Johan Micoud

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Micoud.
Johan Micoud
Image illustrative de l'article Johan Micoud
Johan Micoud avec Bordeaux en 2006.
Situation actuelle
Équipe Drapeau : France AS Cannes (président)
Biographie
Nationalité Drapeau : France Français
Naissance (44 ans)
Lieu Cannes
Taille 1,85 m (6 1)
Période pro. 1992-2008
Poste Meneur de jeu
Parcours junior
Saisons Club
0000-1992 Drapeau : France AS Cannes
Parcours professionnel1
Saisons Club 0M.0(B.)
1992-1996 Drapeau : France AS Cannes 151 0(21)
1996-2000 Drapeau : France Girondins Bordeaux 172 0(37)
2000-2002 Drapeau : Italie Parme FC 066 0(13)
2002-2006 Drapeau : Allemagne Werder Brême 169 0(47)
2006-2008 Drapeau : France Girondins Bordeaux 081 0(13)
Total 636 (130)
Sélections en équipe nationale2
Années Équipe 0M.0(B.)
1993-1994 Drapeau : France France espoirs 016 0(2)
1999-2004 Drapeau : France France 017 0(1)
1 Compétitions officielles nationales et internationales.
2 Matchs officiels.

Johan Micoud, né le à Cannes, est un footballeur international français qui évolue au poste de meneur de jeu dans les années 1990-2000.

Micoud est formé dans sa ville natale, à l'AS Cannes. Il y débute sa carrière professionnelle en deuxième division et monte dès la première année dans l'élite français. Il joue encore trois saisons à Cannes où il prouve sa valeur avant de rejoindre les Girondins de Bordeaux. Il joue quatre saisons sous le maillot Marine et Blanc avec, en point d'orgue, le titre de Champion de France 1999. Après être devenu international français, Micoud est transféré à Parme pour la saison 2000-2001. Il joue deux saisons sous les couleurs parmesanes, remportant au passage la Coupe d'Italie 2002. C'est au Werder Brême qu'il connaît son expérience étrangère la plus aboutie. En quatre saisons, le natif de Cannes remporte le doublé Coupe-Championnat en 2004 avec un club généralement habitué à la lutte pour le podium. Régulièrement présent dans les meilleurs passeurs de la Bundesliga, Micoud marque aussi d'avantage, étant sacré meilleur buteur français du championnat allemand (dépassé par Franck Ribéry en 2011). De retour en Gironde en 2006, Johan Micoud retrouve la Ligue 1 avant de prendre sa retraite deux ans plus tard.

Suite au titre de champion de France et à ses bonnes performances avec Bordeaux, Micoud intègre l'équipe de France en 1999. Au total, il porte le maillot bleu à 17 reprises (un but). Il enrichie son palmarès avec l'Euro 2000 remporté avec les Bleus et fait aussi partie de l'aventure lors du Mondial 2002.

Dès les crampons raccrochés, Micoud se lance dans la production de vin. En parallèle, il intervient régulièrement sur l’antenne de L’Équipe 21 comme consultant. À l'été 2016, il prend la présidence de l’AS Cannes, le club de sa ville de naissance dans lequel il fait ses débuts en professionnel.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et formation[modifier | modifier le code]

Né dans la ville du festival, Johan Micoud est un pur produit de la formation cannoise[1]. Passionné de ballon rond c'est naturellement qu'il prend sa première licence au sein du grand club de sa commune natale, l'AS Cannes où il apprend les premiers rudiments footballistiques pour devenir un bon milieu offensif[2].

Alors il gravit tous les échelons des équipes de jeunes avec notamment Guy Lacombe comme formateur à partir de 1990. Finalement, il réussit à se faire remarquer par le coach de l'équipe première, Erick Mombaerts. Le jeune homme de 19 ans est intégré au groupe professionnel à l'aube de la saison 1992-1993[2].

Professionnel à l'AS Cannes (1992-1996)[modifier | modifier le code]

Sa carrière professionnelle débute lors de la saison 1992-1993, au cours de laquelle, malgré ses dix-neuf ans, il s’impose rapidement au sein de l’équipe première qui évolue en deuxième division[1]. Erick Mombaerts donne à Johan le poste de meneur de jeu suite au départ du jeune Zinédine Zidane à Bordeaux ainsi que celui d'Aljosa Asanovic pour Montpellier. Sa première année est encourageante puisqu'il joue 28 matches et marques deux buts sous les ordres de Mombaerts puis Luis Fernandez[3] ainsi que plusieurs passes décisives pour le trio d'attaque Priou-Madar-Sauvaget. Second du groupe A, Cannes est promu suite au barrage, dont Johan joue cinq matchs sur les six et inscrit un but[2].

L'année suivante, Johan débute en première division par un déplacement chez l'AS Saint-Étienne (victoire 2-1)[4]. Il fait une saison pleine avec 34 matches et 3 buts[3]. Dès la première année en D1, avec Patrick Vieira notamment, Micoud contribuent à la qualification du club pour la Coupe d’Europe[2],[5].

En Coupe de l'UEFA, Micoud participe à l’humiliation de Fenerbahçe dès le premier tour la saison suivante[5] (9-1 au total)[6]. En D1, Johan trouve à sept reprises le chemin des filets adverses en 33 matchs. Collectivement, avec Safet Susic à sa tête, l'AS Cannes termine neuvième en D1 avec une qualification pour la Coupe Intertoto 1995 à la clé et en allant jusqu'en seizièmes de finale de la Coupe UEFA[2].

Même si Micoud est encore omniprésent avec 32 matchs pour cinq buts le parcours de l'ASC dans le championnat 1995-1996 est plus délicat que les deux précédents puisqu'il termine à la quatorzième position. Après l'échec en Intertoto et une élimination dès la phase de groupes, l'équipe azuréenne effectue un bon parcours en Coupe de la Ligue en atteignant les demi-finales, qu'elle perd 1-0 contre l'Olympique lyonnais[2].

Révélation à Bordeaux (1996-2000)[modifier | modifier le code]

À l'été 1996, Micoud est à nouveau choisi pour remplacer Zinédine Zidane, parti à la Juventus Turin. Après Cannes, Johan rejoint cette fois les Girondins de Bordeaux. Il arrive dans un effectif largement renouvelé[7],[2].

Sa première année bordelaise est une réussite pour l'ancien Cannois qui inscrit huit buts en 36 rencontres de championnat tout en délivrant quelques passes décisives à Papin, Tholot et Kaba Diawara. Collectivement, les Girondins terminent quatrième en D1, accompagné d'un quart de finale en Coupe de France et surtout une finale en Coupe de la Ligue, perdue aux tirs aux buts contre le RC Strasbourg[2].

Lors de la saison 1997-1998, avec douze passes décisives, Micoud termine meilleur passeur de Division 1. Pourtant sa saison n'est pas linéaire. Après un été 1997 réussi où il est impliqué dans la moitié des buts girondins et sert ses attaquants Papin, Laslandes et Wiltord. « Je joue plus haut que par le passé et, surtout, la tête en l'air ». Le 8 novembre 1997, Micoud est expulsé pour la seconde fois de la saison. Après un avertissement pour tacle dangereux, le joueur se rebiffe contre l'arbitre qui l'expulse. Micoud est suspendu quatre matchs, période pendant laquelle les Girondins font du surplace, alors qu'Aimé Jacquet pense à l'appeler en équipe de France. Il se ressaisit alors, ne recevant qu'un seul avertissement lors des quinze dernières journées. Le 4 avril, Micoud découvre le Stade de France à l'occasion de la finale de la Coupe de la Ligue 1998 contre le Paris SG. Johan ouvre le score mais ce sont les Parisiens qui s'adjugent le titre : pour la seconde saison consécutive, Bordeaux échoue aux tirs-au-but dans cette compétition[8],[2].

Pour l'exercice 1998-1999, il est l'un des principaux artisans du titre de champion de France des Girondins au terme d'une saison où le mano à mano avec l'OM est d'un grand suspense. Le meneur de jeu de Bordeaux se régale avec Ali Benarbia à ses côtés, Michel Pavon et un duo d'attaque Wiltord - Laslandes qui perfore les défenses adverses[9]. En Coupe UEFA, Micoud est également important pour son club en inscrivant trois buts en huit matchs où lui et ses coéquipiers atteignent les quarts de finale perdu contre Parme, futur vainqueur[2].

Avec 51 matchs pour neuf buts toutes compétitions confondues, Johan est l'un des joueurs bordelais les plus utilisés par Elie Baup durant la saison 1999-2000. Collectivement, les Girondins terminent quatrièmes en championnat tout en atteignant les demi-finales de la Coupe de France. En Ligue des champions, l'équipe aquitaine effectue un parcours honorable en allant jusqu'à la seconde phase de groupes où elle finit quatrième du sien derrière Manchester United, Valence et Fiorentina[2].

Départ pour l'étranger et Parme (2000-2002)[modifier | modifier le code]

À 27 ans, Johan se sent prêt à tenter une aventure à l'étranger et il jette son dévolu sur le championnat d'Italie en s'engageant avec Parme FC, qui paye le montant de sa clause libératoire (45 MF)[10]. Il rejoint trois de ses compatriotes : Lilian Thuram, Alain Boghossian et Sabri Lamouchi. Malgré la concurrence de Sergio Conceiçao et Diego Fuser, l'ancien Bordelais réussit à s'intégrer sans trop de difficultés au point d'accumuler 39 matchs pour sept buts toutes compétitions confondues. Il prend part à la quatrième place finale acquise en championnat, au huitième de finale de Coupe UEFA et à la finale de Coupe d'Italie[2].

L'arrivée du japonais Hidetoshi Nakata pendant l'été 2001 ajoute de la concurrence à Micoud mais ce dernier réussit tout de même à engranger un temps de jeu correct avec 27 matchs pour six buts toutes compétitions confondues. Collectivement la saison 2001-2002 est délicate pour le club parmesan, suite aux départs de plusieurs joueurs durant l'intersaison, avec une dixième place finale. En Coupe d'Europe, le club italien ne parvient pas à se qualifier pour la Ligue des champions suite à son élimination surprise contre Lille au troisième tour préliminaire. Alors repêchés en Coupe UEFA, les Parmesans vont jusqu'en huitièmes de finale. Finalement, ils terminent la saison avec le succès en Coupe d'Italie, conquise aux dépens de la Juventus de Turin[2].

Cadre du Werder Brême (2002-2006)[modifier | modifier le code]

Durant son passage à Brême, Micoud ne connaît que Thomas Schaaf comme entraîneur.

Après ses deux années italiennes Johan décide pendant l'été 2002 de tenter l'expérience au sein de la Bundesliga en signant en faveur du Werder Brême. En concurrence avec Marco Reich, il réussit à prendre l'avantage sur ce dernier et totalise 35 matchs pour sept buts toutes compétitions confondues. Il distille quelques passes décisives à ses attaquants Ailton et Angelos Charisteas. Et pour la découverte de son troisième championnat, l'ancien Girondin s'adapte sans trop de soucis comme il le fait en Italie. Collectivement les Verts et Blancs arrachent une qualification pour la Coupe Intertoto 2003 suite à leur sixième place finale acquise en Bundesliga et atteignent les demi-finales de la Coupe d'Allemagne, sans oublier le parcours jusqu'au second tour de la Coupe UEFA[2].

Pour la saison 2003-2004, le natif de Cannes est rejoint par Valérien Ismaël et les deux Français sont des pièces maîtresses du Werder pour remporter un doublé Coupe-Championnat. À titre personnel Micoud apporte sa griffe en inscrivant quatorze buts sans oublier les passes décisives délivrées au duo Ailton-Ivan Klasnic. À préciser qu'en rajoutant son but marqué en Intertoto, n'empêchant pas l'élimination anticipée, Johan est le troisième meilleur buteur du Werder avec quinze réalisations toutes compétitions confondues derrière ces deux derniers[2].

La saison 2004-2005 débute par une défaite en finale de la Coupe de la Ligue allemande contre le Bayern Munich (3-2) mais Micoud et ses coéquipiers tiennent leur rang de champions en titre puisqu'ils terminent troisièmes du championnat, se qualifiant ainsi pour le tour préliminaire de la C1. En parallèle de la Bundesliga, les Verts et Blancs vont jusqu'en demi-finales de la Coupe d'Allemagne et effectuent un parcours honorable en Ligue des champions en allant jusqu'en huitièmes de finale contre l'Olympique lyonnais. Les statistiques de Johan sont de onze buts toutes compétitions confondues tout en étant toujours le pourvoyeur de passes décisives des attaquants Ivan Klasnic, Miroslav Klose et Nelson Valdez[2].

La saison 2005-2006 est à nouveau une bonne année pour le Werder avec une place de vice-champion à cinq points du Bayern, tout en ayant la meilleure attaque avec 79 buts de marqués, un quart de finale en Coupe d'Allemagne et un nouveau huitième de finale en Ligue des champions contre la Juventus de Turin. À titre personnel, Johan est sur la continuité en terminant avec quatorze buts toutes compétitions confondues sans oublier les passes décisives[2].

Après quatre belles saisons en Allemagne, Micoud fait part de son envie de quitter l'Allemagne et de retourner en France[2], tout en n'excluant pas une expérience dans le Championnat d'Angleterre. Il dispute 123 matches de championnat sous le maillot du Werder et inscrit 31 buts, ce qui fait alors de lui le meilleur buteur français de l'histoire de la Bundesliga. Il dépasse lors de la dernière saison Gilbert Gress, qui inscrit 25 buts sous le maillot du VfB Stuttgart de 1966 à 1970[11]. En 2011, Franck Ribéry efface ce record[12].

Fin chez les Girondins (2006-2008)[modifier | modifier le code]

En juin 2006, il quitte le Werder Brême pour revenir dans le club qui l'a révélé, les Girondins de Bordeaux. Le club bordelais finit au sixième rang de la Ligue 1 et un parcours mitigé en coupe d'Europe : troisième du groupe C en Ligue des Champions et élimination dès les seizièmes de finale de la Coupe UEFA. Les Girondins sauvent leur saison en remportant la Coupe de la Ligue aux dépens de l'Olympique lyonnais grâce à un but d'Henrique sur un corner de Johan en fin de match. À titre personnel, son retour en France voit les statistiques de Micoud en baisse par rapport à l'Allemagne : il ne marque que cinq buts en 43 rencontres toutes compétitions confondues et ses passes décisives suivent le même chemin[2].

Avec Laurent Blanc comme entraîneur et des renforts, la saison 2007-2008 est plus réussie avec une place de vice-champion pour le club girondin à quatre points de Lyon sans oublier un parcours jusqu'en quarts de finale de la Coupe de France. En Coupe UEFA, Micoud et ses coéquipiers terminent premiers du groupe H avec quatre victoires se qualifiant facilement pour les seizièmes de finale qu'ils perdent contre Anderlecht. À titre personnel, c'est une saison assez correcte pour un joueur de 34 ans avec 38 rencontres pour huit buts toutes compétitions confondues. Arrivé en fin de contrat en juin 2008, Johan Micoud n'est pas conservé aux Girondins de Bordeaux et quitte le club[13]. Il annonce au mois de septembre qu'il met un terme à sa carrière[2],[14].

En équipe nationale[modifier | modifier le code]

Durant toute sa carrière, Micoud est dans l'ombre de Zidane au poste de meneur de jeu.

Avec l'équipe de France espoirs, Micoud participe à l'édition 1994 du Tournoi de Toulon. Les Bleuets terminent troisièmes avec dans leurs rangs des joueurs comme Grégory Coupet, Robert Pirès ou encore Vincent Candela[15].

Johan Micoud connaît sa première cape en équipe de France A alors qu'il vient d'être sacré champion de France avec les Girondins de Bordeaux, contre l'Irlande du Nord en août 1999 (victoire 0-1)[4]. Sélectionné pour l'Euro 2000 par Roger Lemerre, Micoud est devancé par Zinédine Zidane, Youri Djorkaeff, Robert Pirès au poste de titulaire. Il ne dispute que le troisième match de poule face aux Pays-Bas (2-3), alors que la France est déjà qualifiée pour les quarts-de-finale[9],[16]. Lors de cette rencontre il délivre une passe décisive sur corner pour Christophe Dugarry.

Souffrant de la présence de Zidane, Johan Micoud doit se résoudre à son statut de remplaçant. Il accompagne régulièrement les Bleus dans leurs déplacements et entre souvent en cours de match[16]. En 2002, lors de la Coupe du monde, l'ancien Bordelais dispute deux rencontres consécutives dans la peau d'un titulaire[16]. Johan a du mal à remplacer Zidane, blessé. L'organisation du jeu en milieu de terrain perd de sa qualité, les Bleus perdent confiance et se retrouvent sortis dès le premier tour de ce Mondial[9].

Jacques Santini, qui prend la relève de Lemerre, ne le convoque qu'une seule fois : pour un match amical contre les Pays-Bas en mars 2004. Micoud réalise alors une bonne saison 2003-2004 avec le Werder Brême mais les Bleus réalisent le grand-chelem en éliminatoires de l'Euro 2004 sans lui. Santini estime que Ludovic Giuly, Sidney Govou ou encore Pirès sont devant lui au poste de milieu offensif. Six mois avant ce match, Johan Micoud émet des doutes sur l'intégrité du staff tricolore[16]. Malgré ce retour en sélection, Johan n'est pas dans les 23 appelés pour l'Euro portugais[9]

Ensuite, Raymond Domenech ne lui offre jamais la chance de rejouer en bleu. En février 2006, dans un entretien à L'Equipe, le métronome du Werder s'emporte contre le sélectionneur : « Je n'ai pas eu de contacts avec lui depuis dix ans, c'était en Espoirs. S'il reste bloqué là-dessus, c'est un manque d'intelligence. C'est un imbécile »[16]. Quelques mois plus tard, après le quart-de-finale de Ligue des champions 2005-2006 réussi de Micoud à Turin, un observateur italien déclare « Franchement, on se demande pourquoi Micoud ne remplace pas Zidane. Il serait beaucoup plus utile aux Bleus ! ». Lorsque Le Monde interroge le meneur de jeu français sur la sélection : « Cela fait plusieurs années que je fais de belles choses. Demandez plutôt au sélectionneur pourquoi je ne suis pas convoqué ... ». En dépit de ses bonnes performances avec le Werder, « Kaiser Johan » ne remet pas les pieds en sélection nationale après le 31 mars 2004 et un Pays-Bas-France (0-0), sa 17e cape[17],[18].

Reconversion (depuis 2008)[modifier | modifier le code]

Johan Micoud se lance dans une nouvelle activité avec son ancien coéquipier des Girondins de Bordeaux, Matthieu Chalmé : la production de vin[19],[20].

Lors de la saison 2009-2010, il est consultant spécialisé dans la Bundesliga sur la chaîne Orange sport.

Il s'est également lancé dans la production musicale et a créé son label Virage Tracks. D'ailleurs une compilation produite par Johan Micoud Pop n' foot est sortie mi-2010. Cet album regroupe des chansons pour la plupart inédites (incluant entre autres Zebda, Miossec, Dionysos et Mickey 3D), parlant évidemment de football[21].

Il rejoint en août 2010 l'équipe des consultants de Canal+ où il commente des matchs de Ligue 1 sur Foot+ entre 2010 et 2012. Il se met début 2012 à commenter la Bundesliga sur les antennes du groupe Canal+.

Depuis 2014, il est consultant dans l'émission L'Équipe du Soir sur La chaîne L'Équipe.

À l'été 2016, Micoud devient le président de son club formateur, l'AS Cannes, moins d'un mois après son arrivée dans le directoire. Il dirige une toute nouvelle équipe dirigeante qui s’installe pour succéder à Pierre Cancian, président depuis dix ans. « C’est d’abord une grande fierté. J’ai été formé ici et j’ai vraiment l’amour de ce club; aussi j’espère lui rendre ce qu’il m’a apporté. En tout cas, nous sommes bien décidés à redonner du plaisir et de la joie à tous ceux qui aiment l’AS Cannes » déclare-t-il[22].

Style de jeu[modifier | modifier le code]

Dès ses débuts en première division avec l'AS Cannes, Micoud fait admirer sa technique et sa science du jeu[1]. Johan Micoud est un fin technicien balle au pied, prodigue des passes décisives, inscrit des buts parfois et possède une vision du jeu au dessus de la moyenne[9].

Durant toute sa carrière, Micoud fait briller les attaquants positionnés devant lui sur le terrain depuis son poste de meneur de jeu. Il marque aussi des buts, que ce soit sur des frappes de l'extérieur de la surface, mais aussi en face-à-face avec le gardien ou encore de la tête[2].

Lors de la cérémonie du Ballon d'Or en janvier 2015, Toni Kroos avoue que Micoud était son modèle lorsqu'il était jeune[23].

Statistiques[modifier | modifier le code]

Statistiques de Johan Micoud au 12 mai 2017[4],[24],[25]
Saison Club Championnat Coupe nationale Coupe de la Ligue Supercoupe Compétition(s)
continentale(s)
Drapeau : France France Total
Division M B Pd M B Pd M B Pd M B Pd C M B Pd M B Pd M B Pd
1992-1993 Drapeau de la France AS Cannes Division 2 28+5 2+1 - 7 1 - - - - - - - - - - - - - - 40 4 0
1993-1994 Drapeau de la France AS Cannes Division 1 34 3 - 1 - - - - - - - - - - - - - - - 35 3 0
1994-1995 Drapeau de la France AS Cannes Division 1 33 7 - 1 - - 1 - - - - - C3 4 1 1 - - - 39 8 1
1995-1996 Drapeau de la France AS Cannes Division 1 32 5 - 1 1 - 3 - - - - - - - - - - - - 36 6 0
Sous-total 132 18 0 10 2 0 4 0 0 0 0 0 - 4 1 1 0 0 0 150 21 1
1996-1997 Drapeau de la France Girondins de Bordeaux Division 1 36 8 3 4 1 - 4 - - - - - - - - - - - - 44 9 3
1997-1998 Drapeau de la France Girondins de Bordeaux Division 1 29 4 13 1 - - 5 3 - - - - C3 1 - - - - - 36 7 13
1998-1999 Drapeau de la France Girondins de Bordeaux Division 1 31 9 6 1 - - 1 - - - - - C3 8 3 2 - - - 41 12 8
1999-2000 Drapeau de la France Girondins de Bordeaux Division 1 31 6 1 5 1 - 2 - - 1 - - C1 12 2 2 7 0 2 58 9 5
Sous-total 127 27 23 11 2 0 12 3 0 1 0 0 - 21 5 4 7 0 2 179 37 29
2000-2001 Drapeau de l'Italie Parme FC Série A 29 4 5 6 2 1 - - - - - - C3 4 1 0 4 1 2 43 8 8
2001-2002 Drapeau de l'Italie Parme FC Série A 18 5 2 7 1 - - - - - - - C3 2 - - 5 0 0 32 6 2
Sous-total 47 9 7 13 3 1 - - - - - - - 6 1 0 9 1 2 75 14 10
2002-2003 Drapeau de l'Allemagne Werder Brême Bundesliga 28 5 8 3 - - - - - - - - C3 4 2 2 - - - 35 7 10
2003-2004 Drapeau de l'Allemagne Werder Brême Bundesliga 32 10 8 6 4 1 - - - - - - CI 4 1 - 1 0 0 43 15 9
2004-2005 Drapeau de l'Allemagne Werder Brême Bundesliga 33 8 9 5 2 3 2 - - - - - C1 8 1 4 - - - 48 11 16
2005-2006 Drapeau de l'Allemagne Werder Brême Bundesliga 30 8 14 2 1 2 2 - - - - - C1 10 5 4 - - - 44 14 20
Sous-total 123 31 39 16 7 6 4 0 0 0 0 0 - 26 9 10 1 0 0 170 47 55
2006-2007 Drapeau de la France Girondins de Bordeaux Ligue 1 32 5 2 1 - - 4 - 1 - - - C1+C3 5+1 - - - - - 43 5 3
2007-2008 Drapeau de la France Girondins de Bordeaux Ligue 1 29 5 3 3 2 - - - - - - - C1 6 1 2 - - - 38 8 5
Sous-total 61 10 5 4 2 0 4 0 1 0 0 0 - 12 1 2 0 0 0 81 13 8
Total sur la carrière 485 94 74 59 16 7 24 3 1 1 0 0 - 67 17 17 17 1 4 653 131 103

Palmarès[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c « Le top 3 des joueurs formés à Cannes : Johan Micoud », sur football.fr, (consulté le 11 mai 2017)
  2. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p, q, r, s, t et u « Johan Micoud », sur kurbos.skyrock.com (consulté le 12 mai 2017)
  3. a et b « La fiche de Johan Micoud », sur cdn.girondins.com (consulté le 11 mai 2017)
  4. a, b et c Johan Micoud sur le site de L'Équipe.
  5. a et b « Coupe de France : construire, déconstruire et reconstruire l’AS Cannes », sur rmcsport.bfmtv.com, (consulté le 11 mai 2017)
  6. L'équipe turque n'a alors jamais perdu en coupe d'Europe sur un score aussi sévère après plus de vingt participations et plus de soixante matchs de joués.
  7. Il débarque dans un club où l'effectif est complètement modifié durant l'intersaison avec les départs des joueurs cadres tels que Lizarazu, Dugarry, Zidane, Huard, Dogon, Friis-Hansen, Richard Witschge, Lucas et Dutuel et les nombreuses arrivées pour reconstruire un groupe de qualité : Papin, Ziani, Colleter, Domoraud, Ibrahim Ba, Pavon, Claudio Dario Biaggio, Lambourde, Lendvaï, Bodart, Zanotti, Gralak et Courbis comme nouvel entraîneur.
  8. Nicolas Gettliffe, « Joueur de la saison : Johan Micoud », Onze Mondial, no Spécial bilan 1997-1998,‎ , p. 40 (ISSN 0995-6921)
  9. a, b, c, d et e « Fiche de Johan MICOUD », sur fanafoot.com, (consulté le 12 mai 2017)
  10. « Micoud signe à Parme », sur leparisien.fr, (consulté le 11 mai 2017)
  11. « Micoud change d'air », sur eurosport.fr (consulté le 16 mai 2017)
  12. « Bayern Munich: Franck Ribéry est le meilleur buteur français de la Bundesliga », sur sport.gentside.com, (consulté le 16 mai 2017)
  13. « Micoud et Jemmali non renouvelés », sur eurosport.fr,
  14. « Micoud arrête sa carrière », sur lefigaro.fr,
  15. « 100. GREGORY COUPET », sur festival-foot-espoirs.com (consulté le 12 mai 2017)
  16. a, b, c, d et e « Les bannis de l'équipe de France Johan Micoud », sur linternaute.com, (consulté le 11 mai 2017)
  17. « Johan Micoud, maître à jouer de Brême, n'a pu empêcher la Juventus de s'imposer sur le fil », sur lemonde.fr, (consulté le 11 mai 2017)
  18. « Fiche de Johan Micoud », sur fff.fr (consulté le 12 mai 2017)
  19. « Micoud, la dernière recrue du club des footballeurs-vignerons », sur fr.fifa.com,
  20. « Château La Connivence - Johan Micoud », sur chateaulaconnivence.com (consulté le 11 mai 2015)
  21. Matthieu Deprieck, « Mi-rock, mi-foot, Micoud », sur lexpress.fr,
  22. « AS Cannes: Johan Micoud, nouveau président », sur nicematin.com, (consulté le 12 mai 2017)
  23. « Kroos : « Micoud m'a servi de modèle » », sur francefootball.fr, (consulté le 15 mai 2017)
  24. Fiche de Johan Micoud sur footballdatabase.eu
  25. « Fiche de Johan Micoud », sur pari-et-gagne.com (consulté le 12 mai 2017)

Liens externes[modifier | modifier le code]