Latche

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Latche
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Géographie
Pays
Coordonnées
Localisation sur la carte des Landes
voir sur la carte des Landes
Red pog.svg

Latche est un lieu-dit situé sur la commune de Soustons, dans le département des Landes. Il est connu pour avoir été l'un des lieux de vacances de l'ancien président de la République française, François Mitterrand, qui y possédait une maison.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le mot vient du latin lacus : le lac. En gascon, tel qu'on le parle en Marensin, mais aussi en Chalosse, Armagnac ou Bigorre, il signifie la mare.

Littré évoque comme ayant la même origine étymologique le loch écossais (le lac) et le Lache germanique, qui signifie aussi mare. Des auteurs ont voulu le rapprocher du basque Latxa, le ruisselet, qui se prononce Latcha. Latche serait alors un reste de vieille langue pyrénaïque, parlée entre l'Ebre et la rive gauche de la Garonne, avant l'arrivée du latin[1].

La propriété de François Mitterrand[modifier | modifier le code]

François Mitterrand découvre la région en passant des vacances dans la station balnéaire d'Hossegor[2]. Lors d'une promenade, il découvre Latche. Il rachète en 1965 au baron d'Etchegoyen une ancienne maison de gemmeurs du XVIIIe siècle, une bergerie attenante et les 1 000 m2 de terrain[2]. Il achète par la suite des terrains attenants jusqu'à posséder 45 hectares, principalement constitués de bois et de bruyères. Il transforme la bergerie en son bureau et fait construire deux chalets supplémentaires[2].

Une fois devenu président de la République, il continue de venir en villégiature à Latche, y recevant des amis politiques proches mais aussi des chefs d'États comme Mikhaïl Gorbatchev, Helmut Kohl ou Shimon Peres. Il intervient même depuis Latche au journal télévisé de 13 heures, le 2 janvier 1983[2].

François Mitterrand possédait également une autre maison de vacances à Gordes, dans le massif du Luberon, mais qui restera inconnue jusqu'à sa mort[2] et où il retrouvait Anne Pingeot et sa fille Mazarine.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. L'Almanach du Landais 2002, éditions CPE, p. 115.
  2. a b c d et e Chloé Durand-Parenti, « Latche, la bergerie landaise de François Mitterrand », Le Point,‎ (lire en ligne).