Maurice Berteaux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Maurice Berteaux
Illustration.
Fonctions
Ministre de la Guerre

(11 mois et 28 jours)
Président Émile Loubet
Président du Conseil Émile Combes
Maurice Rouvier
Gouvernement Combes
Rouvier II
Prédécesseur Louis André
Successeur Eugène Étienne

(2 mois et 25 jours)
Président Armand Fallières
Président du Conseil Ernest Monis
Gouvernement Monis
Prédécesseur Aristide Briand (par intérim)
Successeur François Goiran
Député français

(17 ans, 8 mois et 17 jours)
Élection 3 septembre 1893
Circonscription Seine-et-Oise
Législature VIe législature
VIIe législature
VIIIe législature
IXe législature
Xe législature
Groupe politique Radical-socialiste
Maire de Chatou
Prédécesseur Edmond de Panafieu
Successeur Eugène Rochefort
Biographie
Nom de naissance Maurice Henry Berteaux
Date de naissance
Lieu de naissance Saint-Maur-des-Fossés
Date de décès (à 58 ans)
Lieu de décès Issy-les-Moulineaux
Sépulture Cimetière des Landes, Chatou
Nationalité Française
Parti politique Parti radical-socialiste

Henri Maurice Berteaux, né le à Saint-Maur-des-Fossés[1] et mort accidentellement le à Issy-les-Moulineaux[2], est un homme politique français. Député-maire radical de Chatou en banlieue ouest parisienne, il fut plusieurs fois ministre de la Guerre et l'un des artisans de la rénovation de l'armée française avant la Première Guerre mondiale.

Biographie[modifier | modifier le code]

Issu d'une famille bourgeoise fortunée, il fait de brillantes études au lycée Charlemagne (4e arrondissement de Paris).

En 1879, à 27 ans, il succède à son beau-père dans la charge d'agent de change.

Franc-maçon actif au Grand Orient de France, Maurice Berteaux fréquente assidûment la loge de Saint-Germain-en-Laye. Par la suite, une loge maçonnique, la loge Maurice-Berteaux, portera son nom[3].

Maire de Chatou à partir de 1891, député de Seine-et-Oise en 1893, président du conseil général de Seine-et-Oise en 1908, Maurice Berteaux, à 56 ans, devient une personnalité marquante et influente de la banlieue ouest-parisienne de la Belle Époque. Il était notamment intervenu activement en 1904 pour empêcher la démolition du château de Maisons-Laffitte.

Spécialiste des questions militaires et financières, ardent républicain et laïque convaincu, il contribue, après l'affaire Dreyfus, à défendre et à consolider une Troisième République encore fragile.

Ministre de la Guerre puis président de la Commission de l'Armée, il participe à l'œuvre de rénovation de l'institution militaire entreprise par la Troisième République en prévision de « la revanche » sur l'Empire allemand qui a annexé le Nord de la Lorraine (Moselle) et l'Alsace en 1871. Son action pour assurer l'égalité de tous devant le service militaire et pour développer le rôle social de l'Armée aura permis, peu de temps avant la Grande Guerre, la mise en place d'une armée qui s'identifie à la Nation.

Il milite et participe activement à l'éducation populaire au sein de la Ligue de l'enseignement fondée par Jean Macé. Avec Jean Jaurès, il fait adopter une loi sur la prise en charge des accidents du travail favorable aux ouvriers et employés des chemins de fer. Il était également partisan de l'impôt sur le revenu progressif, de la séparation des Églises et de l'État (votée en 1905) et de la réduction du temps du service militaire.

Cortège funéraire de Maurice Berteaux sur l'avenue des Champs-Élysées, en 1911.

Il meurt accidentellement le , à l'âge de 58 ans, sur le terrain d'aviation d'Issy-les-Moulineaux, lors de la course d'aviation Paris-Madrid, alors que l'aviateur Louis Émile Train, sur un monoplan de sa conception, tente un atterrissage d'urgence qui finit de manière catastrophique sur le groupe des personnalités qui avait envahi la piste[4].

Il repose dans l'ancien cimetière de Chatou (cimetière des Landes)[5].

Dans de nombreuses communes d'Île-de-France des voies portent son nom, comme à Paris avec la rue Maurice-Berteaux. Jusqu'à l'indépendance du pays en 1962, la commune algérienne d'Ouled Hamla se nommait Berteaux.

Principaux mandats et fonctions[modifier | modifier le code]

Hommage et postérité[modifier | modifier le code]

En 1922 du sculpteur Charles Maillard, est inauguré à Chatou le premier monument en hommage à Maurice Berteaux, ministre de la Guerre et maire de Chatou[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Son acte de naissance (n°15) dans le registre des naissances de Saint-Maur-des-Fossés pour l'année 1852
  2. Son acte de décès (n°187) dans le registre des décès d'Issy-les-Moulineaux pour l'année 1911
  3. François Boulet, Leçon d'histoire de France, p.355
  4. « Paris-Madrid aéroplanes : les premiers départs pour Angoulême furent assombris par un deuil cruel », Le Petit Parisien, no 12623,‎ , p. 1 (lire en ligne).
  5. Cimetières de France et d'ailleurs.
  6. « Archives Nationales "Léonore" », sur culture.gouv.fr (consulté le ).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Fabrice Moullé-Berteaux, Maurice Berteaux : 3 juin 1852-21 mai 1911 : un financier en robe de chambre, Paris, Temporis éditions, , 280 p. (ISBN 9782373000429, OCLC 1137143563).

Liens externes[modifier | modifier le code]