Conseil de défense de l'Empire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la Résistance française
Cet article est une ébauche concernant la Résistance française.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Conseil de défense de l'Empire

11 juillet 1940 – 24 septembre 1941
1 an 2 mois et 13 jours

Drapeau
Drapeau
Blason
Emblème

Devise : « Liberté, Égalité, Fraternité »

Hymne : La Marseillaise

Informations générales
Statut Gouvernement
Capitale Londres (siège du CDE) et Brazzaville (1940-1942).
Langue Français
Histoire et événements
Proclamation du Gouvernement
Accord des Chequers
Manifeste de Brazzaville
Conférence administrative
Création du CNF
Gouvernement
Régime France libre
Chef du gouv. Charles de Gaulle
Début
Fin
Durée 1 an, 75 jours
Composition initiale
Parti(s) sans-étiquette (1), gauche (2), militaire (6)
Ministres 9 ministres
Autres gouvernements
juillet - déc. 1940 Flag of Philippe Pétain, Chief of State of Vichy France.svg Gouv. Pierre Laval V
déc. 1940 - fév. 1941 Flag of Philippe Pétain, Chief of State of Vichy France.svg Gouv. François Darlan
fév. 1941 - avril 1942 Flag of Philippe Pétain, Chief of State of Vichy France.svg Gouv. P.-É. Flandin II
Représentation
Législature Aucune, la XVIe ayant voté les pleins pouvoir à Pétain

Entités précédentes :

Entités suivantes :

Le Conseil de défense de l'Empire est l'instance de la France libre qui tint lieu de gouvernement de 1940 à 1941.

Ce rôle est ensuite repris par le Comité national français.

Formalisation de l'existence et de la légitimité de la France Libre[modifier | modifier le code]

Le 26 juin 1940, 4 jours après que le gouvernement Pétain a demandé l'armistice, le général de Gaulle dépose un mémorandum devant le gouvernement britannique, qui formalise l'accord obtenu avec Churchill dès le 28 juin, qui permettait aux Français Libres d'être reconnus comme autorité française à part entière par le gouvernement britannique : le général de Gaulle est alors, pour le gouvernement britannique, le « Chef des Français qui continuent la guerre ». Ce mémorandum aboutira à un accord le 7 août, mais prévoit dès le 26 juin la création d'un Comité ou Conseil Français, et ses attributions.

L'accord du 7 août, dit des Chequers, donne au Général de Gaulle toute l'indépendance et les moyens d'un gouvernement en exil. Il est considéré par le gouvernement britannique comme produisant effet à compter du 11 juillet 1940, jour de la prise des pleins pouvoirs par le Maréchal Pétain, qui signe en droit la fin de la République sur le territoire national. Par là, le gouvernement britannique veut signifier qu'il reconnaît la France Libre en formation comme le successeur légitime de la République qui vient de mourir, comme allié de la Grande Bretagne dans la guerre. Il s'engage de plus à reconstituer après guerre l'intégralité du territoire français et « la grandeur de la France ».

La reconnaissance formelle du Conseil de Défense de l'Empire en tant que gouvernement en exil par le Royaume-Uni intervient le  ; la reconnaissance par l'Union soviétique, par échanges de lettres, est publiée en décembre 1941[1].

Une assise territoriale[modifier | modifier le code]

Le Général de Gaulle assure ainsi, à ses yeux, la continuité de l’État de droit et de la défense nationale contre les forces de l'Axe. Cela lui est permis par la légitimité qu'il tient de son acte du 18 juin, ainsi que par le ralliement rapide d'unités militaires et de territoires français qui désirent poursuivre le combat (dès le 22 juin pour les Nouvelles-Hébrides).

La France libre tient alors l'essentiel de son assise territoriale dans l'Empire colonial français, grâce au ralliement de diverses colonies : les Établissements français de l'Inde ont été les premiers à se rallier, de l'essentiel des territoires de l'Afrique-Équatoriale française, suivis du Condominium des Nouvelles-Hébrides, des Établissements français de l'Océanie et la Nouvelle-Calédonie[2]. Félix Éboué, gouverneur du Tchad, a annoncé son ralliement le 26 août. À la fin de l'été, l'essentiel de l'Afrique-Équatoriale française a apporté son soutien à la France libre.

Le gouvernement de la France Libre[modifier | modifier le code]

Le , le général de Gaulle peut, par le manifeste de Brazzaville, annoncer depuis la capitale de l'Afrique Équatoriale Française, la création du Conseil de défense de l'Empire, en tant qu'organe de décision de la France libre.

Dans les ordonnances du 27 octobre 1940, De Gaulle définit les attributions du Conseil de l'Empire, dont : la sécurité extérieure et intérieure, l'activité économique, les négociations avec les puissances étrangères (art. 2), ainsi qu'à la « constitution des corps qui exerceront les attributions de juridictions normalement dévolues au Conseil d'État et à la Cour de cassation » (art. 4). Cependant, le pouvoir décisionnel repose sur le chef des Français Libres (art. 3), le Conseil n'exerçant qu'un rôle consultatif. Les pouvoirs ministériels sont exercés « par des directeurs de services nommés par le Chef des Français Libres ». Cela confère au Conseil de défense de l'Empire la nature d'un organe de consultation et de représentation dans les territoires qui s'y sont ralliés[1]. La Conférence administrative de la France Libre, créée par décret du , tient lieu de gouvernement réunissant les directeurs de service et les membres du Conseil de défense de l'Empire.

Composition[modifier | modifier le code]

Les membres du conseil ont été choisis par Charles de Gaulle parce qu'ils « exercent déjà leur autorité sur les terres françaises ou qu'ils symbolisent les plus hautes valeurs intellectuelles et morales de la nation » (Manifeste de Brazzaville).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Yves-Maxime Danan, La nature juridique du Conseil de défense de l'empire (Brazzaville, octobre 1940) - Contribution à la Théorie des Gouvernements Insurrectionnels, Publications de la faculté de droit et des sciences politiques et sociales d'Amiens, N°4, 1972-1973, p. 145-149
  2. Le ralliement à la France Libre des colonies du Pacifique, Journal de la société des océanistes, année 1945
  3. ordredelaliberation.fr, Georges Thierry d'Argenlieu