Madame de La Carlière

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la littérature <adjF> image illustrant français
Cet article est une ébauche concernant la littérature française.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Madame de La Carlière
Publication
Auteur Denis Diderot
Langue Français
Parution Drapeau de la France France, 1773
dans la Correspondance littéraire.
Intrigue
Genre Conte philosophique
Nouvelle précédente/suivante
Précédent Ceci n’est pas un conte Supplément au voyage de Bougainville Suivant

Madame de La Carlière, sous-titré Sur l'inconséquence du jugement public de nos actions particulières est un conte de l’écrivain français Denis Diderot rédigé en 1772, publié pour la première fois en volume en 1798[1].

Précédé de Ceci n’est pas un conte et suivi par le Supplément au voyage de Bougainville, il forme un triptyque de contes moraux rédigés en 1772[2] qui paraitra dans la Correspondance littéraire en 1773[3].

Madame de La Carlière tient son nom de la mère de Sophie Volland, Élisabeth Françoise Brunel de La Carlière[4].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Laffitte M., Diderot : hésitations autour de la promesse (Histoire de Madame de la Carlière). In : Revue romane (ISSN 0035-3906), 1992, vol. 27, n°1, p. 90-103.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Œuvres complètes de Diderot éditées par Naigeon, Paris, Desray, 1798.
  2. Diderot indique la fin de sa rédaction dans une lettre à Grimm datée du 23 septembre 1772.
  3. Pour les détails concernant ce triptyque, nous renvoyons à la présentation qui en est faite dans l’article consacré au premier volet, Ceci n’est pas un conte.
  4. Raymond Trousson, Denis Diderot, Paris, Tallandier, 2005, p. 212.