Gare de Gournay - Ferrières

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Gournay - Ferrières
Image illustrative de l’article Gare de Gournay - Ferrières
Passage d'une unité multiple Omneo Premium en déviation.
Localisation
Pays France
Commune Ferrières-en-Bray
Coordonnées géographiques 49° 28′ 53″ nord, 1° 44′ 17″ est
Gestion et exploitation
Propriétaire SNCF
Exploitant SNCF
Code UIC 87381293
Service TER Normandie
Caractéristiques
Ligne(s) Saint-Denis à Dieppe
Goincourt à Gournay - Ferrières
Voies 2
Quais 2
Transit annuel 7 125 voyageurs (2019)
Altitude 97 m

La gare de Gournay - Ferrières est une gare ferroviaire française, située sur le territoire de la commune de Ferrières-en-Bray, à proximité de la commune de Gournay-en-Bray, dans le département de la Seine-Maritime en région Normandie.

Situation ferroviaire[modifier | modifier le code]

Ancienne gare de bifurcation, elle est située au point kilométrique (PK) 93,519[1] de la ligne de Saint-Denis à Dieppe entre les gares de Neufmarché et celle de Gancourt-Saint-Étienne. Elle se trouvait également au PK 29,013 de l'ancienne ligne de Goincourt à Gournay - Ferrières. Son altitude est de 97 m.

Vue des voies en direction de Gisors, depuis le quai de la voie 1.
Vue des voies en direction de Gisors, depuis le quai de la voie 1.

Histoire[modifier | modifier le code]

La gare[modifier | modifier le code]

La gare, qui ne disposait déjà plus de personnel, était, au début des années 2000, un point d'arrêt non géré (PANG) dont le bâtiment était désaffecté. Elle était alors desservie par les trains ou des autocars TER Haute-Normandie (ligne de Gisors-Embranchement à Serqueux) et par les autocars TER Haute-Normandie (ligne de Gisors-Embranchement à Dieppe).

Rail vétuste, type double champignon, datant sans doute du début du XXe siècle, sur l'une des deux voies principales de la gare en 2008.

La voie ferrée, en très mauvais état, a été fermée au trafic commercial le entre Gisors-Embranchement et Serqueux, les trains ne pouvant plus circuler à une vitesse supérieure à 40 km/h.

À la suite de plusieurs débats entre les instances de Haute-Normandie et la SNCF, la démolition de la gare est envisagée ou son rachat par la commune de Ferrières-en-Bray pour en faire soit un musée concernant les chemins de fer, soit un ou plusieurs magasins.

Toutefois, le gouvernement a inscrit dans son plan de relance de l'économie de février 2009 trois millions d'euros au titre du financement des travaux de modernisation du tronçon ferroviaire de Gisors à Serqueux[2], pour un projet évalué à 60 millions d'euros[3]. Outre l'amélioration du service voyageurs, la réalisation des travaux représente un enjeu fort pour la desserte ferroviaire du port du Havre, en offrant un tracé alternatif vers Paris qui ne passerait ni par Rouen, ni par Mantes (en empruntant le barreau MottevilleMonterolier - Buchy récemment remis en service). L'arrivée en région parisienne se ferait alors par Pontoise, Conflans et Argenteuil et permettrait l'accès, par la ligne de Grande Ceinture, aux plates-formes logistiques du Bourget (au Nord) et de Villeneuve-Valenton (au Sud)[4]. Toutefois, à l'été 2010, les travaux n'étaient encore lancés[5],[6]. Début 2011, Inexia remporte le marché de modernisation de la ligne. La régénération de la voie permettra de relever la vitesse à 120 km/h[7]. Le démarrage des travaux, dorénavant estimés à 105 millions d'euros[8] est prévu pour le début d'août 2012[9].

Le 15 décembre 2013, le trafic TER a repris entre Gisors et Serqueux après des travaux de Renouvellement Voie Ballast.

La communauté de communes du canton de Gournay-en-Bray a approuvé en 2014 la démolition du bâtiment voyageurs de la gare, construit en 1870 mais en très mauvais état et dont la démolition était évaluée à 1 367 000 euros HT. À la place, seront réalisés des parkings, afin de renforcer le rôle de pôle multimodal de la gare[10].

Galerie de photographies[modifier | modifier le code]

Fréquentation[modifier | modifier le code]

Selon les estimations de la SNCF, la fréquentation annuelle de la gare s'élève aux nombres indiqués dans le tableau ci-dessous[11].

Année 2019 2018 2017 2016 2015
Nombre de voyageurs 7 125 10 094 13 094 10 654 13 070

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Livre : Reinhard Douté, Les 400 profils de lignes voyageurs du réseau ferré français, édité par La Vie du Rail en août 2011 (ISBN 978-2-918758-34-1) volume 1, page 127.
  2. Site officiel du plan de relance gouvernemental - La liste des 1000 projets
  3. Communiqué du président de la région Haute-Normandie, « INFRASTRUCTURES FERROVIAIRES Serqueux / Gisors : la Région est prête à avancer les crédits pour engager les travaux », (consulté le )
  4. [PDF] « Synthèse générale - Plan de relance en Haute-Normandie », sur site de la Préfecture de région (consulté le )
  5. Paris Normandie - « Qu'il vienne avec des bretelles et une cuirasse ! », article du 2 juillet 2010
  6. Drakkar online - La visite de M. Borloo au Havre exaspère les présidents PS du 276, article du 5 juillet 2010
  7. Inexia - Actualités : Modernisation de la ligne Serqueux-Gisors
  8. Paris-Normandie - La ligne Gisors-Serqueux rénovée, article du 27 décembre 2010. Consulté le 25 juillet 2012.
  9. Premiers trains-travaux à partir du 1er août (2012), sur un site de Réseau ferré de France www.remise-en-etat.ligne-serqueux-gisors.fr. Consulté le 25 juillet 2012.
  10. « Ferrières-en-Bray : La gare va être détruite, remplacée par des parkings », L'Éclaireur - La Dépêche,‎ (lire en ligne).
  11. « Fréquentation en gares : Gournay - Ferrières », sur SNCF Open Data, traitement du [cf. l'onglet des informations] (consulté le ).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Origine Arrêt précédent Train Consultez la documentation du modèle Arrêt suivant Destination
Serqueux Serqueux TER Normandie
(Proxi)
Sérifontaine Gisors