Jacques Chouillet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Jacques Chouillet
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Formation
Activités
Romaniste, spécialiste de la littérature, professeur d'universitéVoir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint
Autres informations
A travaillé pour

Jacques Chouillet est un romaniste et professeur de littérature français, spécialiste de Diderot, né le 13 avril 1915 et mort à Paris le 19 février 1990.

Vie et travaux[modifier | modifier le code]

Jacques Chouillet est entré à l'École normale supérieure en 1935, a passé l'agrégation de lettres classiques. Il resta longtemps en captivité durant la Seconde Guerre mondiale. De 1946 à 1963, il donne cours dans l'enseignement secondaire, puis devient assistant, maître-assistant et chargé d'enseignement à l'université de Caen. Il enseigna également au Maroc - alors sous protectorat français.

En 1963, il est Maître de conférences à l'Université de Paris III (Sorbonne Nouvelle).

En 1972, il défend sa thèse à l'université de Paris IV, intitulée La formation des idées esthétiques de Diderot : 1745-1763 (Paris, 1973 - distingué par l'Académie française).

En février 1974, il est élu directeur de l'U.E.R. de littérature française. Il est nommé professeur titulaire le 2 mai 1975. Il est élu président de l'université Paris III le 10 octobre 1975 et occupera ce poste de 1976 à 1981.

En 1985, dans la foulée du bicentenaire de la mort de Diderot, il fonde, avec son épouse Anne-Marie Chouillet, la Société Diderot et la revue scientifique Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie.

Publications[modifier | modifier le code]

Éditions d'œuvres de Denis Diderot

Jacques Chouillet et son épouse Anne-Marie Chouillet ont collaboré à l'édition scientifiques de textes de Denis Diderot, en particulier pour les Œuvres complètes de Diderot publiées chez Hermann à Paris (coll. dite DPV).

Principales autres publications
  • Descartes et le problème de l'origine des langages au XVIIIe siècle, Dix-huitième siècle, 4, 1972, p. 39-60.
  • La formation des idées esthétiques de Diderot, 1974. Distingué par le prix Vitet, décerné par l'Académie française[1].
  • L'esthétique des Lumières, Paris 1974. Compte rendu par Félix Paknadelsem dans XVII-XVIII : Bulletin de la société d'études anglo-américaines des XVIIe et XVIIIe siècles, 1975 (vol. 1), no 1, p. 34.
  • Diderot, Paris, SEDES (Société d'édition d'enseignement supérieur), 1977.
  • Diderot : poète de l'énergie, Paris 1984.
  • Traitements informatiques de textes du 18e siècle : actes de la table ronde, VIe Congrès international des Lumières (Bruxelles, 24-31 juillet 1983), Paris, 1984. Avec la collaboration d'Anne-Marie Chouillet.
  • Denis Diderot – Sophie Volland : un dialogue à une voix, Genf/Paris, 1986.
  • Condillac sort de l'ombre, Le Monde, 7 novembre 1980, en ligne.
  • Ariste, miroir de Diderot, Revue d'histoire littéraire (A. Colin), 1965.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • M. Jacques Chouillet est élu président de l'Université de Paris-III, Le Monde, 10 octobre 1975, en ligne.
  • Béatrice Didier, Un homme toujours nouveau [compte rendu], Le Monde, 28 avril 1978, en ligne.
  • Béatrice Didier, Le don de Tamino [compte rendu], Le Monde, 31 janvier 1975, en ligne.
  • Anne-Marie Chouillet, Bibliographie de Jacques Chouillet, in : L'Encyclopédie, Diderot, l'esthétique : mélanges en hommage à Jacques Chouillet, Paris, Presses universitaires de France, 1990, p. 45-56.
  • L'Encyclopédie, Diderot, l'esthétique : mélanges en hommage à Jacques Chouillet, Sylvain Auroux, Dominique Bourel et Charles Porset (éd.), Paris, 1991.
  • René Pomeau, In memoriam Jacques Chouillet, in : Revue d’Histoire littéraire de la France, 90, 1991, p. 838-840.
  • John Pappas, [Nécrologie], in : Diderot Studies 24, 1991, p. 245-246.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Source en ligne ; Le Monde, 18 mai 1974.