Bretx

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bretx
Mairie.
Mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Haute-Garonne
Arrondissement Toulouse
Canton Léguevin
Intercommunalité Communauté de communes Save Garonne Coteaux de Cadours
Maire
Mandat
Jean-Claude Espie
2014-2020
Code postal 31530
Code commune 31089
Démographie
Gentilé Bretxois
Population
municipale
617 hab. (2014en augmentation de 12.59 % par rapport à 2009)
Densité 73 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 42′ 19″ nord, 1° 11′ 57″ est
Altitude Min. 130 m
Max. 216 m
Superficie 8,41 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Garonne

Voir sur la carte administrative de la Haute-Garonne
City locator 14.svg
Bretx

Géolocalisation sur la carte : Haute-Garonne

Voir sur la carte topographique de la Haute-Garonne
City locator 14.svg
Bretx

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bretx

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bretx
Liens
Site web http://www.mairie-bretx31.fr/fr/index.html

Bretx est une commune française située dans le département de la Haute-Garonne, en région Occitanie.

Ses habitants sont appelés les Bretxois et les Bretxoises.

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune de l'aire urbaine de Toulouse située au nord-ouest de Toulouse, sur l'Arsène. Elle fait partie du Pays Tolosan.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Bretx
Thil Larra Larra
Thil Bretx Saint-Paul-sur-Save
Menville Menville Saint-Paul-sur-Save

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La superficie de la commune est de 841 hectares ; son altitude varie de 130 à 216 mètres[1].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est arrosée par l'Arsène affluent de la Save.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

À l’époque gallo-romaine, Bretx s’appelait Brittium, au XVIe siècle : Brecio ou Bretis puis au XVIIIe siècle, Bretz [2].

Vers 900 : le territoire de Bretx appartenait à la Vicomté de Gimoès ou Terride. Au début du XIIe siècle, Bretx entra dans le Comté des Jourdain de L’Isle. En 1246 une charte fut octroyée par Raymond Jourdain au village. Ce recueil des droits et des devoirs des habitants et des seigneurs fut appliqué jusqu’à la Révolution. Au XIIIe siècle le village de Bretx, regroupé autour de son église, était fortifié. Plusieurs seigneurs se succédèrent et le Comté de l’Isle devint finalement possession directe des Rois de France sous Henri IV. Sous cette tutelle, différentes familles furent chargées de la Seigneurie : au XVIe siècle les Faudoas, au XVIIIe siècle : les Le Mazuyer, marquis de Montaigut puis en 1751 Jean François Denis d’Albis de Belbèze, conseiller au Parlement de Toulouse[3].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Commune faisant partie de la cinquième circonscription de la Haute-Garonne de la communauté de communes Save Garonne Coteaux de Cadours et du canton de Léguevin (avant le redécoupage départemental de 2014, Bretx faisait partie de l'ex-canton de Grenade). Avant le 1er janvier 2017 Bretx faisait partie de la communauté de communes de Save et Garonne.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 en cours Jean-Claude Espie DVD Retraité

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans.

Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[5],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 617 habitants, en augmentation de 12,59 % par rapport à 2009 (Haute-Garonne : 6,59 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
233 241 279 261 262 287 244 257 263
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
238 231 249 241 219 197 197 204 208
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
202 201 202 170 160 161 176 163 170
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014
134 130 174 226 315 354 482 588 617
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique
Évolution du rang de la commune
selon la population municipale des années : 1968[8] 1975[8] 1982[8] 1990[8] 1999[8] 2006[9] 2009[10] 2013[11]
Rang de la commune dans le département 347 324 308 267 261 229 220 213
Nombre de communes du département 592 582 586 588 588 588 589 589

Économie[modifier | modifier le code]

L'économie de la commune est principalement basée sur l'agriculture, mais tend à diminuer en faveur de zones résidentielles liées à la proximité de l'agglomération toulousaine puisque Bretx fait partie de son aire urbaine.

Enseignement[modifier | modifier le code]

Bretx fait partie de l'académie de Toulouse.

L'éducation est assurée par un regroupement pédagogique intercommunal avec les communes de Menville et Saint-Paul-sur-Save sur commune il y a une école primaire et une crèche intercommunale.

Santé[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Écologie et recyclage[modifier | modifier le code]

La collecte et le traitement des déchets des ménages et des déchets assimilés ainsi que la protection et la mise en valeur de l'environnement se font dans le cadre de la communauté de communes de Save et Garonne. La collecte des encombrants se fait le mercredi de la 4e semaine de chaque mois[12].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église Saint Jean-Baptiste[modifier | modifier le code]

Une première église construite en terre a existé dès le XIIIe siècle. Elle se trouvait au centre du village qui était alors fortifié. Au même emplacement, on construisit en 1876 l’église Saint-Jean Baptiste. Un porche avec fronton triangulaire est  placé à l’entrée de l’église.  Le clocher-mur triangulaire est pourvu de trois cloches anciennes du fondeur toulousain Louison. En 2011 un carillon de onze cloches, coulées par le fondeur Paccard, a été placé à l’arrière du clocher. L’intérieur de l’édifice est de style néo-gothique avec une voûte construite sur croisée d’ogives. L’autel de marbre est encadré d’une statue de Saint Roch et d’une Vierge à l’enfant.

Ancien presbytère[modifier | modifier le code]

Maison  à colombages construite au XVIIIe siècle.

Château de Fleyres[modifier | modifier le code]

Château construit vers 1740 sur le principe des villas italiennes à plan carré.

Fontaine Saint Jean[modifier | modifier le code]

La fontaine fut construite en 1898 à l’initiative d’Armand Adam, maire de Bretx. Elle est alimentée par une source qui a longtemps assuré une réserve d’eau potable aux Bretxois. Elle accueillait un pèlerinage chaque 24 juin, jour de la Saint Jean.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Répertoire géographique des communes, publié par l'Institut national de l'information géographique et forestière, [lire en ligne].
  2. Étienne Grillou, L’histoire locale enseignée à Thil, Launac, Garac, Galembrun, Caubiac en Gimoes, Toulouse, Imprimerie Lion, 1941, 104 p.
  3. Jean-Louis Frapech, Patrice Lagorce, Le Pays de Save et Garonne, collection Mémoire en Images, Editions Alan Sutton, 2007, 128 p. (ISBN 978-2-84910-722-5)
  4. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  8. a, b, c, d et e INSEE, « Population selon le sexe et l'âge quinquennal de 1968 à 2012 (1990 à 2012 pour les DOM) », sur insee.fr, (consulté le 10 janvier 2016)
  9. INSEE, « Populations légales 2006 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  10. INSEE, « Populations légales 2009 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  11. INSEE, « Populations légales 2013 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  12. http://www.cc-saveetgaronne.fr/collecte/bretx