Jean-Christophe Mitterrand

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres membres de la famille, voir Famille Mitterrand.

Jean-Christophe Mitterrand, né le à Boulogne-Billancourt, est un journaliste, consultant international et homme d'affaires français. Il est impliqué dans les réseaux de la Françafrique[1].

Famille et origines[modifier | modifier le code]

Fils aîné de François Mitterrand et Danielle Gouze, il a deux frères : Pascal, décédé en bas âge et Gilbert Mitterrand, né en 1949. Il a aussi une demi-sœur, Mazarine Pingeot, née en 1974. Il épousa le 12 avril 1975 Elisabeth dite Minouche Dupuy, fille de la députée Lydie Dupuy, dont il divorça, et eut un fils, Adrien, né en 1983, réalisateur[2]. Il se remarie en 2005 avec Francesca Brenda, artiste peintre d'origine franco-colombienne.

Carrière[modifier | modifier le code]

En 1970, Jean-Christophe Mitterrand passe six mois au kibboutz Kfar Hanassi, dans le nord d'Israël où il travaille à la cueillette des pamplemousses[3].

De 1973 à 1982, Jean-Christophe Mitterrand est journaliste pour l'Agence France Presse (AFP) en Afrique de l'Ouest.

De 1983 à 1986, Jean-Christophe Mitterrand est adjoint de Guy Penne, conseiller pour les Affaires africaines à l'Élysée. Il prend part aux réseaux de Charles Pasqua, impliqués dans la Françafrique[1], soupçonnés de corruption.

De 1986 à 1992, Jean-Christophe Mitterrand succède à Penne comme conseiller pour les Affaires africaines au cabinet présidentiel de son père. Il est affublé en Afrique du surnom de Papamadi (papa m'a dit), en raison de sa manière de gérer ses relations avec les autorités africaines[réf. nécessaire].

Jean-Christophe Mitterrand est ensuite employé de la Compagnie générale des eaux (devenue Vivendi) de 1992 à , puis licencié quelques mois après le départ de son père de l'Élysée[4].

Jean-Christophe Mitterrand s'est mis depuis à son compte en qualité de consultant international et homme d'affaires.

Mises en examen et condamnations[modifier | modifier le code]

En 1993 et 1994, Jean-Christophe Mitterrand est mis en examen par la justice française dans le cadre de l'affaire des ventes d'armes à l'Angola. Il est suspecté d'avoir mis ses relations politiques au service de Pierre Falcone pour vendre des armes russes au gouvernement angolais du président José Eduardo dos Santos. Il sera relaxé de cette accusation par la cour en .

Le , Jean-Christophe Mitterrand est écroué à la prison de la Santé par le juge Philippe Courroye pour complicité de trafic d'armes, trafic d'influence par une personne investie d'une mission de service public, recel d'abus de biens sociaux, recel d'abus de confiance et trafic d'influence aggravé. Il est suspecté d'avoir reçu illégalement d'importantes sommes d'argent pour faciliter la vente d'armes en 1993 et 1994 au gouvernement angolais. Il reconnaît avoir perçu une rémunération de 1,8 million de dollars (13 millions de francs) de la Brenco sur un compte en Suisse, mais nie toute participation à un trafic d'armes.

Le , Jean-Christophe Mitterrand est libéré contre le versement d'une caution de 770 000 euros (5 millions de francs), que sa mère Danielle Mitterrand s'est chargée de réunir « auprès de la famille et auprès d'amis » en qualifiant la somme de « rançon déshonorante ».

La procédure ayant été annulée par manque de plainte du ministre de la Défense, seul habilité à saisir la justice, Jean-Christophe Mitterrand est remis en examen le 4, pour complicité de trafic d'armes par les juges Philippe Courroye et Isabelle Prévost-Desprez à la suite de la plainte effective déposée en janvier par le ministre de la Défense socialiste Alain Richard.

Le , Jean-Christophe Mitterrand est de nouveau mis en examen pour recel d'abus de biens sociaux par le juge Courroye. Il est accusé d'avoir bénéficié d'un virement de 300 000 dollars effectué par la Brenco, correspondant, selon son avocat, à des « prestations de conseil à M. Falcone ». La veille, il avait déposé une plainte pour faux en écriture publique contre le juge Courroye, concernant une ordonnance rédigée en par le magistrat.

En 2004, selon une expertise financière remise en mai au juge Philippe Courroye chargé de l'affaire, 2,2 millions d'euros (14,3 millions de francs) ont été virés par Pierre Falcone sur un compte suisse appartenant à Jean-Christophe Mitterrand qui en a retiré 1,7 million d'euros (11,5 millions de francs) en espèces pour les transférer sur celui de sa société de pêcherie d'Iwik Investissement en Mauritanie. Jean-Christophe Mitterrand a déclaré avoir été consultant auprès de Pierre Falcone, mais, concluent les auteurs du rapport, n'a pu expliquer la nature exacte des missions qui lui étaient confiées et qui pourraient justifier des rémunérations d'une telle importance.

D'autre part, le , la 9e chambre de la cour d'appel de Paris a confirmé le jugement de la 11e chambre du tribunal correctionnel de Paris et le , la Cour de cassation a rejeté son pourvoi confirmant sa condamnation pour fraude fiscale à 30 mois de prison avec sursis et 600 000 € d'amende pour fraude fiscale.

Jean-Christophe Mitterrand fait partie des 42 prévenus du procès dit de l'Angolagate, ouvert au tribunal correctionnel de Paris le . Le , il est condamné à deux ans de prison avec sursis et 375 000 euros d'amende pour recel d'abus de biens sociaux dans le cadre du procès de l'Angolagate[5].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Christophe Mitterrand, Mémoire meurtrie, Paris, Éditions Plon, , 216 p. (ISBN 978-2259194983)
  • Jean-Christophe Mitterrand, Jean-Christophe Mitterrand, le fils d'à côté, Sainte-Marguerite sur Mer, France, Éditions des Équateurs, 2010

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b François-Xavier Verschave, De la Françafrique à la Mafiafrique, Tribord, 2004, p. 26
  2. CV
  3. « Danielle Mitterrand est venue dans mon kibboutz, Paris Match 12 janvier 2012 »
  4. Pascale Robert-Diard, Mieux qu'un polar : l'Angolagate, Le Monde, 19 janvier 2011
  5. Pasqua condamné à un an de prison ferme, L'Express, 27 octobre 2009