Jacques Garcia

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir García.
Jacques Garcia
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Activité
Autres informations
Distinction
Œuvres principales

Jacques Garcia, né le 25 septembre 1947 à Paris, est un architecte d'intérieur et décorateur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né le 25 septembre 1947, Jacques Garcia a des parents commerçants avant que son père Adolphe Garcia, fils d'émigré espagnol, ne devienne chauffagiste à la gare de l'Est et sa mère, communiste issue d'une lignée de hobereaux du Bourbonnais, comptable[1],[2]. Le jeune Jacques Garcia apprend à chiner avec son père aux marché aux puces de Vanves et de Montreuil. Il découvre vite ses facilités pour le dessin et sa fascination pour les œuvres d'art. À huit ans, il construit et aménage sa première cabane chez ses grands-parents[3].

En 1966, son père l'inscrit comme boursier de Penninghen, prestigieuse école d'arts graphiques parisienne, dont il ressort diplômé[1].

Adulte, il se dirige vers une école[Laquelle ?] d’architecture d’intérieur qu’il complète par une formation aux métiers d'art. Dans le cadre de l’agence de décoration où il débute, il se spécialise dans l’architecture contemporaine, en réalisant notamment les concepts intérieurs de la tour Montparnasse, des hôtels du groupe Méridien ou encore du Royal Monceau à Paris et de l’hôtel La Mamounia à Marrakech. Il a aussi une âme de collectionneur et chine afin de rassembler ce que la Révolution française a dispersé, dans une collection de meubles et d’objets royaux[4].

En 1980, il acquiert l'hôtel de Sagonne, no 28 rue des Tournelles à Paris, qu'il restaure et décore « à la manière de ». La publication des photos de sa restauration dans un magazine de décoration lance sa carrière qui voit affluer les commandes de clients privés[1].

Dès les années 1980, il conduit des projets de décoration pour des clients comme les d’Ornano, Bouygues ou Mauboussin. Dans les années 1990, il rénove de nombreux établissements du groupe hôtelier Lucien Barrière. Son registre créatif diversifié s’étend alors du « minimalisme zen à la surcharge néo gothique, de l’exotisme du retour d’Égypte à la folie Napoléon III »[5].

La rénovation de l'hôtel particulier parisien du sultan de Brunei, place Vendôme, lui permet de s'offrir en 1992 le château du Champ-de-Bataille au Neubourg[1]. Il a pour cela été contraint de vendre l'hôtel de Sagonne ainsi que le château de Menou, situé dans le Nivernais[6].

En 2006, Jacques Garcia redécore entièrement l'hôtel Odéon Saint Germain, une bâtisse du XVIe siècle située à Saint-Germain-des-Prés, (Paris), et membre de la chaîne Exclusive Hotels.

Début 2014, il participe à la mise en place de « period rooms », au musée du Louvre à Paris, qui présente des salles d'époque meublées reconstituées, dont certaines parties sont des créations entièrement originales, présentant les différents styles de l'Ancien Régime au XVIIIe siècle[7], dont la réception critique a pu susciter des réserves[8].

À Paris, il a notamment été chargé de la décoration du Grand Café, de La Grande Armée, de Ladurée, de L'Avenue, de L'Esplanade, du Ruc, du Paris, du Royal Monceau ainsi que de La Mamounia à Marrakech, du NoMad à New York et de l'hôtel Danieli à Venise[6].

Le château du Champ-de-Bataille[modifier | modifier le code]

Devenu l'architecte d'intérieur des restaurants et hôtel Costes, hôtel Majestic ou encore du Fouquet's à Paris, il acquiert le château du Champ-de-Bataille dans l'Eure et entreprend de le restaurer selon son style. Après douze ans de travaux et d'investissements, le château est également devenu un musée. À l'extérieur, le parc est planté de 60 000 buis, 10 000 charmilles, 35 000 ifs, 2 500 tilleuls et d'une centaine de palmiers[9].

Y installant de nombreuses œuvres d'art du Grand Siècle, il entreprend, déclare-t-il, de « rassembler dans une collection de meubles et d’objets royaux ce que la Révolution française a dispersé »[6].

Citation[modifier | modifier le code]

« J'adore le mauvais goût, il peut devenir le bon goût de demain ! »

— Virginie de La Batut, « Jacques Garcia : “J'adore le mauvais goût” », in Côté Maison, 16 juillet 2012.

Publications[modifier | modifier le code]

  • Alain Servat (photogr. Eric Sander), Jacques Garcia : vingt ans de passion, le château du Champ-de-Bataille, Paris, , 396 p.
  • Jacques Garcia et Henry-Jean Servat (photogr. Pierre-Yves Hervy-Vaillant), Le Style à La Traviata, Paris, Albin Michel, , 121 p.
  • Jacques Garcia et Franck Ferrand (photogr. Yvan Moreau), L'Éloge du décor, Paris, Flammarion, , 263 p. (ISBN 2-080-11465-4)
  • Jacques Garcia et Franck Ferrand (photogr. Yvan Moreau), Moderne, Paris, Gallimard, , 279 p. (ISBN 2-070-11749-9)

Distinctions[modifier | modifier le code]

L'hôtel Odéon Saint Germain à Paris, décoré par Jacques Garcia.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Marie-Dominique Lelièvre, « Bien dans le décor », sur liberation.fr,
  2. Éric Jansen, « Jacques Garcia, grandeur nature », sur Les Échos,
  3. biographie sur evene.fr
  4. Jacques Garcia
  5. a et b « Éléments biographiques de Jacques Garcia », Pro Helvetica,‎ , p. 8
  6. a, b et c Jean-René van der Plaetsen, « Jacques Garcia, le soleil du Champ-de-Bataille », Le Figaro Magazine, semaine du 15 novembre 2013, pages 60-68.
  7. Éric Biétry-Rivierre, « Le Louvre remet les arts décoratifs XVIIIe en lumière », Le Figaro, encart « Culture », jeudi 5 juin 2014, page 26.
  8. Didier Rykner, « La réouverture des salles d’objets d’art du Louvre, de Louis XIV à Louis XVI », in La Tribune de l’Art, 8 juin 2014.
  9. Les jardins sur le site de son domaine sur duchampdebataille.com

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Franck Ferrand, Jacques Garcia, ou L'Éloge du décor, Paris, Flammarion, 1999 (ISBN 2080137573) ; 2005 (ISBN 2080114654)
  • Alain Stella (photographies d'Éric Sander), Jacques Garcia : Vingt ans de passion. Le château du Champ-de-Bataille, Flammarion, 2013, 400 p.

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • Jacques Garcia, gentleman décorateur (52 min.), film documentaire réalisé par Francis Blaise

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]