 7852 9173 0643 5833 8594 5484 6394 731
2013 2018 - - - - - - -
4 9695 051-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[37] puis Insee à partir de 2006[38].)
Histogramme de l'évolution démographique

Sports[modifier | modifier le code]

En balle au tambourin, le Florensac tambourin défend les couleurs de Florensac en championnat de France de balle au tambourin et en championnat de France de balle au tambourin féminin.

Économie[modifier | modifier le code]

Viticulture : Picpoul de Pinet (AOC) et côtes-de-thau (IGP)

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le château de Vulliod à Florensac

Le château de Vulliod - aujourd'hui complètement entouré de maisons - construit au XIXe siècle pour la famille Vulliod arrivée de Savoie à la Révolution avec l'établissement de Jérôme Vulliod à la suite de son mariage dans la commune. La famille Vulliod, devenue "de Vulliod", en restera propriétaire jusqu'aux années 1960.

En , l'organiste Marcel Dazin inaugure le nouveau grand orgue numérique de l’église Saint-Jean-Baptiste de Florensac[39],[40].

Monument aux morts de Florensac

Un monument aux morts de la Première Guerre mondiale se trouve également dans la commune.

Lo Chivalet[modifier | modifier le code]

lo Chivalet

L'animal totémique du village est le chevalet (lo chivalet). Sa légende : le roi Charles IX visitait la région, accompagné de sa mère, Catherine de Médicis. Ils font une halte à Florensac le 31 décembre 1565. Pour remercier ses hôtes, qui l'avaient bien accueilli, le roi offrit son cheval aux habitants. Dès lors, de génération en génération, les habitants de Florensac ont fait construire un animal en bois pour commémorer l'événement, faisant ainsi du chevalet l'emblème et le totem de la cité.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Florensac Blason
D'azur à un sac d'or rempli de fleurs au naturel (alias : d'argent).
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Roger Bouis, « Diversité et curiosité des monuments du canton de Florensac », Les cahiers du GRHISTA, no 7,‎ , p. 223-240
  • Frédéric Donnadieu, Études historiques sur la ville de Florensac, Nîmes, Éd. Lacour, coll. « Rediviva », , 38 p.
  • Jeannine Gare, L'agriculture à Florensac, Florensac, Association Florensac mon village, , 72 p.
  • Jeannine Gare, Florensac ou la vie d'un village de l'Hérault, Florensac, Association Florensac mon village, , 750 p.
  • Jeannine Gare, Le village de Florensac, Florensac, Association Florensac mon village, , 43 p.
  • Virginie Gascon, « La Grande Guerre dans le canton de Florensac », Les cahiers du GRHISTA, no 7,‎ , p. 165-178
  • Antonin Grenier, Florensac à travers les âges, Béziers, Imprimerie du Sud Neuf, , 159 p.
  • Florensac Mon Village (Association), Florensac : du tour d'enceinte à la promenade : par les détours du passé, Florensac, Association Florensac mon village, , 49 p.
  • Alain Terras, « Les Romieux : de tonnelier à vin dans l'Hérault à tonnelier à sardines en Bretagne », Cercle généalogique de Languedoc, no 134,‎ , p. 16-31
  • Jacques Trahine, La classe 1889 dans les cantons de Florensac, Agde, Montagnac, Pézenas, Roujan, Servian, [s.l.], [s.n.],

Fonds d'archives[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  2. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  3. Dans les sites Natura 2000, les États membres s'engagent à maintenir dans un état de conservation favorable les types d'habitats et d'espèces concernés, par le biais de mesures réglementaires, administratives ou contractuelles[14].
  4. Les ZNIEFF de type 1 sont des secteurs d’une superficie en général limitée, caractérisés par la présence d’espèces, d’association d’espèces ou de milieux rares, remarquables, ou caractéristiques du milieu du patrimoine naturel régional ou national.
  5. Les ZNIEFF de type 2 sont de grands ensembles naturels riches, ou peu modifiés, qui offrent des potentialités biologiques importantes.
  6. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  7. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Florensac sur le site de l'Institut géographique national
  2. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  3. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  4. « Définition d’une normale climatologique », sur http://www.meteofrance.fr/ (consulté le )
  5. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  6. « Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (oracle) Occitanie », sur occitanie.chambre-agriculture.fr, (consulté le )
  7. « Station Météo-France Marseillan-Inra - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  8. « Orthodromie entre Florensac et Marseillan », sur fr.distance.to (consulté le ).
  9. « Station Météo-France Marseillan-Inra - fiche climatologique - statistiques 1981-2010 et records », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  10. « Orthodromie entre Florensac et Sète », sur fr.distance.to (consulté le ).
  11. « Station météorologique de Sete - Normales pour la période 1971-2000 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  12. « Station météorologique de Sete - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  13. « Station météorologique de Sete - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  14. Réseau européen Natura 2000, Ministère de la transition écologique et solidaire
  15. « Liste des zones Natura 2000 de la commune de Florensac », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  16. « site Natura 2000 FR9101486 - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le )
  17. a et b « Liste des ZNIEFF de la commune de Florensac », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  18. « ZNIEFF la « rivière de l'Hérault à Bessan » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  19. « ZNIEFF les « collines marneuses de Castelnau-de-Guers » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  20. « ZNIEFF le « cours aval de l'Hérault » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  21. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  22. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  23. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  24. « Unité urbaine 2020 de Florensac », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  25. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  26. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur insee.fr, (consulté le ).
  27. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  28. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  29. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  30. Frank R. Hamlin et abbé André Cabrol, Les noms de lieux du département de l'Hérault : Dictionnaire Topographique et Étymologique, , 156 p. (ISBN 2-904624-00-7, lire en ligne), p. 327
  31. Probablement localisée dans l'actuelle impasse de la tour.
  32. L'impasse du prêche rappelle l'emplacement du temple.
  33. a et b Jean-François Dubost, « Le réseau des Sociétés Politiques dans le département de l'Hérault pendant la Révolution Française (1789-1795) », Annales historiques de la Révolution française, no 278, 1989. p.395
  34. a et b Dubost, ‘’Le réseau des sociétés…’’, op. cit., p. 414.
  35. Dubost, ‘’Le réseau des sociétés…’’, op. cit., p. 407
  36. Dubost, ‘’Le réseau des sociétés…’’, op. cit., p. 398
  37. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  38. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  39. Un orgue numérique offert à l’église.
  40. Florensac - Bénédiction du grand orgue de l’église Saint-Jean-Baptiste.