Ferdinand Nahimana

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Ferdinand Nahimana, né le 15 juin 1950 à Gatonde dans la préfecture de Ruhengeri au Rwanda, est un universitaire et homme politique rwandais. Il est l'un des principaux condamnés du « Procès des médias » qui s'est tenu entre 2000 et 2003 devant le Tribunal pénal international pour le Rwanda Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR) à Arusha et est condamné à 30 ans de prison en 2007[1].

Formation[modifier | modifier le code]

Après des humanités classiques au petit séminaire de Rwesero, il intègre l'Université nationale du Rwanda (UNR) de Butare. Durant les évènements de 1972-73 qui aboutiront au coup d'État du général Habyarimana et à la chute du président Kayibanda, il participe à l'action des « Comités de Salut public » chargés de faciliter l'épuration des Tutsi de l'administration, des écoles et de l'université[2].
En 1974, l'UNR lui décerne un baccalauréat en lettres.
En 1977, il obtient une maîtrise ès-arts (option histoire contemporaine) à l'Université Laval de Québec.
En 1986, il soutient une thèse de doctorat en histoire sur les royaumes du nord-ouest du Rwanda à l'université de Paris VII-Jussieu[3].

Carrière universitaire, politique et médiatique[modifier | modifier le code]

Militant du Mouvement révolutionnaire national pour le développement (MRND), originaire de la même région que le président Habyarimana, Ferdinand Nahimana occupe différents postes de responsabilité dans l'université, la fonction publique et le monde politique ; parallèlement à ses activités d'enseignant à l'UNR, il est ainsi successivement : vice-doyen de la faculté des lettres de l'UNR (Butare) de 1978 à 1980, doyen de la même faculté de 1980 à 1981, secrétaire général adjoint de l'UNR (campus de Ruhengeri) de 1981 à 1984, directeur du Centre de la connaissance de l'homme et de la société à l'Institut de recherche scientifique et technologique (IRST) de Butare de 1988 à 1990, directeur général de l'Office rwandais d'information (ORINFOR) à Kigali de 1990 à 1992 ; en 1993, il est désigné pour représenter le Mouvement républicain national pour la démocratie et le développement (MRNDD) dans le « gouvernement de transition à base élargie » qui aurait dû être installé en janvier 1994 au titre de « ministre pour l'enseignement supérieur et la recherche scientifique ».

En 1992, alors directeur de Radio Rwanda, malgré les réserves de son comité de rédaction[4], un tract émanant d'une organisation inconnue annonçant l'assassinat programmé de personnalités politiques proches du pouvoir est diffusé à la radio; selon de nombreux experts et observateurs[5], la diffusion du contenu de ce tract conduit au massacre de plusieurs centaines[6] de Tutsi dans le Bugesera. Lors de son procès à Arusha, Nahimana clame son innocence dans cette affaire.

Suite à cet épisode, sous la pression des partis d'opposition ainsi que des ambassades, notamment belge et allemande, Ferdinand Nahimana est démis de ses fonctions de directeur de Radio Rwanda. Peu après il décline l'offre de la présidence rwandaise de le nommer au poste de premier secrétaire de l'ambassade du Rwanda à Bonn préférant rester au Rwanda et continuer son métier de professeur à l'Université.

En 1993, après la loi sur la libéralisation des médias, Ferdinand Nahimana fonde avec d'autres cadres MRND et des responsables de la Coalition pour la défense de la République (CDR), dont Jean Bosco Barayagwiza, la Radio télévision libre des mille collines (RTLM), une société privée d'information audio-visuelle, l'un des instruments de propagande de l'exécution du génocide de 1994.

Avant 1994, il exerce une position centrale au sein du « comité d'initiative » de la RTLM S.A. Il est notamment une des trois seules personnes du conseil d'administration autorisées à signer des chèques au nom de la RTLM S.A.

Le 7 avril 1994, au lendemain de l'attentat contre le Falcon du président Habyarimana, Ferdinand Nahimana se réfugie avec sa famille à l'ambassade de France de Kigali[7]. Le lendemain, il est évacué vers Bujumbura.

Procès, appel et emprisonnement[modifier | modifier le code]

Il est inculpé, avec notamment Jean Bosco Barayagwiza, par le Tribunal pénal international pour le Rwanda pour génocide et incitation au génocide. Durant son procès en appel (2007), il aura essayé de démontrer, preuve à l'appui, qu'il n'était pas le directeur de cette station, et qu'il n'était donc pas responsable des émissions diffusées en 1994.

Nahimana est condamné à la prison à vie en 2003[8]. Le 28 novembre 2007, il est condamné par la Chambre d'appel du TPIR à 30 ans de prison pour « sa responsabilité [dans] les crimes d’incitation directe et publique à commettre le génocide et de persécution constitutive de crime contre l’humanité, pour n’avoir pas prévenu ou puni la diffusion de propos criminels par ses subordonnés à la RTLM »[1]. Les charges retenues contre lui étant celles de « crimes d’incitation directe et publique à commettre le génocide » et de « persécution constitutive de crime contre l’humanité ». Il est en revanche acquitté d'« entente en vue de commettre le génocide ». La Cour considère que la création de la radio n'entre pas dans un plan génocidaire, uniquement les émissions diffusées par la radio à partir du 6 avril 1994[9]. En décembre 2008, il est transféré de la prison d'Arusha (Tanzanie) au Mali.

Livres et autres publications[modifier | modifier le code]

Ses livres  : Vous trouverez ici la liste de ses livres sur l'histoire du Rwanda

  • Ferdinand Nahimana - Rwanda : les virages ratés - France - Éditions Sources du Nil 2007
  • Ferdinand Nahimana : Rwanda. L’élite Hutu accusée - Cameroun 1995
  • Ferdinand Nahimana : Le Rwanda: émergence d'un État - Paris- Harmattan 1993
  • Conscience chez nous, confiance en nous. Notre culture est la base de notre développement harmonieux - Rwanda - I.N.R, 1988
  • Le Blanc est arrivé, le Roi est parti. Une facette de l'histoire du Rwanda contemporain, 1884 - 1931 - Rwanda 1987

Voir aussi plusieurs autres articles, interviews, documents, qu'il a publié sur le Rwanda

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b La Chambre d'appel reduit les peines d'emprisonnement de Nahimana, Barayagwiza et Ngeze, Site du tribunal international pour le Rwanda.
  2. Selon plusieurs témoignages (dont celui de son ancien condisciple José Kagabo, aujourd'hui enseignant à l'EHESS) : dépêches des 20 février et 26 mars 2001 - Agence Hirondelle ; voir aussi François-Xavier Munyarugerero : Réseaux, pouvoirs, oppositions, La compétition politique au Rwanda, L’Harmattan, Paris, 2003 (p. 135-136). ; Nahimana a toutefois contesté ces faits devant le TPIR : Dépêche du 7 novembre 2002 - Agence Hirondelle
  3. Les grandes lignes de cette thèse dirigée par Catherine Coquery-Vidrovitch serviront à la rédaction de l'ouvrage : Le Rwanda, émergence d'un État, éditions l'Harmattan, Paris, 1993. ISBN 2-7384-1716-7
  4. Voir, notamment, le témoignage de Thomas Kamilindi, journaliste à Radio Rwanda de 1984 à 1994, devant la chambre de 1re instance du TPIR. Jugement du 3 décembre 2003, p. 231-232 [1]
  5. Témoignages de Philippe Dahinden (membre de « la Commission internationale d'enquête sur les violations des droits de l'homme au Rwanda depuis le 1er octobre 1990 »), et du procureur de la République François-Xavier Nsanzuwera devant la chambre de 1re instance du TPIR [2]. Voir aussi : Rapport de la Commission internationale d'enquête [3] ; Alison Des Forges (dir.), Aucun témoin ne doit survivre, Karthala, HWR/FIDH ; Jean-Pierre Chrétien (dir.), Les médias du génocide, Karthala ; André Guichaoua (dir.), Les crises politiques au Rwanda et au Burundi, Karthala ; Gérard Prunier, Rwanda 1959 - 1996, Histoire d'un génocide, Dagorno.
  6. Les organisations nationales et internationales de défense des droits humains parlent de 300 à 400 victimes, tandis que les autorités rwandaises de l'époque admettent le chiffre de 182.
  7. Audition par la mission d'information de l'assemblée nationale de Jean-Michel Marlaud, ambassadeur de France au Rwanda de mai 1993 à avril 1994 (Tome II, volume 1, p. 300).
  8. Verdict dans le procès des "médias de la haine" : deux condamnations à la prison à vie, IFEX
  9. Nahimana, Ferdinand, sur le site du portail judiciaire de La Haye, p. 329

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Patrick de St-Exupéry, Complices de l'inavouable, Les Arènes, 2009
  • Hervé Deguine, Un idéologue dans le génocide rwandais : enquête sur Ferdinand Nahimana, Mille et une nuits, Paris, 2010, 456 p. (ISBN 978-2-75550-149-0)