Marcel Desailly

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Desailly.
Marcel Desailly
MarcelDesailly.JPG
Marcel Desailly en 2011.
Biographie
Nom Odenkey Addy Abbey
Nationalité Drapeau : France Français
Drapeau : Ghana Ghanéen
Nat. sportive Drapeau : France Français
Naissance (49 ans)
Lieu Accra (Ghana)
Taille 1,86 m (6 1)
Période pro. 1986-2006
Poste Défenseur central / milieu défensif
Parcours junior
Saisons Club
1980-1986 Drapeau : France FC Nantes
Parcours professionnel 1
Saisons Club 0M.0(B.)
1986-1992 Drapeau : France FC Nantes 178 0(5)
1992-1993 Drapeau : France Olympique de Marseille 060 0(2)
1993-1998 Drapeau : Italie Milan AC 185 0(7)
1998-2004 Drapeau : Angleterre Chelsea 223 0(7)
2004-2005 Drapeau : Qatar Al Gharrafa Doha 028 0(6)
2005-2006 Drapeau : Qatar Qatar SC 007 0(0)
Total 681 (27)
Sélections en équipe nationale 2
Années Équipe 0M.0(B.)
1983-1984 Drapeau : France France juniors B1 011 0(0)
1984-1985 Drapeau : France France juniors B2 008 0(0)
1985-1986 Drapeau : France France juniors A1 002 0(0)
- Drapeau : France France espoirs 009 0(0)
- Drapeau : France France A' 003 0(0)
1993-2004 Drapeau : France France 116 0(3)
1 Compétitions officielles nationales et internationales.
2 Matchs officiels.

Marcel Desailly, né Odenkey Addy Abbey, le à Accra (Ghana), est un footballeur international français évoluant au poste de défenseur central. Il possède l'un des palmarès les plus étoffés de l'histoire du football français.

Il s'installe avec sa famille en 1972 à Nantes avant d'en intégrer le centre de formation. Au côté de son ami Didier Deschamps, il découvre le championnat de France avec le FC Nantes, où Desailly reste six saisons. Il rejoint l'Olympique de Marseille et Deschamps en 1992 ; il n'y reste qu'une saison, mais y remporte son premier trophée majeur : la Ligue des champions 1993, contre le Milan AC. Il signe alors pour le club lombard, et connaît cinq saisons fastes qui garnissent son palmarès puisqu'il remporte la Ligue des champions 1994 et deux titres de champion d'Italie en 1994 et 1996. À partir de 1998, il passe six saisons au Chelsea FC où il est un temps capitaine, club où il est surnommé « The Rock » et remporte la Supercoupe de l'UEFA et une Coupe d'Angleterre. Il termine sa carrière dans des clubs qataris, et annonce sa retraite en 2006. Ce défenseur athlétique possède l'un des palmarès les plus importants du football français.

Dans les années 1990, il s'affirme en parallèle comme un pilier de l'équipe de France. Avec les Bleus, il remporte la Coupe du monde 1998, le championnat d'Europe 2000 et la Coupe des confédérations en 2001 et 2003. Considéré comme l'un des meilleurs défenseurs du football français, il est sélectionné à 116 reprises en équipe de France, dont il est le capitaine de 2000 à 2004. Il est le seul Français membre de la Laureus World Sports Awards avec David Douillet.

Marcel Desailly est le demi-frère de Seth Adonkor, lui aussi footballeur professionnel et de sept ans son aîné. Desailly fait la connaissance de Didier Deschamps au centre de formation du FC Nantes, alors qu'ils sont tous les deux âgés de 15 ans. Lors de la mort de Seth Adonkor, Deschamps se porte volontaire pour annoncer la nouvelle à Desailly. Coéquipiers à Nantes, ils poursuivent leur carrière à l'Olympique de Marseille, et se côtoient également en équipe de France, où Desailly succède à Deschamps en tant que capitaine. Ils se retrouvent ensuite au Chelsea FC[1]. Selon Deschamps, qui est le parrain du fils aîné de Desailly, leurs liens vont « bien au-delà du football »[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et formation nantaises[modifier | modifier le code]

À sa naissance, Marcel Desailly porte alors le nom d'Odenkey Abbey et n'est pas reconnu par son père biologique[3]. À Accra, grand port ghanéen, il déambule dans les rues de la ville aux côtés de son demi-frère Seth Adonkor. Sa mère Elizabeth Addy, caissière dans un magasin de la ville, ne supporte pas d'être la cinquième roue du carrosse d'un mari polygame, le père d'Odenkey. Elle fait la connaissance de Marcel Édouard Georges Desailly, un fonctionnaire français du ministère des affaires étrangères, qu'elle décide de suivre en France en 1972, lorsque celui-ci se voit offrir une retraite anticipée à Nantes[4],[5].

Dans les beaux quartiers de Procé, l'enfant continue de courir et trouve vite ses repères. Son beau-père lui offre une nouvelle identité : Marcel Desailly junior. Il ne revoit son père biologique qu'une seule fois, à sa majorité : « je l'ai salué et c'est tout. Mon vrai père, c'est Monsieur Desailly. Je dis Monsieur par respect, parce que c'est lui qui m'a adopté, m'a donné ma chance ». Il intègre l'école privée Gaston-Serpette et se familiarise avec la langue française alors qu'à la maison il continue à parler le ghain ou l'anglais. Alors qu'il tourne en rond en rentrant de l'école, sa mère lui dit de faire du sport et Marcel choisit la natation. Allergique au traitement de l'eau, il est forcé d'arrêter et, poussé par son frère Seth Adonkor un mercredi de 1976, découvre l'entraînement du Football Club de Nantes qu'il intègre[4].

En 1982, sélectionné en Ligue atlantique pour un quart-de-finale de la Coupe nationale minimes, Marcel Desailly croise le jeune Didier Deschamps sur son chemin. Un an plus tard, Raynald Denoueix convie le jeune Marcel, alors minimes deuxième année, à rejoindre le centre de formation du club[6]. Il retrouve Deschamps, fraîchement arrivé en Loire-Atlantique, avec qui il fait chambre commune à partir des cadets lors des déplacements. Les deux jeunes joueurs se suivent en sélections de jeunes dont ils sont au fur et à mesure les deux seuls représentants du club[4].

Le dimanche 18 novembre 1984, l'entraîneur des Bleuets Henri Guérin n'osant pas annoncer la nouvelle, c'est Deschamps lui-même qui entre dans leur chambre à l'occasion du tournoi cadets de Monaco. Il annonce à Desailly que deux professionnels nantais sont décédés dans un accident de voiture, l'un d'eux est son demi-frère Seth Adonkor[5]. Sans celui qu'il considérait comme son modèle, Marcel choisit de réagir plutôt que de s'effondrer et se met à progresser plus vite : « Seth était au top. Alors, j'ai décidé de le remplacer ». Cadets deuxième année, Desailly évolue avec l'équipe réserve de Division 3[4].

Professionnel au FC Nantes (1986-1992)[modifier | modifier le code]

L'entraîneur Jean-Claude Suaudeau l'intégre le groupe professionnel à l'aube de la saison 1986-1987. Desailly doit faire face à la présence de défenseurs expérimentés tels que Michel Der Zakarian et Antoine Kombouaré. Mais suite à son travail et son sérieux aux entraînements, Suaudeau lui donne sa chance dès le début du championnat et il montre, à 18 ans, ses réelles qualités pour s'imposer au plus haut niveau français grâce à son volume physique, une bonne clairvoyance et un réel opportunisme[7]. Le 26 août 1986, les 28 000 spectateurs du stade de la Beaujoire découvrent un jeune qui fête sa première apparition en Division 1. Au cours de ce Nantes-Bordeaux (3-0), Jean-Claude Suaudeau fait entrer Marcel Desailly à la place de Fabien Debotté à la 84e minute[4],[8]. Finalement il accumule seize rencontres toutes compétitions confondues dont treize en championnat où les Canaris finissent en douzième position. Pendant cette année-là, le jeune Marcel en profite pour découvrir les joutes européennes en disputant les deux premiers matchs du premier tour de coupe UEFA où son équipe est éliminée 5-1 score cumulé contre le Torino (4-0 et 1-1). En parallèle de sa participation au championnat de D1, il est finaliste du championnat de France Juniors à l'issue de cette saison[7].

Toujours considéré comme une doublure, Marcel passe la saison 1987-1988 à jouer les utilités ce qui l'amène à ne totaliser que onze matchs en championnat où Nantes finit à la dixième place[7].

Suite au départ de Der Zakarian pour Montpellier, Marcel devient titulaire au sein de la défense centrale nantaise comme stoppeur à partir de 1988[7]. En 1989 il fait la connaissance de Pape Diouf, qui devient son agent.

De 1988 à 1991, il dispute une trentaine de rencontres par saison inscrivant un but à chaque exercice. Collectivement il ne connaît pas les grandes année nantaises puisque les Canaris ne finissent que septième en 1989 et 1990 puis quinzième en 1991[7].

Le déclic arrive lors de la saison 1991-1992 sous l'impulsion de Jean-Claude Suaudeau. Selon lui, il n'y a pas assez de pression sur Marcel et il lui demande de jouer comme s'il n'avait plus le droit à la moindre erreur. À partir de ce moment, le joueur prend enfin ses responsabilités et une autre dimension. Il survole les débats que ce soit au stade de la Beaujoire ou dans tous les stades de France et attire de plus en plus les convoitises. Notamment celles de l'Olympique de Marseille, leader omnipotent du football hexagonal, au printemps 1992. Bonne nouvelle pour le FC Nantes qui a un besoin urgent d'argent pour se maintenir dans l'élite[4]. Desailly dispute 162 rencontres sous le maillot nantais (5 buts) tout en suivant le cursus des sélections françaises, des U15 jusqu'aux A', antichambre de la sélection A[9].

Cador mondial à Marseille puis l'AC Milan (1992-1998)[modifier | modifier le code]

Sur un coup de tête de Bernard Tapie, président de l'OM, et contre l'avis de l'entraîneur Raymond Goethals, Marcel Desailly arrive à Marseille. Accueilli froidement par Goethals qui lui lance « tu n'arrives pas à la cheville de Carlos Mozer » qu'il vient remplacer[9]. À son arrivée, il passe pourtant trois mois à jouer avec l'équipe réserve en Division 3 aux côtés d'un certain Fabien Barthez, n'intéressant que trop peu l'entraîneur. Dans le collimateur de son coach, il ne réussit plus aucun dribble et le président Bernard Tapie lui donne alors trois matchs pour faire ses preuves. Piqué au vif, Marcel réussit une prestation de haute volée lors des débuts de l'OM en Ligue des champions face aux Glasgow Rangers en novembre 1992 (2-2) et devient titulaire indiscutable[4]. Il est associé à Basile Boli et épaulé par deux latéraux de devoir, Jocelyn Angloma et Éric Di Meco[9]. La parcours européen s'achève en apothéose. Le 26 mai 1993 à Munich, Marseille remporte le premier titre européen d'un club français face au grand Milan AC (1-0). Durant la rencontre, Desailly doit marquer un des meilleurs attaquants de l'histoire, Marco van Basten[4].

Après une semaine de folie marseillaise, le ciel s'assombrit sur la Canebière avec l'affaire VA-OM. Loin d'être perturbé, l'ancien Nantais se concentre sur la reprise et intègre l'équipe de France A. Le nouvel international vit un automne 1993 agité entre les problèmes de son club et la qualification ratée de Bleus pour la Coupe du monde 1994. L'Olympique de Marseille est aux abois et doit se séparer de certains de ses joueurs. On s'attend alors aux départs de Deschamps, Boli ou Angloma mais, le 11 novembre 1993, un jet privé emporte Desailly vers l'aéroport de Milan-Linate[4]. Le club italien le veut pour remplacer Frank Rijkaard. En raison des difficultés financières de l’OM, Desailly refait ses valises[9].

À peine débarqué en Lombardie, Marcel Desailly signe un contrat de quatre ans et demi chez les Rossoneri pour 30 millions de francs[4]. Il débute officiellement dans le Calcio le 21 novembre 1993 contre le SSC Naples (2:1)[9]. Il perd la Coupe intercontinentale 1993[note 1] contre le São Paulo FC (3-2)[7]. Dès ses débuts en Italie, tout le monde reconnait son talent au travers de divers surnoms. Le nouveau président milanais, Silvio Berlusconi, l'appelle le « nouveau Rijkaard », les médias transalpins parlent de « diable » ou de « pieuvre noire » tandis que son entraîneur, Fabio Capello, le compare à une « digue humaine »[10]. Capello s'appuyant sur la défense mythique Tassotti-Baresi-Costacurta-Maldini, Desailly se met à la disposition du groupe avec une humilité et s'adapte en un temps record au nouveau poste de milieu défensif[9],[10]. Deschamps, désormais adversaire à la Juventus, ne manque pas non plus de lui rendre hommage : « Marcel a lancé la mode du grand milieu défensif en Serie A. Celui qui balaie devant ses défenseurs. Signe de reconnaissance, tous les clubs italiens disent maintenant on va prendre un joueur "à la Desailly" ». Le gigante nero bouscule tout sur son passage et remporte une seconde Ligue des champions consécutives. Le 18 mai 1994 à Athènes, le Milan AC lamine le FC Barcelone (4-0) et Desailly inscrit le dernier but milanais[4]. Il devient le premier joueur à remporter l'épreuve deux années de suite avec deux clubs différents[11]. Milan est sacré champion d'Italie 1994[9].

L'année suivante, Desailly perd à nouveau en Coupe intercontinentale 1994 contre Vélez Sarsfield puis dispute sa troisième finale consécutive en Ligue des champions, mais les Rossoneri s'inclinent face à l'Ajax Amsterdam (1-0). Il remporte de nouveau le championnat avec Milan en 1996. Malheureux, il atteint la finale de la Coupe d'Italie en 1998 perdue aux dépens de la Lazio de Rome sur le score cumulé de 3-2[7].

À l'AC Milan, Desailly dispute 137 rencontres de championnat en cinq saisons, marquant cinq buts, et 27 matches de C1 (2 buts). « Il est sans aucun doute le meilleur défenseur étranger ayant évolué dans le calcio. Celui qui a rapidement senti le football italien tout en sachant imposer sa personnalité », analyse Paolo Maldini. Alors, aucun supporter de Milan ne lui en a voulu quand il a décidé de signer à Chelsea en 1998[9].

Il déclare plus tard avoir connu l'émotion la plus grande de sa carrière, « plus forte encore que celle de la Coupe du monde », à l'occasion du match AC Milan-Chelsea, lors de sa première visite à San Siro après son transfert en Angleterre. « À l'échauffement, tout le stade s'est mis à m'applaudir, d'un seul coup. Je me suis approché et j'ai pu lire sur une grande banderole ‘Pour toujours tu resteras dans notre cœur’. Cette reconnaissance qu'ils me témoignaient était véritablement bouleversante. Je n'étais ni un créateur ni un buteur. Et pourtant, ils me fêtaient comme si j'étais Van Basten. En tant qu'homme je m'en souviendrai toute ma vie », souligne-t-il encore ému[9].

Poursuite à Chelsea (1998-2004)[modifier | modifier le code]

« The best defender in the world ... and he's all ours ! »[note 2]. En cet été 1998, le magazine du Chelsea FC fait sa une avec « Marcello », devenu « The Rock » à Londres. Les débuts du Français ne sont pas mémorables. Malgré la présence de Franck Lebœuf à ses côtés, Marcel confesse avoir du mal à se remettre au travail après le sacre lors de la Coupe du monde. Il demande du temps aux dirigeants ainsi qu'aux supporters[4]. « En Italie, je dominais mon sujet dans le domaine aérien. Mais, en Angleterre, je n'arrivais plus à prendre un ballon de la tête ! », se souvient-il. « J'étais régulièrement devancé par les grands et les petits qui tous, en plus, mettaient le coude. Il m'a fallu devenir plus malin, travailler le timing, éviter la poussée de l'adversaire et ne pas répondre à la provocation »[9]. Grâce à leur victoire en Coupe des coupes l'année précédente, les Blues disputent la Supercoupe de l'UEFA 1998, qu'ils remportent face au Real Madrid.

En 1999, Desailly est rejoint à Chelsea par Didier Deschamps, celui-ci passe une seule saison à Londres, durant laquelle le club remporte la Coupe d'Angleterre.

La saison suivante, les Blues s'imposent face à Manchester United lors du Charity Shield.

Marcel Desailly est nommé capitaine de Chelsea en juillet 2001[12]. Le club atteint de nouveau la finale de la FA Cup en 2002, mais s'incline face à Arsenal FC.

En avril 2003, Desailly est nommé dans l'équipe type des dix premières saisons de la Premier League[9]. Le scrutin, auquel prennent part 750 000 internautes résidant dans 184 pays, est organisé par la fédération anglaise[13]. Sa saison est perturbée par une blessure à la hanche, mais en août il prolonge son contrat avec le club londonien pour une année supplémentaire, s'engageant ainsi jusqu'en 2005[14]. Il fait seulement quinze apparitions en championnat durant la saison suivante. De nouveau blessé, il subit également la concurrence de John Terry, avec lequel il partage le brassard de capitaine[15]. Chelsea atteint les demi-finales de la Ligue des champions 2003-2004 et s'incline face à l'AS Monaco entraîné par Didier Deschamps. Desailly est suspendu pour trois matches par la commission de discipline de l’UEFA pour un coup de coude donné à Fernando Morientes lors du match aller[16]. Alors qu'il lui reste une année de contrat, il quitte le club d'un commun accord en juillet 2004[8],[17].

Durant son passage à Londres, il dispute 222 matches pour le club, dont 94 en tant que capitaine[18],[17]. Il évolue aux côtés d'autres joueurs français, notamment les défenseurs Frank Lebœuf et William Gallas.

En équipe nationale (1993-2004)[modifier | modifier le code]

Défenseur vite indispensable (1993-1998)[modifier | modifier le code]

Marcel Desailly est d'abord sélectionné onze fois en Juniors B1 (U16), huit fois en B2 (U17) et deux fois en A1 (U18). Il est appelé à neuf reprises en Espoirs ainsi que trois fois en équipe de France A'[19].

En août 1993, Desailly est appelé pour la première fois en équipe de France A par Gérard Houllier, pour un déplacement en Suède. Profitant d'un concours de circonstance[note 3], Marcel s'installe chez les Bleus (1-1)[4]. Alors âgé de 25 ans, il est appelé pour disputer les quatre dernières rencontres des « Bleus » lors des éliminatoires de la Coupe du monde 1994, il joue au poste d'arrière droit car Houiller privilégie la charnière centrale Blanc-Roche.

Après l'arrivée d'Aimé Jacquet comme sélectionneur à la suite de la non-qualification de l'équipe de France, Desailly poursuit son parcours international en défense centrale ou en tant que milieu défensif, poste qu'il occupe également en club à l'AC Milan. Lors des éliminatoires du championnat d'Europe 1996, à l'occasion d'un match face à l'équipe d'Azerbaïdjan, Desailly est désigné capitaine pour la première fois. Il y inscrit également son premier but en sélection. Jacquet met en place une des meilleures défenses du monde : devant Fabien Barthez dans les buts, Lilian Thuram, Laurent Blanc, Marcel Desailly et Bixente Lizarazu constitue le socle de l’équipe lauréate de la Coupe du monde 1998 et de l'Euro 2000. Ils sont alignés ensemble pour la première fois lors d’un match de préparation de l’Euro 1996 contre l’Allemagne (1:0)[9].

Durant l'Euro, il dispute les cinq matches des « Bleus », qui s'inclinent aux tirs au but en demi-finale face à la République tchèque[20],[21].

Desailly est titulaire en défense centrale aux côtés de Laurent Blanc durant la Coupe du monde 1998. Déterminé comme jamais, il survole les débats en défense alors qu'on le dit fatigué et usé après une pénible saison italienne. En excellente condition physique, il n'est jamais pris en défaut par un adversaire. Par sa seule volonté, il sait entraîner tout le groupe France dans son sillage et se comporte comme le leader attendu par Aimé Jacquet[22]. Il prend part aux sept rencontres disputées par la France lors du tournoi. Mais lors de la finale France - Brésil, à la 68ème minute, Desailly bouscule Cafu et l'arbitre lui adresse son deuxième carton jaune de la soirée[23]. Il devient le 3e joueur à être exclu d'une finale de Coupe du monde[24].

Après leur titre mondial, Desailly et ses coéquipiers sont faits Chevaliers de la Légion d'honneur par le président Jacques Chirac[25]. En 2010, à l'occasion du lancement de l'Indice Castrol, Desailly se voit attribuer la note de 9,71/10 pour la compétition grâce à ses 38 interceptions et 132 récupérations de balle[26].

Capitaine des Bleus (1999-2004)[modifier | modifier le code]

Desailly prend ensuite part à la campagne de qualification pour le championnat d'Europe 2000. Au premier tour de l'Euro, le sélectionneur Roger Lemerre décide d'aligner une équipe constituée de remplaçants face aux Pays-Bas, alors que la France est déjà qualifiée pour les quarts de finale. Desailly est le seul titulaire à entamer le match, remporté sur le score de 3-2 par les bataves[27]. L'équipe de France devient championne d'Europe en s'imposant face à l'Italie lors de la finale. À l'issue du tournoi, Didier Deschamps annonce sa retraite internationale et Desailly lui succède en tant que capitaine.

La finale est la dernière sortie officielle de la défense Thuram-Blanc-Desailly-Lizarazu. Ces quatre défenseurs complémentaires ne perdent pas un seul match officiel en 28 rencontres entre 1996 et 2000. Mieux, ils n’encaissent ensemble que 13 buts en 28 matches. Entre 1996 et 2000, la France joue 57 matches n'en perdant que cinq, à chaque fois un des quatre joueurs au moins manque à l’appel[9].

Les « Bleus » remportent la Coupe des confédérations 2001, coorganisée par la Corée du Sud et le Japon. Desailly inscrit le but de la victoire en demi-finale face au Brésil[28].

Il prend part aux trois rencontres disputées par la France durant la Coupe du monde 2002. Lors du premier contre le Sénégal, la charnière centrale française composée de Desailly et de Frank Lebœuf souffre contre El-Hadji Diouf (défaite 1-0)[29]. Les champions du Monde et d’Europe sont à la peine et la France se doit de faire un résultat face à l’Uruguay si elle ne veut pas hypothéquer ses chances de qualification pour les huitièmes de finale. 90 minutes plus tard, les hommes de Lemerre rate l'occasion après un bien triste 0:0[30]. L'équipe est éliminée au premier tour après avoir concédé deux défaites et un match nul, il a tiré sur la barre face au Danemark à la 50e minute alors que le score était de 0-1.

En octobre 2002, Desailly atteint les 100 sélections en équipe de France lors d'une rencontre qualificative pour le championnat d'Europe 2004 face à la Slovénie[31]. Il se blesse en février 2003 lors de France-République tchèque et ne peut disputer les deux derniers matches qualificatifs pour l'Euro. En avril, il devient le recordman des sélections en équipe de France à l'occasion d'un match amical face à l'équipe d'Égypte. Il devance alors son ancien coéquipier Didier Deschamps, appelé à 103 reprises entre 1989 et 2000. Néanmoins, le défenseur estime que son record « sera rapidement battu par quelqu'un comme Patrick Vieira ou Lilian Thuram » et annonce qu'il quittera la sélection après l'Euro[32].

En juin 2003, l'équipe de France remporte la Coupe des confédérations, battant en finale l'équipe du Cameroun, endeuillée par le décès de Marc-Vivien Foé durant le tournoi. Dans un geste symbolique, Desailly associe son homologue camerounais Rigobert Song à la remise du trophée[33].

En 2004, le magazine France Football dresse une liste des 100 joueurs les plus marquants de l'histoire des « Bleus », à l'occasion du centenaire de l'équipe de France. Desailly figure à la 4e place du classement. Il se blesse de nouveau lors de la rencontre France-Brésil organisée en mai 2004 pour célébrer le centenaire de la FIFA[15].

Il est remplaçant lors du premier match de l'Euro face à l'Angleterre et effectue son retour lors de la rencontre suivante, opposant la France à la Croatie. À la 54e minute, il manque une intervention, erreur dont profite Dado Pršo pour donner l'avantage aux Croates[34]. Desailly passe le reste du tournoi sur le banc des remplaçants. Après l'élimination des Français par l'équipe de Grèce en quart de finale, il annonce, à 36 ans, sa retraite internationale[8].

Fin au Qatar (2004-2006)[modifier | modifier le code]

Durant l'été 2004, laissé libre par le Chelsea FC, Desailly est en contact avec le Crystal Palace FC, le Portsmouth FC, le Celtic FC et le Ghana, son pays d'origine. En octobre 2004, l'ancien capitaine des Bleus s'engage à 36 ans pour sept mois en faveur du club qatari d'Al-Ittihad (D1). « J'étais en contact avec plusieurs clubs mais finalement, j'ai choisi Al-Ittihad, un club doté de superbes infrastructures, d'un beau petit stade et entraîné par un Français, Bruno Metsu, ancien sélectionneur du Sénégal »[35]. « Je suis prêt pour jouer au Qatar que j'ai apprécié lors d'une première visite il y a quelques mois, d'autant que plusieurs joueurs professionnels évoluent », déclare Desailly qui, selon Le Parisien, perçoit la somme de 4,5 millions d'euros pour cette pige de sept mois[36]. Avec le club qatari, il remporte le championnat 2004-2005.

À l'intersaison 2005, il est recruté par le Qatar Sports Club, formation qu'il quitte au mois de novembre afin de revenir en France et se rapprocher de sa famille[37]. « Je suis un peu nostalgique, à cause de l'éloignement de ma famille restée en France ». Il ajoute qu'il souhaite néanmoins pouvoir rebondir et continuer à jouer au football[38].

En décembre, il déclare vouloir attendre jusqu'au mois d'avril et le début du championnat des États-Unis avant de mettre éventuellement un terme à sa carrière. Le 7 mai 2006, à l'occasion de la 15e cérémonie annuelle de l'UNFP, Desailly annonce sa retraite sportive en mai 2006[39]. Il indique avoir envisagé poursuivre sa carrière en Australie ou aux États-Unis, mais invoque son souhait de s'occuper de sa famille[40].

Reconversion en dehors du football (depuis 2006)[modifier | modifier le code]

Marcel Desailly écrit son autobiographie en collaboration avec le journaliste Philippe Broussard. Intitulée Capitaine, elle paraît chez Stock en 2002[5]. La même année, les ventes du livre atteignent les 80 000 exemplaires[41].

En 2001, Desailly anime le magazine Parole de Capitaine, diffusé le samedi sur la chaîne TPS Star. En 2006, il rejoint la radio Europe 1 en qualité de consultant. Il intervient également sur Canal+, lors des soirées de Ligue des champions, et sur la chaîne britannique BBC. Durant la Coupe du monde 2006, ses commentaires irritent plusieurs joueurs de l'équipe de France, notamment Willy Sagnol[42],[43]. En 2014, il quitte Canal+ pour rejoindre BeIN Sports.

Sollicité par les médias, le monde de la publicité et des affaires après le titre mondial de 1998, Desailly devient un symbole de réussite et acquiert une image d'homme d'affaires, notamment grâce à des films publicitaires SFR réalisés par Bruno Aveillan, le faisant apparaître tel un communiquant hors pair, accessible et humain[44]. Il fait ensuite partie des footballeurs français les plus demandés par les annonceurs. En 2002, le joueur était toujours sous contrat avec l'opérateur de téléphonie mobile SFR, pour lequel il a tenu une chronique quotidienne durant la Coupe du monde[45], ainsi que l'équipementier Adidas, les biscuits LU, ou encore l'éditeur de jeux vidéo Ubisoft[46]. Il prête également son image à l'entreprise britannique de paris sportifs BetClic Limited depuis 2006 en tant que spécialiste des pronostics foot[47].

En mars 2007, Marcel Desailly accepte un poste de recruteur dans son ancien club, l'AC Milan. Il est chargé de détecter de jeunes joueurs sur le continent africain[48].

En 2007, Desailly est nommé « ambassadeur de bonne volonté » de l'Unicef[49]. En février 2008, il est désigné « ambassadeur contre le racisme » par le secrétaire d'État français aux sports, Bernard Laporte[50].

Il fait également partie du comité d'organisation de la Coupe d'Afrique des nations 2008 qui se déroule dans son pays natal, le Ghana[42],[51].

Depuis 2015, il devient aussi très actif sur les réseaux sociaux notamment Twitter où il y poste régulièrement des vidéos de lui avec une mise en scène de façon théâtrale. Ses vidéos trouve un énorme succès auprès des jeunes.Il signe chacune de ses vidéos par un rire mythique dont lui seul connait le secret.

Style de jeu : « the Rock »[modifier | modifier le code]

Marcel Desailly est un vrai défenseur et sa technique de voleur de ballon. Sur le plan offensif, en position de relance, il se contente souvent de n'être qu'un relais pour ses coéquipiers. Cependant, face au but, par sa détente et son excellent jeu de tête, il se montre souvent efficace, notamment sur les coups de pieds arrêtés. De par son attitude et son port de tête, il apparaît plus imposant qu'il ne l'est (1,83 m). Dans ses interventions au sol ou en l'air, il se montre explosif. Grâce à une détente impressionnante, il remporte la majorité de ses duels aériens défensifs mais aussi offensifs. Résistant à l'effort, il impose des combats à ses adversaires directs[52].

De par sa formation nantaise, Desailly aime évoluer dans des défenses « à plat ». Un préférence qui fait de lui un joueur plus défensif qu'offensif. Il est d'ailleurs capable de se contenter de marquer un joueur durant toute une rencontre. Un de ses points forts est sa force mentale. Face un attaquant, il se comporte comme un buteur devant le but, avec un unique objectif en tête : prendre le ballon. Pour y parvenir, il joue tous les ballons à 100 %. Plus généralement, son palmarès et sa longévité au plus haut niveau le prouvent, il est un gagneur, un compétiteur[52].

Statistiques[modifier | modifier le code]

Statistiques de Marcel Desailly au 30 juin 2006[53]
Saison Club Championnat Coupe nationale Coupe de la Ligue Compétition(s)
continentale(s)
Coupe intercontinentale Drapeau : France France Total
Division M B M B M B C M B M B M B M B
1986-1987 Drapeau de la France FC Nantes D1 13 - 1 - - - C3 2 - - - - - 16 0
1987-1988 Drapeau de la France FC Nantes D1 11 - 1 - - - - - - - - - - 12 0
1988-1989 Drapeau de la France FC Nantes D1 36 1 4 - - - - - - - - - - 40 1
1989-1990 Drapeau de la France FC Nantes D1 36 1 3 - - - - - - - - - - 39 1
1990-1991 Drapeau de la France FC Nantes D1 34 1 4 - - - - - - - - - - 38 1
1991-1992 Drapeau de la France FC Nantes D1 32 2 1 - - - - - - - - - - 33 2
Sous-total 162 5 14 0 0 0 - 2 0 0 0 0 0 178 5
1992-1993 Drapeau de la France Olympique de Marseille D1 31 1 3 - - - C1 10 1 - - - - 44 2
1993-1994 Drapeau de la France Olympique de Marseille D1 16 - - - - - - - - - - 3 - 19 0
Sous-total 47 1 3 0 0 0 - 10 1 0 0 3 0 63 2
1993-1994 Drapeau de l'Italie AC Milan Serie A 21 1 1 - - - C1 9 2 1 - 4 - 36 3
1994-1995 Drapeau de l'Italie AC Milan Serie A 22 1 1 - - - C1 10 - 1 - 7 - 41 1
1995-1996 Drapeau de l'Italie AC Milan Serie A 32 2 1 - - - C3 7 - - - 14 1 54 3
1996-1997 Drapeau de l'Italie AC Milan Serie A 29 1 4 - - - C1 5 - - - 7 - 45 1
1997-1998 Drapeau de l'Italie AC Milan Serie A 33 - 8 - - - - - - - - 14 1 55 1
Sous-total 137 5 15 0 0 0 - 31 2 2 0 46 2 231 9
1998-1999 Drapeau de l'Angleterre Chelsea FC Premier League 31 - 6 - - - C2 8 1 - - 7 - 52 1
1999-2000 Drapeau de l'Angleterre Chelsea FC Premier League 23 1 4 - - - C1 16 - - - 16 - 59 1
2000-2001 Drapeau de l'Angleterre Chelsea FC Premier League 34 2 4 - 1 - C3 1 - - - 13 1 53 3
2001-2002 Drapeau de l'Angleterre Chelsea FC Premier League 24 1 8 - 3 - C3 2 - - - 12 - 49 1
2002-2003 Drapeau de l'Angleterre Chelsea FC Premier League 31 2 1 - - - C3 1 - - - 11 - 44 2
2003-2004 Drapeau de l'Angleterre Chelsea FC Premier League 15 - 1 - 1 - C1 8 - - - 8 - 33 0
Sous-total 158 6 24 0 5 0 - 36 1 0 0 67 1 290 8
2004-2005 Drapeau du Qatar Al-Gharafa Stars League - - - - - - - - - - - - - 0 0
2005-2006 Drapeau du Qatar Qatar SC Stars League - - - - - - - - - - - - - 0 0
Total sur la carrière 504 17 56 0 5 0 - 79 4 2 0 116 3 762 24

Palmarès[modifier | modifier le code]

Si ce bandeau n'est plus pertinent, retirez-le. Cliquez pour voir d'autres modèles.
Cette section contient une ou plusieurs listes. Le texte gagnerait à être rédigé sous la forme de paragraphes synthétiques, plus agréables à la lecture.  (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).

Collectif[modifier | modifier le code]

Récompenses personnelles[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. L'AC MIlan remplace l'Olympique de Marseille, champion d'Europe suspendu à la suite de l'affaire VA-OM.
  2. « Le meilleur défenseur du monde ... et il est rien qu'à nous ! »
  3. Appelé pour être le remplaçant de Dogon, lequel doit remplacer Boli, indisponible. La veille du match, Dogon se blesse à son tour et Gérard Houllier fait appel à Desailly.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Best of enemies », The Times,
  2. (en) « Deschamps plots downfall of a friend », The Independent,
  3. Marcel Desailly et Philippe Broussard, Capitaine, Paris, Stock, , 350 p. (ISBN 2234054788)
  4. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l et m Nicolas Gettliffe, « Saga : Marcel Desailly, taille partron », Onze Mondial, no 145,‎ , p. 14 à 23 (ISSN 0995-6921)
  5. a, b et c « Capitaine Marcel », Lire,
  6. Frédéric Hamelin, « Comment devenir footballeur professionnel ? », Onze Mondial, no 108,‎ , p. 17 (ISSN 0995-6921)
  7. a, b, c, d, e, f et g « Marcel Desailly », sur kurbos.skyrock.com, (consulté le 7 juillet 2017)
  8. a, b et c « Le capitaine Desailly quitte le navire France », RFI,
  9. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l et m « Desailly, la force tranquille », sur fifa.com (consulté le 7 juillet 2017)
  10. a et b « Djorkaeff-Desailly, adversaires en club et espoirs tricolores », L'Humanité,
  11. « Le parcours sans faille de Marcel Desailly », L'Humanité,
  12. (en) « Desailly is Chelsea captain », BBC,
  13. (en) « Cantona's world of sardines, fat managers and early retirement », The Independent,
  14. (en) « Desailly signs new Chelsea deal », BBC,
  15. a et b « Toujours le capitaine »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) (consulté le 16 mai 2017), UEFA,
  16. (en) « Three-match ban for Desailly », The Guardian,
  17. a et b (en) « Desailly calls time on Chelsea career », The Times,
  18. « Desailly quitte Chelsea », Eurosport,
  19. « Un joueur, un palmarès : Marcel Desailly », sur foot123.fr, (consulté le 4 juillet 2017)
  20. Marcel Desailly sur le site de la FFF
  21. Marcel Desailly sur le site de la FIFA
  22. « Champions du monde : Marcel Desailly », Onze Mondial, no 115,‎ , p. 19 (ISSN 0995-6921)
  23. « 12 juillet 1998 : Zidane et les Bleus sur le toit du monde », sur fifa.com, (consulté le 7 juillet 2017)
  24. (en) « World Cup final trivia »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) (consulté le 16 mai 2017) Sports Illustrated,
  25. « La France championne du monde de football ! », Diplomatie.gouv.fr
  26. « Les légendes en chiffres et en détails », sur fifa.com, (consulté le 7 juillet 2017)
  27. France - Pays-Bas du 21 juin 2000 sur le site de la FFF
  28. France - Brésil du 7 juin 2001 sur le site de la FIFA
  29. « Les Lions domptent les champions », sur fifa.com, (consulté le 7 juillet 2017)
  30. « Desailly : "J’ai envie d’y croire" », sur fifa.com, (consulté le 7 juillet 2017)
  31. « Desailly, "centenaire" comblé mais refoulé », L'Humanité,
  32. « Monumental Desailly », UEFA,
  33. « Une finale à la mémoire de Marc-Vivien Foé », Radio France,
  34. « Capitaine dans la tempête », UEFA,
  35. « Desailly au Qatar », sur uefa.com, (consulté le 4 juillet 2017)
  36. « Marcel Desailly au Qatar », sur leparisien.fr, (consulté le 4 juillet 2017)
  37. (en) « Homesick Desailly quits Qatar club », CNN, 7 novembre 2005
  38. « Desailly quitte Qatar Club », sur eurosport.fr, (consulté le 4 juillet 2017)
  39. « Desailly annonce qu'il arrête », L'Équipe, 7 mai 2006
  40. « Marcel Desailly annonce à son tour sa retraite de footballeur professionnel », sur lemonde.fr, (consulté le 4 juillet 2017)
  41. « Les Bleus gagnent le match… des ventes »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) (consulté le 16 mai 2017), Marianne,
  42. a et b « Les champions du monde, dix ans après : Desailly, l'insatiable », Le Journal du dimanche,
  43. « Willy Sagnol : "Je vais être plus diplomate" », Football365.fr,
  44. Christophe Deroubaix, « Marcel Desailly, image trompeuse », L'Humanité,‎ (lire en ligne)
  45. « Marcel Desailly, le partenaire "lucratif" de SFR », Neteco.com,
  46. « La cote publicitaire des Bleus », Stratégies,
  47. « Découvrez les 4 ambassadeurs Betclic, Marcel Desailly et ses compères », BetClic sport, poker et turf,‎ (lire en ligne)
  48. « Marcel Desailly, recruteur au Milan AC », Linternaute.com,
  49. (en) « Marcel Desailly Is UNICEF First Goodwill Ambassador For Ghana »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) (consulté le 16 mai 2017), Ghana.gov.gh,
  50. « Desailly "pas forcément d'accord" pour sanctionner les clubs », AFP,
  51. « Desailly : "Plus de respect à l'égard des Africains" », Le Figaro,
  52. a et b Jean-Michel Larqué, « Face à face : Desailly-Nesta », Onze Mondial, no 157,‎ , p. 62 (ISSN 0995-6921)
  53. « Statistiques de Marcel Desailly », sur footballdatabase.eu
  54. « Top 100 des meilleurs joueurs de l'histoire de l'EURO », sur http://www.lequipe.fr,

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Capitaine, Marcel Desailly, éd. Stock, 20 mars 2002, (ISBN 2234054788).