STSAT-2A

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Description de l'image P STSAT-2 12.jpg.
Données générales
Organisation Drapeau de la Corée du Sud KARI (KARI)
Constructeur Drapeau de la Corée du Sud Satrec
Programme STSAT
Domaine Recherche et le développement
Type de mission Orbiteur
Statut Échec du lancement
Lancement 25 août 2009
Lanceur Naro-1
Durée de vie 2 ans (prévu)
Identifiant COSPAR [1]
Site Centre spatial de Naro
Caractéristiques techniques
Masse au lancement 90 kg
Contrôle d'attitude Stabilisé 3 axes
Source d'énergie Panneaux solaires
Puissance électrique 160 Watts (fin de vie)
Orbite basse
Périapside 300 km
Apoapside 1 500 km
Inclinaison 80°
Principaux instruments
DREAM Radiomètre

STSAT-2A/2B (Science and Technology Satellite) est un petit satellite scientifique développé par l'institut coréen de recherche aérospatiale (KARI), l'agence spatiale nationale de Corée du Sud. Il constitue la charge utile du premier vol du lanceur sud-coréen Naro-1 développé avec l'aide de la Russie qui décolle le centre spatial de Naro. Le lancement qui a lieu le 25 aout 2009 est un échec. Une deuxième tentative emportant une copie du satellite a lieu le 10 juin 2010mais c'est également un échec.

Contexte[modifier | modifier le code]

Dans le cadre de son plan spatial national défini en 1996, la Corée du Sud prévoit de développer un lanceur spatial. Après de longues négociations la Corée du Sud signe en 2006 un contrat avec la société russe Khrounitchev, constructeur du lanceur russe Angara pour la conception et le développement du lanceur sud-coréen ainsi que la construction d'une base de lancement sur le territoire de la Corée du Sud (le centre spatial de Naro). Le lanceur KSLV-1 d'une masse de 140 tonnes est haut de 33 mètres pour un diamètre de 2,9 mètres. Il comprend un premier étage directement dérivé du premier étage URM-1 du lanceur Angara de Khrunitchev long de 25,8 mètres. L'institut coréen de recherche aérospatiale (KARI) a la charge de développer le deuxième étage de très petite taille, la coiffe ainsi que l'avionique du lanceur. Cet étage utilise un moteur à propergol solide d'une poussée de 42 kN, dérivé de la fusée-sonde KSR-1, qui doit fonctionner durant 66 secondes. La coopération entre Khrounitchev et ses homologues coréens est affectée par les problèmes financiers que rencontre à cette époque la société russe. Celle-ci est suspectée par son partenaire d'utiliser l'argent versée par la Corée pour financer les développements de son lanceur Angara[1].

La charge utile retenue pour ce vol inaugural est le petit satellite STSAT-2A d'environ 100 kg qui emporte un radiomètre et des équipements expérimentaux. Développé par SaTReC (Satellite Research Center) subdivision de l'Institut supérieur coréen des sciences et technologies (KAIST), ce satellite est le successeur de STSAT-1 placé en orbite par une fusée Kosmos-3M le 27 septembre 2003[2].

Objectifs[modifier | modifier le code]

Les objectifs poursuivis par la missions STSat2 sont [3] :

  • Collecter la température de brillance et la quantité de vapeur d'eau présente dans l'atmosphère terrestre en collectant le rayonnement micro-ondes dans deux deux longueurs d'ondes
  • Mettre au point la technologie de télémétrie par laser permettant de déterminer avec précision l'orbite d'un satellite
  • Utiliser les technologies avancées des satellites permettant d'obtenir un environnement stable (sur le plan technique, mécanique, électrique et résistant au rayonnement spatial), de disposer d'une plateforme à la fois stable et agile, d'utiliser un propulseur à plasma pulsé pour modifier l'orbite et de transférer des données en bande X avec un débit important (10 mégabits/s).

Caractéristiques techniques[modifier | modifier le code]

STSAT-2 réutilise les technologies mises au point avec la série des satellites KITSat et STSat-1. Comme ces derniers il est développé par SaTReC (Satellite Research Center) subdivision de l'Institut supérieur coréen des sciences et technologies (KAIST). La plateforme du satellite est stabilisée 3 axes et a a forme d'une boite carrée dont les parois sont réalisés en polymère renforcé de fibres de carbone. L'énergie est fournie par deux panneaux solaires déployés en orbite utilisant des cellules solaires triple jonction produisant 160 Watts en fin de vie. L'énergie est stockée dans une batterie d'une capacité de 7 Ampères-heure. L'orientation est déterminée à l'aide de viseurs d'étoiles, de capteurs solaires, de deux magnétomètres de 4 gyroscopes à fibre optique et d'une centrale à inertie. Les changements d'orientation sont réalisés à l'aide de roues de réaction et de magnéto-coupleurs. La précision du pointage est de 0,15°. Les données sont stockées dans une mémoire de masse d'une capacité de 4 gigabits. Les échanges de données avec la Terre se font en bande S pour les télémesures et les commandes (débit de 1,2 à 9 9,6 kilobits par seconde sur la liaison montante et de 9,6 à 38,4 kilobits par seconde sur la liaison descendante) et bande X pour les données transmises au sol (débit de 10 mégabits/seconde. La durée de vie minimale du satellite est de 2 ans[3].

Charge utile[modifier | modifier le code]

Le satellite emporte cinq charges utiles dont une expérience scientifiques et quatre équipements expérimentaux[3] :

Échec des lancements[modifier | modifier le code]

Le satellite STSAT-2A est la charge utile sélectionnée pour le vol inaugural de la fusée Naro-1. Celle-ci décolle du Centre spatial Naro, sur la côte sud de la Corée du Sud, le 25 août 2009 à 8 heures GMT. Le lancement est un échec : une des deux moitiés de la coiffe reste fixée au deuxième étage et celui-ci, alourdi, n'atteint pas une vitesse suffisante pour permettre la satellisation[5]. Un deuxième vol est planifié 9 mois plus tard et les responsables russes s'engagent à contribuer à une troisième tentative si ce deuxième vol est un échec. L'agence spatiale coréenne (KARI) précise dans ce contexte, qu'il n'est pas prévu d'utiliser le lanceur pour des vols ultérieurs. Un nouveau lanceur baptisé KSLV-2 avec des ressources uniquement nationales. Ce nouveau lanceur aura la capacité de placer 1,5 tonnes sur une orbite basse et doit effectuer son premier vol vers 2020[6].

La deuxième tentative de lancement a lieu le 10 juin 2010. Elle embarque une copie du satellite baptisée STSAT-2B. Mais le lanceur explose au bout de 127 secondes. Après une longue enquête les enquêteurs russes mettent en cause un composant développé par les coréens. Le troisième et dernier vol du lanceur qui a lieu le 30 janvier 2013 emportera un nouveau satellite scientifique STSAT-2C et sera un succès[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Emerging space powers : The new space programs of Asia, the Middle East ans South America - Uran Origins - the road to space, p. 517-527
  2. (en) Jun Ho Lee, S. B. Kim, K.H. Kim, S. H. Lee, Y. J. Im, Y. Fumin, C. Wanzhen, Korea’s First Satellite for Satellite Laser Ranging, Shanghai Astronomical Observatory, China, 26 p. (lire en ligne)
  3. a b et c (en) « STSat-2 », sur EO Portal, Agence spatiale européenne (consulté le 11 février 2019)
  4. John Pike, « STSAT (Science and Technology Satellite Satellite) », sur www.globalsecurity.org (consulté le 15 novembre 2018)
  5. « YONHAP NEWS », sur english.yonhapnews.co.kr (consulté le 15 novembre 2018)
  6. Emerging space powers : The new space programs of Asia, the Middle East ans South America - Uran Origins - the road to space, p. 525-527
  7. (en) Anatoly Zak, « South-Korea's KSLV launch vehicle », sur russianspaceweb.com (consulté le 10 février 2019)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Brian Harvey, Henk H F Smid et Theo Pirard, Emerging space powers : The new space programs of Asia, the Middle East ans South America, Springer Praxis, (ISBN 978-1-4419-0873-5)
  • (en) Daniel A. Pinkston, « Joining the Asia Space Race: South Korea’s Space Program », Korea Economic Institue of America : Academic paper series,‎ , p. 1-16 (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]