Parme Calcio 1913

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Parme Football Club)
Parme Calcio 1913
Logo du
Généralités
Nom complet Parma Calcio 1913
Surnoms I Gialloblù (Le Bleu et Jaune)
I Ducali
(Les Ducaux)
I Crociati
(Les Croisés)
Gli Emiliani
(Les Emiliens)
Noms précédents Verdi Football Club
Parma Associazione Calcio
Parma Football Club
Fondation
(108 ans, 2 mois et 20 jours)
Couleurs Bleu, blanc et jaune
Stade Stade Ennio-Tardini
(27 906 places)
Siège Viale Partigiani d'Italia, 1
43100 Parme
Championnat actuel Serie B
Propriétaire Krause Group
Président Kyle Krause
Entraîneur Enzo Maresca
Joueur le plus capé Alessandro Lucarelli (350)
Meilleur buteur Hernán Crespo (94)
Site web parmacalcio1913.com
Palmarès principal
National[1] Coupe d'Italie (3)
Supercoupe d'Italie (1)
International[1] Coupe des coupes (1)
Coupe UEFA (2)
Supercoupe de l'UEFA (1)

Maillots

Kit left arm parma2122h.png
Kit body parma2122h.png
Kit right arm parma2122h.png
Kit shorts parma2122h.png
Kit socks parma2122h.png
Domicile
Kit left arm parma2122a.png
Kit body parma2122a.png
Kit right arm parma2122a.png
Kit shorts parma2122a.png
Kit socks parma2122a.png
Extérieur

Actualités

Pour la saison en cours, voir :
Championnat d'Italie de football D2 2021-2022
0
Voir l’image vierge
Localisation de la ville de Parme

Le Parma Calcio 1913 (Parme Football 1913) est un club de football italien de la ville de Parme en Émilie-Romagne, fondé le sous le nom de Verdi Football Club, puis renommé le en Parma Foot Ball Club. L'équipe première a ses quartiers au stade Ennio Tardini.

Les Gialloblù (en français : « jaunes et bleus ») ont connu leur apogée sportif dans les années 1990 lorsque, sponsorisés notamment par l'entreprise Parmalat, ils remportent quatre coupes d'Europe (Coupe des coupes en 1993, Coupe UEFA en 1995 et 1999 et Supercoupe UEFA en 1993).

Miné par de gros problèmes financiers dans les années 2010, le club est déclaré en faillite et une nouvelle entité est créée en 2015, la Società Sportiva Dilettantistica Parma Calcio 1913.

Après avoir été reléguée en Serie D, l'équipe a réalisé l'exploit unique dans l'histoire du football italien d'obtenir trois montées successives pour revenir en Serie A en 2018-2019.

Parme a remporté huit titres majeurs de son histoire (ainsi qu'un titre de Série B)[2]. Ces honneurs en font la onzième équipe la plus titrée de l'histoire du football italien en nombre de trophées majeurs remportés, la quatrième équipe la plus titrée en compétition européenne, après le Milan AC, la Juventus et Inter Milan, et l'un des treize clubs italiens à avoir gagné plusieurs titres majeurs[3].

Histoire du club[modifier | modifier le code]

1913-1989 : Genèse et divisions inférieures[modifier | modifier le code]

Le club est fondé le sous le nom de « Verdi Football Club », en hommage à Giuseppe Verdi, né dans la région de Parme, puis renommé quelques mois plus tard Parma Football Club, le 16 décembre 1913.

Lors de la saison 1919-1920, le club entame un projet visant à construire un nouveau stade, inauguré trois ans plus tard : le stade Ennio-Tardini, dont le nom rend hommage à un ancien président du club. Les Parmesans font une brève apparition en première division du championnat d'Italie lors de la saison 1925-1926. Renommé Parma Associazione Sportiva, le club devient un habitué des deuxième et troisième niveaux du football italien : la Série B et la Série C.

Durant les années 1950, le club n'arrive toujours pas à se stabiliser dans une division, connaissant à plusieurs reprises des montées et des relégations en Série B et Série C. Malgré cette situation, Parme participe tout de même à une coupe européenne, s'inclinant face au club suisse de l'AC Bellinzona en Coupe des Alpes, lors de la saison 1960-1961.

Parme 1973-1974

À la fin des années 1960, le club connaît de graves difficultés financières, qui provoquent sa chute en Série D puis sa liquidation. En 1970, l'institution fusionne avec l'« AC Parmense », fondée deux ans auparavant, et renaît sous le nom d‘Associazione Calcio Parma. L'équipe parmesane fait plusieurs apparitions en Série B, sans parvenir à se stabiliser.

Les années 1980 voient la société italienne Parmalat investir progressivement dans le club. L'équipe retrouve la Série B sous les ordres de Cesare Maldini, puis parvient à s'y maintenir à partir de 1986, sous la houlette d'un entraîneur alors débutant, un certain Arrigo Sacchi. Ce dernier est remarqué par Silvio Berlusconi lors d'une confrontation avec l'AC Milan en coupe d'Italie et il est débauché pour rejoindre les Rossoneri.

1989-2003 : Les années Parmalat[modifier | modifier le code]

En 1989, les dirigeants font appel au jeune entraîneur Nevio Scala, qui mène le club à la quatrième place après une dernière victoire devant la Reggina lors du derby dell'Enza, et permet une promotion historique en Serie A. Celle-ci conduit le président de la Parmalat, Calisto Tanzi, à prendre le contrôle du club aux dépens de la famille Ceresini qui le dirigeait jusqu'alors. Les internationaux suédois, belge et brésiliens Tomas Brolin, Georges Grun et Claudio Taffarel rejoignent l'équipe. L'année suivante, Parme termine à la sixième place du championnat, qualificative pour la Coupe UEFA. En Europe la saison suivante, le club est éliminé dès le premier tour par le CSKA Sofia, concédant le match nul un but partout au match retour à Parme (0-0 à l'aller). Lors de cette même saison, le Parma FC remporte son premier trophée national : la Coupe d'Italie, face à la Juventus.

La saison suivante, renforcée notamment par le recrutement de Sergio Berti, l'équipe se hisse à la troisième place du calcio. Participant à la Coupe d'Europe des vainqueurs de coupes, elle écarte notamment l'Atlético de Madrid et l'AC Sparta Prague avant de remporter la première coupe européenne de l'histoire du club face aux Belges du Royal Antwerp Football Club au Wembley Stadium de Londres (3-1). Qualifiée à ce titre pour la Supercoupe de l'UEFA 1993, elle l'emporte sur le Milan AC (0-1, 0-2 a.p.). Tenante du titre, l'équipe est de nouveau qualifiée pour la Coupe des Coupes en 1993-1994. Après avoir notamment éliminé l'Ajax Amsterdam et le Benfica Lisbonne, les Parmesans se hissent à nouveau en finale mais s'inclinent cette fois face aux Anglais d'Arsenal à Copenhague (0-1).

En 1994, Fernando Couto et Dino Baggio rejoignent les Gialloblù, qui terminent deuxièmes ex æquo du championnat, à dix points de la Juventus. Ils remportent cependant la Coupe UEFA face à leurs rivaux de Turin (1-0, 1-1), après avoir écarté les Allemands du Bayer Leverkusen lors de la demi-finale. Il s'agit alors de la troisième finale européenne consécutive. Cette série de finales s'achève en quarts de la Coupe des Coupes 1995-1996 contre le Paris Saint-Germain.

Lors de la saison 1996-1997, Carlo Ancelotti remplace Nevio Scala, et devient le premier entraîneur à qualifier le club en Ligue des champions. Malgré l'arrivée de joueurs tels que Gianluigi Buffon, Fabio Cannavaro, Lilian Thuram, Juan Sebastián Verón, Alain Boghossian, Enrico Chiesa ou encore Hernán Crespo, Parme n'arrive cependant pas à passer la phase de groupes. En championnat, l'équipe termine seconde, à deux points de la Juventus.

Deux ans plus tard, Parme remporte une deuxième coupe de l'UEFA aux dépens de l'Olympique de Marseille (3-0), au Stade Loujniki de Moscou. En 1999 également, les Parmesans s'imposent une nouvelle fois en Coupe d'Italie contre la Fiorentina, performance réitérée en 2002 face à la Juventus. L'effectif est alors très cosmopolite avec des joueurs tels que Sebastien Frey, Roberto Sensini, Savo Milošević, Matías Almeyda, Sabri Lamouchi ou Hidetoshi Nakata. Le club connait deux autres passages en Ligue des champions lors des années 1999 et 2001 mais ne dépassera jamais le troisième tour de la compétition (éliminé successivement par les Glasgow Rangers, puis le LOSC).

2003-2014 : Difficultés économiques et sportives[modifier | modifier le code]

Match de Coupe UEFA en 2006, contre Lens.

Dirigé par Cesare Prandelli à partir mai 2002, Parme s'incline en Supercoupe d'Italie face à la Juventus (2-1), lors d'une finale disputée en Libye au stade du 11 Juin. En 2003, un scandale financier frappe Parmalat[4] et affecte le fonctionnement du club. Le club termine une nouvelle fois cinquième du championnat d'Italie en 2004, mais doit faire face à de graves difficultés économiques. Tout proche de la relégation en 2005, l'équipe ne doit son maintien qu'à une victoire en barrage face à Bologne. Le club change d'identité cette année-là et redevient le Parma Football Club, son nom originel. Un an après ce maintien, les Parmesans se qualifient pour la Coupe UEFA 2005-2006, à la suite de l'affaire des matches truqués du Calcio et au reclassement du club à la septième place.

Claudio Ranieri, entraîneur du Parme FC en 2007.

Le , Tommaso Ghirardi, jeune entrepreneur italien, rachète le club parmesan pour 24 millions de dollars. Quelques mois après sa nomination, il fait appel à Claudio Ranieri pour sauver le club de la relégation, ce que ce dernier parvient à faire avant de présenter sa démission en fin de saison. Parme termine son parcours européen face aux Portugais, du Sporting Braga en 16e de finale après avoir passé le premier tour contre le Rubin Kazan, puis un groupe composé du RC Lens, d'Odense, de Heerenveen et d'Osasuna.

Le , le club est relégué en Serie B, après avoir terminé avant-dernier du Calcio.

La saison suivante, Francesco Guidolin remplace Luigi Cagni au poste d'entraîneur. Le , le Parme Football Club est assuré de remonter en Série A, sans toutefois parvenir à remporter le championnat (devancé par l'AS Bari). En 2010, les Parmesans finissent leur championnat à la huitième position, ratant de peu un retour en Coupe d'Europe. Durant l'intersaison 2010, Pasquale Marino succède à Francesco Guidolin, parti à l'Udinese.

En avril 2011, Pasquale Marino est limogé à cause des mauvais résultats du club. Il est remplacé par Franco Colomba[5], qui redresse les résultats et finit à la douzième position.

Lors de la saison 2013-2014, le club se classe 6e de la Serie A sous les ordres de Roberto Donadoni, mais ne peut participer à la Ligue Europa 2014-2015 en raison du non-respect des règles du fair-play financier[6].

2015-2018 : Faillite, création de Parma Calcio 1913 et remontées[modifier | modifier le code]

En 2015, Gian Paolo Dallara investit dans la S.S.D. Parma Calcio 1913.

Miné par de gros problèmes financiers, le club est officiellement déclaré en faillite le [7] et son président, Giampetro Manenti, est placé en prison[8]. Sportivement, l'équipe finira dernière de Serie A avec seulement 19 points au classement. Le club est rétrogradé en Serie D par décision du Conseil Fédéral du Calcio le [9]

Le , une nouvelle société est enregistrée auprès de la FIGC et admise en Serie D. La Società Sportiva Dilettantistica Parma Calcio 1913, communément appelée Parma Calcio 1913 est fondée.

Le club est soutenu à titre privé par plusieurs industriels locaux, représentant la ville de Parme au détriment d'un autre candidat, le Magico Parma[10]. Parmi les nouveaux investisseurs, on retrouve Guido Barilla (co-propriétaire du groupe Barilla), Paolo Pizzarotti (président d'Impresa Pizzarotti), Mauro Del Rio et Gian Paolo Dallara (propriétaire de Dallara Automobili).

Contre 50.000€, la nouvelle entité rachète alors les trophées du club qui avaient été vendus précédemment pour renflouer les dettes[11].

Lors de la saison 2015-2016, le club est promu en Serie C, puis il remonte en Serie B durant la saison suivante, en 2016-2017. La société est ensuite reprise par des investisseurs chinois (le groupe Desports dirigé par Jiang Lizhang, devenu nouveau président du club). La nouvelle direction fait alors revenir Hernán Crespo, qui rejoint l'organigramme du club[12].

Le , lors de la 42e journée de Serie B, Parme bat le Spezia Calcio sur le score de 2 à 0, avec des buts de Ceravolo et Ciciretti, en espérant un faux pas de Frosinone, qui arriva dans les ultimes minutes du match contre Foggia (2-2). Ces résultats propulsent Parme en Serie A. Le travail de l'entraineur Roberto D'Aversa et de la direction du club sont mis en avant, sans oublier Alessandro Lucarelli, défenseur et capitaine, qui est resté fidèle au club et le ramena dans l'élite. Parme réalise l'exploit alors unique d'obtenir trois promotions successives de la Serie D (2015), en Serie C (2016), puis en Serie B (2017) et enfin en Serie A (2018). Pendant un temps, cette dernière montée est entachée d'un soupçon de corruption donnant lieu à une sanction[13], qui sera réduite en appel[14].

En , le club change d'actionnaire majoritaire et repasse sous contrôle italien. Le groupe Nuovo Inizio augmente alors sa participation dans le club de 30 à 60% du capital. 30% restent à Desports et 10% à la société Parma Partecipazioni Calcistiche, qui regroupe les supporters du club[15].

Le , le club passe sous pavillon américain après avoir été racheté par le groupe Krause, qui prend 90% des parts[16].

Identité du club[modifier | modifier le code]

Changements de nom[modifier | modifier le code]

[modifier | modifier le code]

Le club parmesan affiche ses deux couleurs, le jaune et le bleu, sur son logo. En 2005, en raison d'un changement de nom du club, Parma FC remplace Parma AC.

Palmarès[modifier | modifier le code]

Le tableau suivant récapitule les performances du Parma Football Club dans les diverses compétitions italiennes et européennes. Les Parmesans n'ont jamais réussi à s'imposer en Série A ainsi qu'en Série B, terminant au mieux à la seconde place.

Palmarès du Parma Football Club
Compétitions internationales Compétitions nationales et tournois divers

En , le club doit vendre ses trophées pour éponger ses dettes[17], mais les rachète deux mois plus tard à la suite du changement de propriétaire[18].

Structures du club[modifier | modifier le code]

Infrastructures[modifier | modifier le code]

Le Stade Ennio Tardini est depuis 1923 le stade où évolue le Parma Football Club.

D'abord appelé Stade Municipal, il prit le nom d'un ancien président du club quelques mois plus tard, Ennio Tardini, qui était à l'origine de la construction du stade.

L'enceinte sportive est la propriété de la municipalité.

Le stade connaît plusieurs liftings, notamment lors des années 1990 lorsque le club parmesan monte en Série A. Le Stade Ennio Tardini devient ainsi le dix-neuvième stade d'Italie en nombre de places disponibles, derrière le Stade Euganeo de Padoue, avec une capacité de 27 906 places.

Si l'Italie avait obtenu l'organisation de l'Euro 2016, sa capacité aurait été portée à 31 397 places.

Aspects juridiques et économiques[modifier | modifier le code]

Sponsors[modifier | modifier le code]

Le Parma Football Club est sponsorisé depuis 1981. Le premier accord fut signé avec Prosciutto Parma en 1981. Depuis, le club parmesan a arboré les noms de Parmalat (1987-2005), Cariparma (2003-2004), Mr Day (2000-2001), Joy (2001-2002), Santal (2001-2004), Champion (2004-2005), Fidenza Village (2005-2006), ABO Project (2005-2006), Tecnocasa (2005-2006), Silver Cross (2005-2006), Gimoka (2006-2007), Play Radio (2006-2007), Kome (2007-2008), Il Granchio (2007-2008), Metella (2008-2009), Banca Monte Parma (2008-2009), Navigare (2009-2012), Folletto (2012-2016), Aon (2016-), Cetilar (2017-).

Équipementiers[modifier | modifier le code]

Erreà est depuis 2006 l'équipementier officiel du club parmesan, le siège de la marque étant à treize kilomètres de Parme, à Torrile.

Les équipementiers qui ont précédé Erreà sont Umbro, pendant plus de dix ans, de 1984 à 1995, puis Puma (1995-1998), Lotto (1998-1999), et la marque américaine Champion, de 1999 à 2006.

Joueurs et personnages du club[modifier | modifier le code]

Présidents[modifier | modifier le code]

Parme a eu au cours de son histoire de nombreux présidents, dont voici la liste complète[19] :

Nom Période
Violi, Porcelli & Spaggiari 1913-1914
Carlo Melli & Alberto Poletti 1914-1915
Ing. Tedeschi 1919-1920
Conte L. Lusignani 1920-1921
Ennio Tardini 1921-1923
Gabbi 1923-1924
Giuseppe Muggia & Amoretti 1924-1925
Aldo Ortali 1925-1926
Giovanni Canali 1926-1928
Emilio Grossi 1928-1929
Giuseppe Amoretti 1929-1930
Cesare Minelli 1930-1935
Emilio Grossi 1935-1936
Nom Période
Filippo Bonati 1936-1937
Nino Medioli 1937-1938
Gioremo Perrosseto 1938-1940
Giuseppe Scotti 1940-1943
Giorgio Zanichelli 1945-1946
Raimondo Bortesi 1946-1947
Amerigo Ghirardi 1947-1948
Bruno Avanzini 1948-1951
Bonifazio Lupi di Soragna 1951-1953
Agnetti, Del Frate, Campanini & Viani 1953-1954
Fabrizio Cartolari 1954-1958
Giuseppe Agnetti 1958-1965
Walter Molinari 1965-1966
Nom Période
Gino Camorali 1966-1967
Vittorio Blarzino 1967-1968
Zanichelli & Pizzighoni 1968-1969
Ermes Foglia 1969-1973
Arnaldo Musini 1973-1976
Ernesto Ceresini 1976-1990
Fulvio Ceresini 1990
Giorgio Pedraneschi 1990-1996
Stefano Tanzi 1996-2004
Enrico Bondi 2004
Guido Angiolini 2004-2006
Enrico Bondi 2006-2007
Tommaso Ghirardi 2007–2014
Nom Période
Pietro Doca 2014
Fabio Giordano 2014-2015
Ermir Kodra 2015
Giampietro Manenti 2015
Nevio Scala 2015-2016
Marco Ferrari 2016
Jiang Lizhang 2017-2018
Pietro Pizzarotti 2018-

Entraîneurs[modifier | modifier le code]

Voici la liste des entraîneurs de Parme, de la fin de la Première Guerre mondiale jusqu'à aujourd'hui[19].

En 2013, Nevio Scala a été élu entraîneur du siècle du club[20].

Nom Période
Commission technique 1919-1920
Percy Humphrey 1920-1921
Adolf Riebe 1921-1923
Guido Ara 1923-1924
Arturo Gobbi 1924-1925
Giuseppe Forlivesi
Carlo Achatzi 1925-1926
Medardo Ghini 1926-1927
Johan Stuardt
Emilio Grossi 1927-1928
Raoul Violi 1928-1929
Emilio Grossi 1929-1930
Armand Halmos 1930-1931
Emilio Grossi 1931-1932
Carlo Crotti 1932-1933
Tito Mistrali 1933-1936
Alfredo Mattioli 1936-1937
Elvio Banchero 1937-1938
Pál Szalaj 1938-1939
József Wereb 1939-1940
Alfredo Mattioli 1940-1942
Italo Defendi 1942-1943
Alfredo Mattioli
Giuseppe Ferrari 1945-1946
Renato Cattaneo 1946-1947
Venuto Lombatti 1947
Ricardo Frione 1947
Nom Période
Tito Mistrali 1947
Bruno Dentelli 1947-1948
Giovanni Mazzoni 1948
Jenő Dietrich 1948
Renato Cattaneo 1948-1949
Pietro Giuberti 1949
Tito Mistrali 1949
Giuseppe Ferrari 1949
Venuto Lombatti 1949
Carlo Rigotti 1949-1950
Giovanni Mazzoni 1950-1951
Dante Boni 1951
Alfredo Mattioli 1951
Paolo Tabanelli 1951-1953
Carlo Alberto Quario 1953-1954
Ivo Fiorentini 1954-1956
Gino Giuberti 1956-1957
Čestmír Vycpálek 1957-1958
Guido Mazetti 1958-1960
Mario Genta 1960-1962
Ugo Canforini 1962-1963
Volturno Diotallevi 1964
Arnaldo Sentimenti 1963-1964
Bruno Dazzi 1964
Bruno Arcari 1964-1965
Ivano Corghi 1965-1966
Dante Boni 1966
Nom Période
Sergio Brighenti 1966-1967
Giancarlo Vitali 1967-1968
Dante Boni 1968
Benito Lorenzi 1968-1969
Giancarlo Vitali 1969-1970
Stefano Angeleri 1970-1972
Antonio Soncini 1972
Giorgio Sereni 1973-1974
Renato Gei 1974-1975
Giovanni Meregalli 1975-1976
Tito Corsi 1976-1977
Bruno Mora 1977
Gianni Corelli 1977-1978
Giorgio Visconti 1978
Graziano Landoni 1978-1979
Cesare Maldini 1979-1980
Domenico Rosati 1980-1981
Giorgio Sereni 1981
Giancarlo Danova 1981-1983
Bruno Mora 1983
Marino Perani 1983-1985
Silvano Flaborea 1985
Pietro Carmignani 1985
Arrigo Sacchi 1985-1987
Zdeněk Zeman 1987
Giampieri Vitali 1987-1989
Nevio Scala 1989-1996
Nom Période
Carlo Ancelotti 1996-1998
Alberto Malesani 1998-2001
Arrigo Sacchi 2001
Renzo Ulivieri 2001
Daniel Passarella 2001
Pietro Carmignani 2001-2002
Cesare Prandelli 2002-2004
Silvio Baldini 2004-2005
Pietro Carmignani 2005
Mario Beretta 2005-2006
Stefano Pioli 2006-2007
Claudio Ranieri 2007
Domenico Di Carlo 2007-2008
Héctor Cúper 2008
Andrea Manzo 2008
Luigi Cagni 2008
Francesco Guidolin 2008-2010
Pasquale Marino 2010-2011
Franco Colomba 2011-2012
Roberto Donadoni 2012-2015
Luigi Apolloni 2015-2016
Stefano Morrone 2016
Roberto D'Aversa 2016-2020
Fabio Liverani 2020-2021
Enzo Maresca 2021-

Joueurs emblématiques[modifier | modifier le code]

En 2013, l'Argentin Hernán Crespo a été élu « joueur du siècle » du club[21]. Avec 93 buts, il est le meilleur marqueur de l'histoire du club.

L'« équipe du siècle » se compose ainsi : Gianluigi Buffon dans les buts, Antonio Benarrivo (qui a détenu le record d'apparitions, avec 258 matchs entre 1991 et 2004), Luigi Apolloni, Lorenzo Minotti et Alberto Di Chiara en défense, Marco Osio, Dino Baggio et Stefano Morrone au milieu de terrain. Enfin, en attaque, on trouve Enrico Chiesa, Hernán Crespo et Alessandro Melli[22].

Après sa retraite sportive, le numéro 6 a été retiré pour rendre hommage à Alessandro Lucarelli, qui détient le record d'apparitions avec le maillot de Parme. Le joueur est aussi apprécié pour être resté au club, malgré sa relégation en Serie D[23].

Le numéro 12 a aussi été retiré à partir de la saison 2002-2003 afin d'honorer les supporters de la Curva Nord, considérés comme étant le douzième homme sur le terrain.

Effectif actuel[modifier | modifier le code]

Effectif de la saison 2020-2021 du Parme Calcio 1913
Joueurs Encadrement technique
No  P. Nat.[Note 1] Nom Date de naissance Sélection[Note 2] Club précédent
1 G Drapeau de l'Italie Sepe, LuigiLuigi Sepe 08/05/1991 (30 ans) Italie -20 ans SSC Naples
34 G Drapeau de l'Italie Colombi, SimoneSimone Colombi 01/07/1991 (30 ans) Italie espoirs Carpi FC 1909
77 G Drapeau de l'Italie Rinaldi, FilippoFilippo Rinaldi 04/12/2002 (18 ans) Italie -18 ans Formé au club
2 D Drapeau de l'Italie Iacoponi, SimoneSimone Iacoponi 30/04/1987 (34 ans) Virtus Entella
4 D Drapeau de la Hongrie Balogh, BotondBotond Balogh 06/06/2002 (19 ans) Hongrie espoirs MTK Budapest
6 D Drapeau de la Suède flèche vers la droite Gagliolo, RiccardoRiccardo Gagliolo 28/04/1992 (29 ans) Suède Carpi FC
13 D Drapeau de l'Italie Bani, MattiaMattia Bani 10/12/1993 (27 ans) Genoa CFC
16 D Drapeau de la France Laurini, VincentVincent Laurini 10/06/1989 (32 ans) ACF Fiorentina
20 D Drapeau de la Grèce Zagaritis, VasilisVasilis Zagaritis 04/05/2001 (20 ans) Grèce -19 ans Panathinaïkós
22 D Drapeau du Portugal Alves, BrunoBruno Alves Capitaine 27/11/1981 (39 ans) Portugal Rangers FC
24 D Drapeau du Venezuela Osorio, YordanYordan Osorio 10/05/1994 (27 ans) Venezuela FC Porto
42 D Drapeau de la Belgique Busi, MaximeMaxime Busi 24/10/1999 (21 ans) Belgique espoirs Charleroi SC
8 M Drapeau de l'Italie Grassi, AlbertoAlberto Grassi 07/03/1995 (26 ans) Italie espoirs SSC Naples
14 M Drapeau de la Slovénie Kurtić, JasminJasmin Kurtić 10/01/1989 (32 ans) Slovénie SPAL 2013
15 M Drapeau de l'Uruguay Brugman, GastónGastón Brugman 07/09/1992 (29 ans) Uruguay -17 ans Delfino Pescara
17 M Drapeau de l'Italie Barillà, AntoninoAntonino Barillà 01/04/1988 (33 ans) Italie espoirs Trapani Calcio
18 M Drapeau de la France flèche vers la droite Cyprien, WylanWylan Cyprien 28/01/1995 (26 ans) France espoirs OGC Nice
19 M Drapeau de la Suisse Sohm, SimonSimon Sohm 10/04/2001 (20 ans) Suisse FC Zurich
23 M Drapeau du Brésil , HernaniHernani 27/03/1994 (27 ans) Brésil -17 ans Zénith Saint-Pétersbourg
28 M Drapeau de la Roumanie Mihăilă, ValentinValentin Mihăilă 02/02/2000 (21 ans) Roumanie Universitatea Craiova
33 M Drapeau de l'Argentine flèche vers la droite Brunetta, JuanJuan Brunetta 12/05/1997 (24 ans) Godoy Cruz
41 M Drapeau de l'Italie flèche vers la droite Nicolussi, HansHans Nicolussi 18/06/2000 (21 ans) Italie espoirs Juventus FC
93 M Drapeau de l'Italie Sprocati, MattiaMattia Sprocati 28/04/1993 (28 ans) Lazio Rome
9 A Drapeau de l'Italie Pellè, GrazianoGraziano Pellè 15/07/1985 (36 ans) Italie Shandong Taishan
10 A Drapeau de la France Karamoh, YannYann Karamoh 08/07/1998 (23 ans) France espoirs Inter Milan
11 A Drapeau du Danemark Cornelius, AndreasAndreas Cornelius 16/03/1993 (28 ans) Danemark Atalanta Bergame
26 A Drapeau de l'Italie Siligardi, LucaLuca Siligardi 26/01/1988 (33 ans) Hellas Vérone
45 A Drapeau de l'Italie Inglese, RobertoRoberto Inglese 12/11/1991 (29 ans) Italie SSC Naples
98 A Drapeau de la Roumanie Man, DennisDennis Man 26/08/1998 (23 ans) Roumanie FCSB
Entraîneur(s)
Entraîneur(s) adjoint(s)
  • Andrea Tarozzi
Préparateur(s) physique(s)
  • Paolo Giordani
  • Luca Morellini
Entraîneur(s) des gardiens
  • Alberto Bartoli

Légende

Consultez la documentation du modèle

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Seule la nationalité sportive est indiquée. Un joueur peut avoir plusieurs nationalités mais n'a le droit de jouer que pour une seule sélection nationale.
  2. Seule la sélection la plus importante est indiquée.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Seuls les principaux titres en compétitions officielles sont indiqués ici.
  2. (it) « Storia » [« History »], ParmaCalcio1913.com, S.S.D. Parma Calcio 1913 (consulté le )
  3. Clubs les plus titrés
  4. Parmalat ou la chute d'un oligarque à l'italienne
  5. Colomba nouvel entraîneur lequipe.fr, 5 avril 2011
  6. FPF : Parme exclu de League Europa, Torino à la place, www.toutlemondesenfoot.fr, 30 mai 2014.
  7. Foot : le club italien de Parme déclaré en faillite
  8. Giampietro Manenti, le président de Parme, a été arrêté
  9. https://amp-sport24.lefigaro.fr/football/etranger/italie/fil-info/parme-relegue-en-serie-d-757101
  10. (it) « Parma in Serie D: ora è ufficiale. Apolloni sarà l'allenatore », sur La Gazzetta dello Sport (consulté le )
  11. Parme a racheté ses trophées
  12. Incroyable mais vrai : Parma est de retour en Serie A !
  13. Série A : Parme débutera la saison avec une pénalité de cinq points
  14. Match truqué : Peine réduite pour Parme en appel
  15. Parme repasse sous contrôle italien, le Chinois Desports minoritaire
  16. Italie : Parme racheté par le groupe américain Krause
  17. Parme vend... ses trophées !
  18. Parme a racheté ses trophées
  19. a et b (it) (it) « I presidenti e gli allenatori del Parma Football Club » [« The presidents and coaches of Parma Football Club »], StoriaDelParmaCalcio.com (consulté le )
  20. (it) Centenario Parma: ecco la top 11, il calciatore e l’allenatore del secolo scelti dai tifosi gialloblu, www.soccermagazine.it, 17 décembre 2013.
  21. (it) « Crespo giocatore del secolo: “Questo trofeo è il mio Pallone d'Oro” », www.parmalive.com, 17 décembre 2013.
  22. (it) E' un Parma centenario, Crespo premiato come giocatore del secolo, www.goal.com, 16 décembre 2013.
  23. « Parme : Alessandro Lucarelli prend sa retraite, son numéro de maillot retiré », lequipe.fr, 28 mai 2018.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :