La Religieuse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Religieuse.
La Religieuse
Image illustrative de l'article La Religieuse
Première page

Auteur Denis Diderot
Genre Roman
Éditeur Buisson
Date de parution 1796
Lieu de parution Paris
Pays d'origine Drapeau de la France France

La Religieuse est un roman-mémoires achevé vers 1780 par Denis Diderot, et publié à titre posthume, en 1796.

Contexte[modifier | modifier le code]

Lorsque, en 1760, Diderot commence la Religieuse, roman sous forme de mémoires rédigés à la première personne, qu’une religieuse échappée du couvent adresse au marquis de Croismare pour solliciter son aide, il s’agit en fait d’une mystification de ses amis qui voulaient attirer de nouveau à Paris le marquis qui s’était retiré chez lui en Normandie. En 1780, Diderot en reprend l’écriture ; les différents épisodes sont publiés en feuilleton, entre 1780 et 1782, dans la Correspondance littéraire. Le roman fut édité en 1796, au gré de la découverte de copies que Diderot, échaudé par ses ennuis passés, n’envisageait pas de publier de son vivant.

Résumé[modifier | modifier le code]

Au XVIIIe siècle, une jeune fille nommée Suzanne Simonin est contrainte par ses parents de prononcer ses vœux au terme de son noviciat. En effet, pour de prétendues raisons financières, ceux-ci ont préféré enfermer leur fille au couvent. C’est en réalité parce qu’elle est une enfant illégitime et que sa mère espère ainsi expier sa faute de jeunesse. C’est dans la communauté des clarisses de Longchamp qu’elle rencontre la supérieure de Moni. Celle-ci, une mystique, se lie d’amitié avec la jeune fille avant de mourir. La période de bonheur et de plénitude s’achève pour l’héroïne avec l’arrivée d’une nouvelle supérieure : Sainte-Christine. Au courant que Suzanne désire rompre ses vœux et que pour ce faire, elle a intenté un procès à la communauté, la supérieure opère un véritable harcèlement moral et physique sur Suzanne. L'infortunée subit de l’ensemble de la communauté, à l’instigation de la supérieure, une multitude d’humiliations physiques et morales. En perdant son procès, Suzanne est condamnée à rester au couvent. Cependant son avocat, Maître Manouri, touché par sa détresse, obtient son transfert au couvent Saint-Eutrope. Au terme de son calvaire, Suzanne pardonne à ses bourreaux tout en continuant à poursuivre ses réflexions éminemment subversives sur le bien-fondé des cloîtres et de l’univers conventuel. Son arrivée dans la communauté de Saint-Eutrope marque le début de l’épisode le plus fameux de La Religieuse. En effet, cette période est caractérisée par l’entreprise de séduction de la supérieure à son égard. Celle-ci sombre dans la folie devant l’indifférence et l’innocence de la chaste Suzanne. Consciente de la dangerosité de ses désirs pervers qu’elle ne peut refouler, elle se livre aux macérations et au jeûne avant de mourir démente. Incapable de rester plus longtemps cloîtrée, Suzanne réussit à s’enfuir du couvent. Dans une conclusion à peine esquissée, l’auteur nous fait comprendre que Suzanne dans la clandestinité attend l’aide du marquis de Croismare et vit dans la peur d’être reprise.

Sources[modifier | modifier le code]

Le texte de Diderot s'inspire de sources historiques et littéraires.

L’histoire est inspirée de celle d’une religieuse de l'abbaye de Longchamp nommée Marguerite Delamarre, qui avait fait parler d’elle dans les salons en 1758, pour avoir écrit à la justice, demandant d’être libérée du cloître où ses parents l’avaient enfermée. En effet, elle est l’enfant illégitime entre sa mère et un autre homme que son père. De peur d’aller en enfer, sa mère, par un chantage affectif, la persuade d’aller dans ce couvent. Diderot intègre certainement à son roman des éléments de la vie de sa sœur, morte folle au couvent. Florence Lotterie relève par ailleurs La religieuse malgré elle de Brunet de Brou (1720) comme source littéraire[1]

Une œuvre anticléricale[modifier | modifier le code]

Diderot fait le procès des institutions religieuses coercitives, contraires à la véritable religion dans la mesure où elles mènent les individus aux souffrances terrestres et à la damnation éternelle. Le monde clos entraîne la dégradation de la nature humaine. Oisiveté, inutilité sociale, promiscuité plongent peu à peu les reclus dans les rêveries morbides ou mystiques, puis dans la folie et les mènent parfois au suicide. Œuvre anticléricale par excellence, La Religieuse est une ode à la liberté de choisir son destin. L’aliénation religieuse créée par l’univers conventuel y est dénoncée de manière polémique. Diderot prête sa voix et ses idées sur le couvent à Suzanne, qui, contrairement à l’auteur, est une croyante convaincue.

Éditions[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Hamilton Beck, « The Novel between 1740 and 1780 : Parody and Historiography », Journal of the History of Ideas, July-Sept. 1985, no 46 (3), p. 405-416.
  • Pierre Berthiaume, « La Religieuse de Denis Diderot ou l’hypotypose spéculaire », Lumen, Kelowna, Canadian Society for Eighteenth-Century Studies, 2003, p. 67-81.
  • Jean-Claude Bonnet, « Revoir La Religieuse », Interpréter Diderot aujourd’hui, Paris, Sycomore, 1984, p. 59-79.
  • (en) Mary Ann Brun, « Faussemblance : Errors and Artifice in Diderot’s La Religieuse », Auteur, Autorité, New York, Columbia UP, 1995, p. 113-19.
  • Marc Buffat, « Pour un spectateur distant », Eighteenth-Century Life, Winter 2001, no 25 (1), p. 68-79.
  • Isabelle Cassagne, « Les Voiles de l’absence : le Drame d’une identité illusoire dans La Religieuse de Denis Diderot », Tropos, Spring 1993, no 19 (1), p. 45-60.
  • (en) Christine Clark-Evans, « The Philosophical Novel : Probability, Causality and the Epicurean Swerve in Diderot’s La Religieuse », Studies on Voltaire and the Eighteenth Century, 1992, no 304, p. 1187-89.
  • (en) Huguette Cohen, « Jansenism in Diderot’s La Religieuse », Studies in Eighteenth-Century Culture, 1982, no 11, p. 75-91.
  • Marie-Hélène Cotoni, « Du dramatique au tragique : la Scène des vœux monastiques interrompus dans Les Illustres Françaises de Robert Challe et La Religieuse de Diderot », Revue d’Histoire Littéraire de la France, Jan-Feb 1993, no 93 (1), p. 62-72.
  • Anne Coudreuse, « Pour un nouveau lecteur : la Religieuse de Diderot et ses destinataires », Recherches sur Diderot et sur l’Encyclopédie, Oct 1999, no 27, p. 43-57.
  • (en) Rosalina De la Carrera, « Epistolary Triangles : The Préface-Annexe of La Religieuse Reexamined », The Eighteenth Century : Theory and Interpretation, Fall 1988, no 29 (3), p. 263-280.
  • Jean Deprun, « En marge de La Religieuse : Quatre témoins au-dessus de tout soupçon », L’Encyclopédie, Diderot, l’esthétique : mélanges en hommage à Jacques Chouillet (1915-1990), Paris, PU de France, 1991, p. 217-22.
  • Béatrice Didier, « Images du sacré chez Diderot », Travaux de Littérature, 1993, no 6, p. 193-209.
  • (en) William F. Edmiston, « Narrative Discourse and Cognitive Privilege in Diderot’s La Religieuse », French Forum, May 1985, no 10 (2), p. 133-144.
  • Christine Clark- Evans, « Le Témoignage de Suzanne : séduction tragique et discours juridique dans La Religieuse de Diderot », Recherches sur Diderot et sur l’Encyclopédie, avr. 1996, no 20, p. 75-89.
  • Robert Favre, « Le Bonheur dans La Religieuse », La Quête du bonheur et l’expression de la douleur dans la littérature et la pensée françaises, Genève, Droz, 1995, p. 61-65.
  • Beatrice Fink, « Des Mets et des mots de Suzanne », Diderot : Digression and Dispersion : A Bicentennial Tribute, Lexington, French Forum, 1984, p. 98-105.
  • (en) Irene Fizer, « Women 'Off' the Market : Feminine Economies in Diderot’s La Religieuse and the Convent Novel », Illicit Sex : Identity Politics in Early Modern Culture, Athens, U of Georgia P, 1997, p. 89-108.
  • Annie Flandreau, « Du nouveau sur Marguerite Delamarre et La Religieuse de Diderot », Dix-Huitième Siècle, 1992, no 24, p. 411-19.
  • (en) J. E. Fowler, Voicing Desire : Family and Sexuality in Diderot’s Narrative, Oxford, Voltaire Foundation, 2000.
  • (en) J E. Fowler,« Competing Causalities : Family and Convent in Diderot’s La Religieuse », Eighteenth Century : Theory and Interpretation, Spring 1996, no 37 (1), p. 75-93.
  • Richard L. Frautschi, « Diégèse et métalepse dans quatre textes de Diderot : quelques évidences quantitatives », Méthodes quantitatives et informatiques dans l’étude des textes : En hommage à Charles Muller, Genève, Slatkine, 1986, p. 409-20.
  • Vittorio Frigerio, « Nécessité romanesque et démantèlement de l’illusion dans la Préface-Annexe à La Religieuse de Diderot », Recherches sur Diderot et sur l’Encyclopedie, avr 1994, no 16, p. 45-59.
  • Mami Fujiwara, « Structure polyphonique de La Religieuse de Diderot : une Lecture génétique et narratologique », Études de Langue et Littérature Françaises, Mar 1990, no 56, p. 35-51.
  • Corinna Gepner, « L’Autoportrait de la narratrice dans La Religieuse : Les Ruses du regard », Recherches sur Diderot et sur l’Encyclopedie, Oct 1994, no 17, p. 55-67.
  • Henriette Goldwyn, « Mots-clés dans La Religieuse de Diderot », Colloque de la SATOR à Fordham, Paris, Papers on Fr. Seventeenth Cent. Lit., 1991, p. 69-70.
  • Diana Guiragossian Carr, « La Fortune de La Religieuse en Angleterre de 1797 à 1850 », Studies on Voltaire and the Eighteenth Century, 1989, no 265, p. 1288-1291.
  • (en) Julie C. Hayes, « Retrospection and Contradiction in Diderot’s La Religieuse », Romanic Review, May 1986, no 77 (3), p. 233-242.
  • (en) Susan Hayward, « 'Res Brutae' and Diderot’s Nun, Suzanne Simonin », Diderot Studies, 1981, no 20, p. 109-123.
  • (en) Heather Howard, « The Contextualized Body : Narrative Event in La Religieuse », Paroles Gelées : UCLA French Studies, 1995, no 13, p. 49-62.
  • Brigitte E. Humbert, « La Religieuse de Diderot et la marquise de Laclos », The French Review, May 2002, no 75 (6), p. 1194-212.
  • (en) Kevin Jackson, « 'Carnal to the Point of Scandal' : On the Affair of La Religieuse », Eighteenth-Century Fiction on Screen, Cambridge, Cambridge UP, 2002, p. 139-56.
  • Catherine Cusset- Jenkins, « La Femme et la loi dans La Religieuse de Diderot », Nature, droit, justice, Toulouse, UTM, 1991, p. 29-39.
  • (en) Herbert Josephs, « Diderot’s La Religieuse : Libertinism and the Dark Cave of the Soul », MLN, May 1976, no 91 (4), p. 734-55.
  • Dominique Jullien, « Locus hystericus : L’Image du couvent dans La Religieuse de Diderot », French Forum, May 1990, no 15 (2), p. 133-148.
  • (en) Adrian Kempton, « Diderot’s Clarissa and Laclos' Cecilia : Virtuous English Heroines as Models for an Emerging Aesthetic of the Novel in France », Franco-BrItysh Studies, Spring 2001, no 31, p. 37-61.
  • (en) Ksenya Kiebuzinski, « Female Autonomy vs. Male Authority : A Reading of Graffigny’s Lettres d'une Péruvienne and Diderot’s La Religieuse », Auteur, Autorité, New York, Columbia UP, 1995, p. 126-37.
  • Barbara Knauff, « Quelle femme, Monsieur ! : La Religieuse as an 18th-Century Gender-Bender », The Rhetoric of the Other : Lesbian and Gay Strategies of Resistance in French and Francophone Contexts, New Orleans, UP of the South, 2002, p. 31-44.
  • (en) Denise Bourassa Knight, « Diderot’s La Religieuse : Suzanne Simonin and the 'Youthful' Men Who See Her », Nottingham French Studies, May 1985, no 24 (1), p. 15-25.
  • Alice M. Laborde, « Le Paradoxe de La Religieuse », Pacific Coast Philology, Apr. 1967, no 2, p. 28-31.
  • Flavio Luoni, « La Religieuse : récit et écriture du corps », Littérature, May 1984, no 54, p. 79-99.
  • (en) Carole F. Martin, « Legacies of the Convent in Diderot’s La Religieuse », Studies in Eighteenth-Century Culture, 1996, no 25, p. 117-29.
  • Christophe Martin, Diderot. La Religieuse, Paris, Gallimard, Foliothèque, 2010. ISBN 978-2-07-039654-2
  • (en) Louis W. Marvick, « Heart of Flesh, Hearts of Stone : A Reading of Diderot’s La Religieuse », Romanic Review, Mar. 1989, no 80 (2), p. 185-206.
  • Georges May, « Diderot, Baudelaire et les femmes damnées », Modern Language Notes, June 1950, no 65 (6), p. 395-99.
  • (en) Mary McAlpin, « Diderot’s Philosopher Nun : Religion in La Religieuse », New Perspectives on the Eighteenth Century, Spring 2005, no 2 (1), p. 3-15.
  • (en) Paul Allen Miller, « Disciplining the Lesbian : Diderot’s La Religieuse », Intertexts, Fall 2001, no 5 (2), p. 168-81.
  • Nadine Monier, « Diderot/Foucault : La Religieuse, Jacques le fataliste et son maître et La Volonté de savoir », Constructions, 1985, no 17-37.
  • (en) Armine Kotin Mortimer, « Naïve and Devious : La Religieuse », Romanic Review, Mar 1997, no 88 (2), p. 241-50.
  • (en) Manuela Mourão, « The Compromise of Enlightened Rationalism in Diderot’s La Religieuse », Romance Quarterly, Fall 2001, no 48 (4), p. 223-38.
  • (en) Vivienne Mylne, « What Suzanne Knew : Lesbianism and La Religieuse », Studies on Voltaire and the Eighteenth Century, 1982, no 208, p. 167-173.
  • René Pomeau, « Sur la religion de La Religieuse », Travaux de Linguistique et de Littérature, 1975, no 13 (2), p. 557-67.
  • (en) Walter E. Rex, « Secrets from Suzanne : The Tangled Motives of La Religieuse », Eighteenth Century : Theory and Interpretation, Fall 1983, no 24 (3), p. 185-198.
  • Christopher Rivers, « Inintelligibles pour une femme honnête : Sexuality, Textuality and Knowledge in Diderot’s La Religieuse and Gautier’s Mademoiselle de Maupin », Romanic Review, Jan 1995, no 86 (1), p. 1-29.
  • (en) Victor Sage, « Diderot and Maturin : Enlightenment, Automata, and the Theatre of Terror », European Gothic : A Spirited Exchange, 1760-1960, Manchester, Manchester UP, 2002, p. 55-70.
  • Pierre Saint-Amand, « D’une mère l’autre : La Religieuse de Diderot », Dilemmes du roman : Essays in Honor of Georges May, Saratoga, Anma Libri, 1990, p. 121-132.
  • (en) Pierre Saint-Amand, « Reproducing Motherhood : Diderot’s La Religieuse », Literature and Psychology, 1989, no 35 (4), p. 27-43.
  • (en) Timothy M. Scanlan, « Silence in Diderot’s La Religieuse », European Studies Journal, 1984, no 1 (1-2), p. 53-58.
  • (en) Timothy M. Scanlan, « The Functions of Writing and Prayer in Diderot’s La Religieuse », South Central Bulletin, Winter 1980, no 40 (4), p. 160-62.
  • Jean Sgard, « La Beauté convulsive de La Religieuse », L’Encyclopédie, Diderot, l’esthétique : mélanges en hommage à Jacques Chouillet (1915-1990), Paris, PU de France, 1991, p. 209-15.
  • (en) Carol Sherman, « The Deferral of Textual Authority in La Religieuse », Postscript, 1985, no 2, p. 57-65.
  • (en) Lincoln Shlensky, « Preside at Their Pleasures : Rousseau, Diderot, Kafka and the Ambivalence of Representation », Qui Parle : Literature, Philosophy, Visual Arts, History, Fall-Winter 1992, no 6 (1), p. 52-92.
  • M. Simonton, « Suzanne’s cri animal : Aural and Musical Imagery in Diderot’s La Religieuse », University of Toronto Quarterly, Summer 1986, no 55 (4), p. 328-341.
  • G. Stenger, « La Préface-Annexe : un conte oublié de Diderot ? », Studies on Voltaire and the Eigteenth Century, 1989, no 260, p. 311-322.
  • Philip Stewart, « Body Language in La Religieuse », Studies in French Fiction in Honour of Vivienne Milne, London, Grant & Cutler, 1988, p. 307-321.
  • (en) Alistaire Tallent, « The Hysterical Lesbian and the Unspeakable in Diderot’s La Religieuse », Romance Review, Fall 2002, no 12, p. 117-25.
  • (en) Ruth P. Thomas, « Montesquieu’s Harem and Diderot’s Convent : The Woman as Prisoner », The French Review, Oct 1978, no 52 (1), p. 36-45.
  • Ann Thomson, « La Littérature clandestine et la circulation des idées religieuses dans la première moitié du XVIIIe siècle », L’Encyclopédie, Diderot, l’esthétique : mélanges en hommage à Jacques Chouillet (1915-1990), Paris, PU de France, 1991, p. 297-303.
  • (en) Jack Undank, « Diderot’s 'Unnatural' Acts : Lessons from the Convent », French Forum, May 1986, no 11 (2), p. 151-167.
  • (en) Dan Th. Valahu, « Diderot’s La Religieuse and Richardson : Textual Convergence and Disparity », Studies on Voltaire and the Eighteenth Century, 1986, no 241, p. 297-338.
  • (en) Dan Valahu, « Little-Known Documents : Three Croismare Documents : Weighing the Authenticity of Letters to Diderot’s 'Religieuse' and Mme Madin », PMLA, Mar 2006, no 121 (2), p. 532-45.
  • (en) Dan Valahu, « The Integration of Diderot’s La Religieuse and the Préface », Romanische Forschungen, 2006, no 118 (1), p. 50-60.
  • Marie-Claire Vallois, « Politique du paradoxe : Tableau de mœurs/tableau familial dans La Religieuse de Diderot », Romanic Review, Mar. 1985, no 76 (2), p. 162-171.
  • Jindrích Veselý, « Diderot et la mise en question du roman 'réaliste' du dix-huitième siècle », Colloque International Diderot (1713-1784), Paris, Aux Amateurs de Livres, 1985, p. 261-5.
  • (en) Anne C. Vila, « Sensible Diagnostics in Diderot’s La Religieuse », MLN, Sept 1990, no 105 (4), p. 774-99.

Livre audio[modifier | modifier le code]

Adaptations[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Diderot, La Religieuse, éd. présentée par Florence Lotterie, Paris, Flammarion, 2009, GF no 1394, p. 41.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :