Alerte en Méditerranée

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Alerte en Méditerranée
Réalisation Léo Joannon
Scénario Léo Joannon
Acteurs principaux
Sociétés de production Société des Films Vega
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Aventure
Durée 104 minutes
Sortie 1938

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Alerte en Méditerranée est un film français réalisé par Léo Joannon, sorti en 1938.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Le film réalisé en grande partie avec l'aide de la Marine nationale française se déroule dans les années 1930 et met en scène la rencontre de trois officiers de marine, dont l'un le commandant Lestailleur (Pierre Fresnay) commande un contre-torpilleur. Il rencontre au cours d'une escale à Tanger deux officiers du même rang, l'un britannique, le capitaine Falcon (Kim Weacock) et l'autre allemand, le capitaine Von Schlieden (Rolf Wanka). Malgré la cordialité de leur rencontre, une bagarre entre matelots des trois pays les brouille. Cependant Falcon et von Schlieden se retrouvent à l'occasion de manœuvres navales, à bord du bâtiment commandé par Lestailleur.

Pendant que la famille de Lestaileur navigue à bord d'un paquebot, un groupe de trafiquants d'armes provoque un grave accident en laissant s'échapper un nuage de gaz de combat du cargo qu'ils contrôlent. Pour voler au secours du paquebot et recueillir ses passagers avant qu'ils ne soit atteint par le nuage toxique, Lestailleur se voit obligé de foncer avec son vaisseau à travers le nuage de gaz mortel, équipé de moyens de protection sommaires. Il est aidé dans ses manœuvres par Peacok et von Schlieden et réussit à sauver les passagers, mais von Schlieden, qui a été gazé pendant la guerre de 1914-18 succombe à une intoxication mortelle.

Les civils sauvés et les matelots des trois pays rendent à von Schlieden un vibrant hommage au cours de ses funérailles.

Analyse[modifier | modifier le code]

Tourné peu avant le conflit mondial, le film, réalisé par le cinéaste catholique Léo Joannon, insiste sur la fraternité des marins et le courage dont ils font tous preuve dès lors qu'il s'agit de sauver des civils. Contemporain des accords de Munich et de la montée du nazisme, il délivre un message pour le moins paradoxal sur le pacifisme du fait qu'il met essentiellement en scène des militaires. Il a été considéré comme un film emblématique du pacifisme conservateur et comme l'annonce du cinéma de l'Occupation, auquel Joannon prêtera main-forte[1].

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Autour du film[modifier | modifier le code]

Une projection de ce film dans un village africain est représentée dans Coup de torchon de Bertrand Tavernier.

Récompenses et distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Vincent Lowy. Guerre à la guerre ou le pacifisme dans le cinéma français (1936-1940), p.71 et suiv. L'Harmattan, 2006. (ISBN 2-296-00838-0).

Liens externes[modifier | modifier le code]