Jean Tissier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Tissier.
Jean Tissier
Naissance
Paris (France)
Nationalité Flag of France.svg Française
Décès (à 76 ans)
Granville (France)
Profession Acteur
Films notables La Veuve Couderc
Le Petit Chose
La Garçonne
L'assassin habite au 21

Jean Tissier est un acteur français, né à Paris le et mort à Granville (Manche) le .

Parcours[modifier | modifier le code]

Jean Tissier naît dans le 17e arrondissement de Paris d'une mère célibataire, Jeanne Tissier. Il sera reconnu par Sébastienne Tissier en février 1941 en Mairie du 17e. Après avoir passé son baccalauréat à dix-sept ans, Jean Tissier commence une carrière de journaliste. Rapidement attiré par le théâtre, il débute aux côtés de la comédienne Réjane. Il jouera entre autres La Puce à l'oreille, Jean de la Lune, Nina ou encore L'Inconnue d'Arras.

Il apparaît pour la première fois au cinéma en 1927 dans le Napoléon d’Abel Gance. Il épouse en 1934 Louise Georgette Lalire et tourne avec elle son premier film parlant la même année, sous la direction de Jean de Limur. Après une pause de huit ans, il rejoue en 1934 dans Le monde où l'on s'ennuie de Jean de Marguénat. Dès lors, il ne quittera plus les plateaux de cinéma : au cours de sa longue carrière, il aura tourné dans plus de 200 films, accumulant ainsi une filmographie impressionnante où se côtoient chefs-d’œuvre et nanards du cinéma, de Clouzot à Émile Couzinet.

De grands réalisateurs comme Sacha Guitry, Henri-Georges Clouzot, Claude Autant-Lara, Roger Vadim, Christian-Jaque, Gilles Grangier, André Cayatte, Marcel Carné, Claude Chabrol, Jean Delannoy, Jean-Pierre Mocky, Emil-Edwin Reinert feront appel à lui. Avec son air nonchalant, son regard ahuri et sournois, sa diction traînante, Jean Tissier est voué aux personnages comiques dans la tradition du théâtre de boulevard.

Très populaire dans les années 1940, son personnage le plus célèbre sera celui de l'illusionniste dans L'assassin habite au 21 d'Henri-Georges Clouzot en 1942. Comme beaucoup d'acteurs de l'époque, il travaille beaucoup pendant l'Occupation pour la Continental.

Il fut convoqué en septembre 1944 par la section des résistants de son quartier du 16e arrondissement de Paris pour s'expliquer : au vu de son intense activité de comédien, tout ce travail laissait peu de temps pour des activités politiques avec l'ennemi. Un non-lieu fut rapidement prononcé en octobre 1944, mais le mal était fait, et c'est surtout auprès des auteurs et réalisateurs prestigieux que Jean Tissier va trouver de la rancune, ne tournant plus par la suite que pour de petits rôles pour des films bien moyens, ou des navets.

Le nonchalant qui passe…[modifier | modifier le code]

À l'aube des années 1960, son succès décroît et il ne joue, dès lors, que dans de petits rôles, sauf en 1962, dans Les Cailloux, de Félicien Marceau.

En 1971, il apparaît pour la dernière fois à la télévision dans La Visite de la vieille dame. Cette même année, il joue dans La Veuve Couderc de Pierre Granier-Deferre avec Simone Signoret et Sex-shop de Claude Berri qui sort en 1972.

Jean Tissier était veuf de Georgette Lalire avec qui il avait tourné quelques films pour lesquels elle avait adopté le pseudonyme de Georgette Tissier. Il est l'oncle de l'acteur Alain Tissier[1] (1943-2001).

La tombe de Jean Tissier

Il a écrit un très amusant livre de souvenirs intitulé Sans maquillage en 1945.

Malgré son impressionnante filmographie, il fut dans le dénuement à la fin de sa vie. Devenu hémiplégique, et dans un état d'intense dépression, il sera pris en charge par l'association La roue tourne, qui lui trouve une place dans une maison de retraite de Granville à partir de novembre 1972.

À son décès, l'association fait en sorte qu'il ait une sépulture décente : il est inhumé au cimetière de Saint-Ouen aux côtés de l'actrice Mireille Balin, morte également dans le dénuement.

Excellent dans les seconds rôles de personnages de naïf, de gaffeur, de timide, parfois inquiétant, il gagna le surnom de « nonchalant qui passe ». Acteur de cinéma et de théâtre, il se produit également à la radio : en 1955 à la RTF il tient le rôle du mercier-drapier Mog Edwards dans l'adaptation historique de Au bois lacté. L'apparition de Mog à la 8e minute est un des morceaux de bravoure de cette dramatique radiophonique.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Années 1920[modifier | modifier le code]

Années 1930[modifier | modifier le code]

Années 1940[modifier | modifier le code]

Années 1950[modifier | modifier le code]

Années 1960[modifier | modifier le code]

Années 1970[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

Il fut au théâtre un extraordinaire Polonius dans Hamlet monté par Jean Darnel aux arènes gallo-romaines de Saintes en 1959.

Publication[modifier | modifier le code]

  • Sans maquillage : souvenirs et confidences, Paris, Flammarion, 1945.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]