Christian Ingrao

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ingrao.

Christian Ingrao, né le à Clermont-Ferrand, est un historien français.

Il a été de 2008 à 2014, directeur de l’Institut d’histoire du temps présent (IHTP), une unité du CNRS, il y est aujourd'hui directeur de recherche.

Il est spécialiste de l’histoire du nazisme et de la violence de guerre. Il se consacre actuellement à l'histoire culturelle du militantisme nazi et aux pratiques de violence allemandes notamment sur les fronts orientaux.

Biographie[modifier | modifier le code]

Origines et formation[modifier | modifier le code]

D'une famille d'Auvergne, il a fait ses études au lycée Ambroise-Brugière, à l'université Clermont-Ferrand-II et à l'université Paris-IV.

Il est agrégé (1995)[1] et docteur en histoire (2001), après avoir présenté sa thèse « Les intellectuels dans les services de renseignement de la SS 1900-1945 » à l’Université de Picardie, sous la direction de Stéphane Audoin-Rouzeau et de Gerhard Hirschfeld[2].

Carrière[modifier | modifier le code]

De 2001 à 2004, il travaille en postdoctoral à la "Hamburger Stiftung zur Foerderung von Wissenschaft und Kultur". Chercheur associé à l’IHTP. Il est coresponsable et coordinateur scientifique du groupe de travail « Violence de guerre, approches comparées sur le XXe siècle » (Historial de la Grande Guerre/IHTP) et coordinateur en France du projet « Borderlands. Identity, ethnicity and violence in the Shatter zone of Empires 1848-1945 », (en collaboration avec Brown University, University of Minnesota, Stanford University et Simon Dubnow I. in Leipzig). Il poursuit ses travaux à la Hamburger Institut für Sozialforschung avec un projet : « Vers une histoire culturelle de la violence nazie. Le cas de la politique de lutte contre les partisans. Fronts de l’Est (Pologne, URSS, Balkans) 1939-1945 »

De 2005 à 2008, il est chargé de recherches au CNRS, directeur adjoint de l’Institut d’Histoire du temps présent et maître de conférences à l’IEP de Paris.

En juin 2008, il succède à Fabrice d'Almeida en tant que directeur de l'IHTP. À la fin de ce mandat, en décembre 2013, il cède la direction à Christian Delage.

Il participe au documentaire Jusqu'au dernier : la destruction des juifs d'Europe de William Karel et Blanche Finger.

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • La Promesse de l'Est. Espérance nazie et génocide (1939-1943), éditions du Seuil : Paris, 2016.
  • Le Nazisme et la guerre, Éditions Le clou dans le fer: Reims, 2011.
  • Croire et détruire. Les intellectuels dans la machine de guerre SS, Fayard: Paris, 2010[3].
    • (Traduction en allemand) Hitlers Elite: die Wegbereiter des nationalsozialistischen Massenmords, traduction du français par Enrico Heinemann et Ursel Schäfer, Bundeszentral für Politische Bildung, Bonn, 2012, 569 p.[4]
    • (Traduction en italien) Credere, distruggere. Gli intellettuali delle SS, Einaudi, 2012, 408 pages.
    • (Traduction en anglais) Believe and Destroy: Intellectuels in the SS War Machine, Polity, 2013, 432 pages
    • (Traduction en portugais) Crer e destruir. Os intelectuais na maquina de guerra da SS nazista, traduction du français par André Telles, Zahar, 2015, 480 pages.
    • (Traduction en espagnol) Creer y destruir. Los intelectuales en la máquina de guerra de las SS, traduction du français par José Ramón Monreal. Acantilado, 2017, 624 pages.
  • Les chasseurs noirs. Essai sur la Sondereinheit Dirlewanger, Perrin: Paris, 2006.
    • (Traduction en anglais) The SS Dirlewanger Brigade: The History of the Black Hunters, traduction du français par Phoebe Green, Skyhorse publishing, 2011, 272 pages.
    • (Traduction en polonais) Czarni mysliwi Brygada Dirlewangera, Czarne, 2011, 304 pages.
    • (Traduction en tchèque) Černí lovci: dosud neodhalené zločiny speciální bojové jednotky SS Dirlewanger, Víkend, 2009, 252 pages.

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]