Jean Mitry

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un réalisateur image illustrant français
image illustrant un écrivain image illustrant français
Cet article est une ébauche concernant un réalisateur français et un écrivain français.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les conventions filmographiques. Pour plus d’informations, voyez le projet Cinéma.

Jean Mitry, Jean-René-Pierre Goetgheluck Le Rouge Tillard des Acres de Presfontaines[1] à l'état civil, est un historien, critique et théoricien français du cinéma, né le à Soissons (Aisne) et mort le à La Garenne-Colombes (Hauts-de-Seine).

Parcours[modifier | modifier le code]

Il débute comme photographe sous le pseudonyme de « Jean Letort ». En 1935, il fonde, avec Henri Langlois et Georges Franju, le Cercle du cinéma, qui devient rapidement la Cinémathèque française.

Jean Mitry a enseigné à l'Institut des hautes études cinématographiques (1944-1966), à l'Université de Montréal (1966-1970), puis à Paris I (1970-1975), ainsi qu'à l'École supérieure de journalisme de Paris.

Il est l'auteur de nombreux ouvrages sur le septième art dont douze monographies sur des cinéastes, Esthétique et psychologie du cinéma (1963-1965), une Histoire du cinéma en cinq volumes (1960-1970), une Filmographie universelle, La Sémiologie en question (1987) à propos de Christian Metz

Jean Mitry a réalisé des courts métrages expérimentaux. L'un des plus connus est Pacific 231, réalisé sur une musique d'Arthur Honegger, sorti en 1949, récompensé au festival de Cannes où il a obtenu le prix du meilleur montage. En 1952, il a participé au festival de Cannes pour le montage du court-métrage Le Rideau cramoisi d'Alexandre Astruc.

En 1959, il réalise son unique long métrage, Énigme aux Folies Bergère.

France Culture lui rend hommage en 1989 dans l'émission de Jean-Pierre Pagliano "Profils perdus : Jean Mitry" (26 janvier et 2 février), avec la participation de Pierre Chenal, Jean Dréville, Philippe Esnault, Claude Beylie, Jean Gili, etc.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Réalisateur[modifier | modifier le code]

Courts métrages
Long métrage

Autres[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Monographies[modifier | modifier le code]

Théorie et histoire du cinéma[modifier | modifier le code]

  • Introduction à l'esthétique du cinéma (2 volumes), IDHEC, 1960 (mimeo)
  • Dictionnaire du cinéma, Paris, Éditions Larousse, 1963
  • Filmographie universelle (35 volumes), IDHEC, 1963-1973 ; services des Archives du film du CNC, 1979-1988
  • Histoire du cinéma (en 5 volumes), Paris, Éditions Universitaires, 1967-1980
  • Esthétique et psychologie du cinéma (2 volumes), Paris, Éditions universitaires, 1965 ; réédition (1 volume) Paris, Éditions du Cerf, 2001 (ISBN 978-2-2040-6625-9)
  • Le Cinéma expérimental : Histoire et perspectives, Paris, Éditions Seghers, 1974
  • La Sémiologie en question, Paris, Éditions du Cerf, 1987 (ISBN 978-2-2040-2630-7)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Christian Gilles, Le Cinéma des années trente par ceux qui l'ont fait, tome II : L'avant-Guerre : 1935-1939, L'Harmattan, 2001, p. 111
  2. Georges Beuville sur data.bnf.fr
  3. (en) André Valio-Cavaglione sur l’Internet Movie Database

Liens externes[modifier | modifier le code]