Jacques Mitterrand (général)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Jacques Mitterrand et Mitterrand (homonymie).
Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres membres de la famille, voir Famille Mitterrand.
Jacques Mitterrand
Naissance
Angoulême
Décès (à 91 ans)
Origine France
Allégeance Drapeau de la France France
Arme Armee de l'air.jpg Armée de l'air
Grade Général d'armée aérienne French Air Force-général d'armée aérienne.svg
Années de service 1937-1975
Commandement Forces aériennes stratégiques
Conflits Seconde Guerre mondiale
Guerre d'Algérie
Faits d'armes campagnes de l'Atlantique, de l'Afrique-Occidentale française, d'Italie, de France et d'Allemagne
Distinctions Grand-Croix de la Légion d'honneur
Croix de Guerre 1939-1945
Croix de la Valeur militaire
Médaille de l'Aéronautique
Autres fonctions Président directeur-général de la Société nationale industrielle aérospatiale
Famille Frère de François Mitterrand,et de Robert Mitterrand, oncle de Mazarine Pingeot, de Jean-Christophe Mitterrand, de Gilbert Mitterrand,de Frédéric Mitterrand et de Olivier Mitterrand, grand-oncle de Jérome Lambert, arrière petit-neveu de Léon Faucher

Jacques Marie Édouard Jean Mitterrand, né le à Angoulême et mort le , est un général d'armée aérienne et administrateur de sociétés français[1]. Il est le frère cadet de l'ancien président de la République française François Mitterrand (1916-1996).

Études[modifier | modifier le code]

Élève au collège Saint-Paul à Angoulême, puis au lycée Saint-Louis à Paris, il fait partie de la promotion Marne et Verdun de l'École spéciale militaire de Saint-Cyr entre 1937 et 1939. Il est en outre breveté d'état-major et ancien auditeur du Centre des hautes études militaires.

Carrière dans l'armée de l'air[modifier | modifier le code]

Il fait ensuite partie de l'armée de Vichy et est notamment en poste à Thiès, au Sénégal, en 1941[2].

De 1942 à 1945, il prend successivement part aux campagnes de l'Atlantique en Afrique-Occidentale française, d'Italie, de France et d'Allemagne sur B-26 Marauder, puis d'Algérie en 1958 et 1959 et participe, dès l'origine, à la mise sur pied des forces de dissuasion nucléaires françaises. Membre de la délégation française au groupe permanent de l'OTAN à Washington de 1961 à 1964, il est général commandant adjoint des Forces aériennes stratégiques de 1965 à 1967, sous-chef d'état-major de l'Armée de l'air en 1968, puis sous-chef d'état-major des armées de 1968 à 1970. Élevé au rang de général de division aérienne en 1969, il est commandant des Forces aériennes stratégiques de 1970 à 1972 et membre du Conseil supérieur de l'Air de 1970 à 1975, date à laquelle il est admis en congé définitif du personnel navigant. Il finit sa carrière militaire comme général d'armée aérienne et inspecteur général de l'armée de l'air.

Administrateur de sociétés[modifier | modifier le code]

Conseiller auprès de l'administrateur général du Commissariat à l'énergie atomique, il est président-directeur général de 1975 à 1983 puis président d'honneur d'Aérospatiale, président du conseil de surveillance d'Airbus-Industrie, président de 1981 à 1985, puis président d'honneur du Groupement des industries françaises aérospatiales (GIFAS), président d'honneur de l'Association européenne des constructeurs de matériel aérospatial (AECMA) depuis 1978, administrateur de l'Institut du transport aérien, vice-président de Turboméca en 1983, et enfin président de 1984 à 1993, puis président d'honneur de l'Office général de l'air.

Mort le 21 octobre 2009, il est inhumé le 26 octobre, au cimetière de Jarnac, dans le caveau familial, aux côtés de son frère.

Famille[modifier | modifier le code]

Il est marié à Gisèle Baume, une des héritières de l'entreprise horlogère Baume & Mercier[3], et est père de deux filles, Véronique Vannier-Moreau et l'artiste peintre Edwige Delahaye Mitterrand[4].

Il est le frère cadet du président de la République François Mitterrand (1916-1996) et du dirigeant de société Robert Mitterrand (1915-2002), l'oncle de l'écrivain et journaliste Frédéric Mitterrand, du galeriste Jean-Gabriel Mitterrand, d'Olivier Mitterrand, dirigeant de société, fils de Robert, du consultant international Jean-Christophe Mitterrand, de l'homme politique Gilbert Mitterrand, de l'écrivaine Mazarine Pingeot, fils et fille de François, et le grand-oncle du député de la Charente Jérôme Lambert.

Il est un descendant du poète Nicolas Bernard de Javerzac (1607-après 1661) et également l'arrière-petit-neveu de Léon Faucher (1803-1854), ministre de l'intérieur du prince-président Louis-Napoléon Bonaparte.

Il est considéré comme « l'homme de droite » et le gardien des traditions familiales[5].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Françaises
Distinctions étrangères[6]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Le général Jacques Mitterrand est mort », Le mamouth, 22 octobre 2009
  2. cyberfreud.free.fr « La garnison de Thiès est à cette époque un point de défense important, destiné à prévenir toute attaque britannique susceptible de provenir de la Gambie, distante d'environ 200 kilomètres. En effet, la colonie a vécu, en septembre 1940, le drame de la tentative de débarquement des Anglais et des Français libres, repoussée par les armes et ayant occasionné des victimes de part et d'autre. Elle comprend, outre le RMICMOF, le 12e groupe autonome de chasseurs d'Afrique du chef d'escadrons de Langlade, la 1re compagnie portée de Mauritanie et la base aérienne, qui compte dans ses rangs le lieutenant Jacques Mitterrand »
  3. Jean-Dominique Merchet, « La disparition du général Jacques Mitterrand », Libération, 26 octobre 2009.
  4. [Who'swho]
  5. Jacques de Saint Victor, Petits-bourgeois deviendront grands, Le Figaro, le 30 avril 2009 ; voir aussi «Les Mitterrand» (de Robert Schneider, chez Perrin, 395 p.)
  6. Les décorations de Jacques Mitterrand aux enchères l.78-93, [1], le 7 novembre 2017

Bibliographie[modifier | modifier le code]