Béatrice de Vienne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Béatrice de Vienne
Dessin du XIXe siècle
Dessin du XIXe siècle

Titre Comtesse de Savoie
(1175-1189)
Prédécesseur Clémence de Zähringen
Successeur Marguerite de Genève
Biographie
Dynastie Maison de Savoie
Naissance
Décès
Père Géraud Ier de Mâcon
Mère Maurette de Salins
Conjoint Humbert III de Savoie
Enfants Thomas Ier de Savoie
Une fille

Béatrice de Vienne ou de Viennois, parfois également nommée de Mâcon, née en 1160 et décédée en 1230, est une noble de la maison de Mâcon, qui régnait également sur Vienne depuis l'an 1100 environ. Par son mariage avec Humbert III de Savoie (dont elle est la quatrième femme), elle devient comtesse de Savoie.

Biographie[modifier | modifier le code]

Origine[modifier | modifier le code]

Béatrice est le deuxième des huit enfants de Géraud Ier comte de Mâcon et de Vienne, et de Maurette de Salins.

Comtesse de Savoie[modifier | modifier le code]

Peinture à l'huile italienne du XVIIIe siècle.

À la mort de sa troisième femme Clémence de Zähringen, Humbert III de Savoie est inconsolable et refuse de se remarier, quoiqu'il n'ait pas d'héritier mâle. Sur l'insistance de ses sujets et conseillers, il finit par accepter de quitter son veuvage et épouse Béatrice[1],[2],[3].

Le couple eut deux enfants, le futur comte Thomas Ier (1178 † 1233), ainsi qu'une fille, morte à l'âge de sept ans[2],[3]. La naissance du garçon est annoncée comme un miracle par saint Anthelme, évêque de Belley[4].

Selon certaines historiens du XIXe siècle (Jean Frézet[5], Nicolas Viton de Saint-Allais[6]), Clémence de Zähringen aurait été la deuxième femme d'Humbert, Béatrice la troisième, et Gertrude de Lorraine la quatrième, celle qui aurait donné à la maison de Savoie un héritier mâle, le futur comte Thomas Ier. Les recherches modernes ont montré au contraire que Gertrude de Lorraine avait été la deuxième femme d'Humbert, et que Thomas Ier est bien le fils de Béatrice de Vienne[7].

En 1178, après la naissance de leur fils, le comte, avec la permission de sa femme, se retire à l'abbaye d'Hautecombe, où il reprit semble-t-il l'habit de moine[2],[3]

Béatrice de Vienne meurt à Champagne-et-Fontaine (Aquitaine) en 1230.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Claudius Blanchard (Académie de Savoie), Histoire de l'abbaye d'Hautecombe en Savoie avec pièces justificatives inédites, Société savoisienne d'histoire et d'archéologie, Tome 11 (1867), 744 pages ; pages 98 à 101.
  2. a, b et c Palluel-Guillard, p. 11.
  3. a, b et c Jean Prieur, Hyacinthe Vulliez, Saints et saintes de Savoie, La Fontaine de Siloé, , 191 p. (ISBN 978-2-8420-6465-5, lire en ligne), p. 81-82.
  4. Jacques Lovie, Histoire des Diocèse de France : Chambéry, Tarentaise, Maurienne, vol. 11, Beauchesne, , 301 p. (ISSN 0336-0539), p. 35.
  5. Jean Frézet, Histoire de la Maison de Savoie, volume 1, Alliana et Paravia, 1826, 463 pages ; pages 137 à 139.
  6. Nicolas Viton de Saint-Allais, Histoire généalogique des maisons souveraines de l'Europe, Michaud frères, 1811, 279 pages ; page X.
  7. Alain Boucharlat, Savoie, La Fontaine de Siloé, , 319 p. (ISBN 978-2-8625-3221-9), p. 17.