Hélène Dumas

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Hélène Dumas
Image dans Infobox.
Fonctions
Chargée de recherche – CNRS
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (40 ans)
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
A travaillé pour
Membre de
Directeur de thèse
Distinctions
Prix Raymond Aron (2013)
Prix Pierre Lafue (2021)
Prix lycéen du livre d’histoire des Rendez-vous de Blois (2021)

Hélène Dumas, née le [1], docteur de l’École des hautes études en sciences sociales, est une historienne française spécialiste du génocide des Tutsi au Rwanda, chargée de recherche au CNRS à l'Institut d'histoire du temps présent et membre associée du Centre d'études sociologiques et politiques Raymond Aron[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Formation et travaux[modifier | modifier le code]

Un procès gacaca en .
Le terme signifie « gazon » en kinyarwanda en référence aux assemblées dans lesquelles les sages réglaient les conflits dans des localités en s’asseyant par terre. Il s’agit de juridictions populaires réactivées après le génocide afin de juger les auteurs de rang inférieur en parallèle du travail mené par Tribunal pénal international pour le Rwanda[3].

Hélène Dumas est diplômée de l'IEP d'Aix-en-Provence en [2]. En , elle convainc son directeur de thèse à l'EHESS, Stéphane Audoin-Rouzeau, de l'accompagner au Rwanda lors des commémorations, expérience que ce dernier décrit comme une « rupture irréversible » dans un ouvrage paru en [4],[5],[6].

Elle soutient en sa thèse en histoire intitulée Juger le génocide sur les collines : une étude des procès gacaca au Rwanda (2006-2012)[7] et obtient le prix Raymond Aron récompensant chaque année un chercheur en sciences humaines et sociales[8].

Ses recherches, inscrites dans le courant de la microhistoire, empruntent à l'anthropologie[9],[10],[11],[12]. Seule historienne française, spécialiste du génocide des Tutsi, à maîtriser le kinyarwanda[n 1],[14],[15], langue qu'elle a appris afin de mener à bien son travail au Rwanda, elle fait partie d'une nouvelle génération de chercheurs, influencée par le travail de Jean-Pierre Chrétien[16], qui privilégie le terrain et est « dégagée des contingences de l’événement » ainsi que des controverses politiques[17],[18],[19].

Proximité et intimité : caractéristiques du génocide des Tutsi[modifier | modifier le code]

En , elle publie Le génocide au village dans lequel elle s'appuie sur diverses sources : d'une part orales, témoignages qu'elle a elle-même recueillis à Shyorongi (en), une commune située au nord de Kigali où deux tiers des 5 000 Tutsi sont exterminés[20] ou lors de procès gacaca incluant tueurs et rescapés[10] ; d'autre part écrites, archives du TPIR, de la MINUAR et de ministères belge ou rwandais[21]. De manière générale, les témoignages font apparaître une rupture radicale lors du génocide qui est parfaitement conscientisée et opposée à un passé souvent idéalisé[9],[22]. Ladite rupture se manifeste notamment dans l'évocation des massacres précédents depuis la révolution de 1959 au cours desquels les Tutsi ont pu trouver refuge chez leurs voisins Hutu[20].

Les églises, lieux de massacres de masse et intra-religieux durant le génocide.
A Ntarama, plus de 5 000 Tutsi sont exterminés le . Le lieu, transformé en mémorial (en), demeure en l'état : seuls les corps ont été enlevés[23].

L'historienne explique que l'efficacité de la mise en œuvre du génocide au Rwanda est due à la proximité qui existait entre auteurs et victimes[24] : en habitant le même lieu, en connaissant « les spécificités et les habitudes de chacun », les exécutants se sont servis de la géographie et de la topographie[25]. Partant, s'il y a bien eu des meneurs, l'« autonomie meurtrière des voisins » a joué un grand rôle dans l'exécution des tueries[19] de même que « [s]i la guerre a rendu possible le génocide à partir de 1990, elle ne l’a pas rendu inévitable »[26]. L'intimité entre protagonistes constitue également une clef de lecture : en effet, les liens affectifs (familiaux, amicaux) ont été « retournés » par une violation de toutes les normes morales. Ce faisant, Hélène Dumas refuse de résumer la “banalité” des bourreaux[n 2] à leur statut socio-économique[27]. Le présupposé de l'autrice selon lequel les relations de proximité, en particulier dans le cadre familial, seraient toujours empruntes d'un caractère protecteur est néanmoins questionnable ce qu'elle reconnaît elle-même en soulevant l'éventualité, dans certains cas, de la continuité de conflits privés ou d'animosité entre communautés[28]. En toute hypothèse, le retournement des liens s'est accompagné d'une irruption de la violence dans des lieux qui avaient, lors des pogroms des années et , constitué des refuges, à savoir les églises devenues en des lieux de massacres de grande ampleur et intra-religieux[n 3],[21] démontrant derechef la transgression de barrières sociales[32]. En plus des ordres donnés par le pouvoir et de la mise en place d'une rhétorique fallacieuse de la « guerre défensive » dans les médias du régime Hutu[n 4], une mécanique individuelle s'est, en d'autres termes, enclenchée dans le cadre d'une « mission à mener »[25],[35]. Hélène Dumas pointe en définitive l'articulation entre, d'une part des logiques verticales (gouvernement) et, d'autre part, des logiques horizontales (liens entre individus de toute nature) qui ont permis un déferlement de violence dans le cadre de la commission d'un crime de masse sur une durée de trois mois[21],[36]. La proximité pourrait enfin expliquer les raisons du degré paroxystique de cruauté déployée dans les actes en eux-mêmes[37].

René Lemarchand salue l'enquête minutieuse d'une dizaine d'années tout en s'interrogeant sur la généralisation à partir d'une étude fondée sur une localité et en soulevant la question du regard, insuffisamment critique selon lui, sur le mécanisme des gacaca[12].

Auteurs et victimes du génocide des Tutsi[modifier | modifier le code]

Processus d'« animalisation »[modifier | modifier le code]

La déshumanisation passe par l'« animalisation » des victimes[38] : par exemple, le langage est mobilisé afin de transformer des voisins Tutsi en « cafards »[n 5],[35],[25]. Une fois l'idée imprégnée dans l'imaginaire collectif, la traque peut commencer ; Laurent Testot explique dans sa note de lecture : « On n'assassine pas des animaux, on les abat. Pour déshumaniser jusqu'au bout, on s'acharne sur les cadavres jusqu'à ce qu'ils n'aient plus forme humaine »[40]. Ce processus se révèle d'autant plus crucial qu'une mise à distance est indispensable dans le cas de proches exterminant les leurs[41].

Extermination du groupe via l'éradication des liens de filiation : le corps des femmes ciblé[modifier | modifier le code]
Corps exhumés et momifiés exposés au Mémorial de l’ETO de Murambi.
Mi-avril, hommes, femmes et enfants Tutsi sont massacrés (entre 27 000 et 50 000 victimes selon les estimations par rapport aux charniers[42],[43]). Le lieu est également le siège de l'Opération Turquoise entre juin et août[44].

Le travail d'Hélène Dumas met en lumière la distinction capitale entre un génocide et une guerre, la première catégorie nécessitant d'exterminer l'ensemble d'un groupe, c'est-à-dire hommes, femmes, enfants comme ce fut le cas au Rwanda en contre les membres de la communauté Tutsi. Elle s'appuie, pour ce faire, sur l'analyse des charniers qui contiennent précisément nombre d'enfants et de femmes, victimes qui, de surcroît, ont été mutilées notamment au niveau des organes sexuels[45]. Afin d'annihiler toute possibilité d'avenir du groupe, la politique génocidaire cherche à rompre définitivement la filiation : premièrement, les meurtres d'enfant sont légion[46] ; deuxièmement, le viol des femmes Tutsi est mis en œuvre de façon systématique dans une logique d'humiliation des femmes mais aussi de leur communauté[47] et il devient une arme pour inoculer le VIH[48],[n 6]. Si l'éventration des femmes Tutsi enceintes constitue une pratique courante pendant les trois mois du génocide, beaucoup de femmes Hutu mariées à des hommes Tutsi sont pareillement prises pour cible, avec une finalité identique : à travers une « racialisation » du foetus[n 7], il s'agit d' « extirper de [leur] matrice » le lien de sang avec les Tutsi que les femmes Hutu portent en elles[52]. Helène Dumas résume de cette manière : le corps des femmes symbolise le groupe visé que l'on veut à mettre à mort[53].

Jean-Pierre Chrétien souligne ainsi dans sa recension du premier ouvrage d'Hélène Dumas : « Ce génocide n’est pas une « guerre tribale » comme on l’a lu cent fois, mais il représente une véritable déchirure concertée du tissu social rwandais »[22].

Expériences enfantines[modifier | modifier le code]

Hélène Dumas s'intéresse aux expériences enfantines lors du génocide, qu'elles aient trait aux victimes ou aux tueurs.

En , les barrières de l'âge sont anéanties. Les enfants participent directement aux actes périphériques (dénonciation, traque, pillage) ; les adolescents sont parfois encouragés à violer ; enfin, les exécutions ne leur sont pas cachées : au contraire, ils sont invités sur les scènes afin qu'il gardent l'image du « dernier Tutsi », Hélène Dumas soutenant qu'il y a donc « presque une dimension pédagogique dans le crime »[54]. Elle note, en outre, l'impact sur le long terme, c'est-à-dire post-génocide, s'agissant de la sphère familiale : en ce sens, du côté cette fois des enfants rescapés, elle observe que des groupes d'orphelins se forment pour tenter de recréer une telle structure, les plus âgés jouant le rôle de chef de famille[55].

A la fin du génocide, environ 300 000 Tutsi ont survécu : 40% sont des orphelins selon une étude du CICR[56].
Enfants rescapés – Mémorial du génocide à Kigali.

Elle publie en Sans ciel, ni terre[n 8], ouvrage récompensé par le Prix Pierre Lafue (45e édition)[58] et le Prix lycéen du livre d’histoire des Rendez-vous de Blois (2e édition)[59]. Le livre se compose d'une centaine de témoignages[60] d'enfants orphelins du fait du génocide des Tutsi, qui avaient entre huit et douze ans en [61], en majorité des filles, écrits retrouvés en dans les archives de Commission nationale de lutte contre le génocide (en) et qui avaient été rédigés sur des cahiers d'écoliers à la demande de l’Association des veuves du génocide Agahozo dix ans auparavant[62],[63]. Les témoignages sont traduits, rassemblés et organisés par l'historienne de façon chronologique en trois séquences : avant, pendant et après le génocide[64]. Selon Le Monde, la violence y est « décrite de façon crue, palpable, insoutenable »[14]. Si la parole des enfants n'est donc pas filtrée, ce choix est dicté par une fonction mémorielle[62],[65]. En attendant Nadeau et Libération rapportent que les analyses d'Hélène Dumas, en parallèle des récits, illustrent la façon dont l'enfance a été « figée » et que devenues adultes, les victimes conservent le sentiment d'« une vie sans valeur et dénuée de tout sens » [66],[67]. L'hypermnésie de la mémoire traumatique de ces rescapés met ainsi en exergue l'impossibilité de se détacher du passé et une enfance marquée par le génocide[68]. De plus, il apparaît que la fin du génocide a engendré pour beaucoup d'orphelins des mécanismes d'exclusion (par exemple de leur village), une précarité et des stratégies pour y échapper ainsi que de l’esclavage domestique[69],[14].

Pour Manon Pignot, le travail de sa consoeur relate une expérience commune en ce que les écrits se font écho sans que les scripteurs n'aient eu de proximité géographique au moment des faits et il démontre la place spécifique réservée aux enfants dans un génocide en tant que cibles privilégiées. Il s'inscrit aussi dans une dimension plus large qui permet d'interroger la société rwandaise, dans son ensemble, au regard de cet événement collectif dont les particularités sont notamment une « temporalité spécifique » et, dans le même temps, un « caractère très ordinaire » rappelé par la structure en trois temps : avant, un racisme violent envers les Tutsi ; pendant, une extrême brutalité mise en œuvre par les voisins ; après, la violence du déni et une menace, de par ces mêmes proches, qui subsiste[70].

Négationnisme et révisionnisme du génocide des Tutsi[modifier | modifier le code]

Hélène Dumas travaille sur la question du négationnisme du génocide des Tutsi[71],[72]. Elle identifie différents acteurs : journalistes d'investigation parfois autoproclamés, historiens controversés, experts cités par les équipes de Défense du Tribunal pénal international pour le Rwanda, militaires et politiques français, anciens dignitaires rwandais en exil ou condamnés par la justice pénale internationale[73]. La chercheuse considère que si ces individus ont des intérêts divergents quant aux motifs présidant à leur discours, ils tendent cependant tous vers la « révision » historique en niant la spécificité du crime commis contre les Tutsi et en procédant à une « surenchère macabre – où tout le monde est à la fois bourreau et victime »[74],[75]. Revenant sur les mécaniques du complot[76], elle critique vivement entre autres les écrits de Pierre Péan et Charles Onana. Elle relève que ce dernier reprend à son compte l'image raciste de la femme tutsi tour à tour espionne, prostituée, empoisonneuse employée afin de servir la « cause » de sa communauté à l'international[77].

En , elle signe une lettre ouverte au côté d'une soixante de chercheurs, journalistes et historiens adressée aux rectorats d'universités belges[78] pour dénoncer l'invitation de la journaliste Judi Rever, à l'initiative de l'un de ses proches, autrice d'un livre reprenant la théorie du « double génocide » et expressément qualifiée de négationniste par les auteurs du courrier. Ceux-ci indiquent, d'une part, que la promotion de ces idées vise à banaliser le génocide de en développant sur la prétendue existence d'un autre génocide qui aurait été commis en parallèle alors même que ceci n'a jamais été établi par les travaux sur le sujet. Ils fustigent, d'autre part, l'absence de « débat contradictoire digne de ce nom » puisqu'aucun intervenant n'est spécialiste de l'histoire du pays ou du génocide des Tutsi[79].

Enseignement et recherches collectives[modifier | modifier le code]

Elle dirige à Sciences Po Paris le séminaire Rwanda 1994 : Histoire du génocide[80].

Depuis , elle participe au programme de recherche Attentats du  : des vies plus jamais ordinaires mené à l’Institut d'histoire du temps avec Christian Delage et Élisabeth Claverie[81],[82].

Entre et , elle est membre de la Mission ministérielle d’étude en France sur la recherche et l’enseignement des génocides et des crimes de masse[83]. Le rapport invite à mieux prendre en compte les approches comparatives entre événements de l'Histoire et celles qui croisent les domaines (histoire, anthropologie, psychologie, droit)[84].

Rôle de la France dans le génocide des Tutsi[modifier | modifier le code]

Parachutistes français à l'aéroport de Kigali le .

S'agissant du rôle de la France, Hélène Dumas préconise, en dans une tribune co-signée avec Étienne Smith au Monde, une approche nuancée en expliquant que les interrogations sur le sujet ne peuvent être réglées ni par les défenseurs sans réserve de l'opération Turquoise, ni par les soutiens jusqu'au-boutistes de l'idée d'une complicité de la France dans le génocide puisque tant les témoignages des rwandais que ceux des militaires attestent d'une réalité plus complexe[85],[11].

En , Rafaëlle Maison[n 9], tout en saluant l'intérêt du travail au plus près du terrain avec une dimension anthropologique, critique néanmoins le fait que ce nouveau courant de recherche s'impose au détriment des autres : lorsque la grille de lecture vicinale devient la matrice, elle masque les approches « politique et juridique, nationale et internationale » qui président à tout génocide. Dès lors, selon ce Professeur, la question du rôle de la France serait éludée par la jeune génération[11]. Après le lancement de cette nouvelle polémique dans le milieu universitaire, Hélène Dumas répond en rappelant le nombre très faible de jeunes chercheurs impliqués sur le sujet ainsi que la difficulté d'accéder aux sources puisqu'à cette date, les archives françaises sont verrouillées tandis qu'aucun protagoniste n'accepte de parler[86].

En , elle est écartée, comme son directeur de thèse, de la Commission de recherche sur les archives françaises relatives au Rwanda et au génocide des Tutsi (1990-1994) « en raison de propos hostiles à l’armée française » à l'initiative de Franck Paris, conseiller Afrique d'Emmanuel Macron[87]. La communauté universitaire critique alors fortement ce choix en considérant que la commission se prive de deux spécialistes[88],[16]. Christian Ingrao initie une pétition[89] qui réunit plus de 300 noms[15]. In fine, quels que soient les motifs de cette double exclusion, ils alimentent « les suspicions et les divisions. »[90],[4]. En , Vincent Duclert — qui dirige la Commission — contacte finalement les deux chercheurs souhaitant leur soumettre sa méthodologie. Si Stéphane Audoin-Rouzeau refuse, Hélène Dumas accepte la proposition[91]. Elle revient sur sa décision lorsque fin octobre, Le Canard enchaîné ressort un article controversé[92] publié en par Julie d'Andurain[93], membre de la commission, dans lequel cette dernière tient des propos favorables à l'endroit de l'opération Turquoise, décrit le génocide comme des « massacres » croisés [94],[91],[95] en s'appuyant uniquement sur deux sources — Hubert Védrine et Pierre Péan — et dépeint certains journalistes et chercheurs comme « ces “idiots utiles” »[n 10] de Paul Kagame[96],[97]. Julie d'Andurain attribue par la suite la responsabilité des vives réactions provoquées par l'article du Canard à « ceux qui s'estiment avoir été évincés de la Commission »[96].

Divers[modifier | modifier le code]

En puis en , elle est auditionnée par les Cours d'assises de Paris et Bobigny lors du procès de Pascal Simbikangwa[45],[98], premier individu de nationalité rwandaise jugé en France et définitivement condamné[99].

En , elle est l'une des commissaires de la double exposition du mémorial de la Shoah commémorant le 25e anniversaire du génocide des Tutsi[100],[101].

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Il s’agit de l’une des trois langues officielles et celle la plus parlée dans l’Etat[13].
  2. Les guillemets sont d’Hélène Dumas et repris dans la recension de l’ouvrage.
  3. Voir par exemple le massacre de l’Église de Kabarondo (en)[29], celui de l’Église Saint-Jean de Kibuye[30] ou encore l’Église de la Sainte-Famille de Kigali[31].
  4. L’« affaire des médias » devant le TPIR aboutit en à la condamnation de deux fondateurs de la Radio télévision libre des Mille Collines, Ferdinand Nahimana et Jean-Bosco Barayagwiza ainsi qu’à celle de Hassan Ngeze, directeur de la revue Kangura[33]. Voir également Georges Ruggiu, présentateur belgo-italien à la RTLM condamné en [34].
  5. En kinyarwanda : Inyenzi[39].
  6. Pendant le génocide, environ 200 000 femmes sont violées et 67% des victimes ont été intentionnellement contaminées par le VIH. Environ 5 000 enfants sont nés de ces viols[49]. L’un des cas emblématiques est celui de Pauline Nyiramasuhuko, Ministre de la Famille et de la Protection féminine rwandaise pendant le génocide, condamnée en par le TPIR pour avoir notamment incité les interahamwe de la préfecture de Butare — parmi lesquels figurait son fils — à commettre de telles exactions[50]. Voir également parmi de nombreuses affaires : Jean-Paul Akayesu, bourgmestre de Taba (en), condamné à une peine d’emprisonnement à perpétuité en . A cette occasion, pour la première fois, une juridiction pénale internationale considère que le viol figure parmi les actes sous-jacents constitutifs du crime de génocide. En effet, la Chambre indique que les viols « ont eu pour effet d’anéantir physiquement et psychologiquement les femmes Tutsies, leur famille et leur communauté »[51].
  7. Un certain vocabulaire se développe en ce sens : les enfants Tutsi à naître sont appelés « petit serpent », « œuf de serpent », etc.
  8. Une partie de ce travail a été publiée dans la Revue internationale de la Croix-Rouge au préalable[57].
  9. Agrégée de droit public, spécialisée en droit international.
  10. Les guillemets sont de Julie d’Audurain dans la notice dont il est question.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Hélène Dumas sur data.bnf.fr (consulté le )
  2. a et b « Hélène Dumas », sur CESPRA (consulté le )
  3. Pierre Lepidi, « Rwanda : les « gacaca », ces tribunaux populaires par lesquels le « miracle » est arrivé », sur Le Monde, (consulté le )
  4. a et b Alain Gabet et Sébastien Jahan, « Le chemin de Kigali. Stéphane Audoin-Rouzeau et le génocide tutsi au Rwanda », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, no 145,‎ , p. 137-167 (DOI 10.4000/chrhc.14217)
  5. Benoît Hopquin, « Stéphane Audoin-Rouzeau, l’historien obsédé par la vérité du génocide au Rwanda », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le )
  6. Henry Rousso, « Comptes rendus », Revue d'histoire moderne et contemporaine, Belin, vol. 64, no 3,‎ , p. 250-252, spéc. p. 250 (DOI 10.3917/rhmc.643.0250)
  7. Hélène Dumas, « Juger le génocide sur les collines : une étude des procès gacaca au Rwanda (2006-2012) », sur theses.fr (consulté le )
  8. « Prix Raymond Aron pour la recherche », sur raymond-aron.ehess.fr (consulté le )
  9. a et b Riot 2015, p. 197.
  10. a et b Catherine Simon, « Rwanda : « Le meurtre, dans une proximité aussi intime, c’est inouï » », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le )
  11. a b et c Rafaëlle Maison, « Quand les historiens s’éveilleront », La Vie des idées,‎ (lire en ligne, consulté le )
  12. a et b René Lemarchand, « Rwanda: état des recherches », sur Violence de masse et Résistance – Réseau de recherche, (consulté le )
  13. OIF, La langue française dans le monde, Paris, Nathan, , 576 p. (ISBN 978-2-09-882654-0), p. 52
  14. a b et c Pierre Lepidi, « « Sans ciel ni terre », d’Hélène Dumas : mots d’enfants sur la violence absolue », sur Le Monde, (consulté le )
  15. a et b « Rwanda : une commission d'enquête et beaucoup de questions », sur Le Point, (consulté le )
  16. a et b Béatrice Bouniol, « Rwanda : en France, des travaux majeurs sur le génocide des Tutsis », La Croix,‎ (lire en ligne, consulté le )
  17. David Servenay, « Génocide au Rwanda : l’historiographie en terrain miné : Quand silence et révisionnisme empêchent la vérité de se faire jour », Revue du crieur, La Découverte, vol. 12, no 1,‎ , p. 64-81, spéc. p. 73 (DOI 10.3917/crieu.012.0064)
  18. Gounin 2014, p. 201.
  19. a et b Decherf 2014, p. 129.
  20. a et b Sylvie A., « Rwanda, le jour où les voisins sont devenus des tueurs », Le Temps,‎ (lire en ligne, consulté le )
  21. a b et c François Robinet, « Aux sources du génocide des Tutsi », La Vie des idées,‎ (lire en ligne, consulté le )
  22. a et b Chrétien 2016, p. 304.
  23. (en) Peter Gwin, « Revisiting the Rwandan Genocide: How Churches Became Death Traps », sur National Geographic, (consulté le )
  24. Thomas Cantaloube, « Hélène Dumas : Rwanda 1994, ce génocide « des voisins » », sur Mediapart, (consulté le )
  25. a b et c Bertrand Dicale, « "Le génocide au village", d'Hélène Dumas », sur Franceinfo, (consulté le )
  26. Gounin 2014, p. 202.
  27. Lefranc 2015, p. 128-129.
  28. Lefranc 2015, p. 131.
  29. Célian Macé, « A la barre – Rwanda : les regards croisés des rescapés de l'église de Kabarondo », sur Libération, (consulté le )
  30. Pierre Lepidi, « Rwanda, 1994 : l’église Saint-Jean de Kibuye, oubliée de Dieu », sur Le Monde, (consulté le )
  31. Annie Thomas, « L'enfer de la Sainte-Famille », sur L'Humanité, (consulté le )
  32. [vidéo] CCAF France, Colloque CSI - 28 mars 2015 - BNF - Hélène Dumas sur YouTube, (consulté le ), à partir de min 20 s. Hélène Dumas cite le cas du père Athanase Seromba (en) condamné par le TPIR pour avoir ordonné la destruction de sa propre église dans la paroisse de Nyange.
  33. Jean-Philippe Rémy, « Le TPIR condamne lourdement trois responsables des "médias de la haine" au Rwanda », sur Le Monde, (consulté le )
  34. Alain Franco, « Sur Radio Mille Collines, la voix du génocide rwandais était européenne », sur Le Monde, (consulté le )
  35. a et b Marc Semo, « Cinq livres pour mieux comprendre », sur Libération, (consulté le )
  36. Riot 2015, p. 198.
  37. Julien Théry, « Rwanda : la France et le génocide des Tutsi », sur Le Média, (consulté le )
  38. Chrétien 2016, p. 305.
  39. Florent Piton, Le génocide des Tutsi du Rwanda, Paris, La Découverte, , 275 p. (ISBN 978-2-7071-9068-0, lire en ligne), « Glossaire des termes en kinyarwanda », p. 246
  40. Laurent Testot, « Tuer au nom de Dieu », sur Sciences Humaines, (consulté le ), p. 6
  41. Lefranc 2015, p. 130.
  42. Alison Des Forges, Aucun témoin ne doit survivre : le génocide au Rwanda, Paris, Karthala, , 931 p. (ISBN 2-86537-937-X), « Gikongoro », p. 373 (note 58)
  43. AFP, « Cinq Rwandais renvoyés devant la justice belge pour « crime de génocide » en 1994 », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le )
  44. Rémi Korman, « L'État rwandais et la mémoire du génocide : Commémorer sur les ruines (1994-1996) », Vingtième Siècle : Revue d'histoire, Presses de Sciences Po, vol. 122, no 2,‎ , p. 87-98, spéc. p. 92 (DOI 10.3917/ving.122.008)
  45. a et b Chloé Leprince, « Pourquoi vous ne pourrez plus jamais dire "le génocide rwandais" », sur France Culture, (consulté le )
  46. Thierry Jobard, « Le Génocide au village », sur Sciences Humaines, (consulté le ), p. 45
  47. AFP, « "Cicatrices" et espoirs des Rwandais nés des viols du génocide », sur L'Obs, (consulté le )
  48. Camille Renard, « Génocide au Rwanda : vivre après le viol, avec Emilienne Mukansoro », sur France Culture, (consulté le )
  49. Hélène Dumas, « Le génocide des voisins », sur L'Histoire, (consulté le )
  50. Gaël Le Roux, « Pauline Nyiramasuhuko, le visage féminin du génocide », sur France 24, (consulté le )
  51. Claire Fourçans, « La répression par les juridictions pénales internationales des violences sexuelles commises pendant les conflits armés », Archives de politique criminelle, Pedone, vol. 34, no 1,‎ , p. 155-165, spéc. p. 158-159 (DOI 10.3917/apc.034.0155)
  52. Alet 2019, à partir de 38 min
  53. Alet 2019, à partir de 36 min 15 s
  54. [vidéo] CCAF France, « Colloque CSI - 28 mars 2015 - BNF - Hélène Dumas » op. cit., à partir de 11 min 35 s
  55. Laurine Richard, « Avis de Recherches : Enfants et adolescents « sans famille » dans les guerres du 20e siècle », 20 & 21. Revue d'histoire, Presses de Sciences Po, vol. 148, no 4,‎ , p. 155-157, spéc. p. 156 (DOI 10.3917/vin.148.0155)
  56. Hélène Dumas, « Enfants victimes, enfants tueurs : Expériences enfantines (Rwanda, 1994) », Vingtième Siècle. Revue d'histoire, Presses de Sciences Po, vol. 122,‎ , p. 75-86, spéc. p. 77 (DOI 10.3917/ving.122.0075)
  57. (en) Hélène Dumas, « When children remember : A history of the Tutsi genocide through the eyes of children (1994–2006) », International Review of the Red Cross, Cambridge University Press, vol. 101, no 1,‎ , p. 37-57 (DOI 10.1017/S1816383119000171)
  58. « Hélène Dumas lauréate du prix d'Histoire de la Fondation Pierre Lafue », sur ActuaLitté, (consulté le )
  59. « Les Rendez-vous de l’histoire de Blois décernent leurs prix littéraires », sur ActuaLitté, (consulté le )
  60. Hélène Frouard, « La guerre à hauteur d'enfants », sur Sciences Humaines, (consulté le ), p. 24
  61. Tangi Bihan, « Rwanda, les mots à dire », sur Le Monde diplomatique, (consulté le )
  62. a et b Colette Braeckman, « Quand des souvenirs d’enfants évoquent le génocide », sur Le Soir, (consulté le )
  63. Jacques Hubert-Rodier, « Le génocide des Tutsi vu par les enfants », sur Les Echos, (consulté le )
  64. Laurent Larcher, « « Paroles orphelines du génocide des Tutsis », par l’historienne Hélène Dumas », sur La Croix, (consulté le )
  65. Pignot 2020, à partir de 27 min
  66. Philippe Artières, « Sans ciel ni terre, d'Hélène Dumas : au Rwanda, l'enfance figée », sur En attendant Nadeau, (consulté le )
  67. Maria Malagardis, « Enfances pulvérisées en Afrique », sur Libération, (consulté le )
  68. Maupomé 2021, p. 141.
  69. Maupomé 2021, p. 142.
  70. Pignot 2020, à partir de 31 min 55 s
  71. Travaux cités par exemple in (en) Philippe Denis, « Grief and Denial among Rwandan Catholics in the aftermath of the Genocide against the Tutsi », Archives de sciences sociales des religions, Editions de l'EHESS, vol. 183, no 3,‎ , p. 287-307, spéc. p. 301 (DOI 10.4000/assr.38889) ; Florent Piton et Jean-Damascène Gasanabo, « Des criminels sur la toile : Le négationnisme du génocide des Tutsi sur internet », Dialogue. Revue d'information et de réflexion,‎ (lire en ligne, consulté le ) ; François Robinet, « L'empreinte des récits médiatiques : mémoires françaises du génocide des tutsi du Rwanda », Les Temps modernes, Gallimard, vol. 680-681, nos 4-5,‎ , p. 166-188 (DOI 10.3917/ltm.680.0166) ; Rémi Korman, « Les entreprises de réécriture de l’histoire du génocide des Tutsi », Mémoires en jeu, Éditions Kimé,‎ , p. 120-122 (lire en ligne).
  72. Philippe Bour, « Édito. France-Rwanda : les historiens diplomates », sur Le Républicain lorrain, (consulté le )
  73. Florent Piton, Le génocide des Tutsi du Rwanda, Paris, La Découverte, , 275 p. (ISBN 978-2-7071-9068-0), « Mettre fin au génocide - Faire face au négationnisme », p. 189-190
  74. Hélène Dumas, « Banalisation, révision et négation : la « réécriture » de l'histoire du génocide des Tutsi », Esprit, no 5,‎ , p. 85-102, spéc. p. 86 (DOI 10.3917/espri.1005.0085)
  75. Colette Braeckman, « Peut-on nier le génocide rwandais? », sur Le Soir, (consulté le )
  76. Mouna El Mokhtari, « Génocide au Rwanda : histoire d’une manipulation », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le )
  77. [audio] « Rwanda, le génocide des Tutsi et la conspiration (3/4) : les intellectuels du négationnisme », sur France Culture, (consulté le ). Extrait lu par le journaliste de l'ouvrage de Charles Onana, Ces tueurs tutsi au cœur de la tragédie congolaise, publié en  : « Le dispositif central de stratégie de conquête des Occidentaux est la femme tutsi. C’est leur arme de destruction massive. Elle détruit les diplomates belges, allemands, américains, britanniques, français, suisses. Ces demoiselles à la jalousie invisible sont chargées de traquer les cibles occidentales pour les besoins de la cause tutsi. Ce sont des missiles à tête chercheuse qui peuvent être, soit des prostituées de luxe, soit des agents de renseignement, soit des commandos de la mort par empoisonnement soit, simplement, des femmes ordinaires. Elles utilisent leur charme pour faire triompher le tutsime. » (à partir de min 5 s)
  78. Collectif, « Aux recteurs des KULeuven, UAntwerpen, VUB et au directeur d’Artevelde hogeschool Gent, respectivement Luc Sels, Herman Vangoethem, Sicco Wittermans et Tomas Legrand. », (consulté le )
  79. Romain Gras, « Génocide des Tutsi au Rwanda : l’intervention d’une journaliste taxée de négationnisme dans des universités belges fait polémique », sur Jeune Afrique, (consulté le )
  80. « Enseignements », sur formation.sciences-po.fr (consulté le )
  81. « Mémorialisations immédiates : La mémoire du 13-novembre sous l’œil des observateurs », Mémoires en jeu, Éditions Kimé, no 4,‎ , p. 80-87, spéc. p. 82
  82. « Attentats du 13 novembre 2015 : des vies plus jamais ordinaires », sur IHTP (consulté le )
  83. « Remise du rapport de la "mission Génocides" », sur L'Histoire, (consulté le )
  84. Béatrice Bouniol, « Des chercheurs français renouvellent l’étude des génocides », La Croix,‎ (lire en ligne, consulté le )
  85. Hélène Dumas et Étienne Smith, « La vérité doit être enfin faite sur l'engagement français au Rwanda », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le )
  86. Mehdi Ba, « France : génocide des Tutsi au Rwanda, une omerta historique », sur Jeune Afrique, (consulté le )
  87. David Fontaine, « Rwanda : l'obscure Commission Duclert », Le Canard enchainé,‎
  88. David Servenay, « Génocide au Rwanda : la bataille des archives entre historiens et militaires français », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le )
  89. Christian Ingrao, « Le courage de la vérité », sur Medium, (consulté le )
  90. Joël Hubrecht, « La difficile introspection de la France au Rwanda », Esprit, no 7,‎ , p. 199-205, spéc. p. 203-204 (DOI 10.3917/espri.1907.0199) : « La décision de ne pas intégrer Audoin-Rouzeau et Hélène Dumas ménage-t-elle les susceptibilités à vif des Hubert Védrine et Alain Juppé, ou de leurs proches, qui conservent une influence auprès du président Macron, ou est-elle la tentative contre-productive de s’extraire du climat passionnel et conflictuel que suscitent ces débats ? »
  91. a et b Gaïdz Minassian, « Commission Rwanda : deux ans de recherches mouvementées », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le )
  92. David Fontaine, « Commission impossible sur le Rwanda ? », Le Canard enchainé,‎
  93. Julie d'Andurain, « Turquoise (Rwanda) », dans Philippe Chapleau et Jean-Marc Marill (dir.), Dictionnaire des opérations extérieures de l'armée française : de 1963 à nos jours, Paris / Ivry-sur-Seine, Nouveau Monde éditions / Ministère des Armées / ECPAD, , 451 p. (ISBN 978-2-36942-521-2), p. 270-275
  94. AFP, « Génocide au Rwanda : une historienne controversée se retire de la commission sur le rôle de la France », sur Jeune Afrique, (consulté le )
  95. Laurent Larcher, « Génocide au Rwanda : nouvelle polémique autour de la commission Duclert », La Croix,‎ (lire en ligne, consulté le )
  96. a et b Théo Englebert, « Une historienne décrédibilise la « commission sur le rôle de la France au Rwanda » et suscite l'indignation », sur Mediapart, (consulté le )
  97. François Robinet, « Le rôle de la France au Rwanda : l’Histoire piégée ? », Revue d'Histoire Culturelle, no 2,‎ (lire en ligne)
  98. Jean-Pierre Allinne, « Commémorations, mémoriaux et pratiques différenciées de la mémoire. Retour du Rwanda », Histoire de la justice, Association Française pour l'Histoire de la Justice, vol. 28, no 1,‎ , p. 149 à 176, spéc. p. 151 (DOI 10.3917/rhj.028.0149)
  99. AFP, « Génocide: le premier Rwandais jugé en France définitivement condamné », sur JusticeInfo.net, (consulté le )
  100. Sarah Tisseyre, « «Rwanda, le génocide des Tutsis», l’expo-commémoration au Mémorial de la Shoah », sur RFI, (consulté le )
  101. « Le génocide au Rwanda exposé au Mémorial de la Shoah », sur Paris Match, (consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Médiagraphie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]