STSAT-1

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Description de l'image P STSAT-1 09.jpg.
Données générales
Organisation Drapeau de la Corée du SudKARI
Constructeur Drapeau de la Corée du Sud SaTReC
Programme STSAT
Domaine Astronomie, technologie
Type de mission Orbiteur
Autres noms KAISTSat 4
Lancement 27 novembre 2003
Lanceur Cosmos-3M
Identifiant COSPAR 2003-042G
Caractéristiques techniques
Masse au lancement 106 kg
Plateforme SI-100
Contrôle d'attitude Stabilisé 3 axes
Source d'énergie Panneaux solaires
Puissance électrique 150 Watts
Orbite héliosynchrone
Périapside 676 km
Apoapside 695 km
Inclinaison 98,20°
Principaux instruments
FIMS Spectographe ultrtaviolet
SST Télescope

STSat-1 (acronyme de l'anglais Science and Technology Satellite-1), appelé aussi KAISTSat-4 (Korea Advanced Institute of Science & Technology Satellite-4), est un micro-satellite expérimental et scientifique sud-coréen lancé en 2003 par une fusée russe Cosmos-3M. Le satellite à faible coût développé par SaTReC et financé par le Ministère et des Technologies avait pour objectif de mettre au point une plateforme pour micro-satellite, tester un viseur d'étoiles, valider les performances d'instruments scientifiques embarqués et utiliser un nouveau système de gestion des données.

Historique[modifier | modifier le code]

Le succès du satellite expérimental sud-coréen KITsat-3 lancé en 1999 et développé au sein de l'université KAIST débouche sur la création de la société SaTReC Initiative qui va se charger par la suite de la commercialisation de satellites et de charges utiles développé avec l'appui du pole de compétences SaTReC au sein de l'université. STsat-1 est le premier satellite développé et contrôlé par cette nouvelle entité. Il est lancée le 23 septembre 2003 par une fusée Cosmos-3M qui décolle du cosmodrome de Plessetsk. C'est le premier vrai satellite scientifique du pays[1],[2].

Caractéristiques techniques du satellite[modifier | modifier le code]

STSat-1 utilise une plateforme SI-100 testé par le satellite KITsat-3. Le satellite qui a une forme parallélépipédique (66 cm x 60 cm x 80 cm) a une masse au lancement de 106 kilogrammes. Le satellite est stabilisé 3 axes. Son orientation est déterminée à l'aide de viseurs d'étoiles, de capteurs solaires, de gyroscopes et d'une centrale à inertie. Les changements d'orientation sont réalisés à l'aide de roues de réaction et de magnéto-coupleurs. L'énergie est fournie par trois panneaux solaires dont un fixe et deux déployés en orbite et produisent 150 Watts. Les données sont transmises en bande S et en bande X (débit sur la liaison descendante de 3,2 mégabits/seconde[2]).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Brian Harvey, Henk H F Smid et Theo Pirard, Emerging space powers : The new space programs of Asia, the Middle East ans South America, Springer Praxis, (ISBN 978-1-4419-0873-5)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]