KSLV-2

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

KSLV-2
Lanceur spatial
Une vue d'artiste du lanceur KSLV-2 sur son aire de lancement.
Une vue d'artiste du lanceur KSLV-2 sur son aire de lancement.
Données générales
Pays d’origine Drapeau de la Corée du Sud Corée du Sud
Premier vol Février 2021
Période développement 2012-2021
Statut En développement
Lancements (échecs) 0/0
Hauteur 47,5 m
Diamètre 3,3 m
Masse au décollage 200 tonnes
Étage(s) 3
Poussée au décollage 300 tonnes
Base(s) de lancement Centre spatial de Naro
Charge utile
Orbite héliosynchrone 1 500 kg
Transfert géostationnaire (GTO) 550 kg
Dimension coiffe 8 x 3,05 m (diamètre)
Motorisation
Ergols LOX/Kérosène
1er étage L-131 : 4 x LRE-75
2e étage L-37 : 1 x LRE-75
3e étage L-11 : 1 x LR-7
Une maquette du lanceur KSLV-2.
Le moteur LRE-75 de 75 tonnes propulsant le premier étage.

Le lanceur KSLV-2 (ou Naro-2) est le deuxième lanceur spatial de la Corée du Sud et le successeur du KSLV-1 (Naro-1). Ce lanceur à trois étages, entièrement développée par la Corée du Sud, pourra placer environ 1,5 tonne sur une orbite héliosynchrone. Deux moteurs-fusées entièrement nouveaux sont en cours de développement. Le lanceur doit effectuer son premier vol en février 2021.

Historique[modifier | modifier le code]

L'agence spatiale de la Corée du sud, l'Institut coréen de recherche aérospatiale (KARI), lance en 2012 le développement d'un lanceur à trois étages utilisant des technologies entièrement mises au point dans le pays. Le lanceur nécessite la mise au point de deux moteurs-fusées baptisés LRE-75 et LRE-7 construit par Hanwha Techwin[1]. Le projet comprend trois phases[2] :

  • La première phase (2012-2015) porte sur la mise au point du moteur LRE-7 de 7 tonnes de poussée destiné à équiper l'étage supérieur et la construction des installations nécessaires pour effectuer des tests de fonctionnement.
  • La deuxième phase (2015-2018) comprend le développement du moteur LRE-75 de 75 tonnes de poussée destiné à propulser les deux premiers étages du lanceur et la réalisation d'un test en vol des deux derniers étages prévu pour 2018.
  • La troisième phase (2018-2021) comprend le développement du lanceur complet et la réalisation de deux tests en vol en février 2021 et en octobre 2021.

Le développement des moteurs-fusées est confié à la société Hanwha Techwin, filiale spécialisée dans les activités de défense du conglomérat sud-coréen Hanwha[3].

Caractéristiques techniques[modifier | modifier le code]

Le lanceur KSLV-2 a une masse de 200 tonnes avec les ergols et est haut de 47,5 mètres pour un diamètre à la base de 3,3 m. Il comporte trois étages[4],[5] :

  • Le premier étage d'un diamètre de 3,35 mètres et d'une longueur de 26,12 mètres est propulsé par quatre moteurs-fusées LRE-75 d'une poussée unitaire de 655 kN au niveau de la mer (en tout environ 300 tonnes) brûlant un mélange de kérosène et d'oxygène liquide. Ces moteurs sont alimentés par une turbopompe et ont une impulsion spécifique de 298 secondes. Ils sont orientables à l'aide d'un système hydraulique ce qui leur permet d'agir en roulis, tangage et lacet. L'étage emporte 130 tonnes d'ergols.
  • Le deuxième étage d'une longueur de 10,64 mètres est propulsé par un seul moteur-fusée LRE-75 qui est orientable selon deux axes et agit sur le tangage et lacet. Le moteur-fusée comporte une tuyère rallongée qui permet d'optimiser sa poussée dans le vide portant son impulsion spécifique à 325 secondes. Des propulseurs à gaz froid sont utilisés pour contrôler le roulis. L'étage emporte 35,6 tonnes d'ergols.
  • Le troisième étage d'une longueur de 26,12 mètres est propulsé par un moteur-fusée LRE-7 d'une poussée de 7 tonnes brûlant un mélange de kérosène et d'oxygène liquide. Ce moteur est également alimenté par une turbopompe et son impulsion spécifique est de 325 secondes. Il est orientable selon deux axes et agit en tangage et lacet. Des propulseurs à gaz froid sont utilisés pour contrôler le roulis. L'étage emporte 10,7 tonnes d'ergols.
  • La coiffe a un diamètre de 3,05 mètres pour une longueur de 8 mètres.

Développement[modifier | modifier le code]

Début 2016, le moteur-fusée LRE-75 propulsant le premier et le deuxième étage est testé avec succès sur un banc d'essais sur une durée équivalente à celle de son fonctionnement durant un vol réel. En octobre 2016, le moteur du troisième étage LRE-7 est à son tour testé avec succès sur un banc d'essais.

Un lanceur réalisée à partir des deux derniers étages du lanceur doit permettre de tester le fonctionnement des moteurs LRE-75 et LRE-7 dans le cadre d'un vol suborbital, celui-ci prévu en décembre 2017, mais est reporté à octobre 2018[6].

Ce lanceur, baptisé « Nuri », long de 25,8 mètres pour un diamètre de 2,6 mètres et d'une masse de 52,1 tonnes. Le lanceur dans sa configuration finale effectue son premier vol le 28 novembre 2018 et est un succès[5].

Le 28 novembre 2018, au centre spatial de Naro, le lanceur Nuri est lancé. Le lanceur est suivi par un radar du centre spatial et les informations envoyées confirment le fonctionnement normal du moteur de 75 tonnes dans la situation de vol prévue. Le premier étage a fonctionné pendant un total de 151 secondes après l'allumage des moteurs pour atteindre l'objectif de combustion du moteur de plus de 140 secondes.

Après la combustion du moteur, le vol atteint une altitude maximale de 209 km environ 319 secondes après le lancement. Il retombe ensuite en toute sécurité le long de la trajectoire du vol parabolique dans l'océan Pacifique au sud-est de l'île de Jeju, à 429 km du centre spatial de Naro. Le moteur de 75 tonnes et la technologie du lanceur est validé. En regroupant quatre moteurs de 75 tonnes, en créant une poussée de 300 tonnes, et développant des moteurs de 75 tonnes à 2 vitesses et de 7 tonnes à 3 vitesses, le lanceur spatial KSLV-2 sera prêt pour février 2021.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Jung Min-hee, « Hanwha Techwin to Produce Liquid Rocket Engine for Korea Space Launch Vehicle », sur http://www.businesskorea.co.kr/, (consulté le 21 juin 2018).
  2. (en) Dr. Kyung-Ju Min, « Space Activities in Korea », KARI,
  3. (en) « S. Korea’s Hanwha Techwin to build liquid fuel engine for KSLV II project », sur Pulsenews,
  4. (en) N. Brügge, « KSLV-2 », sur Spacerockets (consulté le 19 juin 2016)
  5. a et b (en) Patric Blau, « South Korea advances Rocket Engine Development Testing for KSLV-II Rocket », sur spaceflight101,
  6. (en) Norbert Brügge, « KSR-IV », sur Spacerockets (consulté le 21 juin 2018).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]