Un oiseau rare

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Un oiseau rare
Réalisation Richard Pottier
Scénario Jacques Prévert
d'après le roman
d'
Erich Kästner
Acteurs principaux
Sociétés de production Oscar Dancigers
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Comédie
Durée 90 minutes
Sortie 1935

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Un oiseau rare est un film français réalisé par Richard Pottier, sorti en 1935, écrit par Jacques Prévert d'après un roman d'Erich Kästner.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Berthier, fils d'une modeste oiseleuse des quais de Seine, participe à un concours de slogans organisé par le consortium de Melleville, millionnaire original. Valentin, le valet de chambre de celui-ci, participe aussi au concours et, par l'intermédiaire de son maître, remet son slogan au jury. Supposant que cette enveloppe émane de Melleville, le jury rétrograde Berthier à la seconde place et déclare Valentin vainqueur. Valentin gagne 15 jours aux sports d'hiver et Berthier 8. Mais Melleville, qui ne peut se passer de son valet, décide de l'accompagner et, pour étudier la nature humaine, d'inverser les rôles. Valentin prend l'identité d'un riche client et Melleville se déguise en « pauvre ». Les choses se compliquent quand Noémie, la gouvernante, prévient l'hôtel du stratagème afin qu'on prépare une chambre somptueuse à son maître. Or c'est Berthier qui est pris pour le millionnaire … S'ensuit une suite de quiproquos entre Melleville, Valentin et Berthier qui se complique de l'arrivée de la fille de Melleville, Renée, de la gouvernante, Noémie, ainsi que de la présence de clients originaux : la baronne Tourtau, jeune mariée nymphomane, et Mascaret, client envahissant et obséquieux. Tout rentrera dans l'ordre et Berthier quittera l'hôtel en amoureux avec Renée.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Autour du film[modifier | modifier le code]

  • Un personnage non crédité au générique (et pour cause) constitue en quelque sorte la clé du film, il s'agit du perroquet « Ravaillac » que Melleville achète chez Madame Berthier, un perroquet bavard mais grossier.[3]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Pierre Méguérian sur l’Internet Movie Database
  2. Henri Poussigue sur data.bnf.fr
  3. Voir Carole Aurouet, Jacques Prévert, Frontières effacées : actes des "Journées internationales Jacques Prévert", les 11, 12 et 13 décembre 2000 à l'Université Paris III/Sorbonne-Nouvelle, Lausanne, L'Âge d'homme, , xvi-215 p. (ISBN 978-2-82511-862-7, lire en ligne), p. 139 et suiv.)

Liens externes[modifier | modifier le code]