Michel Fontaine (homme politique)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Michel Fontaine
Illustration.
Michel Fontaine en 2016.
Fonctions
Maire de Saint-Pierre
En fonction depuis le
(19 ans, 11 mois et 7 jours)
Élection
Réélection

Prédécesseur Élie Hoarau
Présidente de la communauté intercommunale des Villes solidaires
En fonction depuis le
(19 ans, 10 mois et 22 jours)
Élection
Réélection

Prédécesseur Élie Hoarau
Sénateur français

(6 ans)
Élection 25 septembre 2011
Circonscription La Réunion
Groupe politique UMP puis LR
Conseiller général de La Réunion

(3 mois et 22 jours)
Élection 25 novembre 2007
Circonscription Canton de Saint-Pierre-3
Prédécesseur Willy Caderby
Successeur Béatrice Sigismeau
Biographie
Date de naissance (68 ans)
Lieu de naissance Romans-sur-Isère (France)
Nationalité Français
Parti politique RPR, UMP puis LR
Diplômé de Faculté de médecine de Marseille
Profession Médecin

Michel Fontaine, né le à Romans-sur-Isère (Drôme), est un homme politique français.

Il est sénateur de La Réunion de 2011 à 2017 et maire de Saint-Pierre depuis 2001.

Situation personnelle[modifier | modifier le code]

Enfance[modifier | modifier le code]

Michel Fontaine naît le à Romans-sur-Isère (Drôme). Il n'y passe que les premiers mois de sa vie, puisque son père, originaire de La Réunion et qui était en métropole pour y faire ses études de pharmacie, regagne son île natale dès 1953 afin d'y ouvrir une des premières pharmacies du sud de l’île.

Études et carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

Michel Fontaine obtient son baccalauréat à 16 ans, au lycée Roland-Garros au Tampon, et quitte son île afin de poursuivre ses études de médecine à la faculté de Grenoble jusqu'au doctorat. Il se spécialise en radiologie à la faculté de médecine de Marseille et obtient par la suite un diplôme universitaire d'échographie, de maladies du sein et d'imagerie médico-légale, ainsi qu'un diplôme national d'électro-radiographie.

De retour à La Réunion en 1983, il exerce sa profession de radiologue au sein de la clinique Durieux de Saint-Pierre, puis reprend en association un cabinet de radiologie au sein duquel il exerce encore aujourd'hui.

Condamnation pénale[modifier | modifier le code]

Michel Fontaine est condamné le par la cour d'appel de La Réunion à quatre mois de prison avec sursis et 10 000 euros d'amende pour détournements de biens et favoritisme dans la passation de marchés publics pour des équipements informatiques de la communauté intercommunale des Villes solidaires (CIVIS)[1]. La cour n'assortit pas sa décision d'une peine d'inéligibilité[2], alors qu'elle avait été requise par l'avocat général lors des débats. En première instance, Michel Fontaine avait été condamné à quatre mois de prison avec sursis et 30 000 euros d'amende[3].

Parcours politique[modifier | modifier le code]

Engagement et affiliation[modifier | modifier le code]

Témoin de l'engagement politique de son père, en particulier à Saint-Pierre, Michel Fontaine s'engage dès ses 17 ans au sein de l'Union des jeunes pour le progrès (UJP) puis du Rassemblement pour la République (RPR). Il est désigné en 1995 comme chargé de mission par les instances nationales afin de remettre la fédération locale en ordre de marche. En 2009, il devient président du comité départemental de l'Union pour un mouvement populaire (UMP), devenue Les Républicains (LR) en 2015[4].

Il parraine Laurent Wauquiez pour le congrès des Républicains de 2017, lequel est élu président du parti[5].

Mandats locaux[modifier | modifier le code]

Il figure en troisième position sur la liste d'André-Maurice Pihouée à Saint-Pierre pour les élections municipales de 1989, scrutin remporté par Élie Hoarau (PCR).

En 1993, il est élu au conseil régional de La Réunion sur la liste conduite par Margie Sudre, dont il devient un des vice-présidents.

La liste qu'il conduit à Saint-Pierre lors des élections municipales de 2001 l'emporte dès le premier tour avec 50,6 % des suffrages exprimés, face à Élie Hoarau. Michel Fontaine met ainsi un terme à dix-huit ans de mandat du maire sortant. Il est élu dans la foulée président de la communauté intercommunale des Villes solidaires (CIVIS).

Candidat aux élections législatives de 2007 dans la 4e circonscription de La Réunion, avec Bruno Mamindy-Pajany en qualité de suppléant, il est battu au second tour par Patrick Lebreton avec 41,8 % des suffrages[6]. Il remporte l'élection cantonale partielle du , faisant suite à la démission de Willy Caderby, dans le canton de Saint-Pierre-3, sur un siège renouvelable en mars de l'année suivante[7].

En 2008, il se représente aux élections municipales, toujours face à Élie Hoarau, et remporte le scrutin au premier tour avec 53,5 % des suffrages exprimés. Il est reconduit à la tête de la CIVIS le en ralliant les voix des élus de gauche de l'intercommunalité[8].

Face à neuf candidats, il l'emporte de nouveau au premier tour des élections municipales de 2014, avec 57,8 % des suffrages[9],[10]. L'élection des conseillers communautaires ayant lieu pour la première fois au suffrage universel direct, sa liste obtient 27 sièges au conseil communautaire de la CIVIS, dont il est réélu président le [11].

Élu conseiller régional de La Réunion le sur la liste conduite par Didier Robert, il démissionne de ce mandat en [12].

Le , au premier tour des élections municipales à Saint-Pierre, sa liste l'emporte avec 57 % des suffrages exprimés face à huit autres listes[13]. En raison de la pandémie de Covid-19, l'installation du conseil municipal, initialement prévue la semaine suivant l'élection, est reportée. Il est réélu maire le [14]. Peu après, il est réélu à la tête de la communauté intercommunale des Villes solidaires[15],[16].

Sénateur de La Réunion[modifier | modifier le code]

Préféré à Jean-Paul Virapoullé pour être tête de liste de l'UMP aux élections sénatoriales de 2011 à La Réunion[17], il conduit une liste comprenant Jacqueline Farreyrol, Didier Robert, Valérie Aubert, Daniel Gonthier et Sandra Sinimalé[18]. Le , sa liste remporte 36,5 % des suffrages et obtient deux sièges de sénateurs[19].

Au Sénat, il est de 2011 à 2014 membre de la commission des Affaires sociales, où il suit notamment les questions de santé, ainsi que vice-président de la délégation sénatoriale à l'Outre-mer. Après le renouvellement de 2014, Michel Fontaine est membre de la commission de l'Aménagement du territoire et du Développement durable[20].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Le , Michel Fontaine est fait chevalier de la Légion d’honneur sur proposition de François Baroin, alors ministre de l’Outre-mer, au titre de trente ans de services militaires, d'activités professionnelles, associatives et de fonctions électives[21].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Un sénateur condamné pour favoritisme », sur lefigaro.fr, Le Figaro, (ISSN 0182-5852, consulté le 27 mai 2020).
  2. « Michel Fontaine condamné mais éligible », sur linfo.re, (consulté le 27 mai 2020).
  3. « Civis : 4 mois avec sursis et 30.000 euros d'amende pour Michel Fontaine », sur zinfos974.com, (consulté le 27 mai 2020).
  4. « 11.Présidence de l’UMP : Michel Fontaine dans un fauteuil », sur clicanoo.re, (consulté le 27 mai 2020).
  5. Ludovic Vigogne, « La liste des 136 parrains de Laurent Wauquiez », sur lopinion.fr, (consulté le 11 octobre 2017).
  6. « Législatives 2007 : Les résultats par circonscription », sur Imaz Press Réunion, (consulté le 27 mai 2020).
  7. « Saint-Pierre: le maire Michel Fontaine (UMP) élu », sur leparisien.fr, Le Parisien, (consulté le 27 mai 2020).
  8. « Michel Fontaine reprend la Civis avec les voix de la gauche », sur clicanoo.re, (consulté le 27 mai 2020).
  9. « Dimanche 23 mars 2014 - Premier tour des municipales : Saint-Pierre : Michel Fontaine réélu au premier tour », sur ipreunion.com, (consulté le 27 mai 2020).
  10. « La passe de trois pour Michel Fontaine », sur linfo.re, (consulté le 27 mai 2020).
  11. « Intercommunalité : Michel Fontaine réélu à la tête de la CIVIS », sur Imaz Press Réunion, (consulté le 27 mai 2020).
  12. « Michel Fontaine va quitter la Région », sur clicanoo.re, (consulté le 27 mai 2020).
  13. « Résultats municipales 2020 à Saint-Pierre », sur lemonde.fr (ISSN 1950-6244, consulté le 27 mai 2020).
  14. « Municipales : Olivier Rivière, Bachil Valy et Michel Fontaine, premiers maires investis à La Réunion », sur la1ere.francetvinfo.fr, (consulté le 27 mai 2020).
  15. « CIVIS : Michel Fontaine réélu président de la communauté d’agglomération », sur la1ere.francetvinfo.fr, (consulté le 17 juillet 2020).
  16. « CIVIS : le conseil communautaire a été installé », sur ipreunion.com, (consulté le 17 juillet 2020).
  17. « Sénatoriales : L'Elysée a tranché, ce sera Michel Fontaine. Virapoullé out », sur 7mag.re, (consulté le 27 mai 2020).
  18. « Sénatoriales: Michel Fontaine dévoile sa liste », sur clicanoo.re, (consulté le 27 mai 2020).
  19. Pierre Frédéric Dupuy, « Sénatoriales : Fontaine, Farreyrol, Vergès et Vergoz », sur zinfos974.com, (consulté le 27 mai 2020).
  20. « Fiche de Michel Fontaine », sur senat.fr (consulté le 27 mai 2020).
  21. Décret du 14 avril 2006 portant promotion et nomination.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • Ressource relative à la vie publiqueVoir et modifier les données sur Wikidata :