Jean Kiffer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Kiffer.

Jean Kiffer
Illustration.
Fonctions
Maire d'Amnéville

(46 ans, 4 mois et 21 jours)
Élection
Réélection





Prédécesseur Michel Koch
Successeur Doris Belloni
Député de la 8e circonscription de la Moselle

(8 ans, 9 mois et 29 jours)
Réélection
Législature IXe et Xe
Groupe politique RPR
Député de la Moselle
Législature VIIIe
Groupe politique UDR
Député de la 1re circonscription de la Moselle

(5 ans)
Législature Ve
Groupe politique UDR
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Merten (Moselle)
Date de décès (à 75 ans)
Lieu de décès Amnéville (Moselle)
Nationalité Français
Profession Médecin
Religion Catholicisme
Site web jeankiffer.blogspot.com

Jean Kiffer, né le à Merten (Moselle) et mort le à Amnéville, est un homme politique et médecin français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Médecin de formation, il est maire d'Amnéville (Moselle) de 1965 à sa mort, le [1],[2]. On lui reconnaît la reconversion d'Amnéville après la crise de la sidérurgie lorraine, en transformant des friches industrielles en zones dédiées au tourisme (dont le Galaxie d'Amnéville, un zoo, un aquarium, des cinémas et une piste de ski en salle) et aux loisirs et grâce à une qualification de station thermale acquise en 1987, qui lui avait permis d'ouvrir un casino. Le site touristique génère 2 000 emplois directs[réf. nécessaire]. Il est condamné à plusieurs reprises par la justice et mis en cause par la Cour des comptes pour sa gestion d’Amnéville, commune qu'il avait appelée « principauté virtuelle de Stalheim[3]». Stahlheim est le nom donné par les Allemands lors de la première annexion allemande. « La République, qui ne nous a fait que du mal, la République, nous n’en avons jamais eu besoin. La République, je la mets de côté », avait-il expliqué lors de ses vœux en janvier 2011[4].

Jean Kiffer est député réformateur puis RPR de la Moselle de 1973 à 1978 et de 1986 à 1997 (VIIIe, IXe et Xe législatures françaises)[5]. De 1973 à 2011, il est conseiller général de la Moselle pour le canton de Rombas, passé à gauche en 2011 après son retrait[6]. Il fut également président du CNIP d'Alsace-Lorraine de 1985 à 1997. En juillet 1987, avec deux autres députés RPR, trois députés UDF et trois députés du Front national, dont Jean-Pierre Stirbois, il visite l'Afrique du Sud (encore soumise à l'Apartheid, même si ses dispositions les plus mesquines avaient été récemment supprimées) et déclare, comme les huit autres participants, que le régime mérite d'être soutenu. Il dit en particulier : « Ce pays fait une révolution. Il est en marche vers les réformes : alors qu'on lui fiche la paix[7]. »

Dans un entretien accordé à National hebdo en mai 1988, il déclare qu'il « partage les valeurs du Front national ». Investi par l'UMP pour les élections législatives de 2002, il reçoit et accepte le soutien du FN pour le second tour (« [le soutien du FN] ne nous pose aucun problème. Nous avons dit tout au long de cette campagne que nous n'avons pas d'ennemis à droite et que nous respections les électrices et les électeurs qui votent pour le Front national afin d'exprimer leurs préoccupations en matière, notamment, de sécurité »[8]), ce qui contraint l'UMP à lui retirer son soutien. Il est battu par le socialiste Jean-Marie Aubron[9].

ll décède le 11 août 2011 à l'âge de 75 ans durant l'exercice de ses fonctions.

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • La Dernière Chance, Paris, SPL-Albatros, , 212 p. (notice BnF no FRBNF34708064) — prix Renaissance des lettres 1978[10]. —
  • L'Invité du gouvernement américain, Plappeville, chez l'auteur, , 55 p. (notice BnF no FRBNF34638166).
  • Vous avez dit capitalisme ?, Amnéville, chez l'auteur, , 70 p. (notice BnF no FRBNF34752111).
  • La Vérité sur notre sidérurgie : le plan acier vaincu, Sacilor sauvé, Amnéville, chez l'auteur, , 28 p. (notice BnF no FRBNF34839887).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Courte présentation de J. Kiffer sur tout-amneville.com
  2. « Décès de Jean Kiffer : Amnéville orpheline », sur estrepublicain.fr,
  3. « Groland existe pour de vrai, c'est la « principauté de Stalheim » », Rue89, (consulté le 11 août 2011)
  4. « Décès de Jean Kiffer, maire d’Amnéville (Moselle) », L'Est Républicain, (consulté le 11 août 2011)
  5. Jean Kiffer sur le site de l'Assemblée nationale (Base de données historique des anciens députés)
  6. Notice de Jean Kiffer sur le site du Conseil général de Moselle
  7. « La visite de neuf députés français en Afrique du Sud — Les nouveaux ambassadeurs d'un pays où l'apartheid n'"existe plus" », Le Monde, 12 juillet 1987.
  8. « Kiffer flirte avec le FN », Info du jour.com, (consulté le 11 août 2011)
  9. « Prise de tête. Les liens droite-FN revendiqués Jean Kieffer : quête de pont », L'Humanité, (consulté le 11 août 2011)
  10. « Prix Renaissance (lettres) », sur cerclerenaissance.info.

Liens externes[modifier | modifier le code]