Monique Iborra

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Monique Iborra
Image illustrative de l'article Monique Iborra
Fonctions
Députée de la 6e circonscription de la Haute-Garonne
En fonction depuis le
(10 ans et 6 jours)
Élection 17 juin 2007
Réélection 17 juin 2012
18 juin 2017
Législature XIIIe, XIVe, XVe législature (Cinquième République)
Groupe politique SRC puis SER (2007-2017)
LREM (2017-)
Prédécesseur Hélène Mignon
Biographie
Date de naissance (72 ans)
Lieu de naissance Maison-Carrée (Algérie)
Nationalité Française
Parti politique PS (jusqu'en 2016)
EM/REM (depuis 2016)[1]
Conjoint Manuel Iborra
Enfants Jean-Philippe et Sophie

Monique Iborra, née le à Maison Carrée (Algérie), est une femme politique française, membre du Parti socialiste (PS) puis de La République en marche ! (LREM). Elle est députée de la Haute-Garonne depuis 2007.

Biographie[modifier | modifier le code]

Formation et carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

Après un baccalauréat en philosophie, elle obtient le diplôme de sage-femme, métier qu'elle exerce pendant huit ans. Enseignante à l'école de sage-femme, elle dirige la maternité de l'hôpital La Grave à Toulouse pendant dix ans, puis elle devient chargée de mission à la direction départementale de l'action sanitaire et sociale. Fondatrice de la Fédération nationale des associations de sages-femmes, elle en assure la présidence pendant cinq ans.

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Élue locale[modifier | modifier le code]

Monique Iborra est adjointe au maire de Lévignac-sur-Save entre mars 1989 et juin 1995, puis conseillère municipale de Muret du au .

En mars 2004, elle est élue au Conseil régional de Midi-Pyrénées dont elle est première vice-présidente chargée de l'emploi, de l'insertion, de la formation professionnelle, de l'apprentissage et de la politique de la ville du au .

Députée[modifier | modifier le code]

Membre du Parti socialiste, elle est élue députée dans la 6e circonscription de la Haute-Garonne pour la XIIIe législature le [2], en battant, au deuxième tour, Françoise de Veyrinas (UMP) avec 55,10 % des suffrages. Elle succède ainsi à Hélène Mignon (PS) qui ne se représentait pas. Elle est réélue le dans la même circonscription, avec 65,49 % des suffrages.

Elle fait partie de la Commission des affaires sociales de l'Assemblée nationale, et membre de la Délégation aux outre-mer. Elle est également vice-présidente du groupe d'études sur l'Industrie aéronautique, membre des groupes d'études antisémitisme, enjeux du vieillissement et professions de santé et coordination sanitaire. Elle est par ailleurs membre du groupe des parlementaires de l'espace, secrétaire du groupe d'amitié France-Brésil et membre des groupes d'amitié France-Croatie et France-Israël[3].

Au sein du Parlement, elle s'intéresse à l'emploi[4],[5], à la formation professionnelle, à la santé et à la dépendance.

En juillet 2016, elle est exclue du Parti socialiste[6] pour une durée de deux ans avec six mois de sursis pour ne pas avoir soutenu la candidate du parti, Carole Delga, lors des élections régionales dans la nouvelle région Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées. Elle avait préféré soutenir Philippe Saurel, maire de Montpellier.

Elle parraine Emmanuel Macron pour l'élection présidentielle de 2017[7] et intègre le comité politique national du mouvement En marche ![8]. Candidate pour un nouveau mandat sous l'étiquette La République en marche !, elle se place en tête au premier tour avant d'être réélue au second avec 55,87 % face au candidat de La France insoumise Patrick Jimena.

Notes et références[modifier | modifier le code]