Gouvernement Ernest Monis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Gouvernement Ernest Monis
Troisième République

président de la république Armand Fallières
Président du Conseil Ernest Monis
Formation
Fin
Durée 113 jours
Composition initiale
Parti(s) Gauche (RRRS et RI, SI, RG, UR)
Représentation
Xe législature
334 / 590

Précédent Gouvernement Aristide Briand II Pays inconnu Gouvernement Joseph Caillaux Suivant

Le gouvernement Ernest Monis dure du 2 mars 1911 au 23 juin 1911.

Composition[modifier | modifier le code]

Ernest Monis
Portefeuille Titulaire Parti
Président du Conseil Ernest Monis PRS
Ministres
Ministre de l'Intérieur et des Cultes Ernest Monis PRS
Ministre de la Justice Antoine Perrier ARD
Ministre des Affaires étrangères Jean Cruppi PRS
Ministre des Finances Joseph Caillaux PRS
Ministre de la Guerre Maurice Berteaux (jusqu'au 21 mai 1911) PRS
François Goiran (du 27 mai au 23 juin 1911)
Ministre de la Marine Théophile Delcassé RI
Ministre de l'Instruction publique et des Beaux-Arts Théodore Steeg PRS
Ministre des Travaux publics, des Postes et Télégraphes Charles Dumont ARD
Ministre du Commerce et de l’Industrie Alfred Massé PRS
Ministre de l'Agriculture Jules Pams PRS
Ministre des Colonies Adolphe Messimy PRS
Ministre du Travail et de la Prévoyance sociale Joseph Paul-Boncour RS
Sous-secrétaires d’État
Sous-secrétaire d'État à l'Intérieur Émile Constant RI
Sous-secrétaire d'État à la Justice Louis Malvy PRS
Sous-secrétaire d'État aux Beaux-Arts Henri Dujardin-Beaumetz RI
Sous-secrétaire d'État aux Postes et Télégraphes Charles Chaumet ARD

Politique menée[modifier | modifier le code]

Selon le mémorialiste Charles Benoist, (…) « sauf la prise de Fès, qui déclencha la seconde crise marocaine, son ministère ne se signale par aucune mesure d’envergure (…) Il fut ce qu’il pouvait être : une de ces combinaisons transitoires où, depuis 1890, la République s’est assoupie, lorsqu’elle a eu besoin de souffler. »

Le gouvernement Monis est clairement de transition.  Il prépare l’émergence de Joseph Caillaux, ministre des Finances de ce même gouvernement.

Fin du gouvernement et passation des pouvoirs[modifier | modifier le code]

Après l’accident du champ d’aviation d’Issy-les-Moulineaux le 21 mai, qui tuait Berteaux et blessait Monis, le gouvernement est renversé par le sénat le 23 juin, à l’occasion d’une banale interpellation relative au haut commandement en temps de guerre.

Le 27 juin, Armand Fallières nomme Joseph Caillaux à la présidence du Conseil des ministres.

Pour en savoir plus[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]